Tri sélectif

Vous aussi vous avez une poubelle jaune, verte et bleue et un composteur au fond du jardin ? Moi aussi, mais sur mon disque dur… Car sachez-le, entre ce qui arrive à l’oreille des chroniqueurs de Neoprog n’est que le sommet de l’iceberg de ce qui inonde ma boite au lettres. Chaque semaine je dois me lancer dans le tri sélectif impitoyable. Pour se faire, fort heureusement, je dispose de plusieurs poubelles. La première c’est la bleue, celle qui contient le non recyclable. Dedans je jette pelle mêle le rap, hip hop, la pop, la wave, le dubstep, le punk, bref tout ce qui ne rentre pas vraiment dans notre ligne éditoriale, des fois il y a de très bons albums, mais je n’ai franchement pas le temps de m’attarder dessus. La verte, c’est pour les bouteilles en verre, 1664, Meteor, Kronenbourg, Pelforth,  bref le metal tatoué de tout poil, le black, death, trash, heavy, sludge, doom… Tout n’est pas forcément recyclable, il faut bien lire l’étiquette ou goûter prudemment, des fois le contenu soit périmé depuis longtemps. Dans la jaune, on retrouve les emballages mixtes, papier, métal, aussi nommés métal progressif, alternatif, indie, atmosphérique. Le genre de chose qui se valorise parfois, attention toutefois de ne pas y mettre de papier gras. Enfin, au fond du jardin, il y a le composteur, un grand bac sombre dont le contenu me servira de terreau pour faire pousser de belles chroniques dans le potager Neoprog.

Mais avant de jeter dans telle ou telle conteneur, il faut lire l’étiquette. Et méfions nous des appellations non contrôlées, les labels et artistes prennent un malin plaisir un noyer le poisson. Le mot “prog” est vendu à toutes les sauces, étrange d’ailleurs, car ce n’est pas lui qui remplit les salles. Un “metal expérimental alternatif progressif”, je le mets où ? Bonne question, dans le cas présent, il va falloir goûter la marchandise pour savoir. Pour certain, c’est facile, passé la première minute de Rhoooooooooooooooo Rhoooooooooooooo Arrrrrrrrrrrrrg Boum Boum Boum, la poubelle bleue s’impose. Des fois il faut aller plus loin, nettement plus loin, et là on commence à hésiter, jaune, verte, compost ?

Après un premier tri purement littéraire à grande échelle, je passe au tri sonore, qui va de quelques secondes à un titre jusque l’album en entier. Quand je tergiverse trop longtemps, cela part au compost, tant que ce n’est pas toxique, c’est bon pour le sol. Parfois hélas, le composteur déborde et un second tri s’impose. Car les chroniqueurs eux même font leur tri sélectif. Certains aventureux se jettent sur les appellations non contrôlées, des emballages improbables, exotiques et pimentés, d’autres ne se servent que dans les emballages de multinationales Danone, Nestlé… histoire de ne pas avoir de surprise dans les saveurs. Pour ma part, je ramasse souvent les restes, c’est ça d’être le patron, mais rassurez-vous, il y a de très bons restes.

Quand on y réfléchit bien, il est terrible de traiter ainsi des albums, de lancer un jugement rapide, arbitraire et définitif sur le travail de musiciens, de jeter de la musique qui mériterait sans doute plus d’attention. Mais il y en a tellement. Que faire ? Il faut juste espérer que d’autres webzines parleront de ces groupes, de ces musiciens et de ces sorties.

Aujourd’hui, la boite était inondée de sollicitations diverses et avariées avec également de nombreux trésors. Le tri a été long, impitoyable et pourtant il me reste six élus qui pourraient devenir les chroniques de demain, en fonction des envies de l’équipe et du temps disponible. J’ai retenu, Leprous, The Tangent, Kal-El, Impure Wilhemina, Buttered Bacon Buiscuit et Erudite Stoner. Ceux qui n’ont pas passé le stade de cette première sélection étaient soit trop métal, soit trop trop métal, soit vraiment trop, mais vraiment trop métal.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *