L’âge des cavernes

Il y a plus de quatre cent mille ans, des hommes et des femmes se serraient autour du feu pour affronter les nuits fraîches et silencieuses. Le froid n’était sans doute pas étranger à ce comportement grégaire, mais il ne faut pas négliger la peur du noir, des prédateurs et la de solitude. La survie passait par le groupe.

A l’ère de l’individualisme et de l’opulence, les être humains se sont isolés, chacun s’accaparant un espace et ne voulant plus le partager avec personne. Grace à la fée lumière, le chauffage central et la disparition des espèces animales dangereuses pour l’homo sapiens, les principales sources d’inconfort de l’être humain ont fondu comme neige au soleil.

Pourtant, depuis peu, les anthropologues notent un retour à un comportement antédiluvien chez une petite faction des êtres bipèdes pensants. A l’heure où les bâtiments se vident, ces êtres, doués de raison, profondément individualistes, voire égocentriques, resserrent leurs liens. Le chauffage central fonctionne toujours, la lumière brille autant et tous les prédateurs ont été décimés. Cependant, alors que les bureaux se vident et que chacun pourrait tirer profit d’un peu plus d’espace vital, les ronds de cuirs, comme des lemmings, se serrent dans des pièces exiguës, laissant de grand espaces vacants dans les locaux.

Quand ils se réunissent, ils se comptent… Ils sont, à chaque fois moins nombreux et toujours plus vieux. La faucheuse passe chaque semaine dans leurs rangs. Après l’extermination d’un sur deux, le nouveau programme prévoit un wagon de quatre-vingt-quinze âmes par an. A quand les douches au Zyklon B ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.