Seul

Encore un départ… Retraite, concours, mutation, les bureaux se vident et ne se remplissent plus. L’hémorragie ne semble pas connaître de fin. Combien ont quitté le navire cette année ? J’ai perdu le compte. Au sommet de la pyramide, les dieux égyptiens discutent des membres qu’ils vont amputer à la momie pour faire des économies de bandelette. Les discutions au café tournent plus souvent autour des problèmes de prostate que de la sortie du nouveau Star Wars, c’est un signe.

Vous me direz, je vois le verre à moitié vide. Les bureaux se libèrent, nous ne nous marchons plus sur les pieds et le travail se diversifie de plus en plus. En prime, chaque semaine ou presque, un pot de départ est organisé dans la grande salle commune, l’occasion d’évoquer les trente glorieuses de notre belle administration.

Après le règne de la décentralisation vient celui de la concentration. D’un centre par département dans les années Mitterrand nous sommes passé à un par région économique sous le règne de Sarkozy. S’ils tournent encore, leur destin est celé et d’ici cinq ans il ne restera que sept entités régionales et une centrale. De plus de cent-vingt sites il y a trente ans, il n’en restera bientôt moins de dix. Proximité avec l’usager vous dites ?

Il se peut que mon métier ne disparaisse début 2018, à moins que ce ne soit le commerce ou bien la recherche ou l’administration informatique. Les missions sont centralisées, les postes ferment.

Au menu du Palais Bourbon: cuisses de grenouilles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.