La Glace et le Sel

Vous avez probablement lu le fabuleux roman épistolaire de Bram Stoker, Dracula, chef d’oeuvre de la littérature fantastique de la fin 19eme siècle. Vous avez sans doute également vu le film de Coppola tiré du même livre, mais peut-être n’avez vous pas entendu parler de La Glace et le Sel de José Luis Zarate sorti chez Acte Sud en avril 2017. Le roman raconte le voyage du comte à bord du Déméter, voyage qui le conduit de Varna à Londres.

Si comme moi, le mythe du vampire vous fascine, vous vous jetteriez également sur ce petit ouvrage. Sauf que…

Vous souvenez-vous de la polémique qui faisait rage lors de la sortie du film de Coppola en 1992, en pleines années sida ? Le sang, le sexe, la maladie, le Dracula pouvait être interprété comme une vision de l’expansion du HIV de part le monde, virus qui sévit toujours ne l’oublions pas.

Je n’ai pas pu lire La Glace et le Sel. Pour être exact, je n’ai pas dépassé la cinquantième page. Le style est irréprochable, l’univers de Bram Stoker respecté, mais je ne vous cache pas que quelques chose dans le récit, m’a mis très mal à l’aise.

Le capitaine du Déméter est hanté par des pulsions homosexuelles qu’il refoule devant son équipage. Page après page, l’auteur raconte les fantasmes du marin torturé :

“Ce que je veux, ce sont des corps glabres, des muscles le long desquels la sueur puisse glisser librement, liquide qui s’écoule, dégoulinant.”

Je ne me croyais pas pudibond, mais les descriptions de José Luis Zarate me sont insupportables. Étonnant pour une personne qui se croit large d’esprit, qui côtoie régulièrement un frère et quelques amis homosexuels. Aurai-je, enfoui au fond de moi, des pulsions homophobes ?

C’eût été une capitaine, j’aurai trouvé l’ouvrage assurément croustillant, mais voila, à l’époque, les capitaines de navires, même dans un roman fantastique, étaient des hommes…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *