Chronique d’une mort annoncée

Qui a lu le fabuleux roman de Gabriel Garcia Marquez, Chronique d’une mort annoncée, ou vu le film de Jim Jarmusch avec Johnny Depp ?

Dans les deux cas, ces histoires parlent d’un homme qui va mourir.

Alors rassurez-vous, je suis bien vivant, et je ne crois pas devoir mourir tout de suite. Par contre, quand je lis les compte rendus alarmants de nos syndicats et que j’écoute notre directeur quand ils parlent de notre belle administration, j’ai l’impression de me replonger dans l’univers pesant de Marquez.

Les gens du privé nous envient souvent, à raison, notre stabilité professionnelle. Certains s’imaginent que nous ne travaillons pas, d’autres que nous gagnons des millions. Dans ces légendes il y a du vrai et du faux comme toujours. Mais ce qui est certain, c’est que depuis quelques années, nous essuyons de plus en plus de tempêtes et que le navire commence à prendre l’eau.

Après les centres départementaux, régionaux, le rabot financier s’attaque à la planche des centres inter régionaux. Des services opérationnels remaniés de fond en comble trois fois en dix années, des métiers placés sur un piédestal puis jeté en pâture aux cochons, des clients essentiels devenus sans intérêt, des missions régaliennes piétinées, nous naviguons, ballotés de droite à gauche, selon les caprices du vents, et celui-ci ne souffle plus dans le bon sens.

Bien entendu il faut moderniser, simplifier, pour gagner en efficacité. Des économies sont également nécessaires, en personnel comme en moyens techniques, l’état nous l’a fait comprendre à maintes reprises. Notre décentralisation des années 80 est devenue un luxe, alors centralisons, pourquoi pas. Il est vrai que les outils numériques nous permettent aujourd’hui un travail autrefois impossible. Mais depuis quelques mois, nous naviguons à vue, changeant sans cesse de cap, sollicitant les agents sur des compétences en interne alors que l’on veut les voir disparaître à très court terme, portant aux nues des métiers qui vont mourir dans quelques mois.

La DRH nous invite à valoriser nos compétences passées, dans l’espoir que d’autres administrations pourraient être intéressées par notre profil. Elle nous encourage à quitter notre métier et à aller voir ailleurs. A demi mot, notre directeur avoue que tout ce qui compte, c’est d’afficher une diminution de cinq cent fonctionnaires, même si, au final, il est hautement probable que ce changement entraînera un surcoût budgétaire du fait de l’externalisation des métiers de l’informatique et de la maintenance. Le ministre demandait à ce que l’on abandonne des missions, notre PDG propose de toutes les conserver mais de serrer la ceinture de cinq crans. A l’horizon 2022, deux services réduits sur les six existants devraient subsister là où je travaille.

Nous savons, comme Bill Blake dans Dead Man, que nous allons mourir. Nous sommes gravement blessés et il nous reste quelques années d’agonie avant de succomber aux amputations successives de notre ministère de tutelle. Notre dernier voyage nous conduira peut-être dans l’ultime bastion des ambassadeurs du ciel, la citée cathare des maîtres nuageurs, mille kilomètres plus au sud. En attendant cet exode annoncé, nous regardons les bureaux se vider de le sang.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *