Hopla

L’Alsace est une région magnifique, et croyez-moi quand je le dis, car je viens d’un pays encore lus enchanteur, la Bretagne.

Voici trente-trois années que l’Alsace est mon pays d’adoption. Quand je dis adoption, comprenons-nous bien, le temps qu’il faut pour arriver à l’age de la crucifixion, les locaux ne vous adoptent pas, c’est trop tôt, tout au plus, ils vous tolèrent.

Chaque fois que je marche dans Strasbourg, j’ai m’impression d’être un touriste au milieu de ces japonais, chinois, italiens, anglais, allemands, belges, français de l’intérieur. Sa cathédrale, sa Petite France vénérienne et ses winstubs.

Une région particulière avec deux départements qui jusqu’au nouveau dessin des régions françaises ne voulaient surtout pas être ensembles et qui depuis l’invention du Grand-Est, ne rêvent que d’une chose, se regrouper et faire cessation.

Ils sont attendrissants ces alsaciens. Conservateurs, un peu fachos, ils aiment l’ordre mais pas au point de ressembler à leurs voisins allemands. Alors, ils foutent un peu de bordel dans leur rangement. Grandes gueules, xénophobes, ils aiment bien la marine fluviale, parce que la mer est loin. Ils aiment la bière, le vin blanc, la saucisse, le cochon et le choux. Une région de rêve où le tour de poitrine est record, dommage qu’il n’y pas que de la poitrine de porc.

Ils vivent dans des maisons colorées en bois, sans fondations alors que leurs portes et fenêtres sont encadrées de grès des Vosges, parlent un étrange dialecte qui n’es compris que trente kilomètres à la ronde (et à condition de ne pas être trop près des frontières suisses, allemandes, luxembourgeoises ou françaises). Seul point commun à leur patois qu’il nomment langue, c’est la pair de knacks, non pas de claques encore que… Allez dans une charcuterie commander dix knacks, vous repartirez avec vingt saucisses… C’est comme les couilles, ça va par deux.

Il n’existe que trois saisons en Alsace, l’hiver avec ces -20°C et son vent de nord-est, l’été avec ses +35°C et 100% d’humidité et l’automne, la belle saison, parce que pour vendanger il faut un temps agréable et sec. Le printemps ? Oui, vous voulez dire la transition du -20°C au plus 35°C, c’est l’affaire d’une journée.

Depuis six mois, j’arpente l’Alsace profonde, des crêtes vosgiennes à la plaine, allant à la rencontre de vignerons, le paysans, d’instituteurs à la retraite, des gens méfiants vis  à vis de l’étranger que je suis, qui parlent entre eux un dialecte incompréhensible avant de me saluer en français. Des grandes gueules un peu hostiles, qui une fois qu’elles vous ont adopté, ne vous lâche plus.

J’adore cette région, ses paysages, ses habitants, même si je suis resté enfermé dans ma Clio à manger ma salade Sodebo au bord d’un lac sous des trombes d’eau, alors que depuis deux jours nous mourrions de chaud en plein mois d’avril.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *