Votez pour moi

Avez-vous lu l’Empereur dieu de Dune, cet improbable plaidoirie pour la dictature ou L’Automne du Patriarche de Gabriel Garcia Marques. Deux livres qui parlent de tyrans et de leur solitude face au pouvoir.

Et si le totalitarisme était la solution à nos démocraties moribondes ? Quelque part, nous le voyons bien, la démocratie ne tourne pas rond. Le peuple élit des représentants qui vont les gouverner et quelques mois plus tard ils veulent les guillotiner. Que comprendre ?

Les électeurs croient-ils au miroir aux alouettes de certains, les raccourcis populistes des autres ou ne lisent-ils pas les programmes tout simplement ? Lorsque nos politiques appliquent leur programme le peuple se soulève, lorsqu’il nous enfument, le peuple ne dit mot, ou presque.

Lors des dernières présidentielles, il y avait pléthore de candidats avec des programmes très divers, du plus musclé au plus social, de virons tous ces feignants de fonctionnaires à instaurons le revenu universel pour tous.

Après le premier tour, ne restaient que deux challengers, un petit jeune promettant de changer la politique et une vieille bique voulant quitter la zone Euro. Que choisir, le  fascisme, l’autarcie ou le pouvoir entre les mains des riches ? 

La démocratie permet de choisir entre la peste ou le choléra, qu’elle chance ! J’ai voté, la mort dans l’âme, pour nous éviter le pire, je ne regrette pas mon choix même si je le paye cher aujourd’hui.

Nous aurions un dictateur éclairé au pouvoir, un despote intelligent ayant, dans un sanglant coup d’état, décapité tous les démagogues, populistes et hypocrites, pris les rênes de l’état pour mettre en œuvre une politique, sans contestation possible, avec une armée forte derrière lui pour mater tout soupçon de révolte. Nous aurions peut-être cinquante années de prospérité ou d’horreur.

Les exemples ne manquent pas dans notre histoire, Staline, Hitler, Fidel Castro, Trump et qui sait un jour peut-être, Le Pen.

Finis les flashballs pour le retour au tir à balle réelle. Aménagement du Larzac pour créer des villages de rééducation sociale, censure de la presse pour mieux communiquer vers le peuple. Torture pour faire avouer les crimes. Peine de mort pour dissuader les criminels. Épuration ethnique pour retrouver le plein emploi. Rééducation par le travail, le philosophe devient maçon. Un monde parfait, où ordre et prospérité pourraient enfin voir le jour.

Et si nous donnions plutôt le pouvoir au peuple ? Pas le communisme, il a fait ses preuves, mais la consultation systématique de la base pour gouverner. En voilà une belle idée. Les suisses en sont de grands adeptes. Quid de ce fameux RIC demandé à corps et a cris par les gilets jaunes.

En voilà une idée séduisante, mais n’y aurait-il pas un risque ?

Vague de froid sur la France, on relance le nucléaire. Meurtre d’un enfant, on ressort la guillotine. Vol commis par un migrant, on ferme les frontières. Attentat au Bataclan, on incinère tout les fichés S. Prolifération de voiles dans les rues, on interdit les minarets. Hausse des prix, on augmente le SMIC. Comment éviter les propositions de lois démagogiques, épidermiques, à chaud ?

Le peuple est-il suffisamment éduqué pour gouverner ? Non disent certains. Nos dirigeants le pensent tellement fort. Ils méprisent tellement ces « sans dents » qui les ont placés au pouvoir. Ils leur expliquent que s’ils taxaient les riches, ceux-ci partiraient. Vous les pauvres, faites donc un effort enfin, sinon vous serez encore plus pauvres. Cynisme ? Même pas. 

Et si nous sortions du capitalisme, de la démocratie ? Si nous options pour la vie des Dépossédés d’Ursula le Guin, et son improbable anarchie planétaire ? Ni maître ni loi, chacun pour soi et que le plus fort gagne. Cette dernière phrase résume quand même bien le monde dans lequel nous vivons. Les puissants semble au dessus des règles écrites pour un peuple ignorant, l’argent est le pouvoir et la force fait loi.

Finalement Leto Atréïde n’était pas un monstre, s’il brûlait les historiens c’est qu’ils ne savaient rien du passé, s’il matait toute rébellion, c’est parce qu’il connaissait l’avenir. Des siècles de pouvoir sans partage pour préserver l’humanité du grand chaos. Peut-être nous faudrait-il un tel visionnaire pour conduire l’humanité.

Alors votez pour moi…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.