Numérica

Avez-vous entendu parler de la propriété intellectuelle ? Je vous demande ça à tout hasard au cas où cette notion vous serait inconnue. Parce que voilà, télécharger des albums sur des sites russes, utiliser du pier to pier, enregistrer du youtube, passer à la médiathèque et ripper tout ce qui rentre dans votre lecteur, cela s’appelle du vol. 

Pour ma part, je me fous de savoir si vous êtes une personne honnête ou non. Je pense simplement aux artistes qui tentent de gagner leur vie en jouant de la musique. 
Vous allez me répondre que la musique c’est cher. Qu’un CD se vend quinze à vingt euros. C’est vrai, c’est cher. Mais une Ferrari est beaucoup plus cher, pourtant vous n’en volez pas, si ? 

Qu’est-ce qui pousse les gens à voler l’immatériel ? Le contenu numérique n’aurait pas de valeur sous prétexte qu’il est impossible de le tenir entre les mains ? Serait-ce la facilité tout simplement ? 

Ne me dites pas « je ne savais pas », même le plus con des cons sait que la musique numérique possède une valeur marchande et que la copier est un délit. 

Fut une époque, j’allais aspirer des albums en pier to pier, des live pirates le plus souvent, des enregistrements officieux de concerts où je m’étais rendu, des enregistrements de mauvaise qualité pour garder un souvenir faute d’un CD ou d’un DVD à regarder. J’ai téléchargé, je le confesse, un ou deux albums pas encore sorti pour pouvoir les écouter en avance de phase. Mais je les ai acheté ensuite. 

Aujourd’hui je reçois beaucoup de musique pour le webzine et les albums que j’aime vraiment, ce que j’écouterai encore, je les commande en CD ou bien en vinyle. Car dans le prog, il y a presque autant de chroniqueurs que de personnes qui écoutent la musique, alors si les chroniqueurs n’achètent pas les albums, qui va le faire ? 

Je connais un gars, un baba cool, grand fan de Yes, ingénieur de son état, bien mieux payé que moi, célibataire de surcroît, qui n’achète jamais de musique. S’il t’emprunte un CD, c’est pour en faire une copie, s’il te parle d’un groupe, c’est qu’il en a téléchargé toute la discographie sur un site pirate. Il ne va même pas aux concerts, « tu comprends, c’est trop cher ». Ces énergumènes, grands consommateurs de musique, ne sont hélas pas si rares et ce sont les premiers à pleurer lorsqu’un jeune talent prometteur laisse tomber faute de moyens. 

Cet été combien de crowdfundings prometteurs ont avorté ? Quelle misère quand on réalise qu’il ne leur fallait que quelques milliers d’euros pour sortir leur album, à peine trois cent souscripteurs à quinze euros pour aller au bout de l’aventure.

Vous aimez la musique ? Alors soutenez les artistes, financez leurs projets, achetez leurs albums et allez les écouter en live.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.