L’expérience Malabar

Je vous déjà ai parlé de cette intéressante thérapie par la mastication.

Après deux mois de tests (en Afrique, sur des enfants gravement atteints), les résultats des laboratoires Hollywood vont être enfin publiés, en interne seulement, et surtout pas aux actionnaires.

Non le chewing-gum ne soigne pas les céphalées migraineuses, c’est une fake news. Sur un échantillon de quinze crises, une seule n’a pas dégénéré en prise catastrophique de triptan. Effet placebo ? Non. Certaines crises, moins violentes que d’autres passent avec de la caféine à haute dose et du repos. Comment ? Oui c’est possible de se reposer et même de dormir avec trois expressos tassés dans les veines. C’est comme ça une migraine.

Le fait est, que lorsque vous ruminez comme un bovin, vous pensez moins au mal de tête qui tabasse. Les mouvements de mastication de la mâchoire cachent les pulsations de la tempe. Mais un temps seulement.

J’en ai fait l’amère expérience il y a quelques temps. Un lundi matin barbouillé, annonceur d’une crise matinale, alors que je devais traverser l’Alsace en voiture pour le travail, activé hautement incompatible avec la prise de médicaments, j’optais pour l’option caféine et mastication mentholée.

Jusque midi, dans la canicule naissante, la douleur resta tapie, sournoise, mais bien là. La tentative de repas salade en boite, confirma bien vite que l’organisme ne fonctionnait pas au mieux de sa forme, d’autant que l’estomac, gonflé d’air à force de mastication, lançait des signaux alarmants. Qu’importe, Hollywood et What Else allaient me sauver la mise. Encore une dernière visite et je rentrerai au bercail. La visite fut brève, le soleil cognait, les yeux ne supportaient plus la lumière et toute odeur me donnait la nausée alors que les battements de la tempe gauche commençaient à rivaliser avec ma mâchoire douloureuse. Surtout ne rien manger sinon drame. Plus que cent cinquante kilomètres de route pour rentrer, une paille, en plein cagnard, les yeux plissés, la tête prête à exploser et l’estomac sur le point de se vider. J’avais deux options : m’arrêter, prendre ma dose, et appeler au secours pour que l’on vienne me chercher, ou continuer à conduire, coûte que coûte, pour me rapprocher au plus près de la destination finale, la crise explosive. J’ai tenu bon, un vrai miracle, j’ai garé la voiture sur le parking, suis monté jusque mon bureau et là, là, mes collègues mon vu, livide cadavérique, ne tenant plus sur mes jambes, pour aller rendre les clefs et les papiers du véhicule de service. Jamais ils n’avaient assisté à une crise au stade final, c’est vrai que ça peu sembler inquiétant lorsque l’on a pas l’habitude. Je leur ai dit que je ne me sentais pas bien et que j’allais rentrer chez moi à vélo. Un collègue m’a regardé d’un drôle d’air, il était soudain plus pâle que moi; il a pris mon vélo, l’a mis dans la fourgonnette, m’a fait asseoir à l’avant et m’a ramené chez moi où j’ai pu enfin prendre ma came. Six heures plus tard, la crise se calmait.

Le lendemain mes collègues me regardaient avec d’un nouvel oeil, réalisant sans doute pour la première fois depuis douze mois que je travaille avec eux, que lorsque que je dis que je ne vais pas bien, je ne vais vraiment pas bien et que ça risque d’empirer au fil des heures.

Tout ça pour dire que, même si l’échantillon statistique est faible, manifestement l’effet bubble gum n’est pas avéré sur les migraines. N’empêche que depuis le début de l’expérience, j’ai pris l’habitude de mâcher cette saloperie collante et que si je ne meurs pas d’en d’atroces souffrances avec des crises de plus en plus fréquentes, peut-être que l’aspartame contenu dans mes max frost menthe verte finira par avoir ma peau.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.