Je discute

Les fonctionnaires travaillent trop, tout le monde en est bien conscient.

Pour soulager cette pression insupportable, ils organisent des réunions Tupperware au travail. Ils appellent ça un « Je discute » (comprenez le jeudi nous nous réunissons tous pour discuter, d’ailleurs un Je discute a été organisé pour décider du nom du Je discute). Ils se réunissent dans une grande salle pour parler de leurs souvenirs de vacances, du recyclage de plastique, du tricot, des livres qu’ils ont lus, du réchauffement climatique ou de la fabrication de biscuits de Noël.

C’est mignon, bobo et inutile mais cela occupe notre chargée de communication et ça remplit l’après-midi d’agents au bord du burn out.

Pour l’occasion ils mettent en fonctionnement la belle cafetière Nespresso d’ordinaire interdite (la fête quoi) et demandent des petits gâteaux pour accompagner la collation, un peu comme des petites vieilles organiseraient une tea party.

Je dis « ils », car je ne me rends jamais à ces groupes de travail essentiels au bon fonctionnement de notre administration, sans doute parce que je suis un « gros connard de merde » et aussi parce que je n’ai pas forcément le temps ni l’envie de m’y rendre, à moins que ce soit parce que je ne supporte pas plusieurs des protagonistes participant à ces événements.

La dernière réunion en date parlait, il me semble, de zéro déchet, ou comment consommer de manière responsable et ne plus remplir les poubelles. Un sujet louable pour sensibiliser les collègues roulant en SUV et jetant leurs mégots par terre au fait que la planète est en danger. Bon ceci dit, chez nous, on devrait être un peu au courant vous ne croyez pas ?

Le lendemain de l’assemblée écologique, j’ai trouvé le carton d’emballage des biscuits posé sur la poubelle vide, le paquet plastique les contenant un étage plus haut, les capsules Nespresso usagées en aluminium en vrac et la machine café allumée depuis vingt-quatre heures.

Je ne suis finalement pas certain que ces deux heures prises sur le temps de travail aient été franchement pédagogiques où alors le message n’est pas bien passé.

Je pense qu’Il faudra prochainement organiser un Je discute sur l’intérêt des Je discute lors du prochain Je discute.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.