Déconfiné

Qu’avais-je dit que je ferais à la fin du confinement ? « j’irais manger dans un bon restaurant japonais puis je foncerais chez les disquaires pour compléter ma collection, je renterais dans une boutique acheter un boitier réflex hors de prix, je prendrais deux billets d’avion pour le bout du monde et je partirais avant que le fisc me rattrape ou que mon employeur exige que je me remette à travailler trente-neuf heures par semaine payées trente heures. ». 

Le japonais c’est fait mais en supermarché, bof… Le disquaire ça attendra encore, je ne suis pas pressé d’aller en ville, les billets d’avion, j’y ai renoncé, j’ai trop de travail et je déteste voyager soyons honnête, restait un seul truc, acheter un boitier réflex hors de prix… 

Je ne sais pas ce qui s’est produit en réalité. D’abord j’ai eu des problèmes de surexposition avec mon Nikon, ensuite il y a une cette promo alléchante sur Internet, cette impression stupide, avec tout le boulot abattu depuis quelques semaines, de mériter un petite récompense, l’envie d’essayer autre chose et mon épouse qui m’a donné sa bénédiction avec le sourire comme toujours. 

Alors fébrile, j’ai commandé le truc dont je n’ai même pas besoin, un énième appareil photo et les objectifs qui vont bien avec, un hybride pas compatible avec mes optiques Nikkor et de qualité assurément inférieure à mes deux boitiers Nikon semi pros. 

Et pour que faire au juste ? Je n’en sais rien. Découvrir de nouvelles sensations, ne plus trimballer deux à quatre kilos dans la main droite lors de mes promenades, me faire plaisir tout simplement.

Me voila avec un nouveau boîtier et des optiques à apprivoiser, un truc petit et léger sans prise pour la main et à l’autonomie réduite. Fini le viseur avec miroir, le clic clac et la vibration en retour qui l’accompagne. Micro capteur vingt méga pixels, stabilisation cinq axes, écran tactile inclinable, je rentre dans l’univers Panasonic.

Il y a quelques années un vendeur passionné m’avait presque convaincu de passer du côté obscur, mais à l’époque, je cherchais un second boitier pour m’accompagner en live et j’avais hésité. Cette fois, c’est fait, enfin presque, je vais quand même rester fidèle à Nikon et ses reflex, d’ailleurs je suis bien tenté par un D850 maintenant que l’on en parle…

3 thoughts on “Déconfiné

  1. Salut néo,

    ça ressemble au GX9 ^^ j’ai le même à côté de mon D850. Pour la prise en mains j’ai rajouté un petit grip générique pas cher, qui a l’amabilité d’avoir un accès à la base pour le batterie et les cartes-mémoire ce que n’a pas le modèle officiel de Panasonic, un comble!
    Il est très pratique, combiné à 2-3 focales fixes légères, même si évidemment ce n’est pas la qualité du D850 et que je ne suis toujours pas encore complétement habitué à la visée électronique. Le G9 aurait aussi été une bonne option, un viseur plus confortable, une meilleure prise en mains de base et une meilleure autonomie, mais le but était de trouver le meilleur compromis qualité/poids/encombrement donc le GX9 avait plus d’atouts à ce niveau.

    • Hello Alex, oui un GX9, une promo Fnac intéressante. J’ai ajouté un grip au bout d’une semaine, mais ma paume écrase souvent le bouton de balance des blancs.
      Oui il est pratique mais révèle assez vite ses limites. Donc lorsque je tombe sur quelque chose de vraiment sympa, je reviens avec l’artillerie lourde.

      • C’est vrai que même avec le grip il faut le tenir du bout des doigts pour ne pas écraser les touches, c’est un coup à prendre.
        Après j’avoue que depuis que je l’ai et revendu le D750 j’utilise encore plus le D850 😉 . D’autant qu’avec le confinement je me suis remis à utiliser de vieilles optiques manuelles, avec le viseur du D850 + focus peaking en Lv c’est plus simple, certaines n’ont pas grand chose à envier aux plus récentes quand tu arrives à faire le point 🙂 .

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.