Le club des cinq

Hello, y a quelqu’un ? Je suis tout seul, tout seul.

J’ai eu dernièrement l’idée saugrenue d’installer un compteur de fréquentation sur le blog. Pourquoi ? Pour regarder qui venait lire mes inepties. Je m’étais juré de ne pas le faire, mais je n’ai pas résisté à la curiosité.

Ben vous savez quoi ? Si vous lisez ceci, c’est que vous faites partie des cinq ou six cinglés, moi y compris qui se rendent sur ce blog.

Ok je l’avoue, je m’y attendais un peu, mais quand même, cinq pelés, c’est peu.

Ceci dit, c’est complètement de ma faute, je n’ai jamais fait de publicité autour du blog et heureusement dans un sens. Je ne l’ai posté qu’en mode amis sur Facebook avant de ne plus le poster du tout sur les réseaux sociaux. En plus je parle de n’importe quoi ici, les quelques bouquins que je lis, les vieilles séries TV empruntées à la médiathèque, mes coups de gueule sur les voisins, mes aventures au travail, mes délires covidaires et mes passions musicales.

Ceci dit, le blog n’a jamais eu pour objectif d’être lu. Il sert d’exutoire à ma folie, mes humeurs, mes coups de coeur. Plutôt que de poster un coup de gueule irréfléchi sur Facebook comme tant d’imbéciles le font, j’utilise le blog pour formaliser ce que je voulais exprimer, répondre, crier au monde, mais rien que le processus d’écriture calme souvent ma colère et l’article part alors à la poubelle avant d’être publié (vous n’imaginez pas ce à quoi vous avez échappé).

Je connais au moins trois des lecteurs de ce blog, ces fous qui me lisent régulièrement et même parfois commentent mes diatribes. Restent deux inconnus à moins qu’ils ne s’agissent de visiteurs aléatoires tombés sur le blog par hasard et qui ne reviendront plus jamais.

2 thoughts on “Le club des cinq

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.