Hopla

Image

L’Alsace est une région magnifique, et croyez-moi quand je le dis, car je viens d’un pays encore lus enchanteur, la Bretagne.

Voici trente-trois années que l’Alsace est mon pays d’adoption. Quand je dis adoption, comprenons-nous bien, le temps qu’il faut pour arriver à l’age de la crucifixion, les locaux ne vous adoptent pas, c’est trop tôt, tout au plus, ils vous tolèrent.

Chaque fois que je marche dans Strasbourg, j’ai m’impression d’être un touriste au milieu de ces japonais, chinois, italiens, anglais, allemands, belges, français de l’intérieur. Sa cathédrale, sa Petite France vénérienne et ses winstubs.

Une région particulière avec deux départements qui jusqu’au nouveau dessin des régions françaises ne voulaient surtout pas être ensembles et qui depuis l’invention du Grand-Est, ne rêvent que d’une chose, se regrouper et faire cessation.

Ils sont attendrissants ces alsaciens. Conservateurs, un peu fachos, ils aiment l’ordre mais pas au point de ressembler à leurs voisins allemands. Alors, ils foutent un peu de bordel dans leur rangement. Grandes gueules, xénophobes, ils aiment bien la marine fluviale, parce que la mer est loin. Ils aiment la bière, le vin blanc, la saucisse, le cochon et le choux. Une région de rêve où le tour de poitrine est record, dommage qu’il n’y pas que de la poitrine de porc.

Ils vivent dans des maisons colorées en bois, sans fondations alors que leurs portes et fenêtres sont encadrées de grès des Vosges, parlent un étrange dialecte qui n’es compris que trente kilomètres à la ronde (et à condition de ne pas être trop près des frontières suisses, allemandes, luxembourgeoises ou françaises). Seul point commun à leur patois qu’il nomment langue, c’est la pair de knacks, non pas de claques encore que… Allez dans une charcuterie commander dix knacks, vous repartirez avec vingt saucisses… C’est comme les couilles, ça va par deux.

Il n’existe que trois saisons en Alsace, l’hiver avec ces -20°C et son vent de nord-est, l’été avec ses +35°C et 100% d’humidité et l’automne, la belle saison, parce que pour vendanger il faut un temps agréable et sec. Le printemps ? Oui, vous voulez dire la transition du -20°C au plus 35°C, c’est l’affaire d’une journée.

Depuis six mois, j’arpente l’Alsace profonde, des crêtes vosgiennes à la plaine, allant à la rencontre de vignerons, le paysans, d’instituteurs à la retraite, des gens méfiants vis  à vis de l’étranger que je suis, qui parlent entre eux un dialecte incompréhensible avant de me saluer en français. Des grandes gueules un peu hostiles, qui une fois qu’elles vous ont adopté, ne vous lâche plus.

J’adore cette région, ses paysages, ses habitants, même si je suis resté enfermé dans ma Clio à manger ma salade Sodebo au bord d’un lac sous des trombes d’eau, alors que depuis deux jours nous mourrions de chaud en plein mois d’avril.

Ubique

Image

Je ne vais pas vous parler d’un célèbre roman de Philipp K. Dick aujourd’hui, je vais vous parler de mes problèmes. Vous doutiez-vous que j’avais des problèmes ? Si vous suivez ce blog, vous avez la réponse depuis longtemps. Pour les nouveaux venus, jugez par vous-même.

Je suis totalement débordé. J’ai un travail très prenant qui me conduit sur les routes de la région Grand Est plusieurs fois par semaine, de l’autoroute au chemin forestier en passant parfois dans des chemins agricoles, j’ai une famille, deux ados bougons, une épouse fantasque, plusieurs passions et je gère un webzine de rock progressif.

J’ai sur le feu quatre-cent-cinquante photographies que je n’ai même pas prises à développer, une interview franco-anglaise-espagnole de trente minutes à retranscrire en anglais puis à traduire en français, une autre à préparer, deux chroniques de rock progressif à finaliser, plusieurs albums à écouter, des textes à relire, d’autres à publier, des promotions à écouter/trier/jeter, des chroniqueurs fatigués à remotiver.

Si j’étais plusieurs, je pourrais traiter mon travail, le webzine, ma famille, le ménage, les courses, le potager, la photographie de grenouilles, les concerts, la préparation de l’anniversaire de ma femme, les repas chez les amis, les concerts classiques, metal et progressif, les livres à lire, les films à voir, le shopping, mon nouveau reflex et mon sommeil sans problème.

Mais je suis un. Tant mieux d’ailleurs, parce que sincèrement je ne supporterais mes doubles. Je suis certain qu’ils me laisseraient le travail rebutant, car je connais bien l’original. Ils critiqueraient ce que je fais, fanfaronneraient sur le blog au lieu de se consacrer à 100% à leur activités et pire que tout, ils seraient comme moi, imbus, prétentieux, grognons, migraineux, distraits, pénibles.

Je suis certain que eux aussi voudraient des doubles. Mettons que je me dédouble deux fois, un photographe, un chroniqueur et moi, qu’ils fassent de même à leur tour le lendemain, nous serions déjà sept en deux jours, quinze en trois jours, trente et un à l’aube du quatrième jour… Non ce n’est pas possible.

Alors, je me laisse déborder, je fais mon travail du mieux possible, enfin j’essaye, la vaisselle pour ne pas manger sur la nappe qui est sale, je dors un peu parce que je suis épuisé et je prends du retard sur tous mes dossiers, chroniques, photos, lecture, cinéma, jardin. Le webzine fonctionne encore, mais de justesse. La maison est vivable, mais à la limite de l’acceptable. Les ados nous rappellent les urgences, l’argent pour manger, le paquet de céréales vide, les slips au sale, la caisse du chat qui sent très très mauvais. Avec un coupecoupe, je me rends dans le potager où des plantes carnivores dépérissent faute d’arrosage et claquent un coup de mâchoire sur mon passage dans un dernier sursaut avant de mourir. Les moutons courent le plancher du salon, la salle de bain est en chantier, les CDs s’empilent sur la platine, le disque dur déborde de fichiers RAW et ma boite mail ne désemplit pas.

Vous croyez que je me plains ? Alors vous n’avez rien compris à rien. J’adore ça, être au taquet, ne plus savoir où donner de la tête, être sollicité de toute part. J’ai alors la sensation illusoire d’exister, d’être utile. Avec une passion supplémentaire pour occuper mes nuits, je suis certain d’atteindre le Nirvana.

Faites place (Dans mon iPhone n°14)

Gallery

This gallery contains 10 photos.

Il fallait faire de la place dans mon iPhone, d’autant que de nouveaux albums arrivaient cette semaine, des choix cruels. Dans les nouveautés vous trouverez anasazi, Burntfield, The Dame et Tryo, autant dire des univers musicaux très différents. Je suis … Continue reading

Dix minutes

Image

Mon petit devait passer un entretien pour rentrer dans une école d’architecture à Marseille. A la base, je n’imaginais même pas qu’il serait convoqué, malgré de bonnes notes. Il sortait d’un bac pro…

Nous nous disions qu’au pire l’entretien se déroulerait via Skype comme le propose d’autres écoles.

Mais vendredi, c’était le 13 avril, 13 comme numéro le département de Marseille, 13 comme un vendredi 13. Pas d’entretien Skype, grèves de la SNCF vendredi et samedi, il fallait que notre petit sorte du nid pour se rendre chez les sudistes. Pas de train, pas d’avion aller-retour, une Logan pour tout véhicule, il faillait improviser. Jeudi soir, ma femme, mon fils et moi étions sur nos ordinateurs et smartphones à la recherche de la bonne combinaison à pied à cheval, en voiture : avion, trottinette, nage, train, cheval, voiture, stop, marche à pied, téléportation, vélo, fusée, bateau…

Après moultes recherches, contacts, la solution viendra de Blablacar et Airbnb.

  • Vendredi 13 – Illkirch – Strasbourg 15 min
  • Vendredi 13 – Strasbourg – Manosque 8h00
  • Samedi 14 – Manosque – Marseille 1h30
  • Samedi 14 – Marseille Prado – Ecole nationale supérieure d’architecture de Marseille 50 min
  • Samedi 14 – Ecole nationale supérieure d’architecture de Marseille – Boulevard de Font Ségune 40 min
  • Dimanche 15 – Boulevard de Font Ségune – Gare Saint Charles 35 min
  • Dimanche 15 – Marseille – Strasbourg 8h00
  • Dimanche 15 – Strasbourg – Illkirch 15 min

Trois jours dont vingt heures de transport pour dix minutes d’entretien.

C’était le plan. Mais voila. Le Blabacar Marseille – Strasbourg fait le mort, du coup nous réservons un billet de train retour pour le dimanche en espérant que le train circulera. Ensuite l’hôte de la chambre Airbnb validée, nous informe qu’elle est en vacances pour deux semaines, que son compte a été piraté. Du coup réclamation auprès Airbnb et recherche d’une nouvelle chambre dans le coin. Une vraie galère : les chambres annoncées disponibles ne le sont pas ou les propriétaires sont absents, bref l’horreur. Quatre réservations Airbnb, deux annulations, un remboursement, une réclamation, trois réservations Blablacar, un changement de point de départ, une annulation. Les voyages 2.0 ne forment pas la jeunesse, ils cassent les c…… des parents. Vivent les hôteliers, Air-France et la SCNF !

Notre tout petit (1m85) à peine sorti du nid (18 ans) et qui ne s’est jamais aventuré très loin de la maison, partait tout seul à l’aventure, à Marseille, la ville du sud, de la violence, du crime, des règlements de comptes, de la mafia, des hommes politiques véreux.

Le Grand Ried

Image

Lundi matin, café tiède et retour de vacances. Il fait doux, je troque les habits d’hiver pour ceux d’été et sors ma pochette noire pour y ranger mes papiers.

Arrivé au travail, je cherche le GPS dans lequel sont enregistrés les quatre sites que je dois visiter aujourd’hui et surprise, l’appareil n’est pas dans le bureau. Je me souviens l’avoir laissé pour une mise à jour au service informatique, une semaine plus tôt, car oui, nous ne pouvons pas le faire nous-même, c’est ainsi. Après trente minutes de recherche, je trouve enfin l’objet tant convoité, charge la voiture et prend la route du grand nord. Visite du Grand Ried, ses sens interdits que le GPS ne connaît pas malgré une mise à jour, ses cigognes, ses castors, ses sympathiques habitants xénophobes anti Allemands, antisémites, puis exploration de la campagne profonde, sur de petites routes peuplées de tracteurs.

Une souche bancale comme base instrumentale de précision, un thermomètre aux mesures aléatoires à moins que ce ne soit les relevés qui ne manquent de justesse et un ventre qui gronde, l’heure du repas approche. On me conseille une bonne adresse pas loin de là, “c’est notre fille qui fait le service”, alors si c’est votre fille…

Mais où se trouve donc ma pochette noire ? Vous savez la pochette noire, avec dedans les papiers de la voiture, la carte de péage d’autoroute et de carburant, mon portefeuille, mon téléphone portable. Pas de pochette noire.

Demi tour. Je remonte vers le Grand Ried, passe une nouvelle fois le long la Ligne Maginot qui se marre faute d’avoir servi à quelque chose. Après un détour d’une heure et quelques sueurs froides, je récupère la pochette noire que je ne lâcherais plus de la journée.

Mon estomac n’en peu plus mais je n’ai plus le temps pour un repas chaud au restaurant. Au programme salade sandwich Sodebo sur le bord d’une départementale bruyante, un petit chemin bucolique que tout le monde emprunte pour soulager sa vessie et ses intestins. Charmant…

J’arrive juste à temps, après un café McDo, pour la troisième visite du jour, accueilli par deux pyrénéens joueurs, un agneau collant et un cheval taquin. Je sors du coffre le grand jeu cette fois: table de camping, ordinateur portable, jumelles, trépied, pour effectuer un relevé d’obstacles tip top. Le temps d’expliquer, d’installer, de relever 200 des 360° à effectuer, la batterie du super PC semi durci me lâche. Génial, une manip pour rien. Normal, je l’ai chargé à fond juste avant de partir en vacances. Je découvre que la batterie toute neuve ne tient pas la charge. Toujours bon à savoir pour la semaine prochaine. Je remballe le matos, il faudra revenir.

Dernière visite, je descends vers Strasbourg, talonné par un utilitaire pressé d’en découdre avec un fonctionnaire. Au milieu d’une végétation luxuriante, je découvre la merveille de technologie, une centrale autonome météorologique, alimentée par le soleil, qui envoie toutes les heures ses relevés thermiques et pluviométriques via le réseau mobile à Toulouse, alimentant en temps quasi réel, nos bases de données. Une petite merveille de technologie à l’ombre d’un sapin de quinze mètres, le long d’un mur de pierre, mesurant la température de l’ombre en hiver, celle du mur en été et comptant les gouttes d’eau tombant des épines toute l’année. Une mesure représentative du jardinet, pas de l’Alsace.

C’était mon premier jour, la première des dix tournées pour visiter notre réseau de mesure. Le temps était agréable, les rencontres sympathiques, les chiens joueurs, le restaurant rigolo, la route belle. Une agréable journée de reprise.

Lundi prochain quatre nouvelles visites, dans le nord-ouest cette fois.

717

Image

Le Boeing 717, un avion de ligne mis en service en 1999, juste avant la fin du monde, pouvant emporter une centaine de passagers sur pas loin de 4000 km.

Mais l’article que je vous propose aujourd’hui parle d’une série TV.

  • Lost, avec son avion qui s’écrase sur la plage et les survivants qui découvrent l’île mystérieuse ? Non.
  • The Twilight Zone, où, lors d’un épisode, une créature, assise sur l’aile, sabote le moteur droit d’un avion en plein vol, sous le regard médusé d’un passager paranoïaque ? Non plus.

Il s’agit de Games of Thrones.

Quel rapport avec un Boeing 717 ? Aucun. Le titre de l’article était, si vous aviez été un temps soit peu attentifs, 717.

Après une excellente saison sept, nous avons voulu retourner aux sources et regarder à nouveau la saison une, la plus trash, la plus sexe. Aria petite (presque jolie alors), Bran marchant, Eddard avec toute sa tête, Sansa en oie blanche, c’était sympa de revenir quelques années en arrière. Débauche d’hémoglobine, de tétons, de bites, de foufounes, décors grandioses, personnages déjà très fouillés, à part un Khal Drodgo qui n’aura jamais été aussi bon que dans Stargate Atlantis (non pas dans Conan !), franchement la saison une était une bombe.

J’espérai sur cet élan nous allions attaquer la saison deux et avancer dans le temps avec les personnages, mais mon, épouse a décidé que non, ne voulant pas se farcir à nouveau les longs épisodes où Aria devient Personne, où les esclaves suivent la Khaleesi, où John rencontre les sauvageons. Ma femme voulait revoir la saison sept.

D’où le 717, je sais, c’est tiré par les cheveux… Vous n’avez pas encore compris ? Bon j’explique :

– saison sept, ça fait 7, saison une, ça fait 1, saison sept, ça fait 7, donc ?
– ben 15 si on additionne.
– certes… Mais si on met les chiffres les uns derrière les autres ça fait ?
– septunsept ?
– presque… encore un petit effort, les chiffres !
– 717 ?
– oui bravo !
– ah ok, 717, elle est bonne !
– oui, oui, passons…

Nous retrouvons donc les mêmes personnages, après quelques morts toutefois, certains qui reviennent même à la vie, l’hiver est de retour, c’est pour cela qu’il y a moins de fesses, on se les gèle, les enfants ont grandi et les acteurs pris quelques rides, du coup y a plus de fesses fripées. Passer du dernier épisode de la saison une au premier de la saison sept, c’est comme effectuer un saut temporel, une expérience assez déroutante, même dans une série TV. Un peu comme prendre un Boeing 717 au départ de Reykjavik en hiver pour atterrir quelques heures plus tard à Marrakech sous un soleil radieux.

Le bon côté de l’opération c’est que j’ai enfin compris que John n’était pas Snow, ni Cendre, mais Targaryen. Donc de bâtard, il est devenu chef de la Garde de Nuit, puis rois du nord, puis amant de la reine des Sept Couronnes (enfin presque que reine) et finalement il se retrouve être l’héritier de la couronne, baisant doublement (oui c’est facile et vulgaire) la petite Khaleesi qui décidément n’a vraiment pas de chance (bien fait, elle m’énerve depuis la saison une).

La bonne nouvelle c’est que nous regardons maintenant la saison 2. Avec un peu de chance nous continuerons par la saison 6 puis nous reviendrons à la saison 3 et la 4 pour finir par la 5. Logique non ?

 

Tsunami (Dans mon iPhone n°14)

Raz de marée généralement engendré par un mouvement brutal du fond de la mer au cours d’un séisme; désastre marin dans lequel une vague soudaine, énorme et dévastatrice est provoquée par une action sismique (tremblement de terre, éruption volcanique ou énorme glissement de terrain), un cyclone, voire des armes nucléaires, particulièrement dans le Pacifique.

(Source Futura Science)

Une semaine de congés ne m’aura pas franchement permis de dépiler les albums de mon iPhone. En passant pas l’Occase de l’Oncle Tom pour me délester de DVDs et CDs – grande opération ménage de printemps –  j’ai trouvé le moyen de repartir avec deux albums de Riverside… oui je sais. J’ai tout de même écouté la plupart des albums présents aujourd’hui dans mon iPhone de bout en bout, sans me décider à faire un tri qui deviendra bientôt indispensable, faute de place.

Je suis toujours dans une phase metal, et après les chroniques de Ayreon, Whyzdom, The Mars Chronicles, j’attaque celle de Seyminhol, du metal progressif symphonique français.

La poste ne m’a apporté aucune merveille depuis une semaine, je suis donc malheureux. Bien évidement The Gift n’est pas encore sorti, encore moins le fameux DVD de Gens de la Lune, et les prochains arrivages se situent en mai/juin, l’occasion de me concentrer sur les promotions pour une fois.

Sinon, grande nouvelle, le placo de la salle de bain est terminé.

Une semaine de vacances

Image

Vous aviez remarqué que j’étais en vacances la semaine dernière ? Non ? Moi non plus… Pourtant c’était bien le cas.

Tout a commencé le jeudi soir par une escapade touristique à Karlsruhe. Interview de Persefone, aller retour au centre-ville, recherche de toilettes, concert de Defecto, Oddland et enfin Persefone puis retour à Strasbourg.

Le vendredi saint, développement des photographies de la veille, rédaction du live report, contact avec les groupes, amen.

Le samedi, décompression explosive, migraine, donc rien.

Le dimanche, voyons voir, qu’ai-je fait le dimanche ? Si, une promenade à Strasbourg, une ballade de street photographie, premier jour et dernier de détente des vacances.

Les arcades

Le lundi, c’était stage photo. J’emmenais un spécialiste du cliché au ralenti se promener dans la nature pour lui expliquer les bases du maniement d’un appareil reflex avant qu’il ne parte couvrir un festival en Allemagne. Nous verrons bientôt s’il a compris mes explications.

Mardi c’était le grand jour, je posais le plafond de ma salle de bain. Location d’un lève plaques qui, démonté, rentrait à peine dans la voiture, découpes de plaques, positionnement, redécoupe, levage, vissage, injures, coupures, un programme 8h00-18h00 assez chargé pour une pièce d’un peu plus de 6 m², l’enfer !

Mercredi, début de la transcription de l’interview de Persefone. Trente minutes franco, anglo, espagnoles à comprendre puis à coucher sur le papier. Inutile de le dire, ce n’est pas fini. Ce genre d’exercice me prend une dizaine d’heures en moyenne.  En début de soirée, direction Pratteln en Suisse, pour couvrir le concert de Ticket to the Moon et Lazuli. Pas d’interview cette fois, mais de belles rencontres et un beau concert.

Jeudi, décompression explosive, la seconde. Développement des photos de la veille, écriture du live report, le tout au ralenti.

Vendredi, qu’ai-je fait vendredi ? Du bricolage encore. Il restait quelques finitions à apporter au plafond et une plaque à poser sur un des murs. Et puis retour au jardin, pour le nettoyer, semer des petits poids, préparer le sol.

Samedi, nouvelle décompression explosive, la troisième en une semaine, inquiétant, mais vu le rythme soutenu des derniers jours, guère surprenant. Cela ne n’empêche pas de bricoler encore un peu et de fabriquer une rampe grillagée pour faire pousser, citrouilles et potimarrons cet été.

Ne restait que le dimanche pour me reposer, mais non. Un peu de bricolage, une cloison, et un concert de musique de chambre pour lequel je suis sollicité pour la balance et pendant lequel je vais faire de photos. Neoprog va devenir bientôt Classiprog.

Bien entendu, chaque jour, je prépare à manger, écris des notes de blog, poste les actualités et les chroniques du webzine, écoute de la musique, chronique des albums, lance des lessives, étends le linge, nourrit le chat, vide sa caisse, fait la vaisselle, engueule mes ados, tire les chasse d’eau derrière tout le monde, fait un peu de ménage, regarde une série TV, bouquine, la routine quoi.

Vivement lundi, que le travail reprenne.

Le marionnettiste

Image

Pourquoi faut-il que le cyberpunk use d’images de tous les jours pour nous décrire l’univers numérique ? Pourquoi une IA doit forcément se manifester sous forme d’un avatar parfois ridicule. Pourquoi les flux de données, les pare-feux, les logiciels sont décrits comme pour parler aux des enfants ? Les concepts de glace et de cerbère, inventés, il me semble par William Gibson, suffisaient amplement à expliquer les sécurités des systèmes. Inutile de faire appel à des images enfantines comme des panthères noires, des pantins pathétiques ou des flocons incompréhensibles.

Station : La Chute fait partie des romans de cyberpunk, à savoir des livres qui parlent de mondes futuristes où l’informatique règne en maître et où les habitants sont connectés en permanence.

Quand vous rentrez dans ce genre de livre, vous devez d’abord vous initier au vocabulaire, la Trame, un marionnettiste, la Totalité, le Panthéon, la Guerre Logicielle, l’Allée des Cercueils, l’Epine, les Flocons, Dockland, un exercice qui rend fastidieuses les premières pages.

Si Al Roberstson se vautre dans les clichés du genre, il faut lui reconnaître quelques belles qualités : le concept de marionnettiste et de marionnette, symbiose contre nature entre un être humain et une intelligence artificielle. Même chose pour cette Allée des Cercueils, des serveurs où attendent les consciences numériques des défunts, qu’un vivant les appelle pour tromper sa solitude.

Le reste sonne assez classique, la Station, un lieu clos où se déroule l’intrigue, la Trame, sorte de monde virtuel qui masque le réel sordide, des IA qui ont fait sécession (la Totalité), une enquête sur un meurtre qui nous conduit au sommet d’un vaste complot, un guerrier numérique déchu pour trahison et qui revient, des années plus tard chez lui, privé de tout accès au monde numérique.

Sans être exceptionnel, Station : La Chute se lit bien. Si vous n’avez pas lu de cyberpunk depuis quelque temps, vous passerez un bon moment en sa compagnie.