Les plus regardées

Image

Quelles sont mes clichés les plus regardés et les plus appréciées ? La question n’est pas anodine, loin de là, il s’agit pour moi d’un indicateur sur ce que suscite mon travail de photographe amateur auprès d’un public de chausseurs d’images, donc des personnes qui a priori s’y connaissent un peu en photographie.

Flickr permet de visualiser des statisques sur les photographies que vous déposez sur la plateforme, à condition de posséder un compte pro. Des statistique assez primitives, mais qui donnent tout de même une petite idée de ce que les gens regardent.

Premier constat, ce sont mes images en noir et blanc qui sont les plus prisées à une exception près et de taille, ma photo la plus vue et la plus mise en favoris, je veux parler de celle-ci :

36453 vues, 164 favoris… Certes elle est jolie cette image, mais quand même.

Second constat, je ne suis pas doué pour les paysages. La première nature bucolique se classe en sixième position avec seulement 1184 vues et 24 favoris, une digue partiellement recouverte par la mer, à presque contre jour qui m’a demandé un mal de chien à développer.

Ensuite les photos d’oiseaux aquatiques obtiennent un franc succès avec trois élues dans le top 10. La Dinde de Noël a par exemple été vue 507 fois.

Les photos de concert, quoique difficiles à réaliser et à développer, n’obtiennent guère de succès, sauf une, et je ne sais pas pourquoi.; Trapolin’ à l’Espace Django 3329 vues et 52 favoris.

Mes clichés lunaires réalisent de bons scores, hélas c’est une de mes pires photographie qui est en tête du palmarès, lors de l’éclipse du 27 juillet 2018; 2759 vues et 56 favoris, incompréhensible.

Je valide par contre certains choix comme cette abbaye en Bretagne; 5420 vues et 77 favoris. Une perspective intéressante et pour une fois, un cliché original dans ma collection.

Oui bien cette perspective d’arcades avec une passante, un tirage que je possède dans mon bureau, en grand format car j’aime beaucoup la photo; 2135 vue et 48 favoris.

Ce que j’ai compris, au fil du temps, c’est que dans Flickr comme sur les réseaux sociaux, pour que quelque chose soit vu, apprécié, il faut le partager dans des groupes. Certains d’entre eux sont plus consultés que d’autres, il faut faire le bon choix et lorsque l’on vous invite à publier un cliché dans un groupe ou seuls les administrateurs peuvent valider une photo, là c’est le jackpot, comme pour ces cormorans sur le Rhin.

Alors j’ai multiplié les groupes pour mieux faire connaître mes images, groupes liés au matériel, groupes thématiques, techniques, mais sans grand succès jusqu’à présent je l’avoue. J’essaye de publier plusieurs photographies par semaine, en fonction de mon temps libre, objectif une image par jour, mais c’est assez difficile à tenir. Peut-être que je ne suis pas très doué en fin de compte malgré mon équipement et tout le temps consacré à ce loisir, mais qu’importe, je me fait plaisir.

Ys

Connaissez-vous la légende de la cité d’Ys, cette ville qui aurait été engloutie à l’époque où la Bretagne fut christianisée ? Certains rapprochent cette légende d’un autre mythe, celui de l’Atlantide. 

Mais mon propos n’est pas là. Il y a peu je suis tombé sur cette bande dessinée de Annaïg et Loïc Sécheresse, bretons de leur état, qui revisitaient un conte dont j’ai lu moultes versions. Le roi Gradlon converti au christianisme après la perte de sa femme, bâtit pour sa fille payenne une cité au bord de l’océan, protégée des assauts de la mer par d’immenses digues. Une ville dans laquelle sa fille rebelle pourrait être libre, s’exprimer, vivre, sans scandaliser le clergé de plus en plus puissant dans le royaume. Mais un homme (un prêtre, le diable selon les versions du conte) séduisit la jeune femme et une nuit lui déroba la clef des portes qui s’ouvrent sur l’océan, noyant la cité sous l’eau, un soir de tempête. 

Dans le récit se mêlent les légendes des villes englouties et le passage de la religion celtique au christianisme vers le cinquième siècle après notre ère. La BD, avec son graphisme presque enfantin raconte cette ancienne légende, sans coller à la tradition, modernisant le propos. Il est question de fanatisme religieux, de liberté de la femme, de démocratie participative ainsi que d’amour libre et de pouvoir.

Les dessins et couleurs esquissent à peine les personnages, traits noirs et couleurs délavées qui donnent un style très particulier à la BD. On aime ou pas, mais au moins, c’est original.

Une des choses qui m’a fait plaisir dans cette BD, outre ce mythe revisité, c’est d’y découvrir la préface signée Gilles Servat, un chanteur écrivain breton que j’apprécie tout particulièrement.

Si vous ne connaissez pas la légende de la ville d’Ys essayez cette BD ou sinon vous pouvez revisiter ce récit fantastique avec le regard plus moderne des deux artistes.

Vieillir, c’est moche

Image

Savez-vous à quel moment devient-on vieux, à part le jour où vous n’arrivez plus à tenir un Nikon D810 avec un 200-500 sans sucrer les fraises ?

C’est lorsque vous ne comprenez plus rien à la technologie. 

D’abord il y a eu cette foutue pastille rouge Apple Id sur mon iPhone et son bouton Continuer qui est restée accrochée des semaines aux réglages quoi que je fasse, avant que je comprenne qu’il fallait lire le texte en dessous, que je me déconnecte de mon compte puis que je re-connecte. Avouez que c’est con.

Ensuite il y a eu mon abonnement Adobe, désactivé pour faute de moyen de paiement. Faute de moyen de paiement ? Je vérifie mon compte PayPal, je le réactive, mais non, alors suivant les conseils de Adobe, je renouvelle mon abonnement et là pouf l’ancien abonnement se réactive également et pif deux prélèvements de 11,99 € surgissent sur mon compte. Damned ! Alors paf j’en désactive un et ping un nouveau prélèvement de 11,99 €. Trois cotisations en un mois. Je n’ai rien compris, eux non plus mais Adobe m’a remboursé… gentils Adobe. 

Il y a eu aussi cet excellent album d’Altesia reçu en promotion et que j’ai voulu m’offrir en CD. Je vais sur Bandcamp, commande l’album, reviens en arrière suite à un doute (ai-je bien commandé la version CD ?), je valide ma commande une fois rassuré (tiens le prix a baissé) et me retrouve avoir commandé la version numérique… Rha !!! Alors j’appelle au secours Altesia et les gars trop gentils m’envoient le CD pour le prix du téléchargement, et là j’ai honte, honte d’abuser de la gentillesse des gens et de ne plus rien comprendre à Internet. 

Sans parler de ma 2008 toute neuve restée ouverte toute une nuit car je n’arrive pas à penser au petit bouton de fermeture centralisée lorsque je la gare. C’est vrai quoi, c’était si simple les clefs… Alors je me réveille la nuit en me demandant si j’ai bien fermé tout, la voiture, la maison, le WIFI, l’eau, le gaz, ma braguette.

Et puis, plus grave, il y a eu cette histoire de série télé, Fargo saison 3 avec Ewan McGregor, quatre DVDs, plein d’épisodes que j’ai dévoré avec bonheur. Par contre, au troisième DVD, j’ai vraiment été surpris par ces épisodes flashback avant de réaliser que j’avais visionné de DVD n°3 avant le n°2.

C’est vraiment moche de vieillir…

Ce post aurait pu être sponsorisé par Paypal, Adbobe, la MGM, Peugeot, Nikon, Altesia et Apple.

Une nouvelle interview

Image

Quelques heures avant son concert devant vingt-mille spectateurs, Steven Wilson, l’ancien leader de Porcupine Tree et aujourd’hui artiste solo adulé même des ménagères grace à son ‘Permanating’, m’a accordé une interview.

Et quelle interview ! Tout D’abord c’était mon anniversaire, donc un jour pas comme les autres, ensuite Steven et son manager, présent pour l’occasion, ont libéré deux heures de leur temps pour un petit webzine francophone, enfin Wilson avait décidé de me parler en français. J’ignorais qu’il maîtrisait si bien notre langue.

Quelle rencontre ! Un homme sympathique et simple, avec beaucoup d’humour, passionné de musique et qui a le trac avant de monter sur scène. Je lui ai conseillé l’Euphitose au passage, j’espère que ça lui aura fait du bien.

De quoi avons-nous parlé ? Je ne sais plus exactement, de tout et de rien sans doute, une conversation décontractée, comme entre amis. Je me souviens seulement qu’il m’a dit que si on organisait un petit festival avec le groupe Burns, il serait enchanté d’y participer. Donc je vais planifier ça, dès que je saurai quel est ce groupe Burns, Runs, Cruns ?

Mon frère est même venu voir le concert, à moins que ce ne soit pour fêter mes cinquante-quatre ans, je ne sais plus, dingue non ? Moi je suis resté dans la rue, derrière le grand rideau qui se refermait lentement alors que les premières notes du concert débutaient. Oui c’était un concert en plein air en centre ville et je n’avais pas de billet. Drôle d’anniversaire vous en conviendrez. Mon frangin aurait pu me filer son billet, vous ne trouvez pas, après tout c’était mon anniversaire non ? Gollum gollum !

Deux heures d’interview c’est environ quarante heures de retranscription. Un travail de titan ! Par chance pour moi, par malheur pour vous, je n’ai rien enregistré et je ne me souviens que de quelques brides de cette rencontre, donc vous ne lirez rien dans les colonnes du webzine. 

Après l’interview, quelques minutes de concert et un bisou à ma maman décédée depuis trois ans, j’ai pris le TGV Rennes-Strasbourg pour rentrer chez moi en pleines grèves de la SNCF (oui le concert se déroulait au centre ville de Rennes je crois, en plein hiver). Je me suis réveillé sous la couette, un dimanche matin, me souvenant que je devais écrire un article sur la disparition de Neil Peart, le batteur de Rush.

Bon c’est décidé, demain j’arrête la drogue.

Panne âme

Image

Regarder la série Pam Am, c’est un peu comme écouter un album de Within Temptation, c’est bon et honteux à la fois.

Pam Am raconte les aventures de quatre hôtesses de l’air craquantes et de leur commandant et copilote. Des épisodes qui présentent la grande époque de l’aviation, lorsque seule une poignée de privilégiés pouvaient s’offrir un billet Londres New-York. 

Pam Am est une série pleine de bons sentiments, où histoires d’amour, d’espionnage et de vols transcontinentaux remplissent les épisodes. Les femmes sont belles, les hommes sont riches, le Boeing 707 est le top de la technologie volante et les escales exotiques : Paris, Londres, Moscou, Rome, Djakarta. Nous suivons les aventures amoureuses d’un équipage en perpétuel décalage horaire qui sert du champagne, des petits fours, tient le manche et réalise des atterrissages périlleux.

Oui j’ai honte, mais je suis resté scotché devant mon grand écran mural tous les soirs pour suivre les aventures palpitantes de la Pam Am, délaissant le dernier le Damasio et mon épouse.

Mon hôtesses préférée ? C’est Colette l’orpheline française, mais je suis certain que vous trouverez chaussure à votre pied, il y a les deux soeurs, la bombasse nunuche et l’espionne ainsi que la petite chef d’équipage aux grands yeux prête à tout sans parler du commandant qui est pas mal non plus. Oups !

Ma femme, jalouse, s’est moquée de moi et n’a regardé aucun épisode jusqu’au bout, comparant Pam Am à la Croisière s’Amuse. La gueuse ! De toute façon elle n’avait pas aimé la onzième saison du Dr Who. Aucun goût cette fille !

“L’avion, l’avion ça fait lever la tête, les filles les filles, ça fait…”

Ca tombe bien je viens de recevoir un billet gratuit d’Air France :

La société Airfrance® souhaitait remercier le peuple français de leur confiance et de leur choix de voler avec nous depuis 1933. Si vous avez reçu cet email, vous faites partie des chanceux qui recevront une récompense exclusive de votre choix présentée par airfrance.Vous avez le choix entre un vol gratuit à votre destination préféré, une carte cadeau jusqu’a 500eur ,un smartphone et beaucoup plus.

Cliquez ici, ou bien sur la carte cadeau au dessous pour continuer.

Je clique ?

De la photographie lunaire

Connaissez-vous l’art de la photographie lunaire, cette technique élaborée pour capturer la lumière du soleil réfléchie par notre magnifique satellite naturel ?

La Lune se situe à un peu plus de trois-cent-quatre-vingt fois la distance Strasbourg-Brest que j’effectue en douze heures en voiture en comptant les pauses pipi. Cela veut dire qu’il me faudrait environ vingt-sept semaines pour m’y rendre en automobile sans m’arrêter pour dormir. C’est loin, même avec ma nouvelle Peugeot 2008.

La Lune est en outre nettement plus petite que notre belle Terre, une diamètre presque quatre fois inférieur, autant dire une petite boule, située à vingt-sept semaines de voyage à cent kilomètres heure. Un truc insignifiant en fait.

Pourtant cet astre lointain et très proche en comparaison de Mars ou de Venus, ce satellite éclaire nos nuits, soulève les océans et joue sur notre psychisme. Alors pourquoi ne pas le photographier.

Pour ce faire il vous faut idéalement un appareil photo. Mais, si vous avez l’impression que la Lune est grosse dans le ciel, ne vous y trompez pas, tendez le pouce, vous verrez que lui seul est capable d’occulter cette boule de lumière nocturne.

Elle est loin et petite, donc si vous disposez d’un banal appareil photo, sans l’optique qui va bien, vous aurez au mieux sur la pellicule, un petit point lumineux. Equipez-vous d’un téléobjectif, un 500 mm au minimum, le 200-500 5.6 de Nikkor est très bien. Collez-y un doubleur de focale, vous arrivez à 1000 mm, pas mal. Installez tout ça sur un boitier APS-C Nikon D7200 et vous aurez l’équivalent d’une focale de 1400 mm.

Le problème qui se pose alors, c’est de porter l’attirail, car un boitier de 700 g, plus une objectif de 2300 g, sans parleur du doubleur, cela vous revient à porter trois boites de conserves de raviolis Panazanni collées les unes à aux autres pendant plusieurs minutes et ça sans trembler, essayez pour voir.

On en arrive à l’accessoire quasi indispensable, le pied photo, et pas n’importe lequel, un pied capable de supporter trois kilos d’équipement sans broncher, sans plier, sans lâcher.

Vous êtes maintenant fin prêt. Il ne vous manque qu’une télécommande. A quoi sert le pied photo si, lorsque vous appuyez sur le déclencheur, vous faite vibrer tout l’emsemble ? A faire de la photo d’art (un bougé quoi). Donc une télécommande.

Et hop, le tour est joué. Vous installez le doubleur sur le boitier, le zoom sur le doubleur, le pied sur le zoom (oui y a une vis spéciale pour ça, si vous fixez le boitier sur le pied, ça va se casser la gueule dans les cinq secondes et vous aurez le droit de retourner vous acheter un 500 mm, ouille…).

Pour les réglages, rien de plus simple, 400 ISO, ouverture F 11, obturation à 1/200 s, enfin à la louche, ça dépend de la phase de la Lune, de son élévation dans le ciel, de clarté du ciel et de plein d’autres conneries. N’écoutez pas votre appareil qui dit qu’il n’y a pas assez de lumière, c’est bien connu, un appareil photo ne sais pas faire de photographies. Faites plusieurs essais.

Pourquoi 400 ISO, ouverture F 11 et 1/200 s ? F 11 parce que mon matériel ne sait pas faire plus lumineux, le zoom est ouvert à 5.6 et j’ai un doubleur d’où F 11. Ce n’est pas si mal vu la focale. 1/200 s parce que la Lune bouge, le trépied vibre et qu’il y a toujours un peu de vent. 1/100 s c’est la limite, plus lent j’obtiens un bougé. Alors pourquoi ne pas grimper dans les ISO et gagner du coup en vitesse ? Afin de conserver une belle qualité d’image. C’est ma recette. Facile non ?

Reste un problème, un gros problème. Avec un doubleur, l’autofocus de votre objectif ne fonctionne pas, pas plus que la stabilisation. Si vous essayez le mode autofocus stabilisé, il y a de fortes chances que votre boitier patine d’avant en arrière et se fige sur une image floue pendant que le stabilisateur s’affole en produisant des bruits étranges.

La photo lunaire, c’est enfantin, sauf pour ça, la mise au point, et là je vous l’avoue, c’est vraiment la chienlie. Désactivez la stabilisation et l’autofocus, tentez de pointier la Lune dans le viseur : “la vache c’est dur, et la conne elle bouge à toute vitesse, et la rotule ne serre pas assez bien, l’appareil descend, merde je l’ai perdue !”.

Oui la lune bouge, mais là c’est surtout la Terre qui tourne sur elle-même en vingt-quatre heures, vous savez, le jour et la nuit, ben c’est ça. Un tour sur elle même en vingt-quatre heures c’est pas grand chose vous me direz, oui mais vu d’une focale de 1400 mm, un tour en vingt-quatre heures c’est environ dix secondes dans le viseur, après la Lune s’est barrée.

Une fois que vous avez stabilisé votre pied boitier doubleur zoom main table vers la Lune, reste la mise au point. Vous disposez de moins de cinq secondes pour regarder dans l’objectif, tourner la bague de mise au point (non pas celle du zoom) et de trouver l’image parfaite. Allez-y, éclatez-vous et clic, clac, clic, clac.

Il ne reste plus qu’à rentrer à la maison, regarder vos belles images… floues. Vous croyez peut-être que votre oeil est capable de faire une mise au point sur un objet situé à plus de 385 000 kilomètres les bons jours ? Ben pas le mien assurément.

Alors on recommence, mais cette fois, après avoir chopé une Lune floue dans le viseur, vous basculez en douceur sur l’écran de votre boitier puis vous zoomez, zoomez (le bouton +) de préférence sur le bord de l’astre, parce qu’au centre y a trop de lumière et vous ne distinguez plus rien.

Comment ça vous ne voyez qu’une boule lumineuse ? Mince, j’aurai du commencer par ça. Si vous voulez photographier correctement la Lune, n’attendez jamais la nuit noire. Le contraste entre le ciel nocturne et la la lumière solaire reflétée sur régolithe lunaire est énorme, votre appareil n’arrivera probablement pas à s’en dépatouiller sans filtre. Et utiliser un filtre la nuit, enfin bon, vous faites ce que vous voulez n’est-ce pas.

Donc on recommence tout. A la tombé du jour, sortez votre boitier, doubleur, zoom, télécommande et pied photo dans le jardin. Faites tout ce que j’ai dit avant, passez en mode écran, zoomez et alors là tentez de tourner délicatement la bague de mise au point. Pourquoi délicatement ? Parce que la rotule peut lâcher sous le poids de votre main associée aux trois kilos de matériel, que sur l’écran, la moindre petite pichenette va donner le tournis à l’image devenue folle (déjà dans le viseur c’était l’enfer, là zoomé par dix, c’est l’horreur) et tentez la meilleure mise au point possible.

La meilleures, comment ça la meilleure ?

Oui parce que voilà. S’il fait chaud, il va y avoir des turbulences dans l’air, un peu comme quand vous prenez l’avion, ces vagues qui vous donnes envie de vomir, sauf que là, la masse d’air devient plus où moins dense, agissant à son tour comme une lentille et déformant quelque peu l’image.

Mais j’ai la solution, sortez faire de la photographie lorsqu’il fait froid, très froid. Ok ça caille et avec les gants, toutes la manips de mise au point deviennent infernales, alors équipez-vous de gants de soie. Je ne l’avais pas dit avant ? Les gants de soie sont fins et permettent de faire de la photo sans avoir l’impression d porter des moufles, il y a en a à pas cher chez Décathlon.

J’en étais où ? Oui à la tombé du jour, en hiver, par ciel clair, muni de gants en soies, d’un boitier, d’un doubleur, d’un zoom, d’une télécommande et d’un pied photo, vous êtes fin prêt pour photographier la Lune. Oui mais non. Car deux kilos trois cent de verre, cela possède une certaine inertie thermique et j’imagine que vous ne rangez pas votre 500 mm dans le frigo. Il faut donc que votre optique se mette à la bonne température, pas vos batterie pas contre, elles ne tiendraient pas très longtemps. Donc laissez votre objectif au frais quelques minutes avant de commencer à jouer. Mais pas trop, sinon il va faire nuit ou les nuages vont arriver ou votre femme va crier “à table chéri !, arrête de jouer avec ton appareil à faire des photos moches”.

Vous êtes prêt ? Comment ça la Lune n’est pas encore levée ? Ben oui, déjà que la Lune joue à cache cache avec ses phases mais en plus il faut attendre que la Lune se lève et qu’il ne fasse pas encore nuit noire.

Voila pourquoi j’ai du mal à obtenir une belle image lunaire nette. Il faut que le ciel soit clair, que la Lune soit levée, qu’il fasse encore un peu jour, qu’il fasse froid mais pas trop non plus, que je ne sois pas encore en robe de chambre, que les accus de mon appareil photo soient chargés, que j’ai le temps de mettre tout à température, qu’un voisin ne me tombe pas dessus croyant que je matte les fesses de sa femme, que ce ne soit pas l’heure de manger, que que, que surtout j’arrive à faire une mise au point convenable avec ce pied photo instable et ces trois kilos de matos.

Tout ça pour quoi ? Pour une photographie, bien moins belle qu’un cliché fait au télescope amateur, bien moins belle qu’une image de la NASA, mais une photographie faite par moi, pour réussir l’image la plus parfaite possible, aux extrêmes limites de mon matériel et de mon oeil, juste pour le fun.

Ce post était sponsorisé par Peugeot, Panzanni, Décathlon et Nikon.

La Citée Saturne

Image

“Eh ! Qu’est-ce que vous fai….”

“Tchic, vlam, sfhuu, tchac, zuiin, ftssh, fzzzuiiii, fssh, bam, boum, paom, pam pampam, glang, pschiiii, paom, braom,kshhh, clic, tchac, tzzzzz, zip, tzzz, tzzt,tzut, papapam, pampampam, papapam, paom, clong, fsshhhuuuu, paom, bom, brrrrrr, brrm, tsham, bloaam, bam bam bam, pan, braom, boum, fschu, bzuuu, slash, fshh, haaaaaaaaaa, fush, skriish, pampampam paom, tshrac, iiicrr, critch critch, bram, fshhhhhhhhhhhhhh, bam tcrich, bam, fush, criiicriiicriii pam, grrr, pwouf fssh fssh, grrrr, han, bom, clang, pschii, fshh, zioum, cling clang, gmii, …, clac clac, badam”.

“J’ai réceptionné la livraison de Killy, je rentre.”

Je viens de vous résumer quarante-deux pages du tome 1 du manga BLAME! que mon fils m’a offert pour Noël.

A la base je suis plutôt littéraire, préférant les livres aux bandes dessinées, alors les mangas… j’en ai lu très peu. Mais mon aîné voulait faire l’éducation de son vieux père, alors sous le sapin, il a glissé trois mangas parlant de science-fiction. Les cases en noir et blanc, le format de poche, la lecture à l’envers et un dessin, le plus souvent peu travaillé, font que je me suis peu intéressé à cette forme de bande dessinée venue du Japon, d’autant que je ne suis pas un fétichiste de petites culottes d’écolières.

Excepté Planètes que je possède en édition grand format ainsi qu’en DVD, je n’avais donc pas de mangas à la maison et me voila maintenant avec trois séries à découvrir : La Citée Saturne, Blame! et Gunnm.

J’ai commencé par Gunnm, l’histoire d’un justicier qui bricole une androïde qui devient à son tour une justicière : baston, baston, baston, bof… J’ai poursuivi avec Blame! et si les graphismes sont assez travaillés, les dialogues eux sont, comment dire, pauvres comme en témoigne le début de cet article. Puis j’ai ouvert La Citée Saturne, le récit d’un enfant qui devient laveur de carreaux sur une citée anneau autour de la Terre. Et là, malgré ou grâce un graphisme on ne peu plus simple, j’ai adoré, allez comprendre.

Le premier tome, le seul que j’ai lu pour l’instant, se découpe en petits récits qui font la grande histoire. L’enfant reprend le métier de son père, laver les parois extérieures de la station annulaire pour que la lumière naturelle inonde les lieux de vie. Chacun de ces récits, pleins de poésie, dépeint des aspects de la vie quotidienne dans la Cité Saturne, des personnages, des sentiments et progresse dans l’histoire de ce père disparu alors qu’il travaillait en scaphandre à nettoyer la paroi donnant vers la planète bleue.

Ce manga rejoint ce qui m’avait séduit dans Planètes, un réalisme science-fictionnesque, l’évocation d’un sous métier pourtant indispensable (éboueur de l’espace, laveur de vites), l’humanité des personnages et la poésie de la narration. A découvrir, même si vous n’aimez pas les mangas.

Le film de Noël

Image

Depuis ma tendre enfance, il est une tradition familiale qui perdure : le film de Noël. J’ai vu Bambi, Pocahontas, Indestructible, le Seigneur des Anneaux, The Hobbit et plus récemment, dans la plus pure tradition Disney, Star Wars. Plus pure tradition ai-je dis ? Oui vous savez, les princesses, les héros, le baiser, la mièvrerie quoi.

Lucas à vendu la licence à Disney pour s’assurer une retraite dorée, et les moutons dans mon genre (nous sommes très nombreux), ont été à Noël, regarder l’épisode IX. Mollet s’il vous plaît ou à la coque.

Le VII ne m’avait pas emballé, le VIII m’avait énervé, le IX m’a endormi et fait rire, mais pas au bon moment. Deux heures vingt-cinq minutes bordéliques avec un seul beau passage, un combat au sabre laser au bord d’un océan déchaîné, sur les vestiges de l’étoile noire.

Je n’ai même pas eu un beau combat spatial digne de ce nom à me mettre sous la dent. Les dialogues plats, les acteurs toujours aussi mauvais et le scénario est inexistant.

Merry débarque dans l’histoire et on se demande vraiment pourquoi, Leia meurt encore une fois (espérons que ce sera la bonne), Han ainsi que son pote Luke reviennent pour un baroud d’honneur et je me suis ennuyé à mourir tout au long de l’histoire.

Vous aimeriez bien savoir qui embrassera Rey n’est-ce pas, et bien vous devrez dépenser quatorze euros pour le savoir car je ne fais jamais de spoiler. Par contre, je vous le dis, et c’est gratuit, l’heureux prétendant meurt à la fin.

Reste la vraie question vais-je claquer encore des euros pour acheter le blue Rey lorsqu’il sortira ?

Probablement, histoire de compléter la trilogie de la trilogie, même si le VIII, je n’ai jamais eu la force de le regarder jusqu’au bout à la maison. Mais que voulez-vous, je suis débile.

Une fin d’année

Image

Tous les ans je décore la maison, des guirlandes à l’extérieur, un sapin à l’intérieur, histoire de chasser le brouillard et la nuit qui nous entoure.

Il y a ceux qui détestent Noël et le Jour de l’An, qui s’enferment, qui s’isolent pour les fêtes, qui fuient la famille, les réjouissances. Je ne suis pas de ceux-là, j’aime les fêtes. J’aime me retrouver entouré des miens, sans excès, pour partager une soirée ensemble. Une bouteille de bon vin, un repas simple mais bon, un jeu de société, l’occasion de parler, de se retrouver, d’évoquer des souvenirs, de partager quelque chose ensemble.

Mon épouse n’aime pas les fêtes mais fait un effort pour moi. Nous restons en famille, tous les quatre avec le chat, installés devant une coupe de champagne à discuter en grignotant. Pour le réveillon de la Saint Sylvestre, l’usage est de faire un long repas, entrecoupé de jeux de société et jeux vidéos: Saboteur, Bomberman, Monopoly, Mario Kart, Novembre Rouge. Le repas commence vers vingt heures et s’achève l’année suivante, généralement avec une ultime partie de kart alors que les derniers pétards explosent à nos fenêtre.

Mais cette année quelque chose s’est brisé.

Il n’y aura pas de réjouissances familiales.

Le petit dernier, en seconde année de prépa, ne nous parle plus, ne mange plus avec nous, se contentant de déposer son linge sale et de nous hurler dessus si quelque chose ne lui convient pas. A Noël, il est resté enfermé dans sa chambre. J’en ai terriblement souffert.

Quant au grand, il est en pleine dépression, traînant sa carcasse et son mal être dans la maison depuis cinq mois. Chaque jour nous nous réveillons en nous demandant s’il ne s’est pas fait sauter le caisson. Mais non, il réapparaît vers midi, lorsque nous le sortons du lit, plus déprimé que la veille, moins décidé que jamais à prendre sa vie en main.

Alors non, même moi, je n’ai plus de goût pour les fêtes cette année. Jeune, je croyais que les enfants seraient une source de bonheur, d’enrichissement, que nous leur transmettrions des valeurs, que je ne reproduirai pas les erreurs de mes parents. Je suis bien loin du compte semble-t-il.

Plus qu’une soirée de “réjouissances”. Je pense me coucher tôt, je travaille aujourd’hui, enrhumé, avec un bon mal de crâne lancinant, et je sens que les pétards vont me taper particulièrement sur le système cette année.

On se retrouve en 2020 pour de nouvelles réjouissances.

The Expanse

Image

Alias avait écrit un billet il y a bien longtemps sur The Expanse, cette série de science-fiction. Une série également basée des romans de James S.A. Corey.

Une histoire complexe qui raconte la rencontre de l’humanité avec une protomolécule agressive alors que les tensions sont très vives entre Mars et laTerre et que les habitants de la ceinture d’astéroïdes vivent dans d’épouvantables conditions, à la limite de l’esclavagisme.

Entre space opéra, politique, terrorisme et science-fiction, The Expanse nous plonge dans un univers complexe avec de nombreux récits parallèles, beaucoup de personnages dont James Holden, le capitaine du Rocinante, un vaisseau « emprunté » aux martiens.

J’avais adoré le roman et lorsque j’ai plongé dans sa mise en images, j’ai retrouvé avec bonheur cet univers fouillé et pas forcément aisé à rendre visuellement. Bien entendu, certains personnages n’ont pas forcément collé à l’image que je m’étais faite d’eux, mais dans l’ensemble, à part justement un Holden un peu pâlichon, j’ai trouvé que la série tenait la route.

Je n’ai toujours pas lu le tome 3, et ça tombe bien puisqu’à la médiathèque ils ne disposaient que des deux premières saisons. Je vais donc attaquer le prochain livre pendant les vacances de Noël, peut-être pendant la nuit du réveillon comme le veut une tradition Islandaise, en attendant que ma médiathèque n’achète la saison trois en DVD.