Ikea je t’aime

Image

Vous en avez assez de meubler votre logement avec des meubles suédois ? Alors écoutez mon histoire.

Il y a quelque temps, mon épouse et moi même avons décidé de revoir la décoration de quelques pièces de notre maison. Après avoir refait les sols de deux pièces, nous avons envisagé de revoir l’ameublement datant d’il y a trente ans et d’alléger la décoration quelque peu chargée.

Dans les meubles remplacer, il y avait un bahut ancien sous lequel s’empilaient le matériel vidéo et les consoles de jeu. Nous voulions remplacer ce bazar par un vrai meuble TV prévu pour faire passer les fils et ranger les équipements.

La difficulté résidait dans l’ampli 5.1 de taille conséquente qui ne rentre pas dans tous les meubles, loin de là. Chez Ikea, deux modèles répondaient à nos attentes, mais voila, Ikea, nous en avons un peu assez à force, alors nous avons envisagé de monter un peu en gamme pour une fois.

Ma femme aime bien l’enseigne Maison du Monde, c’est vrai que l’on y trouve des meubles faux vieux ethniques qui possèdent un peu plus de style que les WERKGLENBERG blancs laqués que l’on trouve chez tout un chacun.

Dans la boutique Maison du Monde nous n’avons pas trouvé notre bonheur mais sur leur site il y a beaucoup plus de choix. Il faut dire que comme Amazon, Darty, Fnac et cie, ils se sont mis eux aussi au Market Place, vous savez ces boutiques dans la boutique.

Justement sur une de ces boutiques, nous avons trouvé un meuble TV en teck recyclé qui correspondait à nos attentes. Un meuble de Boisdessus Boisdessous à 819 euros tout de même.

Commande est passée et une livraison est prévue à partir du 31 mars.

Première contrariété, le 30, un mail nous annonce que le meuble sera livré le jeudi 7 avril entre dix heures et midi. Alors en fait moi je travaille, en l’occurence le 7 avril j’étais à 250 km de là en déplacement et pas moyen de changer la date de livraison sur leur site. Ma femme à dû poser une matinée.

Les livreurs sont bien entendu arrivés à midi. Il a fallu leur rappeler qu’ils devaient déposer le meuble dans la pièce, le déballer et emporter l’emballage, sinon ils auraient laissé le paquet de 38 kilos de 1,60m par 50 cm sur le trottoir sous la pluie battante de la tempête Diego.

Lorsque je suis rentré le vendredi soir, j’ai découvert la merveille. Un meuble en teck recyclé dans lequel l’ampli 5.1 rentrait au millimètre près (il me semblait que je disposais de 2 cm de marge lors de mes mesures). Bon au moins ça rentrait.

La mauvaise surprise c’est qu’un des trois tiroirs possédait une couleur très différente des deux autres et qui plus est, s’ouvrait très mal.

J’ai donc pris ma plume pour exprimer mon mécontentement :

Bonjour,

Nous avons bien réceptionné le meuble TV. Toutefois le tiroir droit n’est pas exactement de la même teinte que le reste du meuble (il est beaucoup plus sombre) et est difficile à ouvrir. A ce prix là, on pourrait attendre un meilleur travail de finition.

Cordialement

Le service après vente m’a répondu le lendemain

Bonjour Monsieur Le Brun,

Pourriez-vous nous envoyer des photos (ou vidéo) afin que l’on puisse mieux se rendre compte de ce qui vous pose souci ? 
A savoir que ce meuble est créé à partir de bois de teck recyclés, il y a donc plusieurs teintes présentent sur les meublent car ils ne sont pas fabriqués avec le même arbre.

Si les pièces jointes ne passent pas sur cette messagerie, vous pouvez nous les envoyer sur notre mail : contact@bdbd.fr

J’ai donc envoyé des photographies :

Voici leur réponse :

Bonjour Monsieur Le Brun,

Merci pour ces photos. Après analyse de celles-ci, nous vous confirmons que votre meuble est bien conforme. Comme je vous l’expliquais, il s’agit de Teck recyclé et donc les teintes peuvent varier.

Concernant l’ouverture de votre tiroir, auriez-vous la possibilité de nous envoyer une vidéo que l’on puisse se rendre compte du souci ?

Bien à vous.

Sarah -BDBD

J’ai donc envoyé une vidéo via WeTransfer qui montrait l’ouverture difficile du tiroir.

Bonjour Monsieur Le Brun,

Je vous remercie pour l’envoi de la vidéo demandée.

Il y a effectivement une petite résistance au niveau de l’ouverture qui est assez courante sur ce type de bois mais, avec le temps, le tiroir va de mieux en mieux glisser et vous n’aurez plus du tout ce souci.

Votre meuble est en très bon état et tout à fait conforme.

La teinte plus foncée du tiroir de droite est ce qui donne tout son charme aux meubles en bois de Teck recyclé.

Nous vous souhaitons une excellente semaine.

L’équipe BDBD

Soit. Mais le tiroir coinçait toujours et il fallait tenir le meuble lors de son ouverture, sinon tout bougeait. Ils n’avaient probablement jamais téléchargé la vidéo en question sur WeTransfer, ou alors les notifications de la plateforme fonctionne très mal… C’est moche de mentir.

Ma réponse ne s’est pas fait attendre :

Bonjour,

Si je résume nos échanges, vous me dites que si les tiroirs n’ont pas la même couleur et ne s’ouvrent pas correctement c’est normal.

Cela en dit long sur la qualité de vos produits et de votre service après-vente, et je vais me faire un plaisir de partager cette expérience d’achat sur les réseaux sociaux.

Cordialement

Chose promise, chose due. Je poste ici ma petite colère sans grand intérêt histoire de faire de la pub à leur enseigne.

Ils m’ont tout de même proposé de reprendre le meuble, à leur frais et de nous rembourser. Un beau geste. Sauf que j’avais déjà percé deux trous supplémentaires dedans pour faire passer tous les fils de mon installation. C’est qu’il y a beaucoup de câbles dans mon installation. Oui je suis un boulet.

Apollo 55

Image

Oui vous le savez, je suis un fan de l’espace, d’ailleurs en ce moment je lis Vers Les Étoiles de Mary Robinette Kowal, je regarde la série The Red Stuff et j’attends la saison deux de For All Mankind, c’est dire.

J’ai arrêté les legos depuis bien des années mais j’ai transmis cette passion à mes enfants en leur offrant régulièrement ces petites briques plastiques permettant une infinité de combinaisons possibles.

Des années durant, je suis resté à quatre pattes dans leur salle de jeu à assembler avec eux des tours géantes, des châteaux forts et des vaisseaux Star Wars.

Mais aujourd’hui mes garçons sont adultes et moi j’ai 55 ans. Je ne joue plus aux legos avec eux.

Eux n’ont pas oublié ces heures passées ensemble et savent bien que leur vieux père reste un enfant geek indécrottable, toujours passionné d’espace et de science-fiction.

Lego est une marque qui se renouvelle sans cesse, encourageant les créateurs à proposer de nouvelles idées à la marque comme cet incroyable Colisée composé de 9036 pièces.

Mais là où il me font rêver, c’est avec leurs maquettes de vaisseaux spatiaux. Pour saluer l’exploration spatiale, ils ont même édité un LEM et une fusée Saturn V, de quoi faire rêver un vieux passionné de la course aux étoiles tel que moi.

Mais bon, même si cela me fait rêver, je ne vais pas recommencer à jouer aux legos à mon âge, d’autant que ça prend pas mal de place une fois monté ces choses là. J’ai résisté, car je suis fort, je ne n’ai jamais acheté de vaisseau Star Wars ou la fusée Saturn V. C’est ça la force de caractère !

Mais voila, je viens d’avoir 55 ans, et mon aîné, plus geek que moi et connaissant mes faiblesses, m’a offert la Saturn V, 1969 pièces comme l’année du premier homme sur la Lune. Je n’allais pas le décevoir en refusant son cadeau, j’aurais été un père indigne.

Alors pour lui faire plaisir, après avoir englouti deux parts du délicieux gâteau à l’ananas confectionné avec amour par ma douce épouse, j’ai ouvert la boite et étalé les douze sachets de legos et le plan sur le plancher du salon.

J’ai ouvert le premier sachet et, fébrile, j’ai commencé l’assemblage. Le premier pochon vidé, j’avais déjà le cylindre du réservoir principal assemblé. J’ai été me servir un expresso serré, j’ai posé un coussin sous mes genoux calleux de vieillard et ouvert le second paquet. Impossible de m’arrêter. J’ai passé au final six heures à assembler le monstre de briques de plus d’un mètre de haut.

Me voilà avec une Saturn V trônant dans le salon, monstrueux objet incongru dans le décor musical de la maison. Que vais-je en faire ? Excellente question. La démonter brique après brique et ré assembler la fusée les jours de pluie. Bof… Je vais peut-être la ramener au travail pour décorer le bureau histoire de ternir un peu plus ma réputation.

Journal d’un déconfinement

Image

Le lundi 11 mai 2020, après cinquante-quatre jours de confinement, commençait le déconfinement.

J : Lundi 11 mai 2020 – déconfinement

Vous pensiez être débarrassés de moi et de mes humeurs ? Perdu. C’est le retour du blog, avec un nouvel épisode, celui du déconfinement, qui risque de durer bien plus longtemps que cinquante-quatre ridicules jours. Là vous allez en avoir au moins jusque septembre.

Oui je sais c’est dur, très dur, pour moi aussi d’ailleurs, parce que mine de rien, lorsque je me suis embarqué dans ce journal du confinement le 16 mars dernier, je n’imaginais pas devoir écrire un petit billet chaque jour pendant deux mois. Il y avait des jours où je n’avais rien à raconter, le plus souvent d’ailleurs. Imaginez l’angoisse de la page blanche certains matins devant mon café.

Si vous avez tout lu, bravo, moi je ne l’aurai pas fait. Trop pénible, déjà que la situation n’était pas géniale, en plus suivre les délires d’un blogueur angoissé aux propos parfois fascisants ou simplement débiles pendant une si longue période en comptant le nombre de fautes d’orthographe par ligne, cela force le respect.

Alors rassurez-vous, ce billet n’est qu’une boutade, j’arrête le journal, il n’y aura pas de Journal d’un déconfinement, de toute façon je ne vais plus avoir de temps pour ça, le travail m’appelle, aujourd’hui je n’ai pas arrêté de 6H55 à 17h10 : rappel des consignes, trois infiltrations d’eau, suppression de toutes les corbeilles papier, vérification des expéditions, courrier, un pur enfer et ça va être comme ça pendant cinq jours toutes les semaines, vivement les vacances !

Portez vous bien.

Bon à rien

Image

Dilettante, je m’intéresse à tout et je ne vais au bout de rien. Chroniqueur de rock progressif, je suis un non spécialiste du genre faisant l’impasse sur les discographies de nombreux groupes phares du genre. Photographe amateur, je possède un très bon matériel et pourtant mes clichés restent passe-partout dans le meilleur des cas. Blogueur, j’inonde la toile de ma prose auto-satisfaite remplie de fautes d’orthographe et lue par dix personnes au monde. 

Je suis un touriste, un rigolo même pas drôle qui survole sans jamais approfondir. Astronomie, informatique, musique, photographie, bricolage, littérature, jardinage, science-fiction, je dilapide mon temps et mon argent sans jamais aller au bout du sujet. Lorsque les difficultés surviennent, je passe à autre chose ou je trouve un raccourci pour ne pas m’infliger la honte d’un échec.

Ne serait-il pas plus intelligent de consacrer toute cette énergie débordante à une seule passion, d’aller au fond du sujet, de tenter d’être vraiment pointu dans un domaine ? 

Le problème c’est que des tas de domaines attirent mon attention, j’aimerais tout faire, tout essayer, tout connaître, enfin, presque tout. Au lieu de cela je possède un vernis Reader Digest, des résumés sur tout et surtout sur rien, un vernis facile à gratter sous lequel il n’y à rien. 

Vous me direz, de nombreuses personnes ne s’intéressent à rien, une vie sans passion, juste le foot, les gosses et le boulot. Mais sont-ils moins heureux pour autant ? Recherchent-ils cette reconnaissance futile de ceux qui en savent encore moins et qui sont éblouis par pas grand chose ?

Des fois je me demande à quoi peut bien servir cette fuite en avant dénuée de sens. Échapper au monde réel, au sordide quotidien ? 

Je pense qu’il est temps que je me remette sérieusement en question, que je laisse tomber la photo, le rock, le bricolage, les livres, les séries TV, le jardin, les jeux vidéos, le travail, la musique, les filles et que je me concentre sur une seule activité, l’unique l’ultime, la psychologie, pour aller au fond du sujet une fois pour toute, c’est à dire au fond de moi.

Sur l’échafaud

De nos jours il existe des textes, des règlements, des lois pour tout régir et nous protéger des autres comme de nous-même.

Travailler sur un chantier n’est pas une affaire des plus simple, il faut se protéger et protéger les autres et croyez-moi, les textes ne plaisantent pas sur le sujet.

Autour de notre bâtiment, s’élève depuis quelques jours un énorme échafaudage car nous allons offrir un lifting à notre vénérable administration.

Après un fastidieux appel d’offre, une société a été retenue, mais ce n’est pas elle qui fera le travail. Elle fait appel à des sous-traitants. Un pour l’échafaudage, un pour l’isolation, un autre pour le crépi, un autre pour le zinc, un dernier pour l’électricité.

Tous devrons passer sur l’échafaud. L’assemblage de tubes et de passerelles métalliques peu s’apparenter rapidement à une condamnation à mort si tout n’est pas fait dans les règles de l’art.

La pose tout d’abord. Si le sous-traitant est bien assuré et habilité pour installer et gambader sur l’échafaudage non conforme, nous découvrons très vite que les autres sous-traitants ne le sont pas. Donc lorsque l’assemblage sera terminé et réceptionné, personne, à part la société qui a fait le montage, ne pourra travailler sur le chantier.

Mais encore faudrait-il que l’échafaudage soit aux normes et bien assemblé. Car il y a des règles en la matière, des règles de distance, de montage, de sécurité, des plans de circulation, des plans de prévention. L’échafaudage n’est pas terminé. Il a commencé à s’élever il y a maintenant trois semaines mais les ouvriers ne sont venus travailler que cinq jours sur cette période. Impossible de travailler lorsqu’il pleut nous disent-ils, alors ils ne viennent que lorsqu’il pleut et sont absent les beaux jours. Allez comprendre. Les bases doivent êtres assises sur des planches, mais point de bois, nul part, alors que l’édifice de métal s’élève dans les cieux. « Vous savez que vous devez mettre des planches ? ». « Oui oui mais on a pas reçu les bois. ». « Et vous continuez à monter l’échafaudage ? ». « Oui oui, on les mettra dessous après… ». Respect.

Accessible à tout promeneur curieux, sans garde corps, dangereux, notre échafaudage a déjà failli blesser un agent alors qu’il n’était pas encore totalement assemblé. Des planches sont tombées du ciel.

Le chantier devait débuter fin septembre mais l’échafaudage n’est toujours pas terminé, pas réceptionné et les entreprises qui doivent intervenir n’ont pas les assurances pour grimper dessus. Des courriers sont partis, des pénalités de retard brandies, des menaces proférées. L’hiver arrive et le chantier devra bientôt être interrompu à cause du gel. Il devait s’achever avant décembre, c’est bien mal parti. Des têtes vont tomber.

L’habit ne fait pas le moine

Image

Il m’arrive de bricoler, comme dans ma salle de bain aujourd’hui terminée. Plâtre, plomberie, électricité, j’y arrive, mais je ne suis pas doué. Par exemple je déteste la plomberie, craignant sans cesse la fuite. Cela me donne même des insomnies. Pour ce qui est du placo, je ne fais pas confiance à mes fixations et je crains toujours que le plafond suspendu me tombe sur la figure, quant à la l’électricité, imaginez mes angoisses.

Mais voila, mon nouvel emploi d’homme à tout faire m’amène de temps en temps à devoir bricoler au travail, une porte récalcitrante, un serrure à changer, une fuite dans les toilettes, une prise électrique à remplacer. Du travail de base, qui ne demande pas de grandes qualifications, mais qu’il faut bien faire si on ne veut pas que nos locaux tombent en ruine.

Le hic, c’est que pour monter sur une échelle (même un escabeau), une habilitation travail en hauteur est obligatoire, et je ne l’ai pas. Embêtant non ? Si je tombe, l’administration pourra toujours dire que je n’avais pas l’habilitation pour monter dessus. Alors que fais-je, je monte ou je ne monte pas ? Ben je monte.

Pour l’électricité, c’est la même chose, avant de démonter un interrupteur, rentrer dans un local électrique, abaisser un disjoncteur, il faut être habilité, et là, je le comprends nettement plus. Peut-être parce que je ne suis pas très rassuré quand je touche au fils (d’ailleurs lequel faut-il couper, le jaune, le rouge, le bleu ou le noir ?).

J’ai donc insisté pour faire un stage d’habilitation électrique. J’en vois déjà certains qui se marrent au fond de la salle, et ils ont raison.

Mon service formation permanente m’inscrit donc à un stage d’habilitation électrique, neufs mois après ma prise de fonctions et plusieurs interventions électrique sur le site. Trois jours intensifs non loin de chez moi.

Jusque là tout va bien.

Je me pointe donc le premier jour avec une dizaine d’autres personnes, pour tout savoir de comment travailler en toute sécurité pour changer une prise et une ampoule sans monter sur un escabeau cela va sans dire. Sauf que dans l’assistance, le public est très très hétérogène, une ingénieur chimiste de maintenance de spectromètres de masses, un électricien haute tension, un gars d’une SSII, un vendeur Leroy Merlin etc etc… Je commence à avoir une petite inquiétude.

Le formateur, un gars bien sympathique, commence par nous poser à tous une question étrange : « Pour quelle habilitation venez-vous à ce stage ? ». « Ben heu, électrique » lui répondis-je naïvement. « Oui d’accord mais laquelle ? », et là il nous énumère toutes les lettres de l’alphabet ainsi que les chiffres dans diverses combinaisons, la liste des habilitations existantes H0, BS, B2V, HC, B2MT et j’en passe. Certains répondent, d’autres hésitent et moi je ne sais que dire.

« Bon vous faites quoi au travail comme manipulations électriques ? » me demande-t-il. « Heu je change les ampoules, remplace un interrupteur, une prise, c’est tout ». « Ok c’est le BS ça, mais ici on ne prépare pas au BS, nous faisons les habilitations pour électriciens, votre employeur n’aurait pas du vous inscrire à cette session, mais à celle d’avant hier. On verra avec la secrétaire ce qu’ils ont demandé pour vous tout à l’heure. ».

La fille qui bosse sur des spectroscopes de masse comme le gars de la SSII sont un peu comme moi, sauf qu’eux ne touchent même pas une prise ou un interrupteur, sauf pour débrancher un appareil où allumer la lumière.

La formation commence, très intéressante, me faisant réaliser très vite qu’il faut que j’arrête de bosser comme un salop sinon je ne vivrai pas très vieux, quand après la pause, le formateur revient avec la listes des habilitations demandées par nos employeurs. Pour moi ils ont exigé ceci : BS, BC, BR, B2V.

Mais encore me direz vous. Je dois pouvoir changer une prise, une ampoule, un interrupteur hors tension, jusque là tout va bien, je dois pouvoir consigner un circuit électrique (la version hyper sécur de baisser le disjoncteur), là ça se corse, je dois pouvoir intervenir seul sur une installation électrique de moins de 32 A et 400 V, sérieusement ?, je suis chargé de travaux électriques aux voisinages de pièces nues sous tension, mais vous êtes dingues ? Ils ne manquerait plus qu’il me demandent l’habilitation 50000 V sous tension tant qu’à faire… Non sauvé, la formation ne porte pas sur la haute tension.

Il doit y avoir une couille dans le pâté. Je ne suis pas électricien, tout juste si je me souviens de la loi d’Ohm. Je veux juste une autorisation légale pour changer les ampoules grillées du bâtiment, pour ne pas faire venir un électricien au boulot, juste une petite BS de rien du tout. Ben non… J’ai presque la totale, le formateur est mort de rire.

Après trois jours passés les mains dans une armoire électrique sous tension, après avoir regardé des vidéos hilarantes montrant des ouvriers se faire électrocuter (c’est à dire mourir à cause de l’électricité), après avoir contemplé des photographies de bras brûlés, de visages défigurés, après avoir partagé nos diverses expériences d’électrisation, nous passons l’examen final, des QCMs pour chaque habilitation remplis de questions tordues.

Par malheur, je m’en sors pas trop mal, à croire que j’ai écouté pour une fois au lieu de dormir. Le formateur donne un avis favorable afin que mon employeur m’octroie les habilitations BS, BC, BR, B2V. Merde…

Alors j’ai négocié avec lui, pour qu’il mette des fortes réserves sur les BC, BR, B2V, car je n’ai pas très envie de travailler sous tension dans une armoire électrique, posé sur un tapis isolant, équipé de gants en latex et recouvert d’un casque pour remplacer un disjoncteur de puissance alors que tout le bâtiment est sous tension.

Ikeathon

Image

Les meubles Conforama s’effondrent après montage, se décollent, se cassent. Les meubles Fly c’est pire. Les meubles Ikea eux, ils sont sont sympas, faciles à monter sauf pour les blaireaux du tournevis, résistants dans la durée (j’en ai qui survivent depuis plus trente ans). Ils sont passe partout et pratiques. D’accord ce n’est ni chicos ni design mais je ne suis pas encore assez snobinard et riche pour me meubler exclusivement chez Stark.

Lorsque j’ai besoin d’un meuble je vais chez Ikea. Ce n’est pas trop loin de la maison, il y a du choix et on peut se régaler de boulettes en famille au restaurant. Je l’avoue, ils sont relous avec leurs noms de meubles impossible à mémoriser et parfois c’est le parcours du combatant pour trouver son coli dans les rayonnages.

D’ailleurs, en parlant de trouver son coli…

Mon grand geek gamer (oui les chiens ne font pas des chats), avait besoin de remplacer son bureau acheté il y a quinze ans et sur lequel il peinait à poser PC portable, ses deux écrans, son casque avec micro, son clavier de gamer, sa super souris multi fonctions et ses enceintes pour faire du bruit. D’autant que le bureau en question, pourtant un produit Ikea me semble-t-il, a un de ses pieds qui présente un angle assez étrange avec le sol en pente de la chambre, le genre de truc qui menace de s’effondrer à tout instant.

Après être passé chez Conforama constater l’affligeante qualité des meubles proposés, nous avons poussé jusque chez Ikea et après quelques recherches nous avons rencontré Fredde, un grand noir costaud de 1.85 m, dont mon grand est immédiatement tombé amoureux. Un nouveau copain de gaming.

Après renseignements, Fredde n’était disponible que sur commande et livré à un dépôt assez loin de la maison. Mais Fredde était si beau, si fort avec son armature métallique, ses plateaux noirs, ses rangements ergonomiques qu’il nous le fallait. Donc commande.

Le 5 juillet nous voici avec le précieux bon de commande de Fredde. Livraison prévue pour le 11 juillet. La vendeuse m’annonce que je serai informé des étapes de la commande par SMS. Et en effet, le 9 juillet je reçois le SMS suivant :

« Bonjour ! Votre commande portant la référence XXXXXXXXXX est en route. Suivez l’avancement de commande sur IKEA.fr. »

Sur le site, la commande est présente, sans plus d’information.

Le 15 juillet, la commande est au même point sur leur site et je n’ai pas reçu de nouveau SMS.

Le jeudi 18 juillet même chose, alors ma soeur Anne ne voyant rien venir, j’appelle IKEA. Voulez-vous participer à une enquête à la suite de votre appel, pour non tapez 0. Vous nous appelez pour une livraison, tapez 3. Dites le nom de votre de votre magasin, « Strasbourg connard ! ». Je n’ai pas compris, redites le nom de votre magasin, « Strasbourg ». vous êtes un particulier tapez 2. Vous appelez pour une livraison tapez 3.

Là commence la petite musique irritante. Un truc horrible qui au bout de quelques secondes s’arrête et recommence, un truc à devenir fou. Vingt-cinq minutes plus tard, toujours pas de conseillé au bout du fil à part deux bis angoissants au milieu de la douce mélodie, et soudain la communication coupe. Rage !

Le vendredi 19 juillet nouvelle tentative. Tapez 0, tapez 3, « Strasbourg ! », tapez 2, payez 3 et la petite musique revient. Cette fois j’en ai pour 45 minutes d’attente mais après cette douce torture, miracle, j’ai un être humain au bout du fil.

La personne vérifie la commande, je l’informe que je n’ai pas reçu le SMS promis, que sur le site il n’y a toujours pas d’information sur la livraison etc. Elle m’annonce que la commande était prévue pour le 15 juillet, « ben non, le 11, c’est marqué sur le bon de commande » ose-je répondre effrontément, elle insiste la bougresse et moi je laisse tomber car cela fait trois quart d’heure que je poirote, je ne suis plus à quatre jours près. Elle me met en attente pendant 10 minutes pour contacter l’entrepôt Seegmuller pour vérifier si ma commande est arrivée, 10 minutes supplémentaires d’attente avec l’horrible musique puis m’annonce que le coli n’est pas arrivé et qu’elle va lancer une recherche. Je recevrai un SMS avec le numéro de recherche et je pourrai contacter Ikea dimanche pour en savoir plus, car chez Ikea ils bossent eux, même le dimanche, oui monsieur.

Ok, zen. Je suis reparti pour la petite musique.

Vendredi, samedi, dimanche, pas de SMS de la dite recherche, alors je recontact Ikea.

Le dimanche 21 juillet, cinquante ans après que l’homme se soit posé sur la Lune, je pars en quête de deux colis chez mon fabriquant de meubles préféré. Tapez 0, tapez 3, « Strasbourg !! », tapez 2, payez 3 et la petite musique revient. Cette fois j’en ai pour seulement 35 minutes d’attente. Mais la déconvenue est de taille.

La personne n’a aucune trace de mon dossier, sa collègue a du oublier de faire quelque chose et manifestement elle n’est pas la seule. On recommence donc à zéro et la conseillère m’annonce qu’elle me recontactera lundi pour donner les résultats de la recherche, et si par malheur, elle ne me recontactait pas, il faudrait que j’appelle Ikea.

J’en profite pour faire une réclamation par mail à la firme Suédoise, car je commence à être un peu énervé. Non mais.

Lundi 22 juillet passé midi, pas de nouvelle d’Ikea, mais j’en ai mare, alors je ne téléphone pas, ils font chier, voila.

Oui mais bon, Fredde nous a coûté quand même 229 € alors mercredi 24, je me fais violence. Tapez 0, tapez 3, « Strasbourg !!! », tapez 2, payez 3 et la petite musique revient. Cette fois j’en ai pour seulement 25 minutes d’attente. Mais là, c’est la Bérészina. Je sais, il fait chaud, la canicule est là mais quand même.

La conseillère consulte mon dossier quelques instants et m’annonce que ce genre de commande ne peut-être traitée au téléphone et qu’il faut que je me rende dans mon magasin Ikea pour bouffer des boulettes. Sérieusement ? Et les deux autres personnes que j’ai eu au bout du fil, elles étaient connes ? Ou c’est la toute dernière qui est conne ? Je raccroche, il fait trop chaud.

Mercredi 24 juillet au matin, il fait 34°C dehors, je pars avec la Logan pour Ikea. J’arrive à 9h35, sous un soleil de plomb et pas de chance le magasin n’ouvre qu’à 10h00. Je cuis dans la voiture et me précipite dès l’ouverture au service après vente où la foule se masse déjà. Et en plus il faut prendre un ticket. Un ticket pour une livraison à domicile, oui, on va dire ça, de toute façon dans la rubrique livraisons il n’y que deux choix et aucun ne correspond à mon cas. I8001 dit l’imprimante. Y a plus qu’à attendre.

B1001 guichet 1, A2001 guichet 5, I8001 guichet 5, c’est mon tour.

10h30, sans musique cette fois, je rencontre enfin une interlocutrice. J’explique mon cas à madame Malussène qui appelle illico l’entrepôt. Quelques nouvelles minutes de patience plus tard et toujours sans musique débile, elle revient avec un sourire pour m’annoncer que ma commande est au dépôt depuis le 15 juillet… « Et comment se fait-ce (fesse) que je n’en ai pas été informé par SMS, mail, téléphone, télégraphe, tamtam, signaux de fumée, et que vos collègues au téléphone n’ont pas pu me le dire ? », Hi hi, je ne sais pas…

Par chance j’ai dans le coffre des sangles et mes barres de toit, car les deux colis sont grands et lourds, 25 kilos chaque, et je suis seul, tout seul, et il fait chaud, très chaud. Je prends la direction de Lampertheim et arrive au dépôt Seegmuller. Au moins il existe lui. Le gars consulte mon bon de commande ISOM et trouve les deux colis de 25 kilos. Je signe, installe en plein cagnard la galerie de la Logan, transpirant à grosses grosses gouttes, soulève les deux cartons de 25 kilos à bout de bras avec mon hernie discale, sangle le bazar et repars bravement, avec cinquante kilos sur le toit, vers ma petite maison chérie.

Mercredi 24 juillet 11h30, après onze jours d’attente, j’arrive glorieusement à la maison avec Fredde sur le toit, enfin j’espère que c’est bien lui. Le bonheur était trop grand, il fallait qu’une conne se gare sur ma place de parking privé histoire de pimenter la matinée.

Mercredi 24 juillet 17h30. Il fait 36.5°C dehors à l’ombre, 27.7°C dans le salon. Fredde est bien monté et mon garçon est content, il va pouvoir jouer avec…

Jeudi 31 juillet 18h14. Je reçois un SMS : « Bonjour JEAN CHRISTOPHE, Votre commande XXXXXXXXXX est prete pour le ramassage à PUP – Strasbourg Dépôt Seegmuller 15 rue du chemin de fer, 67450. ». Non non, ce n’est pas une blague…

Trois années de dur labeur

Image

Fin mars 2016, je décidais de rénover l’unique salle de bain de la maison. Un petit coup de jouvence.

Etape une, arracher le papier peint moisi. Ma femme, heureuse de cette initiative improbable voulu aller plus loin, et tout repenser dans la pièce, nouvelle chaudière, WC suspendu, carrelage, meuble de lavabo, douche etc…

Nous en étions là dans de nos puissants projets lorsqu’un coup du destin stoppa net ce bel élan, une gamelle à vélo et plus de six mois avant d’envisager le moindre effort physique.

Janvier 2017, toujours très handicapé, je décidai de faire appel au services de professionnels. Verdict sans appel, des devis explosifs. Radins comme nous sommes, nous optâmes pour la version économique, à savoir changer juste la chaudière et donner un coup de jouvence à la pièce.

Le plafond fut un grand problème, et une fois les murs défoncés, l’électricité fut compliquée, mais rien d’impossible. Câblage, montants, placo, joints, peinture, ne restait qu’à poser un revêtement de sol, siliconer les joints, installer un meuble vasque Ikea et commander une double porte de dressing Leroy Merlin.

Le revêtement sol, théoriquement facile à poser fut un vrai enfer, le meuble s’installa sans encombre à part une fuite longue à gérer mais la dépose du précédent lavabo fut épique, et trouver les bonnes pièces pour la plomberie, une vraie partie de chasse à l’oeuf.

Nous étions déjà en 2019, et les travaux traînaient. Entre les concerts, les migraines, le webzine, j’avais peu de temps à consacrer à la salle de bain et encore moins l’envie de finir les travaux. Mais grâce à une grosse carotte, enfin plutôt une pomme, le chantier se relança illico, la double porte fut commandée, la plomberie terminée et en quelques jours, et malgré un emploi du temps chargé, la salle de bain fut achevée.

Enfin… presque. Il reste bien quelques broutilles ça et là, des machins pas franchement finis, des trucs à fignoler, mais mon épouse ne le sait pas alors j’ai pu aller chez Mac d’eau.

Maintenant, ma chérie envisage sérieusement de refaire la cuisine. Je pense commencer par des devis, afin de lui montrer tout ce que l’on pourrait économiser et ensuite négocier une petite récompense une fois le chantier terminé.

L’homme a besoin de motivation pour avancer dans la vie.

I Will Survive

Image

J’ai percé des trous dans du placo, fixé une buttée de porte, changé une serrure, jeté du sel sur la neige, fabriqué des rondelles sur mesure, réparé des distributeurs de serviettes, installé un tableau blanc, posé des plaques au plafond, relevé le kilométrage des voitures, sali mon pantalon, lavé mes mains de nombreuses fois, enfilé une blouse bleue de travail, monté et descendu les marches de notre navire, parcouru ses coursives, donné des ampoules, du papier, des crayons… bref j’ai travaillé.

Étrange pourtant le regard que me porte certains collègues tout de même. Cela les gène de me voir en bleu de travail, chaussures de sécurité aux pieds, avec ma caisse à outils rouge, en train de démonter une poignée. Certains ricanent, d’autres m’évitent. 

Je suis le catégorie B+ qui a pris un travail de catégorie C pour sauver sa peau. (Traduction: j’ai troqué un poste BAC +2 pour emploi de CAP parce qu’on fermait mon poste). Quelques uns disent que j’ai fait un choix intelligent, d’autres se moquent. Ceux qui me voyaient comme un intello geek sont déroutés. Pourtant, ne suis-je pas le même ? L’habit ne fait pas le moine que je sache. Ce n’est pas parce que j’ai dû renoncer à un poste technique pour un travail non qualifié que je suis devenu une bûche si ? 

Je peux toujours donner des leçons de HTML, PHP, SQL, Java, algorithmie, analyse UML si on me le demande gentiment. Certes en bleu de travail, tournevis à la main, je semble moins prestigieux que devant quatre écrans 23 pouces, en train d’administrer un serveur WEB. Mais bon avais-je vraiment le choix ?

Il est vrai que nous vivons une drôle d’époque. Plus d’un tiers de l’équipage du navire devra changer d’affectation d’ici deux ans voire même quitter le navire. Les tensions son palpables et chacun essaye de trouver une place dans les canots de sauvetage, sauve qui peut, les femmes et les enfants d’abord, ben non justement…

Moi je suis devenu l’homme à tout faire de cette croisière transatlantique de luxe, un plombier électricien bricolo payé 2600 € net d’impôts. A ce prix là, je veux bien déboucher les toilettes, d’ailleurs je le fais.

Mais quand l’état demande aux fonctionnaires de peser moins dans les dépenses publiques, employer un chef technicien climatologue et informaticien à déboucher des chiottes, est-ce bien raisonnable, surtout avec l’argent du contribuable qui bloque les ronds points en gilet jaune ? Traverse la rue qu’il disait. Ben c’est fait.

La grosse pomme

Galerie

Cette galerie contient 14 photos.

Vous avez remarqué qu’il n’y a plus de saisons vous aussi ? Seasons End diraient certains. Je mange déjà des figues, les potimarrons sont mûrs, j’en suis à ma troisième récolte de haricots, les courgettes sont géantes, le raisin est … Continuer la lecture