La chasse est ouverte

Image

Caché derrière le muret je vise le lapinou embusqué quelques mètres plus loin. Paf  ! Dans ta tronche, bien fait ! Je me relève et fonce sur lui. Prends ça bouffon ! Je le bouscule, saute dans les bras de ma belle et d’un habile salto avant me propulse un étage plus haut, près d’une canalisation d’égout. Le premier qui bouge se prend un pruneau.

La chasse est ouverte !

Oui j’ai finalement craqué pour le dernier jeu de Nintendo, Mario + Rabbits. Un jeu au tour où vous combattez en équipe pour libérer le monde de méchants lapins crétins mutants transformés suite à l’utilisation malencontreuse d’un casque de réalité virtuelle. Quatre mondes sont proposés, dans lesquels votre équipe de trois aventuriers devra affronter des lapins très crétins armé de blasters lourds. Le principe de Kingdom Battle ressemble un peu à Worms : choix de l’équipe, choix des armes, déplacement, attaques, actions spéciales. Les purs gamers ne s’y retrouverons sans doute pas. Le jeu est assez facile (du moins le premier monde), chaque bataille peu être rejouée à l’infini jusqu’à enfin la réussir parfaitement et les batailles finissent par être répétitives à la longue.

Ocean Horn

Image

Bon, vous n’êtes pas sans savoir que je suis un Nintendo maniaque. Dans les jeux de la firme nippone il existe une licence que j’affectionne tout particulièrement: Zelda. Il y a un an, je trouvais, dans la catalogue de mon iPhone, Ocean Horn, un jeu dont le look rappelait étrangement Zelda The Wind Waker. Même graphisme, game play, même univers, enfin, dans les grandes lignes, un achat indispensable. Bien entendu, jouer avec un iPhone n’est pas aussi aisé qu’avec des manettes quand il faut combattre, effectuer des déplacements précis etc… Très vite, n’étant pas doué de nature, je me suis retrouvé bloqué et frustré face à un boss, à 35% de l’aventure, les nerfs. Du coup, j’ai jeté l’éponge après maintes tentatives, laissant le jeu en dormance pour le jour où je serai moins manche (j’ai plein de jeux en dormance sur console).

Cette semaine, en parcourant la boutique de la Switch, que vois-je ? Ocean Horn ! Vendu près de trois fois plus cher que sur iPhone.. ben oui c’est compliqué un portage et puis l’écran est plus grand et les acheteurs sont des crétins n’est-ce pas ? Il me narguait: “tu l’as pas fini, tu l’as pas fini, tu l’as pas…”. J’achète, j’achète pas ? J’achète !

Et me voila reparti à sauver le monde sur mon petit bateau avec mon bouclier dérisoire, mon glaive de naze et quatre cœurs pour survivre. Mais voilà, j’avais déjà joué de longues heures sur iPhone avec ce maudit écran tactile alors sur la Switch, trop facile. Je viens d’exploser enfin la tête de ce foutu boss, je rentre maintenant dans un monde inconnu, fait d’épreuves, de combats, de magie et d’amour bien sûr. J’ai un bouclier dérisoire, un glaive de naze, un arc, des bombes, des bottes, six cœurs pour survivre et deux sorts pour souffler le chaud et le froid. Je suis un héro.

Comment ça j’ai Zelda à finir ? Allez vous faire voire, le second boss est trop dur, je vais visiter quelques sanctuaires, trouver une meilleur armure, récolter des cœurs et quelques armes puis je reviendrai lui mettre la pâté à cet empaffé.

Mariokart est arrivé

Après le fabuleux Zelda, que je n’ai pas fini (un seul boss pour l’instant, il en reste quatre), le Bomberman que j’ai à peine commencé en mode histoire, le Snipperclips auquel j’ai bien joué, voici le Mariokart 8 qui arrive sur la Switch. Bien entendu, je l’ai réservé, rien que pour avoir la peluche de Yoshi et surtout pour être certain de ne pas, comme pour la console, me retrouver le bec dans l’eau.

Mariokart est de retour, un des jeu les plus funs de la firme nippone, 48 circuits, des parties solo, à 2, 4, 8 ou même 12 joueurs en ligne. Mais comment jouer avec ces micro manettes ? Impossible, à moins d’avoir de toutes petites quenottes. Donc nous revoilà lancé dans la course aux accessoires que j’avais interrompue avec la WII au grand soulagement de mon grenier. Bigben, une fois encore, nous a sauvé avec son ControlKit pour Switch (encore un machin en plastique noir, moche mais indispensable). En solo, pas de problème, mais à deux, avec les joycom, la prise en main n’est pas aisée, soyons honnête. L’acquisition de nouvelles manettes s’impose pour réussir les circuits 200 cm3.

Le WE a été consacré à gagner tous les championnats en 50 cm3 (facile) et quelques un en 100 cm3, à jouer quelques parties en réseau, faire des batailles et à chercher la meilleur configuration kart/roues/voile en fonction des circuits. Le jeu est fluide, certains circuits fabuleux, je regrette juste pour l’instant les arènes de bataille assez peu adaptée à l’exercice. Il ne manquait que ce jeu pour que je range la WII au grenier. Un grand débat familial vient d’être lancé pour savoir si nous devions la revendre avec les jeux ou la conserver. Pour l’instant, il y a ballottage entre les parents et les enfants, le chat s’étant abstenu… La démocratie, c’est toujours compliqué, même pour une console, alors imaginez dimanche prochain !

X-Wing

Je suis un fan de la saga Star Wars, mais ça vous pouviez vous en douter. Je suis également un grand collectionneur malade, mais ça vous le saviez. Ce que vous ignorez peut-être, c’est que je suis un amateur de jeux de plateaux. A la maison, pendant quelques années, avant que mes bambins deviennent de gros chats, nous passions de longues après-midi pluvieuses à jouer au Monopoli, à Carcassonne, aux Aventuriers du Rail, à Saboteur, ou encore à Space Hulk ou Descent.

Puis un jour, en me rendant chez Philibert à Strasbourg, je suis tombé sur une démo de X-Wing, un jeu de figurines façon Warhamer ou l’As des As dans l’univers de Star Wars. Sur une table, de magnifiques figurines de X-Wing et de Tie Fighter se livraient un combat épique. Après une courte bataille où l’Empire se fit massacrer, je repartais tout content avec ma boite de base pour y jouer à la maison. Très vite, la boite de base s’est enrichie d’extensions, de figurines, de plateau de jeu, de dés, jusqu’à remplir toute une vitrine de la bibliothèque familiale.

Le jeu fonctionne sur le principe suivant: l’Empire affronte la Rébellion. Les deux adversaires disposent d’un nombre de points limités pour constituer leur flotte, choisir les pilotes et équiper les vaisseaux en armement, droïdes et accessoires. Ensuite, les tours de jeu se déroulent de la manière suivante: chaque joueur programme en secret sur une roue, la manœuvre suivante de chaque vaisseau, tout droit rapide, virage serré, tonneau, immelmann… Une fois cette phase terminée, un à un, les vaisseaux bougent en fonction de leur vitesse et du pilote, le dernier à bouger étant le plus rapide. Des patrons en carton donnent la trajectoire que le vaisseau doit suivre. C’est le moment où l’on découvre les collisions avec les astéroïdes, les vaisseaux, les faces à faces, les sorties de plateau et autres péripéties parfois pathétiques. Vient ensuite la phase de combat, où, selon les choix stratégiques que l’on a fait juste avant,  votre vaisseau peu se retrouver sous le tir nourri d’ennemis, tranquille dans son coin, ou parfaitement placé pour lancer deux torpilles à protons sur Dark Vador.

Selon le mode de jeu choisi, le nombres de vaisseaux engagés, et l’attitude kamikaze des deux joueurs, la partie peut durer d’une quinzaine de minutes à trois heures. Il existe des scénarios pour pimenter les combats et bien entendu des tournois dans certaines conventions. Visuellement très réussi, laissant une place également au hasard, X-Wing est un jeu magnifique permettant de revivre des grandes batailles de la guerre des étoiles.

Depuis peu, une troisième faction est possible, celle des contrebandiers. Je n’ai pas encore joué avec Jabba The Huut dans mon cockpit pour vous donner mes impressions, mais les figurines sont magnifiques.

Abracadablant !

Ce WE j’avais une mission, cabler la Switch sur le home cinéma. Mais voila, ça n’est jamais simple. Tout d’abors la Switch ne dispose que d’une sortie HDMI et mon vieux vidéo projecteur BenQ ne possède pas de connectique de ce genre. Il me fallait donc un convertisseur HDMI Vidéo, pas évident de trouver un truc pas cher qui fasse correctement le travail, merci Hong Kong, 6€, check ! Ensuite mon ampli Yamaha, n’a plus d’entrée HDMI de libre, du coup achat un switch HDMI, ça c’est plus classique mais la version sélection auto est plus rare, surtout sans alim et à moins de 8€. Cerise sur la gâteau coup il me fallait des câbles HDMI, plein de cables. Enfin, l’ampli ne dispose que d’une sortie HDMI, donc nécessité d’un splitter pour aller vers la TV et le vidéo projecteur sans devoir se glisser derrière les appareils et brancher et débrancher sans cesse. J’ai trouvé la perle rare chez Pearl, encore que le premier modèle trouvé splittait bien mais une seule sortie à la fois, bref inutile  (le vendeur m’a expliqué que le produit ne fonctionnait que pour les cartes vidéo)… Retour chez Pearl donc ce matin, pour échanger le splitter qui ne slpitte pas contre un slip qui splitte, le truc à 14€ du début m’a fibalement coûté nettement plus cher, tout ça pour quoi ? Pour ne pas avoir à expliquer à ma famille comment se débrouiller, déjà qu’avec la télécommande universelle c’est la panique… Super me voila prêt ! Sauf que le splitter a besoin d’une alimentation, il me fallait donc une prise électrique de libre. J’ai du installer une multiprise de plus. Gare au feu ! Car sur une prise, viennent se greffer 13 appareils, oui vous avez bien lu 13 : téléphone, box, box TV, ampli, slitter, TV, imprimante, lecteur DVD… Tout ça est bien entendu câblé dans un profond respect des normes environnementales et électriques. Une multiprise alimentant deux multiprises à interrupteurs afin de n’allumer que le strict nécessaire. Abracadablant non ?

Débordé

Débordé, je suis débordé de toutes part. Entre le nouveau Zelda sur la Switch qui me bouffe toutes mes soirées, les épisodes de l’excellente série The Colony sur TF1, la chronique du dernier JPL, la traduction de l’interview du groupe Defying, la gestion des news et promotions du webzine, des heures passées dans les cabinets médicaux, les compétions de tennis de table de mon gamin, les concerts et le data rescue je n’ai plus de temps à moi. Non content de cela, je me suis mis en tête de tenir un blog pour raconter ma vie sans intérêt.

Alors même si j’ai une furieuse envie de vous parler du vote utile aux prochaines élections, je n’ai pas le temps, désolé. Sachez simplement que je ne voterai pas utile pour une fois, j’ai déjà donné avec Chirac et Sarkozy (j’ai encore un goût de vomi dans la bouche), alors non.

Sinon pour revenir à l’essentiel, Zelda, Breath of the wild, est vraiment une tuerie, graphiquement comme pour l’univers. Outre la totale liberté de mouvements, les quêtes principales et annexes, le monde dans lequel se déroule l’aventure est fabuleux, immense et beau. Seul hic, je suis vraiment nul aux jeux vidéos, je meurs toutes les minutes… Mon gamin, qui a quasiment achevé l’histoire, me nargue en permanence. C’est vraiment agaçant. Du coup je suis bien obligé de passer des heures sur cette console dont la batterie s’épuise ou bout de trois, pour essayer de rattraper mon énorme retard. Alors si je chronique moins, ne cherchez pas la cause très loin, c’est la faute à Zelda. Ce qui me fait très peur, c’est l’arrivée imminente du Mario Kart 8 fin avril, là je vais vraiment avoir un gros problème.

Note : à l’instant où je poste ce billet, j’ai terminé la traduction de Defying, la chronique de JPL et le data rescue de 1923 à 1939 et là je corrige toute les fautes que je viens de lire. Je suis trop fort, je vais pouvoir jouer à Zelda ce soir.

Snipperclips

Plus stupide que ça tu meurs. Snipperclips est un des jeux disponibles dans la boutique Nintendo de la Switch. Deux personnages ridicules, un graphisme simplissime et des mini jeux débiles de un à quatre joueurs. C’est pour cela que j’ai craqué pour la nouvelle Nintendo, pour ces jeux totalement ridicules, à jouer à plusieurs, qui permettent des parties de rigolade sans fin.

Le principe ? Comment dire, ben vous avez deux bonhommes qui peuvent bouger à droite et à gauche, sauter, dont le corps patatoïde peut tourner. Et donc ? Quand les deux bonhommes se recouvrent partiellement, l’un peu croquer une partie de l’autre, autorisant des découpages cocasses. Et alors ? Alors, à l’aide de ces actions basiques, il va falloir accomplir des tâches ridicules comme marquer un panier, éclater des ballons, déplacer des œufs, tout ceci en mode coopération.

Les mini jeux se débloquent au fur et à mesure de votre progression. Aucune aide n’est fournie et parfois, avant de comprendre ce qu’il faut faire, il se passe quelques secondes. La coopération est tout le sel de ce jeu, où quand votre binôme se loupe honteusement rien n’est plus jouissif que de le dévorer pour manifester votre énervement.

Geek moi ?

Le post sur Sargate a déclenché une avalanche calomnieuse de messages sur Facebook comme quoi j’étais un geek. C’est juste n’importe quoi, je tiens à le dire. Je suis un homme marié avec deux enfants, un chat, une voiture et une maison. Bref un citoyen tout ce qu’il y a de plus normal qui paye ses impôts et vote à gauche mais pas trop.

Ce n’est pas parce que, dans ma jeunesse, j’ai fait de l’astronomie, programmé en langage machine sur Z80, fait du jeu de rôle, assemblé quelques PC, construit un télescope, développé mes photos couleurs tout seul et regardé des séries de SF quand je ne lisais pas Tolkien ou Franck Herbert que aujourd’hui je suis un geek.

Oui je joue à X Wings, je regarde encore quelques séries TV, je lis encore des livres de SF, il m’arrive de programmer pour le plaisir en PHP, HTML, Java, Python, KSH, Ruby, Awk, VB, et de jouer à des jeux vidéos, ok, mais pas de quoi faire de moi un geek, si ? Bon ok, je suis quelques blogs de rôlistes, me tiens au courant des avancées scientifiques, suis un fan de la planète Mars et viens d’acheter la dernière console de Nintendo. Mais j’ai un potager bio, je me promène dans la nature, connais des êtres faits de chair et d’os, ne mange pas japonais tout les midis (si seulement je pouvais), ai presque soigné mon addiction aux bonbons Haribos et ne déguise pas ma femme en écolière japonaise pour les préliminaires. Donc vous le voyez bien, je ne suis pas un geek, d’ailleurs je fais du sport, du tennis de table (ne vous foutez pas de ma poire, c’est un sport, ok un sport de geeks, mais un sport).

Mon vrai profil est le suivant : un père de famille jardinier et sportif. Le fait que je tienne un blog et un webzine sur le rock progressif n’y change rien je suis désolé.

Pour que vous compreniez bien, je vais vous décrire un samedi classique :

07h00 – wifi on
07h01 – iPhone on
07h02 – céréales et café
07h14 – nourrir le chat qui fait braire depuis 14 minutes
07h15 – douche et ablutions diverses (1 min c’est assez, faut économiser les ressources naturelles)
07h16 – lecture des mails de la nuit et consultation des notifications Facebook, Twitter et Google+
07h30 – récupération des promos musicales
07h45 – préparation de news pour le webzine
08h00 – écoute d’un album de progressif et travail sur sa chronique
09h00 – café
09h00/10h00 – attente trépiniante du passage du facteur qui a forcément un truc pour moi, CD, vinyle, jeu vidéo, câble étrange
10h00 – déballage de la nouvelle merveille et test
11h00 – boulangerie (faut bien manger et en plus je sors dehors)
11h15 – écoute d’un nouveau truc
12h30 – achat de pizzas à côté car j’ai zappé le repas (je suis encore dehors)
13h00 – café
13h15 – sieste coquine avec un bon roman de science-fiction
14h15 – promenade dans la nature (avec l’appareil photo parce que sinon c’est vraiment chiant, vous voyez je sors)
14h16 – fait pas si beau que ça finalement
14h17 – je vais en ville pour fouiner chez les vendeurs de disques, BD, bouquins, jeux vidéos (les trucs fondamentaux pour survivre, c’est toujours une sortie non ?)
16h00 – petite collation (ça creuse le grand air)
16h15 – projection d’un DVD live ou d’un jeux vidéo ou d’un film ou écoute d’un album de prog, en désespoir de cause un jeu de société (bref la récréation)
18h15 – un peu de Facebook, de Twitter, de mail
20h00 – trop tard pour faire à manger, passage au chinois du coin (en voiture, ça compte pour une sortie ?)
21h00 – 14 heures d’activités intenses méritent du repos, un petit épisode de Stargate Atlantis, puis un second, voire un troisième ?
23h30 – un petit regard sur les mails, Facebook, Twitter, Google+
23h45 – wifi off
00h00 – mince j’ai oublié de faire du ménage, de nourrir encore le chat, de laver le linge sale en famille, de faire des courses, de regarder les papiers scolaires des ados qui de toute manière s’en foutent, de payer les factures, de faire les comptes, de gonfler le pneu arrière droit de la voiture, de tondre la pelouse, de passer à la banque, de vider les poubelles, de changer les ampoules grillées, de réparer la fuite d’eau des WC, de souhaiter l’anniversaire de ma femme (elle n’est pas amie avec moi sur Facebook alors bon…), de déboucher le lavabo, on verra tout ça demain.

extreme geek

Vous voyez bien que je ne suis pas un geek. D’ailleurs, j’ai fait le test et n’ai obtenu qu’un score de 55%. Comment ça c’est classé geek extrême ? Nan, je suis certain que vous vous trompez, je ne suis pas geek. Et plus sérieusement, y a un mec qui a fini le dernier Zelda en une heure, vous vous rendez compte et un autre qui a trouvé les 900 noix de Korogu. Folie !