Histoire de photos

Image

Ce billet, j’en dois l’idée à un musicien qui commentait régulièrement mes clichés postés quotidiennement ou presque sur Facebook, enfin, avant que je décide de ne plus traîner sur Facebook.

Un jour j’ai raconté l’histoire d’une image (Le sens du vent) sur le réseau social et j’ai eu envie de poursuivre en expliquant mes choix pour certaines photographies qui m’avaient données du fil à retordre où qui avaient été prises dans des conditions bien particulières.

Une photographie, je m’en suis aperçu tardivement, c’est aussi un titre et une histoire qui la replace dans le contexte, donne un nouvel éclairage ou raconte une histoire.

Sous la photographie en basse résolution vous trouverez le lien vers Flickr où elles sont publiées en plein format.

7.35

Sans doute ma plus belle photographie lunaire à ce jour. Il s’agit du premier quartier lunaire photographié le lundi 27 juillet 2020 à 21h20. La lune est alors distante de la Terre de 363 679 km. Ce jour là il fait chaud, la lune est assez haute au-dessus de l’horizon. J’utilise un nouveau pied photo très stable et travaille pour la première fois avec le miroir levé. Avec le Nikkor 200-500 mm et le doubleur Teleplus j’arrive tout de même à faire fonctionner l’autofocus et à réaliser une mise au point quasi parfaite. Le titre de la photo, 7.35, c’est l’âge de la lune, 7.35 jours. Je me suis dit que cela ferait une légende originale plutôt de Premier Quartier, Lune…

Neowise

Dix jours de congés et pas un seul ciel digne de grimper en montagne pour une soirée astro-photo. Avec la comète Neowise dans le ciel, ce n’était vraiment pas de chance. Chaque jour des cumulus, des cirrus, des stratus masquaient une partie du ciel, me décourageant de faire une heure de route pour une nuit d’observation. Mais miracle, dimanche, le ciel est bleu, pas un nuage. Alors je m’économise toute la journée, prépare mon matériel, les Nikon D7200 et D810, le 8mm, le 28-85 mm et le 200-500 mm ainsi que deux pieds et une télécommande. Vers 19h des cirrus envahissent le ciel. Je suis désespéré. Mais, étant donné que tout est prêt, je tente le coup. Au pire je profiterai d’un beau coucher de soleil à mille mètres d’altitude. Mais le miracle se produit, là haut, même s’il fait froid, le ciel est presque limpide. Je m’installe, profite d’un magnifique coucher de soleil, photographie la voûte céleste et alors que j’allais remballer mon matériel, peu avant de partir, découvre la comète Neowize à l’horizon ouest, me narguant avec ses volutes. Une première photo au 24 mm pour vérifier puis j’installe le 200-500 mm pour un gros plan. Mais voilà, il fait nuit noire et mon infini n’est pas bien calé. Moralité, la seule photo au télé-objectif sera floue.

Strasbourg-Lyon

L’avion ça fait lever la tête, c’est bien connu. Encore faut-il pouvoir les attraper au décollage. En allant me promener un jour, j’ai trouvé un spot quasi parfait en bout de piste, pour photographier des avions. Hélas notre aéroport connait peu de trafic, surtout depuis la COVID-19, alors impossible de se pointer n’importe quand. Tout d’abord il faut que le vent soit dans le bon sens, car un avion décolle vent debout, ensuite encore faut-il qu’un avion décolle. Un jour, j’ai consulté les décollages, regardé d’où venait le vent et je suis parti avec un 500 mm et un bon pied photo. Arrivé à 14h10, j’ai eu dix minutes pour trouver l’axe de piste et installer le matériel avant de capturer cette image.

Birds

En testant la surimpression couplée à l’intervallomètre sur la lune un soir, j’ai eu la surprise de capturer en même temps le vol de trois oiseaux dans le ciel. (n’oubliez pas de prolonger la temporisation du mode veille à l’infini…).

Pierres tombales

Voici une photographie restée longtemps en attente. Dans le jardin de l’abbaye d’Altorf se trouvent de belles croix que j’ai eu de la peine à rendre en noir et blanc. J’ai finalement opté pour un traitement proche de l’infrarouge et légèrement voilé pour que la pierre ressorte du feuillage. Une technique que j’utilise rarement en noir et blanc et qui avec le recul, ne me satisfait pas du tout.

Le sens du vent

Cette photo je l’ai prise fin février, alors que je partais faire des clichés d’oiseaux. Pas de volatile ce jour là et je ne pas voulais revenir bredouille. Alors j’ai photographié les joncs. Je sentais que cliché possédait un potentiel alors je l’ai gardé. Et un soir, en voulant présenter une image couleur, je suis retombé sur cette photo, et là j’ai compris qu’en noir et blanc, en obscurcissant au maximum les tons bleus, cela donnerait peut-être quelque chose. Comme quoi il ne faut jamais jeter trop vite un négatif.

Dogs

Lors d’un d’un atelier de street photography à Strasbourg, alors que j’attendais dans le froid les autres participants, j’ai cadré cette passerelle pour voir ce que je pourrais en tirer en noir et blanc. Un homme suivi de son chien est alors arrivé et lorsque le chien a grimpé les marches, j’ai activé en catastrophe le mode surimpression du Nikon et voila le résultat.

Hybridation

Image

Cinq-cent grammes de métal, de plastique et de verre, vingt méga pixels, trois-cent clichés d’autonomie, je fais mes premières armes avec le GX9. 

Les trois optiques livrées, légères et minuscules, font penser à des jouets et leur fixation se fait dans le sens inverse des montures Nikon. Un zoom 12-32 mmm long de trois centimètres, un 25 mm long de six centimètres, un zoom 35-100 mm long de sept centimètres. Ce n’est pas avec cela que je vais pouvoir frimer.

La tenue en main du boitier est hasardeuse, l’achat du grip s’impose tout de suite et avec lui cela se passe un peu mieux. La paume de la main se pose régulièrement sur les boutons au dos du boîtier et des réglages non désirés se multiplient en pleine séance photo. 

Quatre molettes sur quatre centimètres carré permettent de jouer sur l’ouverture, la vitesse, le mode et la correction d’exposition, il faut donc faire bien attention. 

L’écran orientable comme le viseur inclinable sont très pratiques de même que les réglages à l’écran. Le rendu des couleurs dans le viseur déroute après des années d’utilisation d’un boitier reflex mais après quelques heures de pratique, on se fait une raison. 

D’emblée j’ai passé le GX9 en mode manuel et format RAW, car c’est ainsi que je photographie. Les ISOs commencent à 200 ce qui est énorme lorsque l’on est habitué aux 64 ISO du Nikon D810. Mais au regard de la faible luminosité des optiques livrées, ça n’est pas vraiment un problème. 

Comme sur un boitier pro, le GX9 propose plusieurs modes de calcul de l’exposition et de choix de focus. Ils sont limités mais pertinents. Il existe plusieurs modes rafale dont je n’ai pas encore creusé les subtilités. Ce qui est troublant, c’est de se retrouver avec plein d’images dans la carte SD sans avoir entendu le déclenchement de la mitraille. 

Braketing, ISO auto, surexposition, balance des blancs, stabilisation cinq axes, réglages personnalisés, il y a presque tout ce qu’il faut dans ce petit boitier de poche.

En bonus le GX9 propose un mode photographie 4K pour capturer des images très rapides, genre photographies de sport, des images de huit millions de pixels, pourquoi pas, il faudra essayer à l’occasion.

Photographier avec un hybride de ce gabarit ne renvoie pas du tout aux mêmes sensations qu’un reflex. La tenue en main bancale, la visée peu confortable, l’absence de vibration en retour (la levée du miroir) donnent l’impression de ne pas vraiment faire de photographie, de ne pas être dans des conditions optimales de confort pour réussir son cliché. D’un autre côté, l’appareil et son objectif tiennent dans la poche d’un manteau et ça c’est vraiment génial lorsque l’on se balade.

Une fois arrivé sur Lightroom, le RAW du GX9 n’a pas à rougir du D810. Même si l’image est légèrement bruitée, ISO obligent, la qualité est au rendez-vous. On ne regrette pas alors d’être parti en promenade avec cinq-cent grammes en poche au lieu de deux kilos en main.

Mais lorsque la photographie devient technique, que les conditions de prise d’images deviennent acrobatiques, que les réglages ne sont plus une simple formalité, le petit GX9 et ses menus tactiles deviennent un boulet, c’est là que le gros boitier qui offre quasiment tous les réglages sous les doigts tire son épingle du jeu.

Déconfiné

Image

Qu’avais-je dit que je ferais à la fin du confinement ? « j’irais manger dans un bon restaurant japonais puis je foncerais chez les disquaires pour compléter ma collection, je renterais dans une boutique acheter un boitier réflex hors de prix, je prendrais deux billets d’avion pour le bout du monde et je partirais avant que le fisc me rattrape ou que mon employeur exige que je me remette à travailler trente-neuf heures par semaine payées trente heures. ». 

Le japonais c’est fait mais en supermarché, bof… Le disquaire ça attendra encore, je ne suis pas pressé d’aller en ville, les billets d’avion, j’y ai renoncé, j’ai trop de travail et je déteste voyager soyons honnête, restait un seul truc, acheter un boitier réflex hors de prix… 

Je ne sais pas ce qui s’est produit en réalité. D’abord j’ai eu des problèmes de surexposition avec mon Nikon, ensuite il y a une cette promo alléchante sur Internet, cette impression stupide, avec tout le boulot abattu depuis quelques semaines, de mériter un petite récompense, l’envie d’essayer autre chose et mon épouse qui m’a donné sa bénédiction avec le sourire comme toujours. 

Alors fébrile, j’ai commandé le truc dont je n’ai même pas besoin, un énième appareil photo et les objectifs qui vont bien avec, un hybride pas compatible avec mes optiques Nikkor et de qualité assurément inférieure à mes deux boitiers Nikon semi pros. 

Et pour que faire au juste ? Je n’en sais rien. Découvrir de nouvelles sensations, ne plus trimballer deux à quatre kilos dans la main droite lors de mes promenades, me faire plaisir tout simplement.

Me voila avec un nouveau boîtier et des optiques à apprivoiser, un truc petit et léger sans prise pour la main et à l’autonomie réduite. Fini le viseur avec miroir, le clic clac et la vibration en retour qui l’accompagne. Micro capteur vingt méga pixels, stabilisation cinq axes, écran tactile inclinable, je rentre dans l’univers Panasonic.

Il y a quelques années un vendeur passionné m’avait presque convaincu de passer du côté obscur, mais à l’époque, je cherchais un second boitier pour m’accompagner en live et j’avais hésité. Cette fois, c’est fait, enfin presque, je vais quand même rester fidèle à Nikon et ses reflex, d’ailleurs je suis bien tenté par un D850 maintenant que l’on en parle…

Black & White

Image

Depuis mes débuts en photographie j’ai toujours été attiré par le monochrome. 

Au début, ce fut simplement par nécessité, car en argentique, le développement couleur était extrêmement contraignant et complexe par rapport au noir et blanc. 

Ensuite, lorsque le numérique est apparu, j’ai abandonné ce type d’images car les traitements noir et blanc automatiques des appareils et logiciels ne me satisfaisaient jamais. 

Et puis j’ai découvert le format RAW et fait mes premiers pas dans de développement numérique. 

Je me suis très vite aperçu que les traitements monochromes de base de Lightroom étaient nettement plus performants que tout ce que j’avais pu tester auparavant et quand j’ai appris à contrôler et doser les réglages, j’ai commencé à obtenir des images qui me plaisaient. 

Au début, je jouais sur le blanc, le noir, le contraste et la clarté, ce qui était déjà pas mal. 

Aujourd’hui je ne touche plus au contraste, ou très peu. Je joue sur la balance des blancs, la teinte, les luminances de chaque couleurs, le noir, le blanc, les hautes lumières, les ombres et la clarté. 

Avec tout ces paramètres et quelques filtres parfois, je me rapproche de plus en plus de l’image désirée. 

Aujourd’hui, lorsque je photographie, je pense en noir et blanc, je recherche les contrastes, les formes et j’oublie les couleurs. 

Car quand je fais de la couleur, je déteste le résultat, trop saturé, trop terne ou avec une tâche fluo qui gâche le décor. 

Et manifestement, ce travail sur le monochrome porte peu à peu ses fruits puisque les clichés remportent de plus en plus de succès et que les visiteurs ne se contentent plus de liker la photo du jour mais explorent les autres clichés précédemment publié. Ca fait chaud au coeur.

Je suis même tenté par un retour à l’argentique certains jours, juste pour voir si je serai encore capable de capturer quelque chose à l’ancienne.

Journal d’un déconfinement

Image

Le lundi 11 mai 2020, après cinquante-quatre jours de confinement, commençait le déconfinement.

J : Lundi 11 mai 2020 – déconfinement

Vous pensiez être débarrassés de moi et de mes humeurs ? Perdu. C’est le retour du blog, avec un nouvel épisode, celui du déconfinement, qui risque de durer bien plus longtemps que cinquante-quatre ridicules jours. Là vous allez en avoir au moins jusque septembre.

Oui je sais c’est dur, très dur, pour moi aussi d’ailleurs, parce que mine de rien, lorsque je me suis embarqué dans ce journal du confinement le 16 mars dernier, je n’imaginais pas devoir écrire un petit billet chaque jour pendant deux mois. Il y avait des jours où je n’avais rien à raconter, le plus souvent d’ailleurs. Imaginez l’angoisse de la page blanche certains matins devant mon café.

Si vous avez tout lu, bravo, moi je ne l’aurai pas fait. Trop pénible, déjà que la situation n’était pas géniale, en plus suivre les délires d’un blogueur angoissé aux propos parfois fascisants ou simplement débiles pendant une si longue période en comptant le nombre de fautes d’orthographe par ligne, cela force le respect.

Alors rassurez-vous, ce billet n’est qu’une boutade, j’arrête le journal, il n’y aura pas de Journal d’un déconfinement, de toute façon je ne vais plus avoir de temps pour ça, le travail m’appelle, aujourd’hui je n’ai pas arrêté de 6H55 à 17h10 : rappel des consignes, trois infiltrations d’eau, suppression de toutes les corbeilles papier, vérification des expéditions, courrier, un pur enfer et ça va être comme ça pendant cinq jours toutes les semaines, vivement les vacances !

Portez vous bien.

Les plus regardées

Image

Quelles sont mes clichés les plus regardés et les plus appréciées ? La question n’est pas anodine, loin de là, il s’agit pour moi d’un indicateur sur ce que suscite mon travail de photographe amateur auprès d’un public de chausseurs d’images, donc des personnes qui a priori s’y connaissent un peu en photographie.

Flickr permet de visualiser des statisques sur les photographies que vous déposez sur la plateforme, à condition de posséder un compte pro. Des statistique assez primitives, mais qui donnent tout de même une petite idée de ce que les gens regardent.

Premier constat, ce sont mes images en noir et blanc qui sont les plus prisées à une exception près et de taille, ma photo la plus vue et la plus mise en favoris, je veux parler de celle-ci :

36453 vues, 164 favoris… Certes elle est jolie cette image, mais quand même.

Second constat, je ne suis pas doué pour les paysages. La première nature bucolique se classe en sixième position avec seulement 1184 vues et 24 favoris, une digue partiellement recouverte par la mer, à presque contre jour qui m’a demandé un mal de chien à développer.

Ensuite les photos d’oiseaux aquatiques obtiennent un franc succès avec trois élues dans le top 10. La Dinde de Noël a par exemple été vue 507 fois.

Les photos de concert, quoique difficiles à réaliser et à développer, n’obtiennent guère de succès, sauf une, et je ne sais pas pourquoi.; Trapolin’ à l’Espace Django 3329 vues et 52 favoris.

Mes clichés lunaires réalisent de bons scores, hélas c’est une de mes pires photographie qui est en tête du palmarès, lors de l’éclipse du 27 juillet 2018; 2759 vues et 56 favoris, incompréhensible.

Je valide par contre certains choix comme cette abbaye en Bretagne; 5420 vues et 77 favoris. Une perspective intéressante et pour une fois, un cliché original dans ma collection.

Oui bien cette perspective d’arcades avec une passante, un tirage que je possède dans mon bureau, en grand format car j’aime beaucoup la photo; 2135 vue et 48 favoris.

Ce que j’ai compris, au fil du temps, c’est que dans Flickr comme sur les réseaux sociaux, pour que quelque chose soit vu, apprécié, il faut le partager dans des groupes. Certains d’entre eux sont plus consultés que d’autres, il faut faire le bon choix et lorsque l’on vous invite à publier un cliché dans un groupe ou seuls les administrateurs peuvent valider une photo, là c’est le jackpot, comme pour ces cormorans sur le Rhin.

Alors j’ai multiplié les groupes pour mieux faire connaître mes images, groupes liés au matériel, groupes thématiques, techniques, mais sans grand succès jusqu’à présent je l’avoue. J’essaye de publier plusieurs photographies par semaine, en fonction de mon temps libre, objectif une image par jour, mais c’est assez difficile à tenir. Peut-être que je ne suis pas très doué en fin de compte malgré mon équipement et tout le temps consacré à ce loisir, mais qu’importe, je me fait plaisir.

Vieillir, c’est moche

Image

Savez-vous à quel moment devient-on vieux, à part le jour où vous n’arrivez plus à tenir un Nikon D810 avec un 200-500 sans sucrer les fraises ?

C’est lorsque vous ne comprenez plus rien à la technologie. 

D’abord il y a eu cette foutue pastille rouge Apple Id sur mon iPhone et son bouton Continuer qui est restée accrochée des semaines aux réglages quoi que je fasse, avant que je comprenne qu’il fallait lire le texte en dessous, que je me déconnecte de mon compte puis que je re-connecte. Avouez que c’est con.

Ensuite il y a eu mon abonnement Adobe, désactivé pour faute de moyen de paiement. Faute de moyen de paiement ? Je vérifie mon compte PayPal, je le réactive, mais non, alors suivant les conseils de Adobe, je renouvelle mon abonnement et là pouf l’ancien abonnement se réactive également et pif deux prélèvements de 11,99 € surgissent sur mon compte. Damned ! Alors paf j’en désactive un et ping un nouveau prélèvement de 11,99 €. Trois cotisations en un mois. Je n’ai rien compris, eux non plus mais Adobe m’a remboursé… gentils Adobe. 

Il y a eu aussi cet excellent album d’Altesia reçu en promotion et que j’ai voulu m’offrir en CD. Je vais sur Bandcamp, commande l’album, reviens en arrière suite à un doute (ai-je bien commandé la version CD ?), je valide ma commande une fois rassuré (tiens le prix a baissé) et me retrouve avoir commandé la version numérique… Rha !!! Alors j’appelle au secours Altesia et les gars trop gentils m’envoient le CD pour le prix du téléchargement, et là j’ai honte, honte d’abuser de la gentillesse des gens et de ne plus rien comprendre à Internet. 

Sans parler de ma 2008 toute neuve restée ouverte toute une nuit car je n’arrive pas à penser au petit bouton de fermeture centralisée lorsque je la gare. C’est vrai quoi, c’était si simple les clefs… Alors je me réveille la nuit en me demandant si j’ai bien fermé tout, la voiture, la maison, le WIFI, l’eau, le gaz, ma braguette.

Et puis, plus grave, il y a eu cette histoire de série télé, Fargo saison 3 avec Ewan McGregor, quatre DVDs, plein d’épisodes que j’ai dévoré avec bonheur. Par contre, au troisième DVD, j’ai vraiment été surpris par ces épisodes flashback avant de réaliser que j’avais visionné de DVD n°3 avant le n°2.

C’est vraiment moche de vieillir…

Ce post aurait pu être sponsorisé par Paypal, Adbobe, la MGM, Peugeot, Nikon, Altesia et Apple.

De la photographie lunaire

Connaissez-vous l’art de la photographie lunaire, cette technique élaborée pour capturer la lumière du soleil réfléchie par notre magnifique satellite naturel ?

La Lune se situe à un peu plus de trois-cent-quatre-vingt fois la distance Strasbourg-Brest que j’effectue en douze heures en voiture en comptant les pauses pipi. Cela veut dire qu’il me faudrait environ vingt-sept semaines pour m’y rendre en automobile sans m’arrêter pour dormir. C’est loin, même avec ma nouvelle Peugeot 2008.

La Lune est en outre nettement plus petite que notre belle Terre, une diamètre presque quatre fois inférieur, autant dire une petite boule, située à vingt-sept semaines de voyage à cent kilomètres heure. Un truc insignifiant en fait.

Pourtant cet astre lointain et très proche en comparaison de Mars ou de Venus, ce satellite éclaire nos nuits, soulève les océans et joue sur notre psychisme. Alors pourquoi ne pas le photographier.

Pour ce faire il vous faut idéalement un appareil photo. Mais, si vous avez l’impression que la Lune est grosse dans le ciel, ne vous y trompez pas, tendez le pouce, vous verrez que lui seul est capable d’occulter cette boule de lumière nocturne.

Elle est loin et petite, donc si vous disposez d’un banal appareil photo, sans l’optique qui va bien, vous aurez au mieux sur la pellicule, un petit point lumineux. Equipez-vous d’un téléobjectif, un 500 mm au minimum, le 200-500 5.6 de Nikkor est très bien. Collez-y un doubleur de focale, vous arrivez à 1000 mm, pas mal. Installez tout ça sur un boitier APS-C Nikon D7200 et vous aurez l’équivalent d’une focale de 1400 mm.

Le problème qui se pose alors, c’est de porter l’attirail, car un boitier de 700 g, plus une objectif de 2300 g, sans parleur du doubleur, cela vous revient à porter trois boites de conserves de raviolis Panazanni collées les unes à aux autres pendant plusieurs minutes et ça sans trembler, essayez pour voir.

On en arrive à l’accessoire quasi indispensable, le pied photo, et pas n’importe lequel, un pied capable de supporter trois kilos d’équipement sans broncher, sans plier, sans lâcher.

Vous êtes maintenant fin prêt. Il ne vous manque qu’une télécommande. A quoi sert le pied photo si, lorsque vous appuyez sur le déclencheur, vous faite vibrer tout l’emsemble ? A faire de la photo d’art (un bougé quoi). Donc une télécommande.

Et hop, le tour est joué. Vous installez le doubleur sur le boitier, le zoom sur le doubleur, le pied sur le zoom (oui y a une vis spéciale pour ça, si vous fixez le boitier sur le pied, ça va se casser la gueule dans les cinq secondes et vous aurez le droit de retourner vous acheter un 500 mm, ouille…).

Pour les réglages, rien de plus simple, 400 ISO, ouverture F 11, obturation à 1/200 s, enfin à la louche, ça dépend de la phase de la Lune, de son élévation dans le ciel, de clarté du ciel et de plein d’autres conneries. N’écoutez pas votre appareil qui dit qu’il n’y a pas assez de lumière, c’est bien connu, un appareil photo ne sais pas faire de photographies. Faites plusieurs essais.

Pourquoi 400 ISO, ouverture F 11 et 1/200 s ? F 11 parce que mon matériel ne sait pas faire plus lumineux, le zoom est ouvert à 5.6 et j’ai un doubleur d’où F 11. Ce n’est pas si mal vu la focale. 1/200 s parce que la Lune bouge, le trépied vibre et qu’il y a toujours un peu de vent. 1/100 s c’est la limite, plus lent j’obtiens un bougé. Alors pourquoi ne pas grimper dans les ISO et gagner du coup en vitesse ? Afin de conserver une belle qualité d’image. C’est ma recette. Facile non ?

Reste un problème, un gros problème. Avec un doubleur, l’autofocus de votre objectif ne fonctionne pas, pas plus que la stabilisation. Si vous essayez le mode autofocus stabilisé, il y a de fortes chances que votre boitier patine d’avant en arrière et se fige sur une image floue pendant que le stabilisateur s’affole en produisant des bruits étranges.

La photo lunaire, c’est enfantin, sauf pour ça, la mise au point, et là je vous l’avoue, c’est vraiment la chienlie. Désactivez la stabilisation et l’autofocus, tentez de pointier la Lune dans le viseur : “la vache c’est dur, et la conne elle bouge à toute vitesse, et la rotule ne serre pas assez bien, l’appareil descend, merde je l’ai perdue !”.

Oui la lune bouge, mais là c’est surtout la Terre qui tourne sur elle-même en vingt-quatre heures, vous savez, le jour et la nuit, ben c’est ça. Un tour sur elle même en vingt-quatre heures c’est pas grand chose vous me direz, oui mais vu d’une focale de 1400 mm, un tour en vingt-quatre heures c’est environ dix secondes dans le viseur, après la Lune s’est barrée.

Une fois que vous avez stabilisé votre pied boitier doubleur zoom main table vers la Lune, reste la mise au point. Vous disposez de moins de cinq secondes pour regarder dans l’objectif, tourner la bague de mise au point (non pas celle du zoom) et de trouver l’image parfaite. Allez-y, éclatez-vous et clic, clac, clic, clac.

Il ne reste plus qu’à rentrer à la maison, regarder vos belles images… floues. Vous croyez peut-être que votre oeil est capable de faire une mise au point sur un objet situé à plus de 385 000 kilomètres les bons jours ? Ben pas le mien assurément.

Alors on recommence, mais cette fois, après avoir chopé une Lune floue dans le viseur, vous basculez en douceur sur l’écran de votre boitier puis vous zoomez, zoomez (le bouton +) de préférence sur le bord de l’astre, parce qu’au centre y a trop de lumière et vous ne distinguez plus rien.

Comment ça vous ne voyez qu’une boule lumineuse ? Mince, j’aurai du commencer par ça. Si vous voulez photographier correctement la Lune, n’attendez jamais la nuit noire. Le contraste entre le ciel nocturne et la la lumière solaire reflétée sur régolithe lunaire est énorme, votre appareil n’arrivera probablement pas à s’en dépatouiller sans filtre. Et utiliser un filtre la nuit, enfin bon, vous faites ce que vous voulez n’est-ce pas.

Donc on recommence tout. A la tombé du jour, sortez votre boitier, doubleur, zoom, télécommande et pied photo dans le jardin. Faites tout ce que j’ai dit avant, passez en mode écran, zoomez et alors là tentez de tourner délicatement la bague de mise au point. Pourquoi délicatement ? Parce que la rotule peut lâcher sous le poids de votre main associée aux trois kilos de matériel, que sur l’écran, la moindre petite pichenette va donner le tournis à l’image devenue folle (déjà dans le viseur c’était l’enfer, là zoomé par dix, c’est l’horreur) et tentez la meilleure mise au point possible.

La meilleures, comment ça la meilleure ?

Oui parce que voilà. S’il fait chaud, il va y avoir des turbulences dans l’air, un peu comme quand vous prenez l’avion, ces vagues qui vous donnes envie de vomir, sauf que là, la masse d’air devient plus où moins dense, agissant à son tour comme une lentille et déformant quelque peu l’image.

Mais j’ai la solution, sortez faire de la photographie lorsqu’il fait froid, très froid. Ok ça caille et avec les gants, toutes la manips de mise au point deviennent infernales, alors équipez-vous de gants de soie. Je ne l’avais pas dit avant ? Les gants de soie sont fins et permettent de faire de la photo sans avoir l’impression d porter des moufles, il y a en a à pas cher chez Décathlon.

J’en étais où ? Oui à la tombé du jour, en hiver, par ciel clair, muni de gants en soies, d’un boitier, d’un doubleur, d’un zoom, d’une télécommande et d’un pied photo, vous êtes fin prêt pour photographier la Lune. Oui mais non. Car deux kilos trois cent de verre, cela possède une certaine inertie thermique et j’imagine que vous ne rangez pas votre 500 mm dans le frigo. Il faut donc que votre optique se mette à la bonne température, pas vos batterie pas contre, elles ne tiendraient pas très longtemps. Donc laissez votre objectif au frais quelques minutes avant de commencer à jouer. Mais pas trop, sinon il va faire nuit ou les nuages vont arriver ou votre femme va crier “à table chéri !, arrête de jouer avec ton appareil à faire des photos moches”.

Vous êtes prêt ? Comment ça la Lune n’est pas encore levée ? Ben oui, déjà que la Lune joue à cache cache avec ses phases mais en plus il faut attendre que la Lune se lève et qu’il ne fasse pas encore nuit noire.

Voila pourquoi j’ai du mal à obtenir une belle image lunaire nette. Il faut que le ciel soit clair, que la Lune soit levée, qu’il fasse encore un peu jour, qu’il fasse froid mais pas trop non plus, que je ne sois pas encore en robe de chambre, que les accus de mon appareil photo soient chargés, que j’ai le temps de mettre tout à température, qu’un voisin ne me tombe pas dessus croyant que je matte les fesses de sa femme, que ce ne soit pas l’heure de manger, que que, que surtout j’arrive à faire une mise au point convenable avec ce pied photo instable et ces trois kilos de matos.

Tout ça pour quoi ? Pour une photographie, bien moins belle qu’un cliché fait au télescope amateur, bien moins belle qu’une image de la NASA, mais une photographie faite par moi, pour réussir l’image la plus parfaite possible, aux extrêmes limites de mon matériel et de mon oeil, juste pour le fun.

Ce post était sponsorisé par Peugeot, Panzanni, Décathlon et Nikon.

Bon à rien

Image

Dilettante, je m’intéresse à tout et je ne vais au bout de rien. Chroniqueur de rock progressif, je suis un non spécialiste du genre faisant l’impasse sur les discographies de nombreux groupes phares du genre. Photographe amateur, je possède un très bon matériel et pourtant mes clichés restent passe-partout dans le meilleur des cas. Blogueur, j’inonde la toile de ma prose auto-satisfaite remplie de fautes d’orthographe et lue par dix personnes au monde. 

Je suis un touriste, un rigolo même pas drôle qui survole sans jamais approfondir. Astronomie, informatique, musique, photographie, bricolage, littérature, jardinage, science-fiction, je dilapide mon temps et mon argent sans jamais aller au bout du sujet. Lorsque les difficultés surviennent, je passe à autre chose ou je trouve un raccourci pour ne pas m’infliger la honte d’un échec.

Ne serait-il pas plus intelligent de consacrer toute cette énergie débordante à une seule passion, d’aller au fond du sujet, de tenter d’être vraiment pointu dans un domaine ? 

Le problème c’est que des tas de domaines attirent mon attention, j’aimerais tout faire, tout essayer, tout connaître, enfin, presque tout. Au lieu de cela je possède un vernis Reader Digest, des résumés sur tout et surtout sur rien, un vernis facile à gratter sous lequel il n’y à rien. 

Vous me direz, de nombreuses personnes ne s’intéressent à rien, une vie sans passion, juste le foot, les gosses et le boulot. Mais sont-ils moins heureux pour autant ? Recherchent-ils cette reconnaissance futile de ceux qui en savent encore moins et qui sont éblouis par pas grand chose ?

Des fois je me demande à quoi peut bien servir cette fuite en avant dénuée de sens. Échapper au monde réel, au sordide quotidien ? 

Je pense qu’il est temps que je me remette sérieusement en question, que je laisse tomber la photo, le rock, le bricolage, les livres, les séries TV, le jardin, les jeux vidéos, le travail, la musique, les filles et que je me concentre sur une seule activité, l’unique l’ultime, la psychologie, pour aller au fond du sujet une fois pour toute, c’est à dire au fond de moi.

Zombie Walk

Un samedi de fin d’été ensoleillé, je pris le tram pour assister à la grande marche des zombies qui se déroule pendant le festival du film fantastique de Strasbourg.

Si j’aime la science-fiction, je suis nettement moins amateur de films de zombies ou d’horreur soyons clair. Soit cela me fait rire aux larmes, soit cela me donne envie de vomir.

Toutefois, pour un amateur d’images, la Zombie Walk est une occasion en or. Comme pour le Carnaval de Rosheim, les personnes déguisées sont venues pour se montrer autant que pour faire la fête. Du coup les photographes sont presque plus nombreux que les morts vivants.

Zombie Walk de Strasbourg

14h00. Sur la place Kleber, derrière les barrières de sécurité (il ne faudrait pas que les morts vivants attaquent les survivants) s’agglutinent lentement des corps désarticulés, des gueules cassées, des litres d’hémoglobines et des kilos euros de matériel photographique. Une fanfare zombie met de l’animation pendant que les derniers arrivants se refont une beauté aux stands de maquillage.

Beauté fatale

Au milieu de la foule qui augmente de minutes en minutes, déambulent quelques cadavres désarticulés morts dans des circonstances improbables. Outre les humains, on y trouve des monstres : un lapin sexy, bonhomme Cetelem à tête de citrouille, des tas de viande avariée et j’en passe. Les organes sanguinolents posent devant les objectifs avec complaisance, poussant leurs hurlements effrayants ou ridicules, crachant de l’hémoglobine au goût de fraise avant d’être appelé par le maître de cérémonie devant le grand podium.

Zombie Walk de Strasbourg

Commence alors la grand messe macabre à la Ghost : la foule de morts vivants entame la danse de Thriller avant d’élire les plus beaux d’entre les cadavres. Sous un soleil implacable, les corps faisandés, dégoulinants défilent sur l’estrade, hurlant leur nom à la foule, dansant quelques pas saccadés, draguant les objectifs pour le plus grand bonheur des photographes accroupis aux portes de l’enfer.

15h00: Après les élections de miss gothique faisandée, de papy déterré et des steampunks dégoulinants, la fanfare morbide se met en route pour la Zombie Walk. Dépliant mes jambes engourdies après trois quarts d’heure inconfortables devant les morts, je pique un sprint dans les ruelles bondées de la capitale européenne pour doubler le cortège funéraire et me placer au meilleur endroit pour shooter du zombie.

Zombie Walk de Strasbourg

Hélas, comme ces cadavres exquis, je ne suis pas loin de la décomposition, et la course épuise les quelques reliquats de cartilage qu’il reste dans mes genoux perclus d’arthrose. A la fin de la marche des morts, le photographe déshydraté et brûlé par le soleil, déambule comme un mort vivant, une vive douleur dans le genou droit, celui qui était encore en bon état.

16h00: C’est ainsi qu’après avoir croqué les morts avec ma boite à image, j’ai rejoins le troupeau aveugle des zombies, sans maquillage, sans même passer par la case croque mort, j’avance tel un figurant de Thriller jusqu’au Tram qui me ramène chez moi, avec beaucoup de photographies de maquillages ratés et quelques beaux cadavres sexy tout de même.

Zombie Walk de Strasbourg