La lune rouge

6,72 – la lune photographiée le 21 novembre à 17h28 GMT

J’ai vécu avec les pilotes d’essais, passé le mur du son, volé en X15 et réalisé la première orbite dans la capsule Mercury, c’est ça l’Etoffe des Héros. J’ai participé au programme Apollo de La Terre à la Lune, de l’incendie dramatique d’Apollo I jusqu’à la dernière mission. J’ai craint de ne jamais revoir la Terre à bord Apollo XIII et j’ai passé des journées et des nuits aux côtés du Premier Homme avant qu’il ne foule le sol lunaire. 

Mais était-il vraiment le premier ? Certains disent que les russes ont pris de l’avance sur le programme américain, que la lune est rouge et que les américains posèrent une base au pôle deux ans après Apollo XV. 

For All Manking, propose une uchronie sur la conquête spatiale où les russes, après Spoutnik, Laïka, Gagarine, furent les premier sur la Lune, relançant de plus belle la course à l’espace car les américains sont mauvais perdants, surtout Trump en fait. 

La série reprend les mécanismes de De la Terre à la Lune et de Apollo XIII avec l’univers de la NASA d’un côté et les familles des astronautes de l’autre mais s’attarde plus cette fois sur des sujets politiques, la corruption, la guerre du Vietnam, l’émancipation des femmes, la vie de famille des astronautes. Peu à peu, les visages des personnages de La Terre à la Lune ou de Apollo XIII s’estompent, remplacés par ceux des acteurs de For All Mankind, comme par magie.

Après l’échec d’Apollo I, la NASA est devenue frileuse. La lune aurait pu être conquise avec Apollo X, un mois avant les russes. Mais n’osant plus prendre de risques, la vénérable administration accumule les retards dans la course à l’espace, et la Russie risque de dominer le monde et l’espace. Alors les pilotes se rebellent et la NASA ose. La première station lunaire permanente est construite près d’un cratère sera américaine. Les russes viendront se poser à quelques kilomètres peu après. Les astronautes, suite à la désintégration d’une Saturne 5 sur le pas de tir, celle qui devait amener la relève, se retrouvent confinés sur la Lune de nombreuses semaines supplémentaires, regardant en boucle la même série TV sur un VHS fatiguée . « Hi, Bob. ». Quelque part c’est un peu ce que nous vivons aujourd’hui non ?

Les amateurs de l’Etoffe des héros se doivent de regarder cette réalité alternative de la course à l’espace. Une excellente première saison qui en appelle une seconde.

The Game

Image

La mini série The Game se déroule sur fond de guerre froide. Le bloc de l’Est s’oppose à l’Ouest et les espions deviennent souvent des agents doubles, retournés par l’ennemi. A Londres, le MI5 découvre qu’une vaste opération russe va être menée contre l’Angleterre prochainement.

Commence alors une course contre la montre pour la petite équipe de Daddy afin de découvrir ce sui se cache derrière l’opération Glace.

The Game se concentre principalement sur le travail d’espionnage du MI5 et rentre peu dans l’intimité de la vie des agents, celui qui a perdu la femme qu’il aime et cherche à se venger (Tom Hughes), l’homosexuel aux prises avec le scandale (Paul Ritter), la secrétaire qui veut monter dans la hiérarchie (Chloé Pirri), le flic qui découvre les méthodes du MI5 (Shaun Dooley), le couple d’espions en pleine crise et Daddy (Victoria Hamilton et Jonathan Harris), Daddy le boss vieillissant qui craint pour sa place et ne fait confiance à personne ou presque (Brian Cox).

Pose de micros, filatures, planques, recoupements d’informations, manipulations, combats, intrigues, The Game raconte la Guerre Froide, l’espionage, la guerre des agences de renseignement et cette mystérieuse opération Glace qui menacerait tout le Royaume Uni.

Encore une série BBC pas toute jeune (2014) que j’ai déniché dans ma médiathèque. De très bons acteurs, des décors qui nous font remonter dans les années soixante-dix et une intrigue qui nous tient en haleine jusqu’à la dernière minute. Pour le rien gâcher la musique du générique très bien pensée, entre Amicalement Votre et Mission Impossible, nous met immédiatement dans le bain. Une série à ne pas manquer.

Deux problèmes, une solution

Image

L’histoire a commencé par un fichier mp4 de 4,7 Go, la promotion d’un live de rock progressif. Moi les concerts j’aime bien les vivre sur un très grand écran faute d’y assister en présentiel. Et si mon écran de Mac est très grand, il est minuscule devant les deux mètres cinquante de diagonale de l’écran du vidéo projecteur. Par chance le lecteur blu-ray possède une entrée USB. Il me suffisait donc de copier le fichier mp4 sur la dite clef. Fichier trop grand. La clef possède 32 Go et le fichier moins de 5 Go, cherchez l’erreur. L’erreur c’est la FAT32 qui n’accepte pas des fichiers supérieurs à 4 Go. Qu’à cela ne tienne je formate la clef en ExFat, je copie le fichier et je plugue la clef sur le Blu-ray. Le lecteur ne voit pas la clef, classique, il ne connaît que le format FAT32 le bougre. J’essaye d’autres formats à tout hasard, niet. Je suis quitte pour regarder le concert dans une pièce moins confortable et sur un écran minuscule. J’aurais pu déplacer le Mac et le connecter au home cinéma mais d’un, je n’ai pas de cable Apple HDMI spécial truc bidule, de deux, un 27 pouce c’est quand même un gros machin à déplacer. Bref.

Et puis il y a ce satané confinement. Si j’ai bien anticipé les livres, pour les séries j’ai oublié de piller la médiathèque dont je commence à avoir fait de toute manière le tour. Alors après 10% sur la 2 et la saison 3 de Mr Robot, il ne me restait plus qu’à me refaire Stargate Atlantis, encore une fois. Car notre décodeur TV n’accepte pas Netflix et changer de décodeur signifierait changer d’abonnement et ça pas question car notre abonnement cable Internet est à un prix imbattable. Si j’en change, je triple son coût sans parler de l’abonnement Netflix et que de toute façon mon premier problème ne serait pas résolu. Bref l’impasse.

J’avais donc donc deux problèmes, trouver des séries TV et regarder sur le vidéo projecteur ce qui se trouve sur mon Mac et une solution : Apple TV.

J’ai mis du temps à comprendre les déclinaisons de Apple TV, Apple TV+, Apple TV 4K et Apple TV HD. Pour le coup, je trouve qu’ils ont fait fort chez Apple. Alors je vous explique :

Apple TV c’est le programme iOS qui gère les vidéos, Apple TV+ l’abonnement à la plateforme de vidéos, Apple TV 4K et Apple TV HD des plateformes matérielles à relier à une télévision ou un vidéo projecteur pour visualiser la bibliothèque de Apple TV dessus. Et la différence entre 4K et HD ? Des formats d’images différents. 

Le vidéo projecteur ne supporte pas la 4K donc vive Apple TV HD. Le truc c’est que si vous vous équipez d’un Apple TV HD, Apple vous offre un an d’Apple TV+ soit presque soixante euros de réduction sur un équipement à cent cinquante neuf euros. Alors, pourquoi pas essayer ?

Oui je sais, une fois encore je me lie un peu plus à la grosse pomme et je file de l’argent aux héritiers de Steve Jobs, mais Trump est foutu non ? A qui la faute ? Au COVID-19 et à la FAT32 non ? Donc aux chinois et aux américains. La prochaine fois j’achèterai une Lada, au moins avec ce genre de poubelle aucun risque d’engraisser ces salops de capitalistes.

La livraison entre 9h30 et 13h30 par les bons soins de DHL est arrivée à 15h00, alors que j’étais parti travailler évidement, car je vais encore au travail, même quand il y a du brouillard ou de la pluie.

J’ai récupéré le colis dans une station service où j’ai stationné mon vélo pour faire le plein et suis allé à la maison installer la petite boite. Il faut savoir que cette opération n’est pas anodine lorsque l’on est équipé de tout un basard multimédia. Derrière il y a du cable, des serpents noirs reliés à des boitiers de répartition ou de concentration. Bref l’enfer. Une fois que je me suis souvenu de comment tout cela fonctionnait, j’ai lu la notice de 50 caractères, j’ai branché l’Apple TV HD à une prise HDMI puis je l’ai connecté au secteur. A l’écran de la TV, la liste des langues, positionné sur Deutch et le machin qui me baragouine un truc incompréhensible en teuton. J’essaye de parler à la télécommande “Français, French, bordel !”, appuie sur les boutons au hasard, rien, le bidule cause tout le temps allemand puis devient muet comme une carpe, mais à l’écran c’est toujours Deutch qui est sélectionné.

Alors je regarde la toute petite notice de cinq par dix centimètres de plus près et découvre les fonctions des boutons de la télécommande. Je ne suis guère avancé, mais voila que au-dessus des boutons, se dessine un espace invisible et tactile avec un bouton caché. Yes ! la sélection se fait là. Un touch pad assez étrange mais qui fonctionne et je peux enfin choisir ma langue. Une fois approché l’iPhone et configuré le bousin en bluetooth je peux utiliser la télécommande du téléphone pour continuer et là ça va très vite. L’abonnement est lancé pour une année gratuite et je découvre un catalogue fabuleux de séries et films. Youhou The Mandalorian ! Ha non mon gars, ça c’est Disney+, faudra allonger 7 euros de plus par mois si tu veux voir la série et ainsi de suite. Après de longues recherches, je découvre enfin la sélection Apple TV+, il y a un petit logo dessus. C’est une petite sélection de films et de séries, et là je suis un peu déçu. Mais tu t’attendais à quoi mec pour cinq euros par mois ?

J’allume alors mon Mac et essaye de visionner le live qui se trouve dans ma bibliothèque Apple TV et je ne le trouve pas. Mais heu ? Il est bien sur le Mac pourtant ! Après une nuit de me sommeil je comprends que l’Apple TV HD devient une source pour les projections des vidéos, il suffit de basculer du Mac vers l’Apple TV HD avec le petit zigouni dans les vidéos Youtube et Cie et la magie opère. Bon au moins j’aurai des live me suis-je dit…

Et puis le soir nous avons commencé à regarder le catalogue de séries et nous sommes tombés d’accord après de longues palabres pour essayer Little America, une série sur l’immigration aux U.S.A. traitée avec un certain humour puis Before The Dark qui raconte la vie d’une gamine de neuf ans voulant devenir reporter. Ben oui maintenant nous pouvons suivre deux séries en même temps, même trois, peut-être See et certainement For All Mankind mais pas The Mandalorian, à moins que, il suffit de cliquer après tout…

The Expanse T 4

Image

Le tome 4 de la série de livres The Expanse n’a jamais mieux porté son nom. L’humanité, après avoir colonisé la ceinture, Mars et quelques satellites joviens, quitte le système solaire et part à la découverte de planètes inconnues.

La première élue se nomme Ilus, ou New Terra tout dépend de quel monde vous venez. Atmosphère respirable, continents et océans, biome extraterrestre non hostile enfin à part les limaces, tout pour s’installer et prospérer. D’ailleurs, dès sa découverte connue de tous, un groupe de ceinturiens s’embarque pour un voyage illégal et sans retour de plus d’un an pour s’installer sur Ilus.

Sauf que, et c’est l’histoire de bien des peuplades, la RCE a reçu une autorisation d’exploitation de la planète par les Nations Unies, et la RCE voit d’un très mauvais œil la présence des premiers colons en place.

Mais au fait, The Expanse, ce n’est pas l’histoire de James Holden, sauveur de l’humanité avec sa petite équipe à bord du Rossinante ? Si, si. Alors quel rapport avec notre histoire ?

Abracadabra ! Holden est proposé comme médiateur dans la crise qui oppose colons et RCE sur Ilus, crise qui s’envenime d’heures en heures. Holden en médiateur ? Sérieusement…

Vers la moitié du roman, alors qu’Holden fait de son mieux, traduisez aggrave la situation, l’histoire bascule brutalement et revient au sujet premier du livre, à savoir la proto molécule. Une grosse explosion et plus rien n’est pareil ensuite. Les factions restent sur leurs positions mais la survie l’emporte sur les rivalités, encore que.

Cette seconde partie du livre, plus dans l’action, qui sent la pluie, la boue et l’odeur confinée des scaphandres spatiaux, n’est pas forcément celle qui m’a le plus enthousiasmée mais il fallait bien que l’histoire bouge un peu pour les lecteurs avides d’adrénaline et de rebondissements.

Les feux de Cibola poursuit les aventures de Holden et cie honnêtement, sans m’emballer plus que ça. Par chance, le dernier chapitre laisse espérer une suite prometteuse, un peu plus politique. Jusqu’où vont-ils nous amener ? Vous le saurez en lisant le tome 5.

Beau Séjour

Image

Une adolescente se réveille dans une chambre d’hôtel et découvre dans la baignoire son corps sans vie.

La Belgique, de nos jours, son club de motocross, son lycée, son hôtel Beau Séjour en rénovation et une jeune fille sans histoire qui disparaît pendant la fête du tir.

Voilà une série télé à petit budget avec des acteurs pas franchement exceptionnels qui a réussi le tour de force de me captiver.

Une série policière, avec son histoire banale comme un fait divers, qui se déroule dans une petite ville belge, rien de très sexy à priori mais accrochez-vous, le scénario se révèle redoutable.

Kato Hoeven est retrouvée morte dans une gravière, probablement assassinée dans la chambre 108 de l’hôtel Beau Séjour puis déplacée dans une gravière pour cacher son corps. Kato est morte, sauf que Kato est avec nous pendant son autopsie, elle parle avec son père à son enterrement, elle roule à moto pour suivre les deux inspectrices venues mener l’enquête, elle dort, mange une pizza avec un copain… Kato vit, mais juste pour certaines personnes.

Kato est bien morte mais certains la voient et peuvent lui parler, certains mais pas tous : une amie, son père, un flic, un ado et un trafiquant de drogue.

Cet artifice scénariste donne tout son sel à la série Beau Séjour. Avec peu de moyen, le policier frôle le fantastique et l’enquête que mène Kato sur sa propre mort devient passionnante. Car notre Kato ne se souvient de rien, comme amnésique. Alors invisible de certains, elle nous ouvre des portes normalement fermées.

L’enquête est l’occasion d’une peinture sociale sans complaisance : une famille recomposée, un père alcoolique, un champion local de motocross, la bonne copine pas très nette, un médium clochard, deux enquêtrices aux antipodes l’une de l’autre, une petite frappe de dealer, un époux infidèle, une enfant soit disant sans histoire.

La série date de 2017 et ne paye pas de mine à première vue, mais croyez-moi, elle mérite le détour.

Oui, je sais. Vous allez me demander ce qu’est une fête du tir. Sincèrement, qu’est-ce que j’en sais moi ? Je ne suis pas belge et Kato ne m’a rien dit.

Vous savez, j’ai un travail aussi

Image

Depuis plus de vingt ans je gère un webzine de rock progressif. Programmation, administration, sauvegardes, mises à jours, publications, la bête m’occupe beaucoup. Et comme il faut alimenter le site en contenu pour nos lecteurs, je chronique des albums, couvre des concerts, fait des interviews, écrit des actualités, enregistre les groupes, leurs albums et leurs concerts. Et comme pour chroniquer il faut de la musique, je sollicite les labels, maisons de disques et artistes. Et n’étant pas seul dans le webzine, il faut en plus que je partage la musique, relise le travail des autres, relance les gars pour qu’ils livrent leur prose à temps, et tout ça justement prend du temps. Je me suis fixé un rythme de publication de trois chroniques hebdomadaires, sans parler des news quotidiennes, parfois plus lors de la rentrée musicale.

Toute cette pression exigeait un exutoire alors j’ai créé un blog pour parler de ma folie, de la musique d’un point de vue politiquement moins correct, pour raconter ma vie, pour décompresser. Mais un blog, même s’il a moins d’exigences que le webzine, doit être mis à jour et surtout alimenté régulièrement en billets. Alors, depuis mon smartphone, j’écris quand me vient une idée, comme en ce moment puis je la mets en forme, cherche un titre, une image et plus tard, si le billet me semble toujours acceptable, je le publie. Je me suis fixé un rythme de deux billets par semaine, parfois je cale devant la page blanche, parfois j’en gribouille cinq en une semaine.

Le rock progressif m’a ramené à la photographie par hasard en voulant proposer des images pour les live reports. Au début j’empruntais du matériel au travail mais bien vite j’ai voulu un matériel adapté à l’exercice. J’ai retrouvé les joies de la photographie avec un reflex, un sport abandonné avec la fin de l’argentique. De photographie de concert je suis revenu tout simplement à la photo. J’ai rapidement adopté Flickr pour publier les clichés de concerts et mes premiers pas dans le numérique. Avec cette plateforme j’ai découvert le travail d’autres personnes et j’ai voulu trouver mon style. J’ai également découvert le développement numérique qui m’a définitivement rendu accroc à l’image. Au début je publiais une photo de temps en temps, en fonction de mes ballades, aujourd’hui je m’oblige à sortir une image par jour en plus des photos de concert. Trouver une idée, la photographier, la développer, la publier, l’image m’a totalement asservie.

Et comme j’aime lire, je partage mon enthousiasme littéraire sur le blog ainsi que sur Babelio, mais ça, pour une fois, ça ne me prend pas trop de temps.

Chaque jour j’écoute de la musique, publie des actualités, des chroniques ou billets, répond au médias, relis des textes, met en ligne des photos 

Mais j’ai un travail et une famille vous savez. Chaque jour je sacrifie sept heures à mon employeur, chaque jour je fais à manger, je change la caisse du chat, sort les poubelles, fait les courses, lave et étend le linge, passe l’aspirateur, la serpillière, l’éponge, la brosse à dent. Et après toutes ces activités éreintantes je trouve encore le temps de regarder une série télé, de lire un ou deux bouquins et de dormir neuf heures les bonnes nuit, sans parler des migraines qui me volent 24 heures de ma vie toute les semaines, enfin les bonnes semaines…

Legion

Image

Vous aimez les hommes en latex moule burnes avec une cape rouge ? Les gars névrosés au look de tarlouze au brushing irréprochable ? Ceux que l’on appelle les Marvelles ? Ma femme adore… Et moi je regarde, obligé, nous n’avons qu’un seul vidéo projecteur dans le salon. 

Pour une fois, le super mec est super mal dans sa tête un peu comme dans Handcock mais en plus atteint. Il ne porte pas de costume et ne contrôle absolument rien. Légion, huit épisodes franchement déjantés où un jeune skizo découvre qu’il est juste un mutant surpuissant habité par un autre mutant également surpuissant autant qu’il est malfaisant.

Oups désolé, je viens quasiment de vous résumer la saison une du coup.

Autour de David Haller, notre héros beau gosse bizarre, gravitent une brune pétillante cinglée et une blonde fadasse également un peu maboule. Normal ils vivent dans un hôpital psy me direz-vous. Et devinez de qui ce benêt de David tombe amoureux ? De la décolorée évidemment. Mais quel manque de goût ! Bon il faut avouer que la brunette semble ne pas exister réellement, enfin disons qu’elle prend régulièrement l’apparence d’un personnage de livre pour enfants assez inquiétant ou d’un vieux pote de drogue de David. Vous ne coucheriez pas avec un vieux pote ou un personnage tiré de Winnie l’Ourson si ? Nous sommes d’accord.

Le gamin se fait d’autres copains au fil des épisodes, une vieille blondasse qui parle à la machine à café, un afro-américain affublé d’une casquette ridicule quand il ne lit pas dans les rêves, un vieux bricolo doublé d’une jeunette bastoneuse ainsi qu’un scaphandrier vivant dans un glaçon. Vous parlez d’une équipe !

L’avant dernier épisode part totalement en cacahuètes, à se demander si le scénariste est sous l’emprise de LSD, mais le final de la saison une nous rassure, tout est sous contrôle. 

Je suis curieux de voir où nous conduira la suite, mais je ne suis pas certain que mon épouse, privée de latex et de gomina me suive. Qui vivra verra.

L’orage

Image

Lundi dix août au matin, à quatre heures quinze, un coup de tonnerre réveillait la capitale rose. Certains, se souvenant brutalement de l’explosion d’AZF ont craint un nouveau Beyrouth. D’autres ont cru à la fin du monde et enfin les plus censés ont songé à l’orage. La foudre a frappé Toulouse avec une rare violence et cela juste avant l’orage. La pluie, le vent et les éclairs ont touché la ville, mais plus tard.

Ce que les toulousains ignorent, c’est que cet unique éclair surpuissant foudroya une poignée d’habitants le la capitale cathare. De pauvres hères qui partaient effectuer leurs travaux d’intérêt général dans le quartier du Mirail, sous la surveillance d’un ancien militaire homosexuel refoulé, furent traversés par des arcs électriques d’une puissance inouïe.

Alors qu’ils auraient dû mourir, ils se relevèrent, indemnes, du moins en apparence. Car quelques heures plus tard, d’étranges phénomènes se produisirent. L’un déplaça par la simple pensée son gobelet de café, l’autre se dédoubla en deux corps et personnalités distinctes, encore un autre s’envola tel un oiseau… Tous avaient acquis d’étranges pouvoirs.

Ainsi pourvus de talents spéciaux, nos jeunes au banc de la société auraient pu devenir des supers héros et sauver le monde, ou du moins mettre de l’ordre au quartier du Mirail qui en a bien besoin. Au lieu de quoi, que firent-ils ? Semèrent le chaos.

Je viens de finir la cinquième saison de Misfits et l’orage de lundi à Toulouse a coïncidé avec le dernier épisode de la saison. Ce n’est pas forcément la meilleure saison, car à force tout cela tourne un peu en rond il faut bien l’avouer. Cependant, il y a de bons moments alors pourquoi s’en priver. On retrouve la plupart des personnages de la précédente saison, sauf les cadavres enterrés sous le pont bien entendu. D’ailleurs, il n’y plus de place là-bas, pourront-ils réaliser une sixième saison ?

Je me demande si, dans le cas peu probable où la foudre eut frappé notre maison mère au lieu d’un quartier populaire, notre établissement s’en serait trouvé grandi. Notre encadrement aurait peut-être reçu des supers pouvoirs et appris à manager correctement notre entreprise en plein déclin ou alors nos délégués syndicaux auraient pu contrôler l’esprit du PDG pour l’asservir à leurs revendications pathétiques ? On le saura peut-être avec la prochaine réorganisation qui s’annonce.

The Young Pope

Image

Lorsque l’on aime faire tout à l’envers comme moi, on regarde tout d’abord The New Pope avant de se lancer dans la série The Young Pope.

J’ai retrouvé avec grand avec plaisir Cécile de France, Ludivine Sagnier, Silvio Orlando et Jude Law pour deux saisons et fait connaissance avec Diane Keaton qui a pris quelques rides depuis Le Parrain.

Un très jeune cardinal vient d’être élu pape. Il est jeune, beau, musclé, cultivé, intelligent, fumeur et orphelin, un profil pour le moins atypique pour le chef du Saint-Siège. Ses prises de positions modérées lui ont valu sont élection comme représentant de l’église romaine, mais surprise, à peine est-il arrivé au pouvoir, que ce jeune homme affiche des positions radicales comme son nom de pape pouvait le faire craindre : PI XIII.

Homosexualité, mariage de prêtres, avortement, sexe en dehors du mariage, il part en croisade contre tout, terrorise les croyants par ses homélies et refuse de paraître en public. L’église déjà mal en point se replie alors sur elle-même.

La saison se concentre sur ce personnage très tourmenté qui recherche ses parents hippies qui l’ont abandonné à l’orphelinat alors qu’il était enfant. Un pape qui semble avoir cessé de croire en dieu, alors que son entourage le considère déjà comme un saint.

Je ne vous le cacherai pas, si The New Pope pouvait sembler parfois un peu barrée, la saison de The Young Pope l’est complètement. Cela n’enlève rien à la puissance des épisodes, bien au contraire, et si l’univers du pape paraît quelque peu surréaliste dans cette série, elle n’en reste pas moins captivante.

Discovery

Image

Un des navires de l’explorateur James Cook, a donné son nom à la navette spatiale, Discovery, mise en service en 1984 et qui a volé jusqu’en 2011. C’est également le nom du vaisseau dans lequel le premier officier de la Fédération Michael Burnham voyage quelques siècles plus tard. Bon certes, à bord du Discovery, elle n’est plus premier officier, mais c’est une autre histoire… Non justement, c’est toute l’histoire, enfin, le début. J’ai écrit elle ? Ben oui, Michael est une fille comme Michael Jackson… Non pardon, Michael Burnham est noire comme Michael Jackson, désolé et plus précisément c’est une fille afro-asiatique.

Star Trek Discovery est une série on ne peut plus LGBT avec une romance gay, des couples klingon/humain, vulcain/humain, des moches, des grosses, des gens de couleurs, LGBT oui mais attention quand même, les personnages principaux sont hétérosexuels et beaux. Faudrait pas déconner quand même.

Deux saisons, vingt-neuf épisodes dans l’Espace, frontière de l’infini vers laquelle voyage notre vaisseau spatial… 

Et la bonne nouvelle c’est que les médiathèques viennent de rouvrir, car passés les deux premiers épisodes de la saison une, Star Trek Discovery ne fait pas vraiment d’étincelle. Je ne me suis pas du tout attaché aux personnages pince sans rire de la série et les scènes chez les Klingons m’ont royalement ennuyé. Ha si quand même, j’ai bien aimé le capitaine Christofer Pike et Saru… Le cadet Sylvia Tilly, elle m’a gonflé tout de suite, s’ils voulaient un personnage bouffon pour la série, ils ont raté leur coup. Et Michael Burnham ? Ben je préfère le jambon cru.

Certains épisodes bénéficient de gros moyens et des effets spéciaux parfois à couper le souffle, tout particulièrement les deux premiers, les meilleurs. Dommage que le scénario s’embourbe dans des coucou ! j’suis mort, ha ben non, j’suis plus mort, j’suis parti, oups, j’suis revenu. L’histoire de l’Ange Rouge aurait pu être mieux traitée, et la seconde saison se révèle relativement brouillonne. Après c’est un Star Trek, il ne faut pas trop en demander non plus, mais j’avais préféré Enterprise.