C’est grave docteur ?

Image

De quoi souffrez-vous donc ? D’une dépression, d’un cancer, d’épilepsie, de migraines, de névrose, d’ulcère, de bipolarité ? Vous souffrez forcément de quelque chose, un mal incurable, sinon ça n’est pas possible.

Pour ma part ce sont des migraines, une certaine bipolarité également doublée d’une hyper activité et donc des phases dépressives sans parler d’une hernie discale et d’une bosse au gros orteil. Vous voyez, je n’ai pas honte, je l’assume, mais vous ?

Pourquoi seriez-vous malade vous aussi, me direz-vous ? Bonne question. Ce sont les statistiques qui parlent d’elles-même, des mathématiques donc, et les nombres ne mentent jamais. Vous êtes forcément malade. C’est obligé.

Car voyez-vous, ils faut être malade pour aimer le rock progressif, soyons honnêtes pour une fois. Les amateurs de prog écoutent des albums interminables, des morceaux de plus de quinze minutes joués par souvent cinq ou six musiciens, des instruments improbables, des histoires épouvantables alors que le reste de la planète se trémousse sur des chansons d’amour aux rythmiques tribales en se dandinant le popotin.

Donc vous êtes malade, ou un malade, choisissez.

Mais la vrai question est celle-ci : qui du rock progressif ou de la maladie est arrivé le premier ? Est-ce les souffrances liées à la maladie qui poussent à écouter du rock progressif ou bien est-ce cette musique épouvantable qui crée des tumeurs au cerveau ?

Je penche pour la seconde hypothèse.

Pourquoi ? Tout simplement parce que lorsque j’écoutais AC/DC, je n’avais pas de migraines. Elles sont arrivées quand j’ai découvert Genesis. Et lorsque qu’une crise survient, un bon album de metal passé à fond au casque me soulage quelque peu.

CQFD. Le prog provoque des maladies terribles, d’ailleurs je suis entouré de cancéreux, dépressifs, migraineux, épileptiques, incontinents, diabétiques… Et d’ailleurs, si vous aviez besoin d’une preuve supplémentaire, tous les musiciens de rock progressif meurent les uns après les autres, une véritable hécatombe.

Le pire ce ne sont pas les fans mais les artistes. Pourquoi jouer du rock progressif lorsque l’on sait que la musique ne passera jamais à la radio et que si une émission en parle ce sera à une heure impossible sur une chaîne pour intellos comme Arte. Pourquoi composer un album pendant deux ans, se prendre la tête sur des rythmes syncopés, des textes incompréhensibles bourrés de références philosophiques (je ne parle pas de Dream Theater là), tout ça pour au final (dans le meilleur des cas) graver un millier de CDs que le groupe n’arrivera même pas à écouler ? Pourquoi tenter une tournée dans l’hexagone, dans des salles de deux-cent personnes remplies au quart et perdre de l’argent ?

Cela n’a pas de sens !

J’ai une hypothèse là dessus, tirée par les cheveux et conspirationiste bien entendu, mais une hypothèse quand même. Les musiciens de rock progressif sont payés par de grands laboratoires pour composer des albums qui provoqueront, en les écoutant, des maladies incurables à leur public.

C’est gagnant gagnant. Les musiciens sans talent peuvent composer n’importe quoi, même le pire, les grands laboratoires les payeront d’autant plus car la musique fera des ravages. Plus c’est compliqué, plus le cerveau réagira vivement, se révoltant contre cette agression sonore en développant des pathologies qui très rapidement (enfin des fois), mettrons un terme à cette torture musicale.

C’est pour cela que les gens sains d’esprit n’écoutent pas de rock progressif. Ils le savent. Et puis sincèrement, la guitare douze cordes, le thérémine, l’orgue Hammon, le mini Moog, le stick Chapman, la flûte traversière sont des instruments qui produisent des bruits épouvantables !

Reste une question et non des moindres. Pourquoi les gens écoutent-ils du rock progressif dans ce cas ?

Et là j’ai encore une hypothèse.

Les fans de prog sont des personnes lassées de la vie. Elles n’en peuvent plus du rap, du punk, de la disco, de la dance, du hip hop, de la variétoche aux autres immondices qui passent sur nos ondes. Ils savent sans doute que le rock progressif est dangereux, qu’il provoque de vives émotions, que le risque d’y succomber est immense et que l’addiction vient très vite. Mais voila, plutôt que de subir le triste bruit formaté sur les ondes, ils préfèrent se suicider aux harmonies magiques et aux textes mélancoliques.

Record battu (Dans mon iPhone n°27)

Gallery

This gallery contains 27 photos.

On pourrait imaginer que l’été signe la trêve des labels, que tout le monde part gentiment bronzer ses fesses sur les plages bondées de la Côte d’Azur. Mais non, pas de repos pour le musicien, la saison des festivals et … Continue reading

Pourquoi lire une critique ?

Image

En voila une bonne question. Lorsque vous lisez différentes critiques d’un même album, vous découvrez, le plus souvent,  autant d’avis divergents que d’articles. Passé la rapide introduction souvent issue de la fiche promotionnelle, chacun y va de ses scuds sur la musique et ses morceaux. Il y a les inconditionnels, “c’est dieu donc c’est bon”, les lèche burnes, “on ne va pas dire de mal quand même”, les ni ni, “c’est bien mais bof” et les méchants détracteurs, “j’ai pas eu la promo en CD alors prend ça dans la poire”. Il arrive aussi qu’une œuvre fasse la quasi unanimité, mais c’est l’exception qui confirme la règle.

Alors à quoi sert-elle cette critique ? Tout d’abord à parler de l’artiste et de l’album, ce que l’on appelle de la pub déguisée. Une chronique n’a pas besoin d’être positive pour servir les artistes. Bonne ou mauvaise, c’est toujours de la pub. Le label se réjouira de voir la polémique enfler, il n’y a que les musiciens qui pourraient faire la gueule. Certains le prennent très bien, saluant l’écoute, discutant de quelques détails, notant les remarques comme points d’amélioration pour la suite. D’autre vous rentrent dedans, sont méprisants, voir agressifs. Ceux-là sont rares.

Mais le lecteur, face à ces avis divergents, comment réagit il ? Il pourra tout d’abord penser que le chroniqueur est un gros con qui n’a rien compris à l’essence de la musique (parfois c’est vrai), il pourra comprendre également que plusieurs écoles s’opposent, pro contre anti, ancienne contre avant garde, classique contre crossover, canterbury contre jazz fusion. Ces contradictions lui donneront sans doute envie d’en savoir plus et il se forgera sa propre opinion en écoutant l’album.

De l’autre côté du miroir, la chronique sert à parler de musique, à explorer de nouveaux horizons, groupes, artistes. Elle est le reflet d’un moment, car aucun avis n’est définitif en musique. Il y a quelques années je ne pouvais écouter du jazz fusion ou du sludge. L’oreille s’éduque et les goûts changent également. Un album cérébral pourra sembler inaudible au cour des premières écoutes et génial quelques mois plus tard.

L’objectivité du chroniqueur est un autre débat que j’ai déjà abordé. Je ne suis pas objectif. Un album, fait de bouts de ficelle avec une production à deux balles, pourra me toucher infiniment plus qu’une grosse machine enregistrée à Abbey Road avec une liste d’invités prestigieux longue comme mon bras. La nouveauté, la fraicheur, l’envie, autant de critères qui peuvent faire la différence. Combien de fois me suis-je ennuyé en regardant jouer des célébrités qui se produisent comme ils pointeraient à l’usine alors que des amateurs, montant sur scène une fois par an, mettaient le feu à mon âme malgré le son pourri de la salle et les maladresses de l’inexpérience. Pour les albums, c’est un peu la même chose.

Alors pourquoi lire des critiques ? Elle ne sont pas objectives, divergent d’un magazine à l’autre, sont des pubs à bas coût pour les labels, regorgent d’erreurs, de fautes d’orthographe et de grammaire et servent d’exutoire à des gars névrosés, franchement… Déjà, pour occuper les longues heures oisives passées au bureau quand le chef a le dos tourné. Ensuite pour pouvoir réagir à vif avec un commentaire sur Facebook : “bande de cons, vous ne connaissez rien à ce groupe !”. Peut-être aussi pour confronter plusieurs avis avant de vous décider à acheter un album.

Nous recevons de temps en temps des mots d’encouragement de nos lecteurs : “Merci, vous me faites découvrir de nouveaux groupes toutes les semaines.”. Si la chronique permet effectivement cela, c’est qu’elle est encore utile, objective ou pas. Si nous arrivons à vous donner envie d’aller vers de nouveaux artistes, albums, styles musicaux, nous servons à quelque chose et en plus de ça, nous, nous faisons souvent plaisir.

Les prochains arrivages

Gallery

This gallery contains 8 photos.

L’éternel problème en musique, est que plus l’on connaît de bons groupes, plus le budget explose. En tenant un webzine, je me suis ouvert à de nombreux genres musicaux que je n’écoutais pas auparavant et à des groupes autrefois inconnus. … Continue reading

Quoi de neuf docteur ?

Qu’est-ce qu’il s’offre comme musique le monsieur ? Car il est bien gentil de chroniquer des promos, mais qu’achète-t-il vraiment pour lui ?

En fait la liste est longue, j’achète souvent les promos que j’ai adoré, je participe à quelques crowfundings histoire de soutenir la production musicale indépendante et puis je me lâche régulièrement.

Alors il y a les crowdfundings perdus dans la nature depuis des mois, voire des années :

  • The Mars Chronicles (le groupe a connu de grands bouleversements peu après le lancement du crowdfunding, en 2016 ils demandaient si nous vouions poursuivre l’aventure, depuis, plus de nouvelle)
  • Innerspace (pas de nouvelle depuis le lancement du crowdfounding, un double album devait voir le jour, pour l’instant nada)
  • Gens de La Lune (pas de nouvelle non plus du DVD live enregistré en janvier 2016 à Belfort, l’attente commence à être longue)

Les crowdfundings en attente :

  • Lifesigns (l’album avance, patience)
  • Coda (l’album ne devrait plus tarder, il est au pressage)
  • Gleb Kolyadin (crowdfunding calamiteux, c’est bien dommage car l’artiste est talentueux – Iamthemorning)
  • Habitants (l’album sort à la fin de l’année, patience)

Et puis les dernières commandes qui n’attendent que la parution de l’album ou leur arrivée dans ma boite au lettres :

  • The Gift (l’album devrait sortir cette année, mais vu le DVD de Gens de la Lune, j’ai peur)
  • Ayreon (Ayreon, Ayreon, Ayreon ! ok on se calme, il arrive)
  • Big Big Train (J’attends avec impatience ce nouvel opus également)
  • Anubis (Là je connais l’album puisque nous l’avons reçu en promo, première écoute et commande)
  • Magenta (Ben parce que c’est Magenta)
  • Need (j’avais lu une chronique élogieuse de Stéphane Gallay, leur dernier clip m’a convaincu)

Je crains de devoir prochainement acheter également :