Carnaval

Image

Que représente Carnaval pour vous ?

Pour moi ce sont les bugnes, les beignets et les déguisements bien entendu. Je n’ai jamais particulièrement goûté ces fêtes populaires je l’avoue, par contre le gras sucré oui. Pour les déguisements, je n’ai jamais été adepte non plus, même pas dans l’intimité avec ma femme, c’est dire. Par contre, lorsque mes enfants étaient petits, il fallait se soumettre à la corvée, les bambins devaient venir déguisés à l’école. A l’époque, nous ne roulions par sur l’or, un salaire, deux enfants et un appartement à rembourser. Alors les déguisements c’était la débrouille. Un déguisement de robot ? Un carton percé, du papier aluminium, des bouchons plastiques collés sur le devant, ridicule ? Oui mais pas cher. Bien entendu les autres pétasses de mamans se défonçaient comme des folles pour avoir le plus beau costume de l’école, histoire de se la péter au thé devant leurs copines. Alors, notre petit robot, il faisait vraiment minable au milieu des chefs d’œuvres de ces couturières, les salopes… et qu’elle honte pour le petit bonhomme. L’année suivante nous lui avons acheté un costume d’indien hors de prix rien que pour faire chier ces connes…

Donc les déguisements ce n’est pas mon truc, mais quand un ami m’a parlé du carnaval de Rosheim, un carnaval vénitien, je n’ai pas résisté à l’appel. Ni une ni deux, avec ma chérie et mon appareil photo, je me suis rendu dans la petite ville médiévale alsacienne pour découvrir l’attraction.

Entre les deux portes de la cité, sur le pavé, déambulaient des couples somptueusement costumés, paradant, se prêtant volontiers aux poses pour les nombreux photographes présents. Il y avaient plusieurs spots de prédilection, l’église romane, un jardinet, une porte en haut de quelques marches et un puit. Des lieux où les voleurs d’images s’agglutinaient, souvent débordés par les amateurs en smartphone, qui, ne possédant pas la même focale, se calaient devant les gros objectifs.

De magnifiques costumes, des couleurs chatoyantes, des sujets posant pour les objectifs, un public pas trop nombreux, ce carnaval vénitien fut une jolie expérience visuelle et photographique, une belle promenade non loin de la maison et des retrouvailles avec d’autres photographes amateurs. 

Me voilà réconcilié avec le carnaval et les déguisements, il faut dire que ce n’étaient pas des cartons percés avec des bouchons en plastique collés dessus, c’était de la grande couture réalisée avec passion.

Le Carnaval de Rosheim
si vous voulez en voir plus

Trois baguettes et trois beignets

Image

Bleu, rectangulaire, neuf millimètres de large, cent-vingt centimètres de long, c’est un feuillard en polypropylène, un ruban servant à sceller les cartons de livraison.

Le rhumatologue m’avait quasiment réparé. En trois cracs sonores, il avait remis en place ma colonne vertébrale et mes cervicales. Je n’avais presque plus mal au flanc gauche après deux ans et demi de douleurs.

Hélas la nature a horreur du vide dit-on.

Samedi matin, la migraine hebdomadaire s’invite à mon réveil. Jusque là rien de très exceptionnel. Un triptan, trente minutes de mal être et je suis comme neuf. Comme mais pas neuf, encore un trois fois trois. Les triptans possèdent des effets secondaires comme celui de tétaniser les muscles et celui de provoquer une légère somnolence. Donc pas de voiture après un triptan mais je peux marcher.

Alors je me rends à la boulangerie, acheter du pain, car le dimanche, pas de pain en Alsace. Légèrement vaporeux, je me rend chez mon artisan Banette le plus proche, pas forcément le meilleur, acheter trois baguettes. Dans la vitrine, des beignets sucrés et gras, garnis d’une bonne dose de crème pâtissière me font le coup du cholestérol, je ne résiste pas.

Je repars donc, les bras chargés de trois baguettes et trois beignets dégoulinants vers mon home sweet home, l’esprit léger car le triptan a été pris à temps. Avec un peu de chance je pourrais même croquer ce beignet gras et sucré à 17h sans vomir.

Afin de profiter des rayons du soleil matinal, je change de trottoir, il fait beau, j’irai me promener au bord du Rhin cette après-midi. Sur le sol, devant moi, mon esprit réalise qu’il y a un truc par terre alors que mes yeux ne voient rien. C’est une sangle plastique rectangulaire qui sert à fermer les colis. Tout ce qu’il y a de plus inoffensif, calcule mon brillant esprit bourré aux triptans.

Mon pied gauche se pose sur l’objet, le redressant tel un collet, mon pied droit se glisse dans le piège et tel un pépé de quatre vingt ans je perds l’équilibre et m’étale comme une merde sur me trottoir. Les baguettes volent, beignets explosent au sol, et je me retrouve par terre, ma fierté en moins.

Les deux mains me piquent et j’ai mal partout. Dans la rue, les quelques passants me regardent gueuler puis me relever dans une totale indifférence. Elle est belle la France. Je ramasse mes trois baguettes, mes trois beignets et parcours en boitillant les cent derniers mètres jusqu’à la maison. J’ai mal à la hanche gauche, aux mains, aux deux genoux et suis écorché un peu partout, et surtout, surtout j’ai très mal au flanc gauche, si je pisse rouge je fonce aux urgences… Le WE commençait si bien.

Le soir, lorsque je raconte ma mésaventure à ma douce et tendre – elle bossait la pauvre, car oui dans la fonction publique, y en a qui bossent le WE, même douze heures d’affilé, contrairement à ce qu’autorise le code du travail, saloperie de fonctionnaire inutiles et feignants – qui vient de dévorer le troisième beignet, c’est tout juste si elle ne me frappe pas. “Elles sont où les baguettes, faut les jeter et tu m’as laissé manger un beignet tombé par terre, mais c’est dégueulasse !”.

Finalement les gens dans la rue, je les aime bien, ils sont sympas, au moins il ne disent rien, ne font rien.

Trois petits coups de baguettes, trois beignes, et puis s’en vont.