Le chat a fait caca

Image

Pourquoi ne publie-t-on que des vidéos de chatons trognons ? 

Pourquoi ne pas enfin montrer la vérité, celle d’un gros chat moche en train de pourrir sa caisse dans la cuisine pendant le repas ?

L’hiver est là dirait John Snow. La neige a saupoudré l’Auvergne et notre chatoune de dix kilos ne sort plus dehors se prélasser au soleil. Il fait trop froid. Elle dort contre le radiateur, squatte les couvertures et n’ouvre un œil que pour les croquettes du matin et la pâtée du soir. Deux repas frugaux par jour, beaucoup de miaulements de frustration, la grosse est au régime.

Comme elle ne sort plus, il lui faut de nouveau utiliser la luxueuse caisse avec trappe et filtre (trappe anti odeur que l’on a dû enlever car elle lui faisait peur) située dans notre cuisine, pièce qui fait également office de salle à manger car nous sommes pauvres (tout juste si on ne dort pas avec nos animaux).

Comme il se doit, un chat a besoin d’un public pour se soulager et quel meilleur moment dans la journée que le petit déjeuner et le repas du soir pour vider sa vessie et ses intestins, je vous le demande ?

Notre chatoune, bien éduquée par sa maman, gratte bien, de ses petites papattes griffues, sur le fond de la caisse, mais, comme elle est très conne, elle n’a pas compris l’intérêt du geste, elle le fait par habitude. Elle ne recouvre jamais ses étrons fumants.

Si vous l’ignorez encore et que vous envisagez d’adopter prochainement un de ces ravissants félins, sachez que les excréments de chats empestent tout particulièrement, un peu comme un jour de gastro ou de coloscopie.

A partir de là imaginez vous, tôt le matin, pas franchement réveillé, devant votre bol de céréales, encore un peu nauséeux du réveil, assister à la danse du ventre du chat rentrant dans sa caisse, prenant une position caractéristique de la dépose solide, jusqu’à l’instant fatidique du floc floc suivi des émanations pestilentielles qui se mêlent au parfum vanille cannelle banane qui remonte de votre bol.

Branle bas de combat, votre mission même si vous ne l’acceptez pas, est de plonger en apnée jusqu’à la porte, l’ouvrir en grand, inspirer une goulée d’air glacial venant de dehors, revenir vers la caisse, la prendre à deux mains, sans rien renverser, très important de ne rien renverser, sinon vous être dans la merde,  et courir dehors pour évacuer son fumet délicat.

Par chance, il existe une seconde option mesquine. Celle de partir au travail précipitamment, sans déjeuner, laissant la caisse fumante au prochain qui descendra manger.

Le gros chat

Il se lève passé midi, défend âprement sa place sur le canapé près du radiateur, n’aime pas vraiment l’eau, boude les nouvelles marques de croquettes et peut rester captivé par un écran pendant des heures. Il traîne péniblement sa carcasse dans la maison pour soudain se mettre à bondir dans tous les sens quelques secondes et retomber bien vite dans une profonde léthargie. Il n’a aucun humour et déteste qu’on lui grattouille le ventre, peut rester immobile durant des heures et ne recouvre jamais ses excréments après s’être soulagé. Il se réveille à la tombé du jour, découche toute la nuit et revient défait à la maison le matin, plus grognon que la veille. Sa conversation se résume à quelques grognements et cris plaintifs.

C’est si mignon, quand c’est tout petit, ça mange, ça dort, ça gazouille, ça fait quelques bêtises et ça vous regarde avec des yeux remplis d’amour. Et puis ça grandit, ça grossit.

Le mimétisme entre un gros chat et un futur adulte est extraordinaire. D’ailleurs notre chat l’a bien compris et vit au même rythme que notre adolescent ou bien est-ce l’inverse. Ils habitent la même tanière aux fortes odeurs rassurantes, se pointent ensemble pour les repas, râlent quant au contenu de la gamelle et semblent dormir le reste du temps. Tout changement leur est insupportable, voire insurmontable.

Le plus terrible, lorsque l’on observe cette lourde carcasse qui se déplace à grand renfort de soupirs et de mauvaise humeur, c’est que l’on y découvre un peu soi-même, vu dans un miroir déformant ainsi que le nourrisson tout trognon qu’il a cessé d’être depuis bien longtemps.

Les ados, c’est un peu comme les chats, il faudrait les noyer à temps. Oui je sais c’est mal de le dire, mais ça fait du bien…

Morceaux choisis :

ado – on mange toujours la même chose
parent (conciliant) – que veux-tu manger quoi pour changer ?
ado – des pâtes
parent (agacé) – comme hier ?

parent (content) – j’ai acheté la Switch
ado – fait chier
parent (dépité) – pardon ?
ado – ouais, pas le temps d’y jouer, alors fait chier

parent (énervé) – tu es sorti ce WE ?
ado – pffff
parent (très énervé) – oui ou non ?
ado – ben oui, j’suis allé ouvrir la porte au facteur, en plus faisait froid dehors

parent (curieux) – et, au Lycée, ça se passe bien ?
ado – oui super !
parent (plein d’espoir) – tu as eu des notes ?
ado – yep, j’ai 7/20 de moyenne

parent (étonné) – tu vas à la pharmacie, tu es malade ?
ado – ben non
parent (inquiet) – ben alors ?
ado – à ton avis, on vend quoi en pharmacie ?

parent (pressé) – descendez vos draps de lit pour les laver !
ado – ben ils sont propres !
parent (dégoûté) – il y a trois semaine ils étaient propre !
ado – ben c’est ce que je viens de dire, ils sont propres

parent (inquiet) – tu sors ? Tu rentres quand ?
ado – sais pas
parent (très inquiet) – tu vas où ?
ado – sais pas

parent (suffocant 19h00) – tu sens le renard
ado (21h30) – je prends une douche
parent (désireux de se laver 23h30) – hé tu sors !
ado (00h00) – faudrait savoir putain…

parent (informatif) – tu as auto-école à 10h00
ado – pas le temps…
parent (organisé) – mais le cours ne dure qu’une heure trente, tu es à 10 min du lycée et tu y vas pour 12h00 non ?
ado – ben oui, c’est ce que je dis, pas le temps

ado – on sonne à la porte
parent (occupé) – ben ouvre !
ado – ça me saoule…
parent (désespéré) – rho putain !

TV – zap zap zap
parent (agacé) – tu peux rester sur une chaîne ?
TV – zap zap zap
ado – nan, y a rien de bien à la TV

ado – hé ! mon argent de poche !
parent (dégoûté) – hé ! passes l’aspirateur dans ta chambre !
ado – putain de chantage !
parent (vraiment dégoûté) – putain d’ado…

parent (voulant faire plaisir) – tu veux quoi pour tes 18 ans ?
ado – heu attends… une voiture ou un mac
parent (amusé) – nan sérieusement !
ado – ben sérieusement, tu demande, alors je te dis ce que je veux

patent (inquiet) – tu es prudent ce soir
ado – c’est bon, j’suis plus un bébé !
parent (mort de rire) – je peux laver et ranger ton doudou alors
ado – c’est malin, touches pas à mon doudou !