Césarienne

Image

Notre chat est malade, il a le chorizo.

Comment ça le chorizo n’est pas une maladie de chat ? Moi j’en suis certain, c’est notre fils vétérinaire qui nous l’a dit. Le chorizo est une maladie bénigne ayant les symptômes suivants : le chat tousse, renifle, éternue partout, bref un rhume bien dégueulasse. Un chorizo quoi !

Bon d’accord notre fils n’a peut-être pas dit “chorizo”. Mais notre chat est une femelle. Et je n’écris pas chat.. parce que vous connaissant, vous allez mal l’interpréter. Et pour les femelles on dit coryza donc logiquement pour les males ça doit être chorizo non ? Non ?

Bon passons. Nous sommes donc allés chez le véto parce notre fils est juste en première année d’école vétérinaire, alors déjà qu’il orthographie mal la maladie de notre femelle chat, alors de là à le laisser prescrire des médicaments au félin, il y a une sacrée marge de manœuvre quand même.

Donc nous avons amené notre animal de compagnie chez un vrai vétérinaire diplomé à l’autre bout de la ville. Il y en a un à cent mètres de chez nous mais comme j’ai décidé d’arrêter de vacciner notre petit chaton contre le sida des matous, la lèpre des félins, la peste bubonique des minous et la COVID-21 du raton-laveur, ma femme a honte de retourner chez ce praticien. Oui car “nous” c’est ma femme. Quand je vais chez le vétérinaire, ça finit toujours par une euthanasie. Alors sans façon.

Notre chat avait son truc bizarre depuis février et on a laissé trainer pour cause d’une autre urgence sanitaire. D’ailleurs… Et si notre chat avait le COVID-19 hein ? Figurez-vous que j’y ai pensé. Mais qui n’a pas cru avoir attrapé ce satané virus en mars/avril, hein ? Bon.

Le vétérinaire lui a prescrit des antibiotiques, des anti-inflammatoires et des inhalations… Vous avez déjà essayé de faire avaler un médicament à un chat naturellement méfiant et pas gourmand de surcroit vous ? L’enfer ! Je vous conseille de réduire en poudre les pilules et de les diluer dans une soupe pour chat. Avec la nôtre, ça marche. Mais pour les inhalations sérieusement. Je me vois bien assoir le chat sur une chaise, lui dire de ne pas bouger, faire bouillir de l’eau, la mélanger avec les huiles essentielles dans l’inhalateur de grand-mère en plastique vert et demander au chat de fourrer sa truffe dedans pendant que je pose une serviette sur sa petite tête…

Non, pour un chat, il faut procéder ainsi : le mettre dans sa cage de transport, poser un bol d’eau bouillante contenant les huiles essentielles près de la cage et poser une serviette sur l’ensemble.

Ben même ainsi cela se révèle très compliqué. Le chat se débat dans sa cage, attrape la serviette avec ses griffes et la plonge dans le bol.

Mais le pire croyez-moi reste de réussir à mettre le chat dans la cage. Le chat associe forcément cet emprisonnement à de futurs désagréments, changements de périmètre géographique, piqûre douloureuse et depuis peu, lente asphyxie aux huiles essentielles.

La technique consiste à placer la cage verticale, à choper le chat qui se planque sous le canapé, à le placer au-dessus de la cage, le descendre prestement et à refermer vivement la porte avant que la bestiole ne ressorte.

Oui enfin ça c’est la théorie. En pratique je mets des gants épais pour sauver mes mains, le chat avec ses pattes postérieures tente le grand écart pour ne pas tomber dans le piège tendu et avec sa gueule et ses deux pattes avant essaye toutes les attaques et combos à sa disposition. Pour survivre, il faut tenir l’animal furieux par la peau du coup, comme sa maman le ferait et glisser les papattes en douceur dans la boite.

En théorie c’est jouable, en pratique les pattes postérieures ruent dans les brancards et c’est ainsi que j’ai subit ma première césarienne. Les griffes de la bestiole ont généreusement labouré mon ventre sous le nombril, deux magnifiques estafilades rouges et profondes comme une double césarienne réalisée par Jack l’éventreur. Un peu plus bas et je pouvais chanter dans le film Farinelli.

Après deux séances d’inhalations et quelques jours de poudre de perlimpinpin cachée dans la nourriture, le chat va nettement mieux. Et moi j’ai le bide qui pique comme du chorizo.