Morceaux choisis

Image

La salle de bain au rez-de-chaussée est réservée.

Des pâtes, du riz, de la semoule. Tous les cinq ans une visite chez le colonel.

Ne mange pas de figue, n’approche pas du raisin, pas de salade de tomates, mange ton riz nature ! Quatre jours ! 

Pour la douche, passe demain, la pièce est prise ! Pas de collocation, même pour se brosser les dents.

Pas de fruits, pas de fromage, pas de lait. 150 ml à boire d’une traite puis deux litres d’eau. Ration militaire : viande maigre bouillie et biscuits secs.

4, 3, 2, 1, partez ! Les chutes du Niagara. “Chéri, c’est la poubelle qui sent comme ça ?”. Purge du soir, espoir, purge du matin, chagrin.  On patauge, juste habillé de bottes, dans les égouts de Paris.

Dans la salle d’attente, serre les fesses. Dieux ! Il y a du retard ! Pourvu qu’ils aient de la peinture pour recouvrir ces beaux murs blancs.

Le plafond bouge puis tout se fige. Aille, ça pique ! Perfect ! Dodo.

“Moi je n’arrête pas de dépenser tout le temps.”.

Bip !

“Et vous n’avez pas de remords par rapport à votre femme ?”. “Nan pourquoi ?”. “Ben quand même…”. “Je gagne bien ma vie.”. Tu m’étonnes…

Deux filles se racontent leurs histoires de fesses. La tête dans le gaz, en parlant de gaz… “Tu fais comment pour mettre une vidéo sur WhatsApp ?”. “Attends, je te montre.”. Tension toutes les quinze minutes.

Bip bip !

Un colocataire émerge, “Vous voulez un café ?”. “Oui, on lui a trouvé un polype.”.

Bip bip bip bip !

“Bonjour, réveillé ?”. Un ange passe. “Tout s’est bien passé.”.

Le conduit se dégonfle, ce n’est pas vraiment classe. “Redressez vous.”, “ça tourne un peu ? c’est normal. Vous allez pouvoir manger.”.

Vapeurs de croissant et miettes de café tournoient autour des yeux désorientés, première collation depuis vingt quatre heures.

Deux cent dix euros la chambre simple. Une passe à l’hôtel façon gueule de bois. Sourire : “On se revoit dans cinq ans ?”.

Dépassements

Image

Dans notre belle société égalitaire disposant d’une protection sociale exemplaire, il semblerait que quelque chose ne tourne pas rond. Depuis l’instauration de la limitation de vitesse à 80 km/h, les dépassements sont devenus sportifs sur les petites routes. Mais alors que le tiers payant s’est généralisé, les excès de vitesse eux aussi sont devenus légion

J’adore cette question perverse qui revient à chaque fois dans les questionnaires de santé et dans la bouche souriante des secrétaires médicales : “Quelle est le nom votre mutuelle ?”.

Un spécialiste émarge théoriquement à 30 € la consultation – sauf pour les fous – mais la facture grimpe aisément à 55 € pour dix minutes de travail. Il existe des spécialistes conventionnés, dans des centres mutualistes (mais ils changent de poste très régulièrement), ou sinon dans des cabinets qui ont tellement mauvaise presse que l’on préfère mourir en silence que de se faire torturer chez eux.

Lorsque vous êtes malade, donc en position de faiblesse, et que votre généraliste vous recommande un spécialiste, vous lui faites confiance, vous ne vous posez pas forcément la question de savoir de combien sera la facture, car même une caisse en sapin, ça coûte très cher.

Si le spécialiste opère à l’hôpital, vous vous attendez à des tarifs conventionnés mais en réalité, il y a souvent deux poids et deux mesures. Vous voulez rester toute la matinée dans un couloir bruyant, passant et non climatisé, avec pour tout vêtement une blouse ouverte sur les fesses et plein de personnes, qui arrivées après vous, passent avant vous, ça c’est le tarif conventionné. Pour la version rapide et confortable, avec un minimum d’intimité, prévoyez une sérieuse rallonge. Pourtant cela se passe au même endroit, avec le même praticien, dans les locaux d’un hôpital public.

Si le spécialiste n’opère qu’en clinique privée, là prenez rendez-vous à la banque avant l’opération, non pas pour souscrire une assurance vie, mais pour une autorisation de découvert, voire un prêt sur cinq ans.

Si votre spécialiste travaille avec un anesthésiste attitré, les choses deviennent sérieuses. Vous avez payé le prix fort pour une consultation de spécialiste, ensuite il vous annonce qu’il opère dans une clinique privée, et que son anesthésiste c’est monsieur Machin. Monsieur Machin possède un magnifique cabinet dans un quartier huppé au parquet ciré, avec toiles de signées au mur et des secrétaires médicales dignes d’un casting de photos de mode. L’anesthésiste vous reçoit à l’heure, comme le spécialiste d’ailleurs – c’est fou comme l’argent rend ponctuel – la secrétaire vous demande votre mutuelle avec un sourire ravageur et vous annonce que normalement cet organisme devrait prendre en charge tous les frais, comprenez le petit dépassement anecdotique qui va transformer vos prochains repas en ragoûts de pommes de terre.

Passons sur les petits excès de l’anesthésie, qu’est-ce que l’argent après tout ? Reste la facture de l’intervention chirurgicale. Celle-là se fait sans anesthésie, et c’est bien dommage, car elle fait vraiment très mal, et ça vous ne le découvrez qu’à la fin, quand il est trop tard. Ce n’est pas comme au restaurant, où sur le menu, il y a les tarifs affichés.

Mais ce qu’il y a d’extraordinaire dans toute cette histoire, c’est que deux personnes, ayant subi exactement le même parcours médical, la même intervention, avec les mêmes médecins, bénéficiant de la même mutuelle, n’auront pas la même somme à payer à la sortie. Tarif à la gueule du client ? Sérieusement…

La moralité de cette histoire, c’est qu’il vaut mieux être riche et bien portant dans une villa en Corse à bronzer au bord de la piscine que dans la clinique privée de mon spécialiste avec son anesthésiste et une sonde plantée dans mon fondement à attendre la facture de l’intervention qui va faire très mal.