Dopamine

Image

Savez-vous ce qu’est un webzine de critique musical ? De la dopamine pour labels et artistes, un panneau publicitaire clignotant gratuit en plein centre ville sur lequel passent sans cesse les noms des labels, de leurs artistes et les pochettes des albums.

C’est d’autant plus vrai dans le monde du rock progressif où les labels qui dominent le marché se comptent sur les doigts d’une main.

Avec plus de quinze mille articles lus par mois, un magazine du numérique, tenu par des bénévoles passionnés, génère de manière indirecte des revenus non négligeables à l’industrie de la musique. D’ailleurs ils l’ont bien compris, sinon pourquoi enverraient-ils des albums en promotion ?

Il fut un temps lointain où la presse recevait des vinyles et des compact-discs. C’est encore vrai pour les grands groupes de presse qui d’ailleurs n’en n’ont rien à faire de cette musique qui n’intéresse pas leurs lecteurs. De CD, la musique devint MP3 à télécharger et de plus en plus aujourd’hui, un lien vers une plateforme de streaming à usage limité dans le temps. Quelques maisons de disque se fendent encore de support physique, mais il s’agit aujourd’hui d’une toute petite minorité.

Les labels passent le plus souvent par des intermédiaires pour travailler avec la presse et certains intermédiaires peuvent gérer le catalogue de plusieurs labels en même temps.

Certaines de ces presonnes mettent à votre disposition tout leur catalogue, quelque soit votre ligne éditoriale. D’autres vous livrent au compte goutte, au gré de votre production et de l’enthousiasme affiché dans les colonnes de votre magazine. Dans ce dernier cas, pour recevoir l’intégralité du catalogue, il faut montrer patte blanche et se réveiller un élève exemplaire.

Dans notre petit monde, une mauvaise critique peut sceller la fin de toute relation avec un label ou un de leurs représentants. Soudain, votre magazine, autrefois inondé de promotions, se retrouve avec des propositions de seconde zone, des albums de reprises, des lives ou des flop assurés.

Pour éviter cela, certains webzines optent pour la soumission, la flatterie, à coup de chroniques dithyrambiques, de cadence infernale, d’interview avec les questions en forme d’adulation. Mais ces articles possèdent-ils le moindre intérêt pour le lecteur, à part les conforter dans une stupide idolâtrie ? Où se trouve alors la critique, quid de l’article qui permet d’éclairer le lecteur sur la qualité de tel ou tel album s’ils sont tous jugés bien ou très bien ?

A Neoprog, nous avons toujours fait le choix de l’honnêteté et de l’indépendance. Lorsque nous aimons, nous l’écrivons, lorsque nous n’aimons pas, nous le disons également. Nous menons des interviews lorsque l’artiste nous intéresse et nous couvrons les concerts qui nous font envie.

Alors bien entendu, il nous arrive de critiquer, de ne pas être tendre avec ceux qui n’ont pas l’excuse de la jeunesse ou du manque de moyen pour produire un navet. Cela me semble logique de prévenir le lecteur que ce qu’il pourrait acheter une trentaine d’euros ne vaut pas la peine d’y consacrer le moindre cent. A contrario, il nous arrive de porter aux nues un illustre groupe inconnu, juste parce qu’il a réellement du talent.

C’est notre rôle.

J’ai fait le choix il y a quelques mois de ne présenter que les albums reçus en promotion, ceci afin de mettre sur un pied d’égalité les groupes qui faisaient l’effort de nous envoyer leur musique et non, comme certains pourraient le penser, pour faire des économies, car de la musique, j’en achète toujours autant, voire plus qu’avant. Ce choix assumé a été fait en période d’abondance, n’imaginant pas qu’un des principal fournisseur de musique du rock progressif allait nous bouder, ne nous laissant que quelques miettes de la production mondiale, celles dont personne ne veut vraiment.

Le webzine fait l’impasse sur plusieurs grosses sorties, pas forcément les plus intéressantes heureusement, mais celles qui génèrent assurément le plus d’audimat. Par chance, les indépendants, les auto-produits suffisent amplement à notre bonheur musical et nous perdons pas au change, nous écoutons toujours autant, voire plus de bonne musique.

Mais si cela perdure, et cet article risque d’aggraver les choses, nous ne recevrons plus que des albums de niches, dans une musique qui l’est déjà. Cela ne signifie pas que nous ne ferons pas de belles découvertes, cela signifie que les quinze-mille articles lus tous les mois vont se réduire à pas grand chose, car jusqu’à présent, nous surfions sur la notoriété des blockbusters pour éclairer la musique des plus petits.

Nous n’allons pas changer notre manière de penser ni de nous exprimer, la preuve. Certains groupes disparaîtront de nos colonnes (vous avez déjà dû le constater) au profit de nouvelles découvertes, jusqu’à notre retour en grace auprès de certaines maisons de disque, comme cela s’est vu par le passé.

Car la roue tourne.

Nous pourrions également répondre à toute demande de promotion par ce texte lapidaire : “Le magazine n’accepte que les promotions au format physique ou loseless pour les sorties exclusivement numérique.”. Qu’en pensez-vous ?

Les gros niqueurs

Image

En préambule, je voudrais avertir le lecteur : je suis très seul, je passe ma vie sur un blog et je recherche des amis. J’espère que cet édifiant article m’ouvrira de nombreuses amitiés dans l’univers impitoyable de la musique…

Les chroniqueurs seraient-ils tous des musiciens ratés ?

Prenons mon cas à moi qui parle de moi moi moi et qui est une bonne extrapolation de la population moyenne des chroniqueurs, parce que c’est moi quoi, encore que je me classe plutôt au sommet du tableau.

Clairement je suis un musicien raté. Tout jeune, je rêvais d’être Armstrong et Gabriel. Non pas Louis et l’ange mais Neil et Peter. Oui les deux à la fois, l’astronaute qui pose le premier pied sur la lune en chantant “Oh Biko, Biko, because Biko” habillé tout de blanc devant des millions de téléspectateurs. Contradictoire ? Franchement, je ne vois pas pourquoi…

Tout petit déjà je faisais de la musique sur un piano électrique, avec un Commodore 64 comme synthé. Je composais, j’écrivais des textes et je chantais : “la la lolo lili lu la la…”. Mes voisins étaient des saints. Inutile de vous le dire, j’étais très mauvais, surtout sur deux claviers, lançant des loops sur le C 64 pendant que je plaquais des accords mineurs sur mon piano. C’est à cette époque que j’ai composé un air inoubliable en trois accords septièmes, “Bouffer, boire, baiser”. Il a résonné dans la résidence universitaire les soirées de beuverie. Pathétique aurait dit Beethoven.
– Quoi ? qu’est-ce qu’il dit ?
Bref… Je me croyais musicien.

Un jour j’ai épousé une pianiste, la plus grave erreur de ma vie… (enfin bon pas tant que ça puisque cela dure depuis 25 ans). Dès lors j’ai compris que je ne serais jamais chanteur, encore moins claviériste de groupe de progressif, à leur rigueur dans une formation punk.
– Mais y a pas de clavier dans le punk ?
– Justement…

Je connais hélas nombre de chroniqueurs qui ratent de la guitare, pardon tâtent (putain de correcteur orthopédique), massacre du clavier, et cassent du petit bois à la batterie. Il y en a même qui chantent, enfin qui crient comme des gorets que l’on égorge. Musiciens ratés, ils sont devenus chroniqueurs. Mais pourquoi chroniquer lorsque l’on est incapable de faire le centième de ceux que l’on critique ? Pour se venger bien sûr !

Lorsque l’on est un musicien contrarié ou raté, quoi de plus jouissif que de mettre en boite ceux qui possèdent du talent et essayent d’en vivre ? Une fausse note, un quart de temps de retard, un accord un peu convenu, un emprunt à un des monstres sacrés et paf, c’est la sanction. “Heu l’autre il est trop nul, il ne sait même pas tenir à 4/7 sans se vautrer, quel bouffon, moi je suis sûr que si ma maman m’avait laissé aller au conservatoire et qu’à Noël, au lieu des playmobils j’avais reçu un Steinway, j’aurais fait mieux que lui.”. Mais oui bien sûr…

Les chroniqueurs détestent les musiciens, ils sont jaloux de leur aura, de leurs folles nuits sex drug & rock & roll, c’est à dire six cent kilomètres de voiture, tassés à cinq avec les claviers, les guitares, la batterie, les câbles et les sandwichs jambon beurre pour trente minutes de set dans un salle déserte et un cachet de cinquante euros les bons jours.

Plutôt que d’écouter la musique, le chroniqueur cherche la faille, l’enregistrement à bas prix, le manque d’inspiration. “Comment ça c’est dur de se renouveler ? Tu es un artiste non ?”.

Pour le chroniqueur, la critique est aisée. Pour l’artiste, elle est cruelle… Quelques mots piquants peuvent mettre à bas le travail de plusieurs mois. Il ne s’agit pas de cirer les pompes ni de porter aux nues les musiciens, il s’agit d’être juste, d’exprimer son ressenti sur la musique, de mettre en avant des coups de cœurs et expliquer pourquoi vous ne serez jamais capable d’être aussi inspirés qu’eux. Car pour la plus grande part, les musiciens sont des artistes, pas des commerçants. Ils vendent pour vivre et non l’inverse. Nous les chroniqueurs, nous ne sommes que vautours qui profitons de leur talent pour parler de nous, des artistes ratés, qui, avec nos mots dissonants, parlons de symphonies.

Est-ce que je lis des chroniques ?

Chroniqueur et rédacteur, est-ce que je m’intéresse à ce qu’écrivent mes collègues ? Je vais vous faire une réponse de normand, oui mais non. Je ne lis pas systématiquement la presse qui parle de musiques progressives.

Tout d’abord, parce que je ne dispose pas d’assez de temps. En effet le nombre de webzines francophones, parlant de rock progressif, est très important.  Et ces magazines publient, à un rythme soutenu, plusieurs critiques par semaine.

Ensuite, parce que, pour garder l’esprit ouvert, je ne dois pas et ne veux pas lire la chronique d’un album, tant que je n’ai pas rédigé et publié la mienne.

Quand la chronique est publiée ou que le groupe m’est inconnu, il m’arrive de lire la prose de mes voisins, par curiosité. Et quand un chroniqueur, ayant mes affinités musicales, s’emballe pour un album que je ne connais pas, cela me titille inévitablement, alors je lis son avis et écoute un extrait pour me faire une première opinion, lecture qui s’achève souvent par un achat.

Je lis également la concurrence pour suivre l’évolution de la presse musicale, le format des chroniques, les tendances, ce que l’on peut améliorer chez nous. Car il faut savoir faire son autocritique de temps en temps.

Mes affinités avec les webzines évoluent avec le temps, en fonction des chroniqueurs, de la politique de l’équipe, de leur ‘objectivité’ et bien entendu en fonction des genres musicaux présentés. Il y en a que je ne lis jamais, d’autre que j’ai cessé de parcourir, et des nouveaux qui me donnent envie de bosser pour eux.

Ce que je recherche chez eux, c’est de l’intégrité, de la lucidité, de l’honnêteté, de l’indépendance et du non fanatisme. Il arrive que les meilleurs groupes produisent des étrons, que les figures emblématiques des seventies vieillissent mal, que de jeunes pousses n’aient aucun talent. Trop rares sont ceux qui l’écrivent hélas.

Le plus souvent, ce sont les autres chroniqueurs du webzine qui me parlent de telle ou telle chronique parue chez Bidule.com, généralement pas du trop en phase avec la notre. Selon le webzine, j’y jette un oeil ou non, histoire de comprendre pourquoi nous n’avons pas la même vision de l’album. Souvent, le nom du webzine suffit à comprendre notre désaccord.

Dans les chroniqueurs il existe de nombreuses catégories : les encyclopédies vivantes, qui connaissent tout des groupes, des musiciens, des carrières, des techniques; les fans inconditionnels qui vouent un culte sans partage à leurs idoles; les demolition men qui ne doivent pas aimer la musique; les curieux prêts à écouter les albums les plus improbables; les blasés recherchant de nouvelles sensations fortes; les pigistes qui sont rétribués au mot; les photocopieurs de fiches promotionnelles qui ne semblent pas avoir écouté la musique; les aspirateurs de sites qui piochent à droite à gauche; les nostalgiques; les avant-gardistes; les passionnés; les découvreurs de talents… Il y a également ceux qui sont un peu tout ça à la fois, comme moi.

Mes préférés sont les fondus du caissons, les passionnés qui s’enflamment pour un truc improbable et qui donnent envie d’écouter la musique. C’est eux que j’ai envie de lire, même si je ne suis pas toujours d’accord avec leurs coups de cœur.

Je ne lis pas toutes les chroniques, loin s’en faut, mais j’en lis quelques unes quand même.