Fish & Chips

Image

Lorsque que nous sommes rencontrés, ma femme et moi, je venais de visiter pour la première fois l’Ecosse, ses paysages grandioses et ses petits restaurants populaires où une grosse dame avec un accent incompréhensible vous demandait : “Salt or vinager ?”, “Heu, yes…”. J’écoutais alors en boucle le premier album solo de Fish, Vigil in the Wilderness of Mirrors, un disque qui reste un de mes préféré de la carrière solo de Fish.

Ma future épouse tomba sous le charme désuet d’une chanson de cet album, ‘A Gentleman’s Excuse Me’, le passant et repassant sans discontinuer dans notre chambre d’étudiant à en rendre fou nos voisins.

Trente années plus tard, en préparant les actualités pour le webzine, je tombais par hasard sur Youtube sur ‘Garden of Remembrance’ tiré du dernier album au nom imprononçable du poisson de Marillion. Immédiatement, mon épouse tomba en pâmoison et me réclama le lien du clip.

Le double album, que nous ne chroniquerons sans doute pas faute de promotion, est à la maison bien évidement. ‘Garden of Remembrance’ pourrait passer en boucle sur la chaine haute fidélité et ses enceinte Triangles. Au pire je pourrais passer le clip sur l’écran du Mac et envoyer le son vers le DAC afin qu’elle regarde les images en même temps qu’elle écoute la musique, histoire de profiter d’un son digne du talent de l’artiste. Au lieu de quoi ma chérie préfère l’écouter sur son smartphone au son de crécelle.

Toute la journée, j’ai entendu la belle ritournelle et vu ma femme verser des larmes sur son petit écran en regardant le clip du vieux bonhomme aux rares cheveux blancs, au son d’un Youtube crachotant sur des hauts parleurs indignes d’un gril pain.

Si elle continue, je vais détester ce titre et ne plus jamais écouter Weltschmerz. Mais je ne lui en veux pas. Trente ans après, j’aime ma femme plus encore que lorsqu’elle écoutait en boucle ‘A Gentleman’s Excuse Me’ sur mon lecteur de K7.