Le pullover rouge

Image

“Tu n’es pas mon père.”

Combien de fois ai-je entendu cette sentence définitive sortir de la bouche de mon petit dernier. Il faut avouer qu’à jouer le mongolito en sa compagnie, insulter les automobilistes garés sur le trottoir et porter en permanence des tee shirts de rock progressif comme un teenager, je dois lui faire un peu honte. Mais la dernière attaque en règle est plus inquiétante.

L’hiver approchant, je ressors les pullovers chauds, comme ce trop grand pull à côtes couleur brique si confortable et sans doute très moche.

“Tu portes un pull d’homosexuel, il n’y a que les homos qui portent des trucs pareil.”

Voila autre chose, en plus de ne pas être son père, je suis maintenant homosexuel. Je n’ai pas l’impression de l’être en réalité (mais qui sait si le coming out n’est pas loin) et je ne m’habille pas comme tonton Joël  et tonton Pierre-Yves (un ami proche et mon frère, tous deux homos). La proximité de ces deux hommes différents l’angoisse peut-être sur sa propre sexualité, qui sait ? Que répondre, que j’aime ce pull moche et confortable ?

J’ai opté pour un autre angle d’attaque, fidèle à ma maturité d’ado pas fini.

“Puisque tu abordes le sujet fils, j’ai quelque chose d’important à te dire. Oui je suis homosexuel, comme maman. Dans notre jeunesse, il n’était pas simple de vivre sa différence au grand jour, alors nous avons décidé de sauver les apparences. Je connaissais maman depuis longtemps, une très bonne amie, et comme moi elle souffrait de sa différence. Alors pour nous normaliser, nous avons décidé de nous marier et de vivre ensemble, histoire de rassurer nos familles et de sauver les apparences dans une société alors très homophobe.”

Imaginez la tête de mon ado. Et moi de poursuivre.

“Nous sommes toujours homosexuels bien entendu. Rien n’a changé. Maman n’est pas ta mère, je ne suis pas ton père. Nous n’aurions jamais pu avoir de rapport sexuel ensemble. Toi et ton frère, vous avez étés adoptés quand vous étiez nourrissons. Mais ça ne change rien, nous vous aimons. Et si je porte un pullover rouge, c’est que j’aime ces couleurs, j’évite le rose ostentatoire et je rencontre mes amants dans des clubs, comme ta mère, nous essayons de rester discrets.”

Le couperet tombe, mon ado est horrifié, son univers cosy s’effondre. Papa et maman sont homo. Il a été adopté comme son frère, ses parents ne s’aiment pas d’amour véritable, et lui, peut-être est-il homosexuel ? Je le regarde se décomposer, je me marre comme une baleine et là soudain, il comprend que je me suis foutu de sa poire. Il me jette un regard glacial mais ne devrait plus m’emmerder cette semaine avec le pull rouge, une bonne chose de faite.

Vous pensez sans doute que je suis complètement immature d’infliger ça à un ado en pleine recherche de repères et vous auriez raison, si je l’avais fait. J’y ai pensé figurez-vous et c’est déjà assez grave. Au lieu de quoi, je vais me faire emmerder jusqu’à ce que je change de pullover, ce qui ne saurait tarder, car le tricot confortable commence à sentir le clochard. Mais il est tellement agréable à porter.

 

Le gros chat

Il se lève passé midi, défend âprement sa place sur le canapé près du radiateur, n’aime pas vraiment l’eau, boude les nouvelles marques de croquettes et peut rester captivé par un écran pendant des heures. Il traîne péniblement sa carcasse dans la maison pour soudain se mettre à bondir dans tous les sens quelques secondes et retomber bien vite dans une profonde léthargie. Il n’a aucun humour et déteste qu’on lui grattouille le ventre, peut rester immobile durant des heures et ne recouvre jamais ses excréments après s’être soulagé. Il se réveille à la tombé du jour, découche toute la nuit et revient défait à la maison le matin, plus grognon que la veille. Sa conversation se résume à quelques grognements et cris plaintifs.

C’est si mignon, quand c’est tout petit, ça mange, ça dort, ça gazouille, ça fait quelques bêtises et ça vous regarde avec des yeux remplis d’amour. Et puis ça grandit, ça grossit.

Le mimétisme entre un gros chat et un futur adulte est extraordinaire. D’ailleurs notre chat l’a bien compris et vit au même rythme que notre adolescent ou bien est-ce l’inverse. Ils habitent la même tanière aux fortes odeurs rassurantes, se pointent ensemble pour les repas, râlent quant au contenu de la gamelle et semblent dormir le reste du temps. Tout changement leur est insupportable, voire insurmontable.

Le plus terrible, lorsque l’on observe cette lourde carcasse qui se déplace à grand renfort de soupirs et de mauvaise humeur, c’est que l’on y découvre un peu soi-même, vu dans un miroir déformant ainsi que le nourrisson tout trognon qu’il a cessé d’être depuis bien longtemps.

Les ados, c’est un peu comme les chats, il faudrait les noyer à temps. Oui je sais c’est mal de le dire, mais ça fait du bien…

Morceaux choisis :

ado – on mange toujours la même chose
parent (conciliant) – que veux-tu manger quoi pour changer ?
ado – des pâtes
parent (agacé) – comme hier ?

parent (content) – j’ai acheté la Switch
ado – fait chier
parent (dépité) – pardon ?
ado – ouais, pas le temps d’y jouer, alors fait chier

parent (énervé) – tu es sorti ce WE ?
ado – pffff
parent (très énervé) – oui ou non ?
ado – ben oui, j’suis allé ouvrir la porte au facteur, en plus faisait froid dehors

parent (curieux) – et, au Lycée, ça se passe bien ?
ado – oui super !
parent (plein d’espoir) – tu as eu des notes ?
ado – yep, j’ai 7/20 de moyenne

parent (étonné) – tu vas à la pharmacie, tu es malade ?
ado – ben non
parent (inquiet) – ben alors ?
ado – à ton avis, on vend quoi en pharmacie ?

parent (pressé) – descendez vos draps de lit pour les laver !
ado – ben ils sont propres !
parent (dégoûté) – il y a trois semaine ils étaient propre !
ado – ben c’est ce que je viens de dire, ils sont propres

parent (inquiet) – tu sors ? Tu rentres quand ?
ado – sais pas
parent (très inquiet) – tu vas où ?
ado – sais pas

parent (suffocant 19h00) – tu sens le renard
ado (21h30) – je prends une douche
parent (désireux de se laver 23h30) – hé tu sors !
ado (00h00) – faudrait savoir putain…

parent (informatif) – tu as auto-école à 10h00
ado – pas le temps…
parent (organisé) – mais le cours ne dure qu’une heure trente, tu es à 10 min du lycée et tu y vas pour 12h00 non ?
ado – ben oui, c’est ce que je dis, pas le temps

ado – on sonne à la porte
parent (occupé) – ben ouvre !
ado – ça me saoule…
parent (désespéré) – rho putain !

TV – zap zap zap
parent (agacé) – tu peux rester sur une chaîne ?
TV – zap zap zap
ado – nan, y a rien de bien à la TV

ado – hé ! mon argent de poche !
parent (dégoûté) – hé ! passes l’aspirateur dans ta chambre !
ado – putain de chantage !
parent (vraiment dégoûté) – putain d’ado…

parent (voulant faire plaisir) – tu veux quoi pour tes 18 ans ?
ado – heu attends… une voiture ou un mac
parent (amusé) – nan sérieusement !
ado – ben sérieusement, tu demande, alors je te dis ce que je veux

patent (inquiet) – tu es prudent ce soir
ado – c’est bon, j’suis plus un bébé !
parent (mort de rire) – je peux laver et ranger ton doudou alors
ado – c’est malin, touches pas à mon doudou !