Voila, c’est fini

Image

La chatoune, habituée à quatre bipèdes caresseurs, miaule désespérée, amputée de mains gratouilleuse. La maison, qui résonnait de pas précipités se trouve bien silencieuse. Les deux vieux qui charriaient les petits cons sont face à face à table, mangeant leur soupe en silence. Eux qui redoutaient Tanguy et la verdure, tournent en rond avec soixante mètres carrés chacun à remplir de bruit. Terminé les longues nuits d’attente, sans nouvelle, le silence jusqu’au midi, les embouteillages au toilettes du matin, la bande passante partagée, les petits sont partis. 

Ils faut bien que les oisillons sautent du nid, à condition qu’ils ne s’écrase pas au sol. Le sol est couvert de coquilles, plus besoin de rapporter de vermisseaux.

Par chance ils vont revenir, de moins en moins souvent, mais de temps en temps quand même, leur sac de voyage rempli de linge sale, le portefeuille vide et le ventre creux. Quelques heures bénies avant d’aller rejoindre leurs copains, leurs consoles, leur chatoune qui ronronnera. Et nous alors ?

Nous, ils nous ont abandonné. De tout manière nous sommes vieux, nous puons du becs, perdons la mémoire et leur faisons honte avec nos mauvaises manières. Des mauvais parents, des coucous.

La maison est déserte, nous pourrions courir tous nus dans toutes les pièces, prendre notre douche à deux, sortir au cinéma, au restaurant, voyager, mais s’ils revenaient parce qu’ils seraient malades, en manque de câlins, plaqué par leur copine, avec un gros besoin de réconfort ?

Qui va m’aider pour le bricolage, le jardinage, pour porter les plaques de placo, pour jouer à Mario Kart, pour réclamer des pizzas et des pâtes au lieu de brocolis, hein qui ?

Sales lâcheurs ! 

Youpi, c’est la rentrée !

Image

Vous vous souvenez tous certainement de cette fébrilité quelques jours avant la rentée des classes, lorsque nous partions avec notre maman, acheter un nouveau sac, un bic quatre couleurs, une ardoise, une éponge, des cahiers, des buvards. Vous vous souvenez certainement de la douce odeur de ces fournitures, de l’impatience d’essayer tout ce matériel magique, de connaître notre nouvelle maîtresse et notre voisin de pupitre.

Pour mes garçons, c’est aussi la rentrée, l’un en prépa, l’autre en école d’architecte. Ils n’ont plus besoin de cartable ni d’ardoise, juste de frais d’inscriptions, d’ultra portables, de chambres d’étudiant, de repas, de titres de transport, d’assurances, de forfaits téléphoniques…

Pourquoi n’ont-ils pas choisi un C.A.P. électricien, boulanger ou maçon ? Ils bosseraient déjà et ramèneraient deux salaires à la maison. Là nous signons  pour sept ans de plus, dans le meilleur des cas. Sept années d’études, d’hébergement, de transport, de nourriture, de frais divers, de voyages.

Cela signifie sept années sans changer de boitier photo, d’ampli audio, d’ordinateur, de piano, de violoncelle, de voiture. Sept années sans partir en voyage à l’étranger, sans acheter de nouvel objectif. Nous sommes fauchés pour sept ans.

Nous espérons bien entendu un retour sur investissement après autant  de sacrifices. Car après tout, un enfant est un placement pour l’avenir, pour payer nos maisons de retraite par exemple. Sinon à quoi serviraient les enfants sérieusement ?

Je viens d’acheter un ultra portable plus performant que mon propre portable pour l’un de mes gamins et l’autre reçoit le tiers de mon salaire tous les mois pour survivre loin de ses parents chéris. Comment vais-je m’offrir un Mac Book Pro ou un Tamron SP-AF 70-200 mm ouvert à 2.8 pour Noël ?

Il étaient si mignons avec leurs petits cartables Pokemon à trente euros, quand ils partaient à l’école primaire, main dans la main tout heureux. Ils jouaient avec leur papounet les dimanches après-midi pluvieux à Magic, Descent, X Wings. Ils regardaient Star Wars ou Indiana Jones le samedi soir sur le canapé et jouaient à Bomberman et Mario Kart devant la WII.

Aujourd’hui, ils font la gueule, sont exigeants, nous trouvent débiles, ne disent plus merci et consomment plus de cinquante pour-cent des ressources financières durement gagnées par le foyer dans lequel ils ne vivent même plus, sauf le weekend pour leurs lessives. C’est désolant.

Chérie ? Les garçons sont grands tu sais maintenant. Et si on remettait le couvert, deux petites filles cette fois pour changer. Tu en pense quoi hein ? Chérie ?