Fish & Chips

Image

Lorsque que nous sommes rencontrés, ma femme et moi, je venais de visiter pour la première fois l’Ecosse, ses paysages grandioses et ses petits restaurants populaires où une grosse dame avec un accent incompréhensible vous demandait : “Salt or vinager ?”, “Heu, yes…”. J’écoutais alors en boucle le premier album solo de Fish, Vigil in the Wilderness of Mirrors, un disque qui reste un de mes préféré de la carrière solo de Fish.

Ma future épouse tomba sous le charme désuet d’une chanson de cet album, ‘A Gentleman’s Excuse Me’, le passant et repassant sans discontinuer dans notre chambre d’étudiant à en rendre fou nos voisins.

Trente années plus tard, en préparant les actualités pour le webzine, je tombais par hasard sur Youtube sur ‘Garden of Remembrance’ tiré du dernier album au nom imprononçable du poisson de Marillion. Immédiatement, mon épouse tomba en pâmoison et me réclama le lien du clip.

Le double album, que nous ne chroniquerons sans doute pas faute de promotion, est à la maison bien évidement. ‘Garden of Remembrance’ pourrait passer en boucle sur la chaine haute fidélité et ses enceinte Triangles. Au pire je pourrais passer le clip sur l’écran du Mac et envoyer le son vers le DAC afin qu’elle regarde les images en même temps qu’elle écoute la musique, histoire de profiter d’un son digne du talent de l’artiste. Au lieu de quoi ma chérie préfère l’écouter sur son smartphone au son de crécelle.

Toute la journée, j’ai entendu la belle ritournelle et vu ma femme verser des larmes sur son petit écran en regardant le clip du vieux bonhomme aux rares cheveux blancs, au son d’un Youtube crachotant sur des hauts parleurs indignes d’un gril pain.

Si elle continue, je vais détester ce titre et ne plus jamais écouter Weltschmerz. Mais je ne lui en veux pas. Trente ans après, j’aime ma femme plus encore que lorsqu’elle écoutait en boucle ‘A Gentleman’s Excuse Me’ sur mon lecteur de K7.

Voila, c’est fini

Image

La chatoune, habituée à quatre bipèdes caresseurs, miaule désespérée, amputée de mains gratouilleuse. La maison, qui résonnait de pas précipités se trouve bien silencieuse. Les deux vieux qui charriaient les petits cons sont face à face à table, mangeant leur soupe en silence. Eux qui redoutaient Tanguy et la verdure, tournent en rond avec soixante mètres carrés chacun à remplir de bruit. Terminé les longues nuits d’attente, sans nouvelle, le silence jusqu’au midi, les embouteillages au toilettes du matin, la bande passante partagée, les petits sont partis. 

Ils faut bien que les oisillons sautent du nid, à condition qu’ils ne s’écrase pas au sol. Le sol est couvert de coquilles, plus besoin de rapporter de vermisseaux.

Par chance ils vont revenir, de moins en moins souvent, mais de temps en temps quand même, leur sac de voyage rempli de linge sale, le portefeuille vide et le ventre creux. Quelques heures bénies avant d’aller rejoindre leurs copains, leurs consoles, leur chatoune qui ronronnera. Et nous alors ?

Nous, ils nous ont abandonné. De tout manière nous sommes vieux, nous puons du becs, perdons la mémoire et leur faisons honte avec nos mauvaises manières. Des mauvais parents, des coucous.

La maison est déserte, nous pourrions courir tous nus dans toutes les pièces, prendre notre douche à deux, sortir au cinéma, au restaurant, voyager, mais s’ils revenaient parce qu’ils seraient malades, en manque de câlins, plaqué par leur copine, avec un gros besoin de réconfort ?

Qui va m’aider pour le bricolage, le jardinage, pour porter les plaques de placo, pour jouer à Mario Kart, pour réclamer des pizzas et des pâtes au lieu de brocolis, hein qui ?

Sales lâcheurs ! 

Youpi, c’est la rentrée !

Image

Vous vous souvenez tous certainement de cette fébrilité quelques jours avant la rentée des classes, lorsque nous partions avec notre maman, acheter un nouveau sac, un bic quatre couleurs, une ardoise, une éponge, des cahiers, des buvards. Vous vous souvenez certainement de la douce odeur de ces fournitures, de l’impatience d’essayer tout ce matériel magique, de connaître notre nouvelle maîtresse et notre voisin de pupitre.

Pour mes garçons, c’est aussi la rentrée, l’un en prépa, l’autre en école d’architecte. Ils n’ont plus besoin de cartable ni d’ardoise, juste de frais d’inscriptions, d’ultra portables, de chambres d’étudiant, de repas, de titres de transport, d’assurances, de forfaits téléphoniques…

Pourquoi n’ont-ils pas choisi un C.A.P. électricien, boulanger ou maçon ? Ils bosseraient déjà et ramèneraient deux salaires à la maison. Là nous signons  pour sept ans de plus, dans le meilleur des cas. Sept années d’études, d’hébergement, de transport, de nourriture, de frais divers, de voyages.

Cela signifie sept années sans changer de boitier photo, d’ampli audio, d’ordinateur, de piano, de violoncelle, de voiture. Sept années sans partir en voyage à l’étranger, sans acheter de nouvel objectif. Nous sommes fauchés pour sept ans.

Nous espérons bien entendu un retour sur investissement après autant  de sacrifices. Car après tout, un enfant est un placement pour l’avenir, pour payer nos maisons de retraite par exemple. Sinon à quoi serviraient les enfants sérieusement ?

Je viens d’acheter un ultra portable plus performant que mon propre portable pour l’un de mes gamins et l’autre reçoit le tiers de mon salaire tous les mois pour survivre loin de ses parents chéris. Comment vais-je m’offrir un Mac Book Pro ou un Tamron SP-AF 70-200 mm ouvert à 2.8 pour Noël ?

Il étaient si mignons avec leurs petits cartables Pokemon à trente euros, quand ils partaient à l’école primaire, main dans la main tout heureux. Ils jouaient avec leur papounet les dimanches après-midi pluvieux à Magic, Descent, X Wings. Ils regardaient Star Wars ou Indiana Jones le samedi soir sur le canapé et jouaient à Bomberman et Mario Kart devant la WII.

Aujourd’hui, ils font la gueule, sont exigeants, nous trouvent débiles, ne disent plus merci et consomment plus de cinquante pour-cent des ressources financières durement gagnées par le foyer dans lequel ils ne vivent même plus, sauf le weekend pour leurs lessives. C’est désolant.

Chérie ? Les garçons sont grands tu sais maintenant. Et si on remettait le couvert, deux petites filles cette fois pour changer. Tu en pense quoi hein ? Chérie ?