I Abyssick – Ashes Enthroned

Image

Teeshirt : The Pineapple Thief – Built A World (2013)

Je vous emmène à l’Acropole.

Les clichés véhiculés par dépliants touristiques peuvent cacher une toute autre réalité : riffs graisseux, batterie parkinsonienne et chant caverneux, bienvenus en Grèce. Ames sensibles, fuyez, aujourd’hui je vous présente le premier album d’un groupe de heavy metal cadencé comme du doom. Et pour tout vous dire, mon épouse déteste ce CD, je suis obligé de l’écouter en cachette.

I Abyssick est un quatuor athénien né en 2017 et qui début juillet nous livrait son premier effort intitulé Ashes Enthroned. Une heure et neuf morceaux pour un concept album de fin du monde, écoutez plutôt : “Réveillez-vous dans un monde totalement détruit, face à une lumière aveuglante…”. 

Premier album, concept, Grèce, non il ne s’agit pas d’une de ces promotions improbables que je recevais autrefois à Neoprog mais d’un coup de cœur de K-ManRiffs sur Twitter où il comparait nos gars à Nevermore et Paradise Lost. De quoi titiller ma curiosité.

L’album débute sur une explosion suivie des crépitements d’un compteur geiger. Si vous n’avez pas compris quel est le problème, je peux vous faire un dessin. 

Basse lourde, chant virile, guitare hennissante, batterie au taquet, nos quatre grecs jouent un heavy qu’ils tirent derrière eux comme un boulet de forçat. C’est noir, sombre, pesant, désespéré et l’histoire ne fait que commencer. Le pire est à venir.

Sorti d’un récitant et de quelques bruitages, ici pas de fioritures pour alléger les compos. Toutefois vous retrouverez dans cet album un peu de l’ame de de Queenrÿsche et de Paradise Lost, disons leurs côtés obscurs. Les titres ne possèdent pas tous une écriture archi compacte comme le prouve ‘In A Land Of Ash And Debris’ mais dans l’ensemble l’album reste tout de même assez dense.

Dans le registre basses, Constantin Moris assure, secondé par trois autres chanteurs invités sur cet album. A la batterie Aggelos offre un feu d’artifice parfaitement dosé, qui avec le chant, font beaucoup à l’atmosphère. 

Ashes Enthroned ne réinvente pas la Moussaka mais si vous aimez le heavy sombre, prenez le temps de l’écouter, il est sur Bandcamp. L’album vous plonge dans un cataclysme musical vraiment réussi. Vous pourriez y prendre goût.

Erreur d’aiguillage ?

Image

La boite aux lettres est une pochette surprise et une boite de pandore. Ce matin, une enveloppe brune trônait dans le cube de tôle vert devant mon portillon. Origine, la Grèce. Je me creuse le ciboulot pour me souvenir quel album j’ai pu commander là bas, mais je ne vois rien. J’ouvre donc la pochette et tombe sur non pas un CD mais trois. Deux EPs et un LP de groupes grecs qui me sont totalement inconnus : Warship, Terra Incognita et Project Renegate.

D’où viennent ces disques ? Sans doute d’un promoteur grec avec lequel j’ai du être contact il y a quelques temps (pardon si j’ai oublié, je n’ai pas la mémoire des noms). Je vous rassure, ce genre d’arrivage surprise est assez exceptionnel, surtout en format physique, car en mp3, nous recevons tout et n’importe quoi.

Maintenant, reste à savoir ce que nous allons faire avec tout cela. Warship, son destin est déjà scellé, il n’ira même pas jusque l’écoute complète j’en ai bien peur. On dirait du punk façon heavy métal. Ouille ça pique ! Pour Terra Incognita, même si on parle de heavy metal, une écoute s’impose je pense, on verra cela à la maison ce soir. Enfin, pour le petit dernier [pr:oj.ect] Renegate, il est évident que l’on va en faire quelque chose car ce metal alternatif à chanteuse sonne vraiment bien, je vous invite à y jeter une oreille attentive, d’autant que c’est un EP trois titres téléchargeable librement sur Bandcamp.

Vous pourriez vous demander pourquoi les promoteurs envoient du heavy metal à des webzines de rock progressif. Deux raisons à cela :

  1. De temps en temps, il nous arrive de déraper fortement de la ligne éditoriale, quand un album nous tape dans l’oeil. Cela fait du bien de changer d’horizon de parfois.
  2. Seconde raison, la principale, les promoteurs sont rétribués pour expédier aux médias un certain nombre d’exemplaires d’albums, on ne leur demande pas forcément de cibler finement l’objectif. Alors si vous chroniquez une fois du métal, vous risquez de recevoir quelques wagons de death, heavy, trash, sluge, doom, stoner, drone, symphonique, pagan, math, mélodique… metal.

Mauvais aiguillage ou pas, distribution large bande, promotion de la scène grecque, toujours est-il que le promoteur a réussi son opération séduction avec au moins un album sur les trois, c’est déjà un bon score lorsque l’on sait que plus d’un album sur dix ne passe même pas l’étape de l’écoute complète chez nous.