Peau d’Homme

Image

Le vendredi 30 octobre 2020 nous allions repartir pour quatre semaines de confinement. Le président l’avait annoncé la veille au soir. Nous nous y attendions un peu mais quand même, alors le jeudi ce fut la panique. A petit jour, je partis dare dare sur mon vélo pour faire des courses de premières nécessité, car comme l’avait annoncé Emmanuel Macron, seuls les magasins de première nécessité resteraient ouverts. Mais lui et moi n’avons pas les mêmes besoins manifestement. Je pourrais me passer de papier toilette mais pas de livres. Et les librairies, médiathèques et bibliothèques allaient fermer. Je suis donc allé, avec un sac à dos, chez mon libraire préféré, faire le plein de livres. Non pas que je n’ai plus rien à lire, mais que j’ai besoin d’être entouré de perspectives de lectures pour dormir correctement. Il m’avaient tellement manqué durant le premier confinement.

Dans mon sac à dos, sur le chemin du retour, se trouvaient trois romans et une bande dessinée : Une Colonie, le dernier Hugh Howey que j’attendais avec impatience, Le Cinquième Coeur un Dan Simmons, auteur culte que je boude depuis Flashback, Tupinilândia de Samir Machado De Machado qui m’a attiré avec sa jaquette “Entre Orwell et Jurassic Park” et Peau d’Homme, une BD de Hubert et Zanzim.

Pour tout vous dire je n’achète pas souvent de bandes dessinées, il y a en a trop à a maison et je ne les achète presque jamais chez mon libraire mais dans une boutique spécialisée à Strasbourg. Je suis comme ça. Mais là, pour le coup, je n’ai pas su résister à l’appel de Peau d’Homme. Il faut dire que la couverture, une femme nue dans un décors médiéval revêtant la peau d’un homme m’a tout de suite émoustillée. J’ai donc ouvert la bande dessinée, un acte qui ressemble à s’y m’éprendre à ouvrir la boite de Pandore. Une fois fait, impossible de la refermer. Les graphismes simples et beaux m’ont immédiatement happé comme les touches l’érotisme naïf de l’histoire. Une fois la bande dessinée ouverte, il était trop tard, j’étais obligé de l’emporter à la maison.

Peau d’Homme raconte l’histoire de jeune file rebelle que l’on va bientôt marier. Sa marraine, comme dans les contes de fées, l’entraîne chez elle et l’invite à se vêtir d’une peau d’homme, qui transforme la belle rousse en un jeune homme à la peau halée. Avec sa nouvelle peau, la jeune femme va pouvoir découvrir le monde des hommes, apprendre à connaître celui à qui elle est destinée et dont elle ignore tout.

Peau d’Homme parle des hommes, des femmes, de l’homosexualité, de la religion, de l’intégrisme, du quand dira-t-on, des faux semblants, de l’hypocrisie de la société, des fous de dieu et bien entendu de l’amour avec une grande justesse.

Graphiquement la bande dessinée propose de grandes pages où des scènes monochromes sont habités de personnages en couleur, où sur un décors unique se déplace des personnages, des grandes planches colorées, en d’autres mots une narration graphique qui sort de l’ordinaire. L’histoire est simple, intelligente, pleine d’humanité et invite à la tolérance.

Lorsque nous déconfinerons, n’hésitez pas à aller feuilleter cette bande dessinée chez votre libraire, elle est magnifique.

Le pullover rouge

Image

“Tu n’es pas mon père.”

Combien de fois ai-je entendu cette sentence définitive sortir de la bouche de mon petit dernier. Il faut avouer qu’à jouer le mongolito en sa compagnie, insulter les automobilistes garés sur le trottoir et porter en permanence des tee shirts de rock progressif comme un teenager, je dois lui faire un peu honte. Mais la dernière attaque en règle est plus inquiétante.

L’hiver approchant, je ressors les pullovers chauds, comme ce trop grand pull à côtes couleur brique si confortable et sans doute très moche.

“Tu portes un pull d’homosexuel, il n’y a que les homos qui portent des trucs pareil.”

Voila autre chose, en plus de ne pas être son père, je suis maintenant homosexuel. Je n’ai pas l’impression de l’être en réalité (mais qui sait si le coming out n’est pas loin) et je ne m’habille pas comme tonton Joël  et tonton Pierre-Yves (un ami proche et mon frère, tous deux homos). La proximité de ces deux hommes différents l’angoisse peut-être sur sa propre sexualité, qui sait ? Que répondre, que j’aime ce pull moche et confortable ?

J’ai opté pour un autre angle d’attaque, fidèle à ma maturité d’ado pas fini.

“Puisque tu abordes le sujet fils, j’ai quelque chose d’important à te dire. Oui je suis homosexuel, comme maman. Dans notre jeunesse, il n’était pas simple de vivre sa différence au grand jour, alors nous avons décidé de sauver les apparences. Je connaissais maman depuis longtemps, une très bonne amie, et comme moi elle souffrait de sa différence. Alors pour nous normaliser, nous avons décidé de nous marier et de vivre ensemble, histoire de rassurer nos familles et de sauver les apparences dans une société alors très homophobe.”

Imaginez la tête de mon ado. Et moi de poursuivre.

“Nous sommes toujours homosexuels bien entendu. Rien n’a changé. Maman n’est pas ta mère, je ne suis pas ton père. Nous n’aurions jamais pu avoir de rapport sexuel ensemble. Toi et ton frère, vous avez étés adoptés quand vous étiez nourrissons. Mais ça ne change rien, nous vous aimons. Et si je porte un pullover rouge, c’est que j’aime ces couleurs, j’évite le rose ostentatoire et je rencontre mes amants dans des clubs, comme ta mère, nous essayons de rester discrets.”

Le couperet tombe, mon ado est horrifié, son univers cosy s’effondre. Papa et maman sont homo. Il a été adopté comme son frère, ses parents ne s’aiment pas d’amour véritable, et lui, peut-être est-il homosexuel ? Je le regarde se décomposer, je me marre comme une baleine et là soudain, il comprend que je me suis foutu de sa poire. Il me jette un regard glacial mais ne devrait plus m’emmerder cette semaine avec le pull rouge, une bonne chose de faite.

Vous pensez sans doute que je suis complètement immature d’infliger ça à un ado en pleine recherche de repères et vous auriez raison, si je l’avais fait. J’y ai pensé figurez-vous et c’est déjà assez grave. Au lieu de quoi, je vais me faire emmerder jusqu’à ce que je change de pullover, ce qui ne saurait tarder, car le tricot confortable commence à sentir le clochard. Mais il est tellement agréable à porter.