Dépassements

Image

Dans notre belle société égalitaire disposant d’une protection sociale exemplaire, il semblerait que quelque chose ne tourne pas rond. Depuis l’instauration de la limitation de vitesse à 80 km/h, les dépassements sont devenus sportifs sur les petites routes. Mais alors que le tiers payant s’est généralisé, les excès de vitesse eux aussi sont devenus légion

J’adore cette question perverse qui revient à chaque fois dans les questionnaires de santé et dans la bouche souriante des secrétaires médicales : “Quelle est le nom votre mutuelle ?”.

Un spécialiste émarge théoriquement à 30 € la consultation – sauf pour les fous – mais la facture grimpe aisément à 55 € pour dix minutes de travail. Il existe des spécialistes conventionnés, dans des centres mutualistes (mais ils changent de poste très régulièrement), ou sinon dans des cabinets qui ont tellement mauvaise presse que l’on préfère mourir en silence que de se faire torturer chez eux.

Lorsque vous êtes malade, donc en position de faiblesse, et que votre généraliste vous recommande un spécialiste, vous lui faites confiance, vous ne vous posez pas forcément la question de savoir de combien sera la facture, car même une caisse en sapin, ça coûte très cher.

Si le spécialiste opère à l’hôpital, vous vous attendez à des tarifs conventionnés mais en réalité, il y a souvent deux poids et deux mesures. Vous voulez rester toute la matinée dans un couloir bruyant, passant et non climatisé, avec pour tout vêtement une blouse ouverte sur les fesses et plein de personnes, qui arrivées après vous, passent avant vous, ça c’est le tarif conventionné. Pour la version rapide et confortable, avec un minimum d’intimité, prévoyez une sérieuse rallonge. Pourtant cela se passe au même endroit, avec le même praticien, dans les locaux d’un hôpital public.

Si le spécialiste n’opère qu’en clinique privée, là prenez rendez-vous à la banque avant l’opération, non pas pour souscrire une assurance vie, mais pour une autorisation de découvert, voire un prêt sur cinq ans.

Si votre spécialiste travaille avec un anesthésiste attitré, les choses deviennent sérieuses. Vous avez payé le prix fort pour une consultation de spécialiste, ensuite il vous annonce qu’il opère dans une clinique privée, et que son anesthésiste c’est monsieur Machin. Monsieur Machin possède un magnifique cabinet dans un quartier huppé au parquet ciré, avec toiles de signées au mur et des secrétaires médicales dignes d’un casting de photos de mode. L’anesthésiste vous reçoit à l’heure, comme le spécialiste d’ailleurs – c’est fou comme l’argent rend ponctuel – la secrétaire vous demande votre mutuelle avec un sourire ravageur et vous annonce que normalement cet organisme devrait prendre en charge tous les frais, comprenez le petit dépassement anecdotique qui va transformer vos prochains repas en ragoûts de pommes de terre.

Passons sur les petits excès de l’anesthésie, qu’est-ce que l’argent après tout ? Reste la facture de l’intervention chirurgicale. Celle-là se fait sans anesthésie, et c’est bien dommage, car elle fait vraiment très mal, et ça vous ne le découvrez qu’à la fin, quand il est trop tard. Ce n’est pas comme au restaurant, où sur le menu, il y a les tarifs affichés.

Mais ce qu’il y a d’extraordinaire dans toute cette histoire, c’est que deux personnes, ayant subi exactement le même parcours médical, la même intervention, avec les mêmes médecins, bénéficiant de la même mutuelle, n’auront pas la même somme à payer à la sortie. Tarif à la gueule du client ? Sérieusement…

La moralité de cette histoire, c’est qu’il vaut mieux être riche et bien portant dans une villa en Corse à bronzer au bord de la piscine que dans la clinique privée de mon spécialiste avec son anesthésiste et une sonde plantée dans mon fondement à attendre la facture de l’intervention qui va faire très mal.

Quoi ma caisse, qu’est-ce qu’elle a ma caisse ?

Je sais, je radote, mais je 31 mai 2016, je me cassais la figure à vélo. Une semaine d’hospitalisation, cinq mois d’arrêt, la tuile ! Mais dans mon malheur, j’ai eu la bonne idée d’exploser mon rein au cour d’un trajet travail, maison. Résultat un accident, totalement pris en charge par mon employeur.

Le 7 juillet 2016, je passais mon troisième scanner de contrôle. Totalement handicapé, perclus de douleurs, je me rendis à l’examen non sans mal, accompagné de mon épouse. Là bas, quand je leur annonçais qu’il s’agissait d’un accident du travail, ils me demandèrent des papiers que mon employeur n’avait pas encore daigné signer, vous savez la bureaucratie et la bêtise humaine créent parfois des situations grotesques. Donc en l’absence de ces papiers, je réglais moi même les 15.61€ de la part mutuelle, je n’étais de toute façon pas en état de protester.

Un an plus tard, je reçu une facture de 15.61€, relative à un scanner fait le 7 juillet 2016. J’ai passé de nombreux scanners cette année là, mais deux dans la même journée non, il ne faut pas abuser des bonnes choses tout de même. Sauf que je ne me souvenais plus d’avoir payé. Alors je contactais l’hôpital, leur expliquais qu’il s’agissait d’un accident du travail, leur fournissait les papiers (cette fois je les avais) et retournais à mes activités.

Deux mois plus tard, je recevais une lettre de relance, concernant une facture relative à un examen fait le 7 juillet 2016, un scanner… Je contactais l’hôpital, qui m’informa que ma caisse avait rejeté le remboursement des soins, sans explication, mais qu’il ne fallait pas que je paye, car, entre temps, la facture avait explosé, la caisse primaire ne remboursait plus la partie sécu. Vous me suivez ? de 15.61€ je passais à 118.82€.

Je reçu quinze jours plus tard, une facture de 15.61€ pour un second scanner et celle de 118.82€ pour le premier. Effrayé par la tournure des choses, je payais fissa les deux factures avant qu’un huissier ne vienne à la maison me piquer mes vinyles. Je me retournais ensuite vers ma caisse le 1er octobre 2017 pour me faire rembourser.

Mais voilà que l’hôpital m’envoie à la Toussaint un avoir de 15.61€ pour une double facturation, celle d’un scanner fait le 7 juillet 2016. Ben oui, j’ai payé deux fois le fameux scanner, entre temps j’ai retrouvé le reçu. Sauf que mon scanner je l’ai payé 15.61€ plus 118.82€, pas 15.61€ plus 15.61€ et qu’en réalité, je n’aurais rien du payer. Donc je contacte une nouvelle fois l’hôpital. Je tombe sur une personne très aimable et compétente avec qui nous rions beaucoup en essayant de démêler la pelote administrative. Elle m’annonce, hilare, qu’en fait la facture de 118.82€ n’est pas bonne et que je vais recevoir un correctif sous peu, le montant réel est de 119.57€ ! La bonne nouvelle c’est que l’hôpital me doit bien 15.61€. Elle me propose alors de prendre les 75 cents de différence sur les deux factures et de me rembourser 14.86€ au lieu des 15.61€ afin de clôturer la facture explosive.

Nous sommes fin novembre, la caisse n’a toujours pas donné de réponse à mon courrier du 1er octobre. Je viens de leur renvoyer le dossier avec la quittance de 119.57€ plus toutes les autres pièces. Qui sait, peut-être qu’en 2018 j’aurai une réponse, à moins qu’une nouvelle facture de 120.17€ ne me parvienne entre temps, pour un scanner fait le 7 juillet 2016.

Quand je pense que j’ai passé six scanners entre mai et novembre 2016, j’ai quelques frissons parfois.

 

Un 31 mai

31 mai 17:30
Inconnu – restez allongé, je vais vous enlever le casque
Inconnu – les secours arrivent

31 mai 18:00
Pompier – vous allez bien, vous pouvez vous lever ?

Pompier – restez allongé, on va vous mettre sur la civière.
Pompier – on va rouler doucement, c’est dans ces moments là que l’on se rend compte que la chaussée n’est pas en bon état.

Ambulance – pin-pon ! pin-pon !

31 mai 18:30
Urgentiste – allongez-vous, on va faire quelques examens, vous aviez un casque ?
Infirmier – vous êtes tombé comment ?
Infirmier – vous avez mal où ?
Infirmier – vous pouvez vous lever ? Vous avez sans doute une côte fêlée. Je vais vous faire une radio du thorax, une analyse d’urine et une prise de sang.
Infirmier – c’est bon c’est fini. Vous pouvez rester assis dans la salle d’attente.

31 mai 19:30
Urgentiste – Vous avez du sang dans les urines, je vais vous poser une perfusion et vous allez passer un scanner.

31 mai 21:30
Radiologue – une chute à vélo ? Hé ben.
Scanner – zonzon zonzon brrrrrrr zon zon brrrrr…
Radiologue – ne restez pas debout, on va vous mettre dans une chambre.

31 mai 22:30
Urgentiste – nous ne sommes pas équipés pour vous garder ici, nous allons vous transférer. Surtout bougez le moins possible.

1er juin 00:15
Ambulancier – non monsieur, ne bougez pas, on va vous porter.
Ambulancier – ça vous est arrivé comment, à vélo ? vous ne vous êtes pas loupé…

Ambulance – pin-pon ! pin-pon !

1er juin 00:45
Interne – on vous emmène en soins intensifs, vous êtes entre de bonnes mains.
Machines – bip, pfff, bip, tuuuuuuut… bip !
Infirmier – je vais vous poser une sonde, ça n’est pas très agréable mais dans votre cas, c’est plus prudent.
Machines – bip, pfff, bip, tuuuuuuut… bip !

1er juin 09:00
Brancardier – je vous transfère en urologie, c’est à côté.
Brancardier – non, surtout ne bougez pas du tout.

Infirmière – vous devez rester allongé, d’accord ? Le médecin va passer.

Voisin de chambre sympa – qu’est-ce qui vous est arrivé ? Ben dites donc…
Voisin de chambre sympa – moi ? Ablation du rein gauche, je suis greffé du rein droit, j’ai l’habitude.

1er juin 20:00
Médecin – vous avez une fracture du rein de stade 3 avec une hémorragie interne.
Médecin – vous avez survécu à la nuit, maintenant vous allez rester chez nous, allongé pendant une semaine, immobile.
Médecin – avec un peu de chance vous éviterez l’ablation du rein.
Médecin – vous comprenez les enjeux ?

Voisin de chambre sympa – ça va vous tenez le coup ?

1er juin 12:00
Aide soignante – voila le repas, bon appétit !
Aide soignante – vous n’avez pas le droit de bouger ? ça ne va pas être facile, je vais vous découper la viande et vous apporter un verre à bec verseur.
Voisin de chambre sympa – tu veux que je t’aide ?

2 juin 19:00
Médecin – alors comment ça va aujourd’hui ?

Voisin de chambre vraiment très sympa – si tu veux, je te rase demain, ça te fera du bien.

3 juin 09:00
Voisin de chambre vraiment très sympa – tu vois, on se sent mieux quand même rasé de prêt.

3 juin 20:30
Médecin – plus de sang dans les urines, c’est bien.

4 juin 18:00
Médecin – vous avez toujours mal ?

5 juin 7:00
Intestins – grrrrr… pffff…grrrrr… pffff…

5 juin 13:00
Aide soignante – pour la grosse commission, ça ne va pas être facile. Vous êtes constipé ?

Intestins – grrrrr… pffff…grrrrr… pffff…

5 juin 23:00
Voisin de chambre vraiment très sympa – j’ai de la fièvre, ça va pas du tout, tu peux appeler l’infirmière ?

Interne paniqué – 40°C, ça ne baisse pas, vous avez essayez de lui [bip] et de le [bip] ?

6 juin 08:00
Infirmière – on transfère votre voisin au service greffe.
Voisin de chambre vraiment très sympa et comateux – bon courage pour la suite !

6 juin 11:00
Brancardier – je vous emmène pour un scanner.
Scanner – zonzon zonzon brrrrrrr zon zon brrrrr…

Nouveau voisin paranoïaque – putain, les salops, il vont me virer le rein.
Nouveau voisin paranoïaque – m’ont rien dit sur ma douleur, j’ai tumeur grosse comme un point qui disent, vont tout virer, putain, les salops !
Nouveau voisin paranoïaque – pas confiance dans ce médecin, il ne me dit pas tout.
TV – en marche

Intestins – grrrrr… pffff…grrrrr… pffff…

6 juin 01:00
TV – en marche

7 juin 07:00
Pompe analgésique du nouveau voisin paranoïaque – bip… pfff…
Nouveau voisin paranoïaque – Haaaaa…
TV – en marche

Intestins – grrrrr… pffff…grrrrr… pffff…

7 juin 07:30
Pompe analgésique du nouveau voisin paranoïaque – bip… pfff…
Nouveau voisin paranoïaque – Haaaaa…

7 juin 07:45
Pompe analgésique du nouveau voisin paranoïaque – bip… pfff…
Nouveau voisin paranoïaque – Haaaaa…

7 juin 08:00
Pompe analgésique du nouveau voisin paranoïaque – bip… pfff…
Nouveau voisin paranoïaque – Haaaaa…

7 juin 08:10
Pompe analgésique du nouveau voisin paranoïaque – bip… pfff…
Nouveau voisin paranoïaque – Haaaaa…

7 juin 08:20
Pompe analgésique du nouveau voisin paranoïaque – bip… pfff…
Nouveau voisin paranoïaque – Haaaaa…

7 juin 08:30
Pompe analgésique du nouveau voisin paranoïaque – bip… pfff…
Nouveau voisin paranoïaque – Haaaaa…

Infirmière – dites, il va falloir essayer de lever le pied avec la pompe.

Nouveau voisin paranoïaque – putain de salope de d’infirmière, j’ai mal moi !
TV – en marche

7 juin 20:00
Intestins – grrrrr… pffff…grrrrr… pffff…

Médecin – je vais vous donner un produit contre la constipation.
Médecin – sinon le scanner ne montre pas de régression, vous allez pouvoir rentrer à la maison, demain vous vous levez.

8 juin 02:00
Nouveau voisin paranoïaque – putain j’ai mal, la TV, te dérange tant que ça ? ok, ok je coupe la TV !
TV – éteinte

8 juin 06:00
TV – en marche
Nouveau voisin paranoïaque – putain j’ai faim, ils me donnent rien à bouffer.

8 juin 10:00
Infirmière – on va essayer de se mettre debout aujourd’hui, attention à ne pas tomber, tout doucement.
Infirmière – vous avez toujours mal ?

Intestins – Youpi !

8 juin 14:00
TV – en marche

Médecin – vous allez pouvoir sortir, je vous met en arrêt pour deux mois, ne faites aucun effort, restez allongé le plus souvent possible, ne marchez pas, ne prenez pas la voiture, le train et pas de rapport sexuels.
Médecin – je suis sérieux.

TV – en marche
Nouveau voisin paranoïaque – salut, j’espère qu’ils ne vont pas me crever ces salops.

7 juillet 09h00
Radiologue – je vous injecte un produit pour stimuler le rein, ne bougez pas.
Scanner – zonzon zonzon brrrrrrr zon zon brrrrr…
Vessie – au secours !

12 juillet 11:00
Secrétaire – il y a un peu de retard dans les rendez-vous.

12 juillet 15:30
Médecin – c’est bien, pas de régression, l’hématome est presque résorbé, vous avez mal ?
Médecin – on se revoit en octobre.

31 juillet 10:00
Généraliste – vous ne vous êtes pas loupé, vous avez toujours mal ? Je vous prolonge d’un mois et vous allez faire un peu de kiné, après deux mois allongé, il faut relancer doucement la machine.

1er août 09:30
Kiné – ben alors qu’est-ce qui vous arrive ?
Kiné – ouille ! on va y aller tout doucement alors.

28 août 10:15
Généraliste – vous avez toujours mal ? Bon on poursuit la kiné et vous ne reprenez pas le travail, c’est trop tôt.

26 septembre 11:00
Généraliste – vous voulez reprendre le travail, je comprends ça doit commencer à faire long, à mi temps alors.

1ier octobre 17:00
DRH – non impossible de mettre en place un mi temps thérapeutique, demandez au médecin de prolonger votre arrêt.

2 octobre 09:00
Généraliste – bon on prolonge alors, je vous arrête jusque fin octobre, on verra ce qu’en pense le médecin.

13 octobre 10:00
Radiologue – je vous injecte un produit pour stimuler le rein, ne bougez pas.
Scanner – zonzon zonzon brrrrrrr zon zon brrrrr…
Vessie – au secours !

25 octobre 9:00
Secrétaire – il y a un peu de retard dans les rendez-vous.

25 octobre 14:00
Médecin – le rein est quasiment réparé, vous avez toujours mal ?
Médecin – si vous voulez reprendre le travail doucement c’est possible.
Médecin – on se revoit dans un an pour un contrôle.

3 novembre 7:00
Collègues – tiens un revenant !
DRH – oui vous pouvez vous aménager un temps partiel avec vos jours de congés restants, nous on ne sait pas mettre en place un temps partiel thérapeutique ici.

1er décembre 10:00
(nouveau) DRH – vous n’avez pas fait une visite de reprise ? Comment se fait-il que vous n’ayez pas obtenu un temps partiel ?

12 décembre 14:30
Médecin du travail – vous ne vous êtes pas raté, dites donc, toujours mal ?
Médecin du travail – vous devriez rester à temps partiel encore un peu.

23 janvier 09:00
Intestins – grrrrr… pffff…grrrrr… pffff…

Généraliste – toujours mal ! Plus qu’avant ? Ce n’est pas normal. Je vais vous faire faire une coloscopie. Un temps partiel, non ce n’est plus possible, vous avez repris à plein temps.
Généraliste – en attendant je confirme la consolidation de votre blessure.
Généraliste – bon d’accord, avec séquelles.

3 février 17:00
DRH – vous allez prendre rendez-vous avec un rhumatologue pour une expertise médicale.
DRH – comment ça un urologue ? Non un rhumatologue.
DRH – une fracture du rein vous dites ? Ce n’est pas un os ? C’est quoi ? Un organe vous dites…
DRH – je vais voir.

7 février 16:45
Secrétaire – le médecin a un peu de retard.

7 février 19:00
Intestins – grrrrr… pffff…grrrrr… pffff…

Gastro entérologue – qu’est-ce qui vous arrive ? Un coloscopie, comme ça ? On va faire des examens préliminaires, je n’ai pas envie d’aggraver les choses.
Gastro entérologue – vous allez me faire prise de sang, analyse d’urines, copro-culture, échographie, radios du bassin, de la colonne…

8 février 10:00
Secrétaire – les ordonnances sont au nom de votre fils ? pas de problème je vais prévenir le médecin de corriger ça, il revient le 21…

Intestins – grrrrr… pffff…grrrrr… pffff…

24 février 18:00
Intestins – grrrrr… pffff…grrrrr… pffff…

Analyses – hématocrites pas bons, hématocites pas bon, sang dans les urines, pas bon…

27 février 17:00
DRH – Nous n’avons pas d’expert urologue, on prend un généraliste ?

3 mars 08:00
Radiologue – ben qu’est-ce qui vous arrive encore ?
Vessie – au secours !
Échographe – bzzzzz, sploch, bzzzzz
Vessie – ahhhhh !
Radiographie – brrrrr, flash, brrrr, flash, flash, flash, flash, Fukushima !

3 mars 11:30
Rapport écho – RAZ
Rapport radio – RAZ
Fion (à ne pas confondre avec le Fillon, bien que) – youpi ! Les jolies colo de vacances, merci maman, merci papa…

20 mars 08:00
Épouse – tu as une tique dans le dos
Nouveau généraliste – elle est vilaine votre tique
Prescription – antibiotiques pour un mois
Nouveau généraliste – vous avez encore mal des suites de votre chute ?
Prescription – patch antidouleur
Petit corps douillet – Ahhhhhh !

21 mars 17:30
Secrétaire médicale – Il y a un peu de retard
Lecture du Grand N’Importe Quoi

21 mars 19h00
Gastro entérologue – Je reviens, un patient vient de faire un malaise

21 mars 19h30
Gastro entérologue – rien sur l’écho, rien sur la radio et ces patchs vous font du bien ? Ben c’est sans doute musculaire alors, on ne va pas faire de colo dans ce cas là d’accord ?

28 mars 17h25
Secrétaire médicale – passez en salle d’attente monsieur.
Salle d’attente – vide !

28 mars 17h30
Expert médical mandaté par l’employeur – donc une chute de vélo, une fracture du rein stade 3, vous avez encore mal ?
Petit corps douillet – oui un peu…
Expert médical mandaté par l’employeur – allongez-vous sur le dos. Vous avez mal là ?
Petit corps douillet – Aille !
Expert médical mandaté par l’employeur – et là quand je fais ça ?
Petit corps douillet – Rhhhaaaaaa !
Expert médical mandaté par l’employeur – la douleur vient du dos, rien de grave, allez voir un bon ostéopathe il va vous arranger ça.

3 avril 10:45
Ostéopathe – fracture du rein, pas possible ?
Ostéopathe – en effet, vous êtes bien crispé, je vais essayer de manipuler tout ça.
Petit corps douillet – Rhhhaaaaaa !

3 avril 12:00
Ostéopathe – bon ça suffira pour aujourd’hui.
Petit corps douillet – oui !
Ostéopathe – on se revoit le 24.
Petit corps douillet – Ha ?

To be continued…

La bosse du gros orteil

Août 2014
J’ai une bosse au gros orteil.

Septembre 2014
– Moi : Bonjour docteur, j’ai une bosse au gros orteil.
– Généraliste : Une bosse au gros orteil, et alors ?
– Moi : Ben ça fait mal.
– Généraliste : Ca fait mal ? Montrez alors…

– Généraliste : Curieux, jamais vu ça.
– Moi : Et ?
– Généraliste : On dirait une boule de graisse, mais c’est peut-être osseux, c’est arrivé comment ?
– Moi : Tout seul.
– Généraliste : Ha… Bon on va faire une radio et une échographie.

Octobre 2014
– Moi : Bonjour docteur, j’ai une bosse au gros orteil.
– Radiologue : Une bosse au gros orteil ? Montrez voir.

– Radiologue : Ben ça alors, Jeanine vient voir !
– Jeanine : Oui ?
– Radiologue : Regardes, le monsieur a une bosse sur son gros orteil !
– Jeanine : Ho c’est dingue ça, jamais vu ça !
– Radiologue : Moi non plus, c’est fou hein ?
– Moi : Dites…
– Radiologue : Ha oui, bon ben on fait une radio et une écho.

– Radiologue : Jamais vu un truc pareil, c’est osseux, un kyste osseux, peut-être lié à un problème articulaire, parce que sinon je ne vois pas.
– Moi : Et ?
– Radiologue : Faudrait consulter un rhumatologue pour ça.

Octobre 2014 
– Moi : Bonjour docteur, je reviens pour ma bosse sur le gros orteil.
– Généraliste : Et ?
– Moi : Ben vous avez eu l’écho et la radio ?
– Généraliste : Oui.
– Moi : Et ?
– Généraliste : Je n’ai jamais vu ça.
– Moi : Ah… Le radiologue parlait d’aller consulter un rhumatologue.
– Généraliste : Non, je vais vous envoyer chez un chirurgien orthopédiste pour vous faire enlever ce kyste.
– Moi : Ouille, bon ok.

Décembre 2014 
– Moi : Bonjour docteur, j’ai une bosse au gros orteil.
– Chirurgien : Et quel rapport avec moi ?
– Moi : Il s’agirait d’un kyste osseux.
– Chirurgien : Ok montrez moi ça.

– Chirurgien : Hé Paul, viens voir ce truc, le monsieur a un kyste au gros orteil.
– Paul : Marrant, jamais vu un truc pareil.
– Chirurgien : Moi non plus.
– Assistante : Montrez voir.
– Moi : Mais.
– Assistante : C’est dingue !
– Paul : Fendard.
– Chirurgien : Bon oui. Et qu’est-ce que je peux pour vous ?
– Moi : Mon médecin voudrait que l’on procède à une ablation.
– Chirurgien : Hou là. Moi j’opère pas ça comme ça. On va faire une IRM.
– Moi : Une IRM, mais j’ai déjà les radios et l’écho.
– Chirurgien : On ne voit rien dessus.
– Moi : Bon, ok.

Février 2015 
– Moi : Bonjour docteur, j’ai une bosse au gros orteil.
– Radiologue : Montrez voir ?

– Radiologue : Jamais vu un truc pareil de ma carrière.
– Radiologue : Franck, viens voir !
– Franck : C’est quoi ?
– Radiologue : On dirait un kyste osseux.
– Franck : Dingue ça !
– Radiologue : Une photo pour mon Facebook ?
– Moi : Dites ?
– Radiologue : Oui, ok, l’IRM.
… … …
– Radiologue : Voila c’est fait.
– Moi : Et ?
– Radiologue : J’envoie les résultats au chirurgien, il vous contactera.

Mars 2015 

– Moi : Aille.

Avril 2015 

– Moi : Aille.

Mai 2015 
– Moi : Aille.
– Moi : Allo docteur, j’appelle pour ma bosse sur le gros orteil.
– Chirurgien : Ah oui la bosse sur le gros orteil.
– Moi : Et…
– Chirurgien : Je n’opère pas ça, au revoir.

Mai 2015 
– Moi : Bonjour docteur, j’ai une bosse au gros orteil.
– Généraliste : Ah oui, la fameuse bosse, vous n’avez pas été opéré ?
– Moi : Ben non.
– Généraliste : Et ça fait mal ?
– Moi : Oui, ça fait un an que je marche en pantoufles, même cet hiver, je ne peux pas mettre de chaussures.
– Généraliste : Si le chirurgien ne veux pas opérer je ne peux rien pour vous.
– Moi : Un rhumatologue comme le conseillait le radiologue l’an passé ?
– Généraliste : Si vous voulez mais ça ne servira à rien.

Juin 2015 
– Moi : Bonjour docteur, j’ai une bosse au gros orteil.
– Rhumatologue : Montrez voir.

– Rhumatologue : Effectivement, c’est curieux, je n’ai jamais vu ça. Il faudrait l’enlever.
– Moi : Oui mais le chirurgien refuse de m’opérer.
– Rhumatologue : C’est qui le chirurgien ?
– Moi : Chirurgien.
– Rhumatologue : Chirurgien, c’est normal, ce n’est pas sa spécialité, il n’opère que les kystes sur l’os.
– Moi : Mais c’est un kyste osseux ?
– Rhumatologue : Oui, mais pas sur l’os. Il faudrait consulter un nouveau chirurgien.
– Moi : Oui mais lequel ?
– Rhumatologue : Je ne sais pas.
– Moi : Alors je fais quoi ?
– Rhumatologue : Je vais vous prescrire des séances de kinésithérapie pour écraser le kyste.
– Moi : Ecraser le kyste ?
– Rhumatologue – Oui, ça peut marcher.
– Moi : Ho putain !

Juillet 2015 
– Moi : Bonjour, j’ai une bosse au gros orteil.
– Kinésithérapeute : Bonjour, montre-voir.

– Kinésithérapeute : Ma femme a eu la même chose, faut l’écraser, ça fait mal, mais ça soulage.
– Moi : Ouille…

Août 2015 
– Moi : Ouille…

Septembre 2015 (premier anniversaire) 
– Moi : Ouille…

Octobre 2015 
– Moi : Ouille…

Novembre 2015 
– Moi : Ouille…

Décembre 2015 
– Kinésithérapeute : Ben voila, tu peux mettre des chaussures maintenant.
– Moi : Oui ça tombe bien, l’hiver arrive.
– Kinésithérapeute : Bon le kyste est toujours là mais tu as moins mal non ?
– Moi : Oui, ça fait du bien.
– Kinésithérapeute : Surtout ne te fais pas opérer, ils risquent de faire plus de casse que de bien. Au pire tu reviendras pour que l’on recommence un peu.
– Moi : Oui… Ouille…

Janvier 2016 
Généraliste : Alors ce kyste au pied ?
Moi : Ben il est toujours là.
Généraliste : Il fait mal ?
Moi : Non.
Généraliste : Il faudrait l’opérer quand même.
Moi : Heu… on peut attendre un peu ?

Septembre 2016 (second anniversaire) 
J’ai une bosse au gros orteil mais depuis je me suis fracturé le rein, alors je m’en fou.