La horde

Image

Combien de lecteurs ont quitté la trace, abandonné la horde, sont morts de désespoir ou d’épuisement en tournant les pages ?

La Horde du Contrevent, même si ce n’est pas un pavé, ne se lit pas en quelques heures. Sept cent pages à rebours, qu’il faut affronter vent de face, avec ses accalmies parfois longues et ses furvents palpitants. La force de Alain Damasio tient au récit morcelé conté par les vingt-un membres de l’expédition. Chacun s’exprimant avec un style et un vocabulaire propre, tout particulièrement Caracole, Golgoth et Erg. Le récit commençant par un furvent, démarre le vent en poupe et le lecteur se dit qu’il aura bientôt avalé le roman, peut-être même avant la fin de la nuit. Puis la tempête se calme, l’histoire s’enlise, l’envie s’essouffle jusqu’a une rencontre avec des Fréoles.

Au fil des chapitres, le lecteur découvre les protagonistes, Steppe, Oroshi et les autres, leurs rêves, leurs souffrances, leurs faiblesses, il découvre également un univers fantastique, un monde où le vent souffle tout le temps, un monde avec ses chrones étranges, magiques, un monde fait de vif. Au bout du voyage, la horde espère trouver l’Extrême-Amont, la source du vent, le Valhalla des hordeurs, mais aucune horde avant celle-ci, la trente quatrième, ne l’aurait jamais atteint. Des décennies de marche contre le vent, des morts, sur les pas des autres voyageurs jusqu’au jour où ils foulent une terre inexplorée.

Faut-il lire la Horde du Contrevent malgré ses longueurs ? Oui, pas de doute, il s’agit d’une oeuvre majeure du fantastique. Soyez tout de même équipé pour ce long voyage, prévoyez d’autres romans pour la marche, j’ai pris près d’une demie année pour le terminer.

Des BDs par millier

Image

A Noël, j’ai reçu de nombreuses BDs, de très nombreuses BDs.

C’est un cadeau sympa à offrir une BD, car une fois qu’elle a été lue par la personne qui reçoit le cadeau, vous pouvez l’emprunter à votre tour. Un conseil, offrez les BDs que vous avez envie de lire, si elles sont super, vous les achèterez, si elles vous déçoivent, elles ne traîneront pas chez vous.

Il y avait deux Jour J, Apocalypse sur le Texas et Napoléon Washington, trois Valérian sous forme d’une compilation, la n° 3, La Galerie des Gaffes, Dans la combi de Thomas Pesquet, Game Of Crowns et La horde du Contrevent.

Pour être tout à fait honnête, les Jour J étaient pour mon épouse, mais j’en ai profité pour lire Apocalypse sur le Texas, le second viendra sous peu. Les Valérian, c’est pour compléter ma collection, je les ai tous lus mais je les relis toujours avec plaisir. La Galerie des Gaffes, compilations d’hommages à Franquin, c’est un cadeau de mon petit dernier qui rêvait de le lire. Dedans il y a du bon et du moins bon, des graphismes divers et avariés, quelques gags sympas et de très beaux hommages. Games Of Crowns est un pastiche d’une série bien connue dont je vais enfin regarder la saison 7. Rien d’extraordinaire.. Dans la Combi de Thomas Pesquet, c’est un cadeau de ma femme qui sait que son mari à toujours la tête dans les étoiles et La horde du contrevent vient de mon aîné qui aime lancer une série à la maison, sachant bien que je la poursuivrai si elle me plait.

Je sais bien que tout le monde râle contre Thomas Pesquet, le pseudo spationaute sur-médiatisé. Pour ma part j’ai adoré ses photographies prises à bord de l’ISS, chaque jour j’allais sur son compte Flickr et j’admirai la Terre vu de l’espace. Je me suis même offert le numéro de Reporters Sans Frontières consacré à ses images. La BD de Marion Montaigne est fabuleuse, une énorme rigolade éducative sur l’aventure spatiale de notre français et qui remet quelques idées en place sur ce qu’est une EVA par exemple ou comment faire caca en apesanteur. C’est une sorte d’étoffe des Héros façon BD corrosive. Je vous la recommande chaudement.

Je ne connaissais La Horde du Contrevent que de nom, le livre pourtant célèbre d’Alain Damasio. Pour ceux qui ne connaîtraient pas, l’histoire se situe sur une planète où les vents soufflent très très très fort en quasi permanence. Un groupe de personne, la Horde, pendant des années, remonte le vent, pour en trouver la source. J’ai commencé par la BD. Une mise ne images ambitieuse étant donné l’univers et la narration très particulière. Damasio a développé tout un vocabulaire autour du vent, inventé cette horde et son organisation destinée à lutter contre son flux rageur et mis en place tout un univers cohérent. La BD rend étonnant bien ce monde et l’histoire de cette horde. Il ne se passe pas grand chose dans ce premier tome, mais le monde et les interactions des membres de la horde suffisent largement à occuper la lecture. Mon aîné a bien choisi, je lirai la suite.