Daktari

A l’heure où des imbéciles heureux posent sur Facebook avec leur trophées de chasse, je me suis dit qu’un safari s’imposait. L’Afrique est trop loin et il y fait trop chaud. Les zoos sont des lieux sordides, surpeuplés, où les animaux dépriment. Entre les deux, il y a le parc animalier de Ste Croix en Lorraine. Un vaste espace dans lequel, des animaux, principalement originaires d’Europe, disposent de vastes enclos, et les humains, principalement venus de Lorraine, disposent de grandes allées ombragées.

Depuis quelques temps, je nourrissais l’idée de me lancer dans ce safari photographique à une heure trente de chez moi. Équipé d’un 70-300 mm et d’un 500 mm, nous partîmes en famille, à la rencontre de faune sauvage parquée en Lorraine. Rien de très exotique, mais pour profiter du soleil printanier et s’exercer à la photo animalière, le lieux me semblait adapté et agréable. Ours, loups, cerfs, bisons, ratons laveurs, renards, lynx, cigognes, vautours, oies, sangliers, moutons, maki kata, pandas roux, humains, le parc de 120 hectares recèle plus de 1500 animaux et 100 espèces. Comptez six heures pour l’explorer en totalité et assister à quelques nourrissages pour approcher au plus près les animaux.

La journée fut chaude pour un début avril, 25°C, et le public nombreux, mais le site est assez vaste pour que l’on ne se marche pas sur les pieds. Des photographes du dimanche comme moi,  avec une débauche de matériel scandaleuse n’étaient pas rare non plus, même si j’ai découvert plus tard que le parc organise des journées spéciales pour les chausseurs d’images.

Une petite partie des photos que j’ai faites sont ici, sur Flickr. Rien de bien extraordinaire, mais un bon exercice d’utilisation du Samyang 500 sans pied, l’objectif dont je me suis servi assez souvent au cours de la journée. J’ai raté de Lynx, le pélican attrapant un poisson au vol, le renard sous son rocher et bien d’autres. Je suis assez content des ours s’ébattant dans l’eau, photo prise à travers une vitre au 500 mm. Pour les Maki kata, l’exercice était trop facile, ils sont à deux mètres de vous, vous regardent, se prélassent, aucun mérite, mais “ils sont trop mignons” (disait la petite fille avant de se faire sauter dessus).