Pourquoi lire une critique ?

Image

En voila une bonne question. Lorsque vous lisez différentes critiques d’un même album, vous découvrez, le plus souvent,  autant d’avis divergents que d’articles. Passé la rapide introduction souvent issue de la fiche promotionnelle, chacun y va de ses scuds sur la musique et ses morceaux. Il y a les inconditionnels, “c’est dieu donc c’est bon”, les lèche burnes, “on ne va pas dire de mal quand même”, les ni ni, “c’est bien mais bof” et les méchants détracteurs, “j’ai pas eu la promo en CD alors prend ça dans la poire”. Il arrive aussi qu’une œuvre fasse la quasi unanimité, mais c’est l’exception qui confirme la règle.

Alors à quoi sert-elle cette critique ? Tout d’abord à parler de l’artiste et de l’album, ce que l’on appelle de la pub déguisée. Une chronique n’a pas besoin d’être positive pour servir les artistes. Bonne ou mauvaise, c’est toujours de la pub. Le label se réjouira de voir la polémique enfler, il n’y a que les musiciens qui pourraient faire la gueule. Certains le prennent très bien, saluant l’écoute, discutant de quelques détails, notant les remarques comme points d’amélioration pour la suite. D’autre vous rentrent dedans, sont méprisants, voir agressifs. Ceux-là sont rares.

Mais le lecteur, face à ces avis divergents, comment réagit il ? Il pourra tout d’abord penser que le chroniqueur est un gros con qui n’a rien compris à l’essence de la musique (parfois c’est vrai), il pourra comprendre également que plusieurs écoles s’opposent, pro contre anti, ancienne contre avant garde, classique contre crossover, canterbury contre jazz fusion. Ces contradictions lui donneront sans doute envie d’en savoir plus et il se forgera sa propre opinion en écoutant l’album.

De l’autre côté du miroir, la chronique sert à parler de musique, à explorer de nouveaux horizons, groupes, artistes. Elle est le reflet d’un moment, car aucun avis n’est définitif en musique. Il y a quelques années je ne pouvais écouter du jazz fusion ou du sludge. L’oreille s’éduque et les goûts changent également. Un album cérébral pourra sembler inaudible au cour des premières écoutes et génial quelques mois plus tard.

L’objectivité du chroniqueur est un autre débat que j’ai déjà abordé. Je ne suis pas objectif. Un album, fait de bouts de ficelle avec une production à deux balles, pourra me toucher infiniment plus qu’une grosse machine enregistrée à Abbey Road avec une liste d’invités prestigieux longue comme mon bras. La nouveauté, la fraicheur, l’envie, autant de critères qui peuvent faire la différence. Combien de fois me suis-je ennuyé en regardant jouer des célébrités qui se produisent comme ils pointeraient à l’usine alors que des amateurs, montant sur scène une fois par an, mettaient le feu à mon âme malgré le son pourri de la salle et les maladresses de l’inexpérience. Pour les albums, c’est un peu la même chose.

Alors pourquoi lire des critiques ? Elle ne sont pas objectives, divergent d’un magazine à l’autre, sont des pubs à bas coût pour les labels, regorgent d’erreurs, de fautes d’orthographe et de grammaire et servent d’exutoire à des gars névrosés, franchement… Déjà, pour occuper les longues heures oisives passées au bureau quand le chef a le dos tourné. Ensuite pour pouvoir réagir à vif avec un commentaire sur Facebook : “bande de cons, vous ne connaissez rien à ce groupe !”. Peut-être aussi pour confronter plusieurs avis avant de vous décider à acheter un album.

Nous recevons de temps en temps des mots d’encouragement de nos lecteurs : “Merci, vous me faites découvrir de nouveaux groupes toutes les semaines.”. Si la chronique permet effectivement cela, c’est qu’elle est encore utile, objective ou pas. Si nous arrivons à vous donner envie d’aller vers de nouveaux artistes, albums, styles musicaux, nous servons à quelque chose et en plus de ça, nous, nous faisons souvent plaisir.

Marshall

Gallery

This gallery contains 4 photos.

Le temps était toujours gris malgré la chaleur étouffante. Qu’importe, lundi viendrait l’Apocalypse. Alors plutôt que de mourir sur le plancher des vaches j’embarquais à bord du Star One, direction les étoiles, emportant qu’un bouquin de Thomas Mann pour les longues soirées … Continue reading

Tri sélectif

Image

Vous aussi vous avez une poubelle jaune, verte et bleue et un composteur au fond du jardin ? Moi aussi, mais sur mon disque dur… Car sachez-le, entre ce qui arrive à l’oreille des chroniqueurs de Neoprog n’est que le sommet de l’iceberg de ce qui inonde ma boite au lettres. Chaque semaine je dois me lancer dans le tri sélectif impitoyable. Pour se faire, fort heureusement, je dispose de plusieurs poubelles. La première c’est la bleue, celle qui contient le non recyclable. Dedans je jette pelle mêle le rap, hip hop, la pop, la wave, le dubstep, le punk, bref tout ce qui ne rentre pas vraiment dans notre ligne éditoriale, des fois il y a de très bons albums, mais je n’ai franchement pas le temps de m’attarder dessus. La verte, c’est pour les bouteilles en verre, 1664, Meteor, Kronenbourg, Pelforth,  bref le metal tatoué de tout poil, le black, death, trash, heavy, sludge, doom… Tout n’est pas forcément recyclable, il faut bien lire l’étiquette ou goûter prudemment, des fois le contenu soit périmé depuis longtemps. Dans la jaune, on retrouve les emballages mixtes, papier, métal, aussi nommés métal progressif, alternatif, indie, atmosphérique. Le genre de chose qui se valorise parfois, attention toutefois de ne pas y mettre de papier gras. Enfin, au fond du jardin, il y a le composteur, un grand bac sombre dont le contenu me servira de terreau pour faire pousser de belles chroniques dans le potager Neoprog.

Mais avant de jeter dans telle ou telle conteneur, il faut lire l’étiquette. Et méfions nous des appellations non contrôlées, les labels et artistes prennent un malin plaisir un noyer le poisson. Le mot “prog” est vendu à toutes les sauces, étrange d’ailleurs, car ce n’est pas lui qui remplit les salles. Un “metal expérimental alternatif progressif”, je le mets où ? Bonne question, dans le cas présent, il va falloir goûter la marchandise pour savoir. Pour certain, c’est facile, passé la première minute de Rhoooooooooooooooo Rhoooooooooooooo Arrrrrrrrrrrrrg Boum Boum Boum, la poubelle bleue s’impose. Des fois il faut aller plus loin, nettement plus loin, et là on commence à hésiter, jaune, verte, compost ?

Après un premier tri purement littéraire à grande échelle, je passe au tri sonore, qui va de quelques secondes à un titre jusque l’album en entier. Quand je tergiverse trop longtemps, cela part au compost, tant que ce n’est pas toxique, c’est bon pour le sol. Parfois hélas, le composteur déborde et un second tri s’impose. Car les chroniqueurs eux même font leur tri sélectif. Certains aventureux se jettent sur les appellations non contrôlées, des emballages improbables, exotiques et pimentés, d’autres ne se servent que dans les emballages de multinationales Danone, Nestlé… histoire de ne pas avoir de surprise dans les saveurs. Pour ma part, je ramasse souvent les restes, c’est ça d’être le patron, mais rassurez-vous, il y a de très bons restes.

Quand on y réfléchit bien, il est terrible de traiter ainsi des albums, de lancer un jugement rapide, arbitraire et définitif sur le travail de musiciens, de jeter de la musique qui mériterait sans doute plus d’attention. Mais il y en a tellement. Que faire ? Il faut juste espérer que d’autres webzines parleront de ces groupes, de ces musiciens et de ces sorties.

Aujourd’hui, la boite était inondée de sollicitations diverses et avariées avec également de nombreux trésors. Le tri a été long, impitoyable et pourtant il me reste six élus qui pourraient devenir les chroniques de demain, en fonction des envies de l’équipe et du temps disponible. J’ai retenu, Leprous, The Tangent, Kal-El, Impure Wilhemina, Buttered Bacon Buiscuit et Erudite Stoner. Ceux qui n’ont pas passé le stade de cette première sélection étaient soit trop métal, soit trop trop métal, soit vraiment trop, mais vraiment trop métal.

Billet au vitriol

Image

Dans le tout petit monde des amateurs de rock progressif, un fort pourcentage joue d’un ou plusieurs instruments. Gratter six cordes, tapoter la caisse claire ou appuyer sur des touches noires et blanches ne fait pas forcément d’eux des musiciens, encore moins des compositeurs. Pourtant, dans ce microcosme, naissent quasi quotidiennement nombre de groupes, projets de plus ou moins bonne facture. Et ce qui est beau, c’est que, ces isolés du monde de la musique dite commerciale, quasi parias des salles de concerts et des labels, ces amateurs éclairés du kraut, space, psyché, prog, fusion, RIO, se serrent les coudes. Une communauté de l’anneau avec ses dissensions internes mais qui fait front pour défendre coûte que coûte l’oeuvre d’un des leurs. Malheur à vous si vous osez un commentaire négatif sur l’un des pères fondateurs de leur ordre, les grands anciens sont intouchables, et soyez maudis si vous touchez au fin duvet de leurs descendants, même s’il n’ont pas l’ombre du centième du talent des dinosaures disparus.

Le progueux passionné et musicien est souvent également chroniqueur ou organisateur d’événements (attention je suis dans la liste là…). Parfois en manque d’expression artistique, il tisse peu à peu sa toile, apprend les ficelles du business, enrichit son carnet d’adresses et grattouille aux heures perdues (sauvé j’ai les doigts gourds). Un jour, son travail de fond atteint la masse critique, il faut alors faire pleurer la muse. Une cuisine, un Cubase, un ampli, une guitare, un clavier, une boite à rythmes et la composition commence. La partition à peine esquissée, il se lance dans un financement participatif pour recueillir les milliers d’euros nécessaires au studio et au pressage. S’il connaît quelques musiciens talentueux, il les convie à son projet, histoire d’avoir un nom ou deux à mettre sur la pochette. Une bonne campagne Facebook, de la retape à droite à gauche, et le voila parti pour l’enregistrement de son premier CD. Tsoin tsoin ! Le rêve devient réalité.

Dans le tout petit monde des amateurs de rock progressif, il subsiste un faible pourcentage de personnes qui ne jouent pas, ne chroniquent pas, n’organisent rien. Ces personnes écoutent de la musique, en achète, participent à des crowdfunding pour soutenir les artistes en herbe et groupes non professionnels mais talentueux. Ces petites gens du progressif, sans ambition créatrice, se saignent parfois aux quatre veines pour soutenir la musique qu’ils aiment, préférant financer la production amateur au dépend des mastodontes internationaux. Ils sont derrière ces artistes émergents, les bons et les tous les autres. Car il ne faut pas l’oublier, parmi les progueux qui grattouillent le weekend, il existe de vrais talents (ben oui ce serait trop simple), qui, s’ils disposaient d’un label et d’un peu de notoriété, pourraient sans doute prétendre à autre chose qu’un tirage à 500 exemplaires de leur nouvel album. Hélas il y a trop, beaucoup trop d’imposteurs dans ce micro univers. Trop de pseudos artistes en mal de reconnaissance (comme moi avec mon blog) qui commettent l’irréparable album qui n’aurait jamais du sortir du disque dur.

Moins de quantité, plus de qualité. Internet à ouvert les vannes à un flot permanent de bruit duquel surgit parfois une belle surprise. Il n’est pas souvent aisé de trier le bon grain de l’ivraie lorsque l’on lit les webzines. Des chroniques dithyrambiques relatives à des albums très médiocres fleurissent hélas régulièrement. Copinage, manque de goût, crainte de représailles, serrement de coude, aveuglement ? Quand ni technique ni inspiration ni production ne sont au rendez-vous, le progueux musicien en mal de reconnaissance inflige aux membres de sa communauté une bien vilaine punition. Les amateurs en mal de musique auront dépensé leurs économies pour assouvir l’ego d’un gratteux en mal de reconnaissance aux dépends d’artistes méconnus et talentueux qui se ruinent pour sortir leur prochain album.

Nous vous méprenez pas sur mon propos. Il n’est aucunement en prise avec une quelconque actualité, ni lié à un obscur règlement de compte. Il s’agit d’un constat, d’un cri d’alarme même. Avec l’avènement d’Internet et du numérique, n’importe qui ou presque, peut à moindre frais, se prendre pour un artiste (tiens je devrais vendre mes photos, je me sens l’âme d’un pro tout à coup). Hélas le talent est rare et précieux, alors trêve de copinage, de lobbying, posons un regard lucide sur la musique, encourageons les talents et ne dispersons pas notre effort. Tous les goûts sont dans la nature, mais il y a des limites.

Remplissez les salles

Image

Après le Bataclan le 13 novembre 2015, c’était au tour du Manchester Arena d’être visé hier soir. Des victimes innocentes, venues écouter de la musique, venues profiter de la vie.

L’ennemi n’a qu’un objectif semer la terreur, inciter à fermer sa porte à double tour, à ne plus sortir de chez soi, à renoncer aux terrasses des cafés, à la musique, au plaisir.

La seule réponse qui ait un sens à mon avis, face à cette violence, c’est d’agir à l’opposé de ce que nous dicte la peur: sortir, aller aux concerts plus que jamais, prouver que nous n’avons pas peur de ces actes barbares mais isolés et que la vie doit continuer, qu’une minorité violente n’imposera pas son dictât au reste du monde.

Alors je vous invite à sortir ce Weekend, aller à des concerts, boire en terrasse des cafés, profiter de la vie, du soleil, de la musique. Pour ma part je serai Chez Paulette vendredi pour écouter Franck Carducci, et vous ?

Le billet facile

Gallery

This gallery contains 6 photos.

Lorsque l’on a pas grand chose à raconter, il suffit de parler des prochains albums qui arriveront à la maison, bref des nouvelles commandes. Parce que là, sincèrement, entre la reprise du travail, le développement des photos de Rome qui … Continue reading