Photo mattons – La composition – 1

Image

Parlons photographie. C’est un peu prétentieux de ma part de vouloir apprendre quelques rudiments de photographie à mes lecteurs adorés considérant mon propre niveau en la matière, toutefois, quelques conseils de base ne font jamais de mal, surtout lorsque l’on débute.

Une photo c’est avant tout une composition réussie. C’est bête, mais un sujet mal cadré et la photo n’interpellera personne. Pourtant, en suivant quelques règles de base très simples, vous allez donner du peps à vos images.

La règle du tiers est la plus basique. Imaginez que votre image soit découpée en 9 cases, comme celle-ci :

L’idée est de placer le sujet de votre photographie à l’intersection de deux lignes blanches, dans un des tiers de l’image. Car votre regard se pose tout d’abord sur ces emplacements. Votre image aura d’autant plus d’impact que le sujet principal est bien placé. La plupart des appareils photo proposent l’affichage d’une grille pour vous aider. N’hésitez pas à l’afficher sur l’écran ou dans le viseur, au moins pour vos premiers pas.

Centrer le sujet est également un grand classique, peut-être trop justement, si vous voulez vous démarquer des autres photographes (mais vous n’en êtes sans doute pas encore là si vous lisez ceci). Par contre, ne vous loupez pas, centrez au centre.

Votre cadrage ne sera jamais parfait rassurez-vous, à moins de prendre beaucoup de temps, de travailler avec un pied photo et d’avoir le compas dans l’œil. Mais il vous est possible de “tricher”. Après avoir fait la photographie, vous pouvez la recadrer, une fonction souvent présente dans les appareils photos, téléphones portables, logiciels comme paint.net, Photoshop, Lightroom et compagnie, nous y reviendrons dans un prochain article. Recadrez, changez de format, et votre image gagnera en impact.

Si vous avez déjà fait des photographies de paysages, vous les avez sans doute trouvé plates après les avoir réalisées. Un horizon, même avec de belles montagnes, un coucher de soleil même avec de belles couleurs, peut manquer d’un petit quelque chose pour devenir une belle image.

Pour le paysage, trouvez un premier plan, un truc sujet devant ce que vous voulez photographier, de préférence joli, par un caca de chien et votre photographie sera transfigurée. Regardez la différence sur la photo ci dessus.

Une autre technique consiste à encadrer le sujet, avec des arbres par exemple, c’est tout bête, mais ça change tout. Votre paysage semble soudain plus vivant, il gagne une troisième dimension.

Vous pouvez aussi jouer avec les lignes de fuite, la perspective, les diagonales et les cadrages atypiques réfléchis. 

La prochaine fois que vous ferez une photo avec votre téléphone portable, votre hybride ou votre reflex, essayez donc ces quelques techniques simples, elles changent une image.

Que choisir ?

Vous êtes photographe, bardé d’objectifs et de boîtiers et vous avez le même problème que moi, que choisir. Un bon reflex avec son grip et un 300 mm, ça pèse son poids et c’est encombrant. Comment optimiser ses activités de loisir et photographiques sans emporter une maison sur son dos ?

Impossible de tout transporter, c’est trop lourd et trop encombrant, il faut donc faire des choix.

En vacances

Lorsque je suis en mode touriste, je ne prends qu’un boitier sans grip avec à 18-140 mm. Une solution passe partout, légère et très polyvalente. Il arrive parfois qu’une plus grande focale soit nécessaire, mais dans ces cas là, j’essaye de m’approcher le plus possible du sujet. Le photographe en promenade a tendance à fatiguer sa petite famille avec ses perpétuels changements d’objectifs, pauses photo, nettoyage etc. Une promenade reste une promenade et c’est d’abord avec les yeux que l’on mémorise les paysages alors je voyage léger. Mais des fois je regrette de ne pas avoir emporté mon sac.

Pour une fête de famille, même équipement, je suis d’abord là pour profiter de la fête et si à l’occasion je peux faire quelques jolies photos, tant mieux.

Le portrait

Pour du portrait, je voyage léger également, un 35 et un 85 mm, rien de plus, mais jusqu’à présent, je n’ai guère eu l’occasion de m’exercer à cette technique photo.

 

Astronomie

Pour l’astronomie, le package s’alourdit notablement, pied photo, fish-eye, 70-300 mm, 500 mm et déclencheur sans fil. Le fish-eye me sert pour photographier la voûte céleste en pause longue, le 70-300 mm pour des conjonctions planète-lune, le 500 mm pour des photos lunaires (je n’ai pas encore essayé la photo planétaire avec).

La photo animalière

La photo animalière s’apparente beaucoup à l’astronomie, le fish-eye en moins et le sac à dos en plus.

Les concerts

Pour les concerts, tout dépend de la salle et de l’accréditation. iPhone si je ne suis pas autorisé à photographier, et sinon deux boîtiers cette fois. Pourquoi deux boîtiers? Pour ne pas avoir à changer d’optique dans le feu de l’action. Pour les optiques, le plus souvent je prends le 35 mm, le 85 mm, le 18-140 mm et le 70-300 mm. Cela fait beaucoup je sais. Le 35 mm permet de photographier la scène en entier, le 85 mm de se concentrer sur les artistes individuellement, le 18-140 mm de faire la même chose avec un seul objectif mais moins de lumière et le 70-300 mm d’aller chercher les visages et le batteur.

 

Le sport

Pour les compétitions sportives, l’équipement est le même que pour les concerts, avec parfois le fish-eye en plus qui permet de faire des photos surprenantes. Pour le tennis de table, je privilégie le 35 et le 85 mm, des optiques lumineuses avec un bon piqué qui me permettent de monter au 400 ième voir plus et saisir l’instant.

Conclusion

Au final, j’utilise beaucoup le 18-140 mm et le 85 mm. Le fish-eye comme le 35 mm sortent rarement de leur étui même si en quelques rares occasions je suis content de les avoir sous la main, le 500 mm est utilisé régulièrement mais uniquement pour des sujets particuliers, oiseaux et lune, et depuis que je l’ai, le 70-300 mm sert nettement moins.