A table !

Image

Depuis quelques mois, je suis sur la route toute la sainte journée. Sur la route signifie bien entendu des kilomètres, des litres de super sans plomb, du café, des péages d’autoroute mais également des étapes gastronomiques. Enfin gastronomiques, comprenons nous bien, avec 15.25 € de défraiement par repas, j’évite les bonnes adresses du Guide Michelin. De toute façon, là où nous nous rendons, il n’y a souvent guère le choix et nous ne disposons pas de beaucoup de temps pour un gueuleton.

Toutefois, après plusieurs heures passées sous une pluie battante à effectuer des relevés topographiques, un repas chaud, même frustre, est toujours le bienvenu. J’ai tout d’abord ricané quand mes collègues m’ont présentés leur collection de cartes de restaurants, avec les sites se trouvant à proximité et quelques annotations du genre : bon, rapide, pas cher, sympa… Maintenant je comprends mieux. Un déplacement se prépare, contact avec les personnes à rencontrer, réservation de la voiture, paperasse administrative, matériel en embarquer (jumelles laser, trépied, ordinateur, appareil photo, guides techniques, bloc note, crayon, GPS, Tomtom, téléphone portable, table de camping, piquets, parasol, masse, tournevis, thermos de café, bottes en caoutchouc), itinéraire, optimisation des visites et repas.

Dans nos adresses, il y a des auberges, des cafés, des restaurants, des gargotes, des boui-boui, des boulangeries, des salons de thé. Il y a surtout ce que l’on trouve à proximité de nos sites de mesure, car en Meuse profonde, Vosges nuageuses, Jura montagneux, des fois, c’est un peu le désert. Pourtant, perdu au milieu de nulle part, nous trouvons presque toujours notre bonheur, menu unique avec entrée, plat principal, dessert, vin, fromage, café et le coup de gnole pour 13 €, le bisou en prime. Rassurez-vous pour le vin et le coup de gnole, je décline l’offre à chaque fois, pour le bisou du patron, patron barbu, avec un couvre-chef, impossible de refuser. Une fois nous sommes tombés à Ville sur une boulangerie restaurant avec un plat du jour et un café gourmand à se damner. La digestion fut longue… Nous avons également très mal mangé dans un restaurant administratif géré par la Sodexo (plat dessert, café en sus) dans le département de Saône-et-Loire pour un tarif exorbitant et un café infect. Le soir nous nous sommes rattrapé avec un excellent foi gras maison et un petit maconnais de derrière les fagots dans la belle cité de Paray-le -Monial.

Nous envisageons de publier le Guide Météo des restaurants, un ouvrage gastronomique où seraient référencés les bonnes adresses à proximité de notre réseau de mesure, une collaboration nationale prenant en compte les critères suivants :

  • tarifs inférieurs à 15.25 € TTC
  • un repas convenable
  • une distance au site inférieure à 10 km
  • un service rapide
  • un café digne de ce nom
  • une ouverture en semaine