Killing Eve

Eve est une asiatique à la crinière brune. Eve travaille pour le MI5. Eve est une coriace, intuitive et entêtée. 

Chargée d’assurer la sécurité d’une femme, elle se retrouve embarquée dans une enquête sur une tueuse psychopathe.

Killing Eve est une série de 2018 en huit épisodes qui nous entraîne de Londres à Moscou en passant par Paris à la poursuite de cette femme qui laisse quelques cadavres sur son chemin. 

Le charme de cette première saison tient plus aux personnages truculents qu’à l’intrigue elle-même. L’intrigue se résume en une chasse à l’homme, où la proie est une tueuse à gages à moins que les chasseurs ne soient en fait la cible. En toile de fond il y a ces énigmatiques Douze qui tirent les ficelles des contrats. Mais il y a surtout le lien étrange qui se tisse entre Eve et la tueuse, un lien de plus en plus ambiguë au fil des épisodes.

Sandra Ho qui incarne Eve et Kim Bodnia qui joue le rôle de l’agent russe Konstantin crèvent l’écran. Jodie Corner qui endosse l’habit de la tueuse a eu plus de mal à me convaincre lors des premiers épisodes tant son personnage est étrange, mais lorsqu’elle commence à accumuler les déboires, elle gagne en humanité.

Si la saison une est excellente, je ne suis pas certain qu’une seconde saison ait lieu d’être car tout ou presque a été dit et fait en huit épisodes. Alors je vais m’arrêter là pour rester sur une bonne impression.

Matouchka, petite mère Russie

Le blog a à peine deux jours que déjà les commentaires pleuvent du ciel, la gloire ? Non le spam. Le web 2.0 inventé en 2003 a ouvert la porte à l’interactivité de sites jusque là très statiques mais a également créé des brèches gigantesques et faciles à exploiter pour tous les emmerdeurs de la terre.

 

Voici le premier commentaire débile associé à des liens très bondages que je ne ferai pas figurer ici :

Credo che lei abbia sbagliato. Sono sicuro. Sono in grado di provarlo. Scrivere a me in PM, parlare.

Le texte est en italien, mais ne nous y trompons pas, le serveur est en Russie. Merci ducon, tu auras été le premier d’une longue série.