The end is near

Image

“Un jour, Dieu imposa à Noé une tâche singulière. Il lui ordonna de construire une arche qui eût les dimensions d’un navire, mais la forme d’une caisse gigantesque. Le bateau devait comporter trois étages divisés en compartiments. Ces pièces seraient pour les occupants de l’arche et pour les provisions.”

Pendant ce temps, au pays de Kangourous, le vieux flic un peu maboule parcourait la route de la pluie pour voler un chant aux chamans. Kevin se mourrait une nouvelle fois pour passer de l’autre côté du monde et rechercher des enfants sans chaussures, Nora rentrait dans une machine infernale ouvrant un passage vers une autre réalité, et Laurie plongeait dans l’océan pour mettre fin à ses jours.

La saison finale de The Leftovers parle du septième anniversaire de la disparition, de la fin du monde, de la mort, du désir d’en finir avec la vie. Les six derniers épisodes de la saison se déroulent en Australie. Matt se meurt d’un cancer, la Bible trouve une suite dans les tribulations du shérif de Garden, les Kevin sont noyés par une folle, les antalgiques pour chiens endorment les humains, les traversées entre la Tanzanie et Melbourne finissent en partouze et le président des Etats-Unis doit tuer son jumeau qui lui-même doit l’assassiner.

Une troisième saison complètement barrée, au rythme lent, où toute la vérité sera faite sur les disparus. Une série qui s’achève réellement, par un long monologue de Nora après avoir sauvé une chèvre piégée par des colliers de perles.

Je vais pouvoir passer à la saison 7 de The Games Of Thrones puis la saison 3 de Broadchurch et juis suis bien tenté par la saison 1 de The Orville Mais d’abord, j’ai un gros bouquin à lire, 2312 de Kim Stanley Robinson.

 

Les laissés pour compte

Le 14 octobre, 2% de la population disparaît brutalement. Le conducteur s’évapore alors qu’il était au volant de sa voiture, le siège bébé est soudain vide, l’épouse découvre sa table de cuisine désertée. Personne ne sait ce qui s’est passé, aucune début d’explication. Ils ont disparu. Et puis, il y a les autres, ceux qui sont restés, qui doivent vivre avec cette perte, ce deuil sans corps à mettre en terre si ce ne sont des fac-similés en latex.

Trois ans plus tard, à Mapleton, dans une petite ville américaine, la mairesse prépare la cérémonie du souvenir…

Le personnage central de la série est le chef de la police Kevin Garvey dont le père, l’ancien chef, est interné à l’hôpital psychiatrique du coin. Il entend des voix et est un peu violent certains jours. La femme du chef, elle, a rejoint une secte d’illuminés qui ne parlent pas, s’habillent de blanc et fument. Dans Mapleton, il y a le pasteur, l’enquêtrice, la fille de Kevin, le mystérieux tueur de chien, la mairesse, la copine squatteuse et des ados aux jeux débiles, des personnages que chaque épisode met en scène d’étonnante manière, nous racontant comment ils vivent la disparition.

La série date de 2014, et je n’en suis qu’à la saison une. Il y a en a trois, et je pense que l’on va aller jusqu’au bout. Des scènes trash, un humour décalé, une bourgade américaine avec ses habitants qui se connaissent tous, un chef de police pas très net dans sa tête et la disparition du 14 octobre comme trame de fond. De quoi alimenter de nombreux épisodes intrigants.