De quel manière j’écoute de la musique

J’écoute beaucoup de musique. Je dis bien écouter et non entendre, car dès qu’il y a de la musique, quelle qu’elle soit, mon cerveau ne peut s’empêcher d’écouter. La musique est présente tout au long de ma journée, de différentes manières, sous différentes formes.

Il y a tout d’abord la musique zapping streaming. Je ne suis pas abonné à des plateformes de streaming qui exploitent les artistes. Apple Music, Deezer, Spotify, non merci. Le streaming c’est pour moi une poignée de secondes sur Youtube, Haulix ou Bandcamp pour juger de la pertinence de tel ou tel groupe ou album. Du travail en vérité. Car les promotions arrivent, venant de tous les horizons musicaux et il faut faire le tri entre le grain et l’ivraie avant de télécharger le matériel proposé.

Toujours en streaming, vient la musique découverte, lorsqu’un confrère recommande chaudement un disque. Le plus souvent ce sont plusieurs minutes consacrées à l’écoute attentive de quelques titres encore une fois sur YouTube ou Bandcamp.

Le streaming prend fin ici car je n’aime pas le streaming. Arrive la musique en boite de conserve. Je veux parler de mp3 promotionnel stocké dans mon smartphone afin de faire des choix pour la prochaine chronique. Un zapping plus approfondi, casque sur les oreilles pour ne pas rendre fous mes proches voisins.

Vient la musique chronique, celle que je vais écouter en boucle des heures durant. Elle commence souvent en boite de conserve, dans les transports, en ville et pendant ma pause déjeuner au travail. Elle se poursuit avec un ouvre boite, partant de l’ordinateur, elle se dépixellise dans le DAC, s’amplifie dans le Marantz et explose dans les Triangles. Elle se poursuit souvent en immersion dans le casque pour une exploration approfondie.

Il y a la musique atmosphère, celle qui m’accompagne pendant la lecture, le ménage, la cuisine, le développement de photos, la rédaction finale d’une chronique ou d’un billet de blog, une musique facile et connue qui donne un rythme à mon travail sans trop solliciter mon oreille.

Vient la meilleure musique, la plus rare aussi, la musique plaisir, celle que je m’offre souvent les dimanches pluvieux ou les jours de canicule. Cette musique se joue exclusivement sur chaîne hi-fi, à partir d’un CD ou bien d’un vinyle. Le plus souvent il s’agit d’un disque de la discothèque idéale ou des dernières acquisitions. Une écoute religieuse, assis dans le canapé avec le livret ou debout en mode air guitar selon l’humeur.

Il y a également la musique vivante, celle qui se fait de plus en plus rare. Une musique exigeante puisqu’elle demande ne nombreux kilomètres de voiture et souvent une nuit courte suivie de sa punition céphalée. Les concerts au son incertain, à la performance aléatoire et qui donnent un autre éclairage sur la version propre que propose celle de l’album studio. Parfois ce sont des concerts curiosité, parfois des concerts travail et plus rarement des concerts plaisir encore qu’il arrive qu’un live couvre les trois domaines en une soirée.

La musique jouée dans les pièces de la maison sollicite également beaucoup mes oreilles, le piano quart de queue qui s’entend jusque dans le jardin, le piano numérique dont seul le martèlement des touches résonne dans les couloirs, le violoncelle qui habille de ses basses vibrantes le plancher de l’étage.

Il ne faut pas oublier la musique pollution, celle du voisin, celle de l’attente téléphonique, celle de l’ascenseur, celle du restaurant, celle des voitures passant devant la maison fenêtres ouvertes. Cette musique là est insupportable mais je n’arrive pas à l’en extraire.

Enfin, plus rare, il y a la musique voiture, celle que j’écoute sur de longs trajets. La radio avec France-Musique si la programmation me plaît, sinon une fréquence au hasard, et quand il n’y a rien, je branche le smartphone pour m’accompagner sur la route.

En écrivant ces mots j’écoute une musique zapping devenue plaisir et atmosphère, un album écouté et réécouté, chroniqué, devenu un classique de la discothèque idéale, Satur9 & Indigo de My Arrival. Comme quoi la musique peut avoir plusieurs destins.

Une course éperdue en avant

Image

Des milliers d’albums, vinyles, compact disques, fichiers mp3, Alac, Waw, dorment dans les étagères et l’ordinateur de la maison.

Chaque jour qui passe voit son lot de nouveaux arrivants. La collection enfle démesurément, une croissance quasi exponentielle.

De purs chefs d’œuvres délaissés faute de temps pour les écouter. A quoi bon cette course effrénée en avant ?

Et si j’arrêtais le temps, me posais dans le salon, et dégustais une de ces merveilles qui chavira mon âme, me fit verser des larmes ?

Je pense avoir largement de quoi passer une centaine de jours et de nuits ininterrompus à n’écouter que du rock progressif.

Parfois je ressors mon iPod où se cachent mes artistes préférés, je m’installe dans le canapé, au coucher du soleil, une bière dans la main, et j’écoute religieusement quelques morceaux arrivant au hasard, replongeant dans ces émotions toujours aussi puissantes. Lorsque je dispose de plus de temps, je pose un vinyle ou glisse un CD, façon vieux con nostalgique, m’immergeant dans un concept album devenu aujourd’hui référence.

Il y a tant de musique à écouter que je me demande parfois pourquoi courir après les nouveautés, et puis je tombe sur un bijou, original, encore confidentiel qui pourrait devenir le classique de demain, un album qui fait battre mon cœur malgré toutes les années et les titres écoutés, alors je recommence, je scrute les sorties, dans l’espoir de découvrir une nouvelle perle rare et j’oublie les milliers d’albums sublimes qui dorment sous mon toit.

Garre au vinyle

La mode du vinyle est de retour. Bleu, blanc, rouge, vert, translucide, gris et même parfois noir, ils se déclinent à nouveau sous toutes les couleurs.

Mais pourquoi revenir à ces galettes croustillantes et encombrantes à l’ère du numérique ?  Une réaction au mp3 castrateur de fréquences ? La nostalgie des manges disques ? Ou simplement le plaisir de l’objet ?

Ce qui est certain c’est que l’audiophilie est de retour avec les défenseurs de l’analogique, des amplis à tubes, du coaxial et du 33 tours. Je ne vais pas rentrer dans le débat cherchant à déterminer qui du CD ou du vinyle possède la restitution la plus fidèle. Ce qui est par contre incontestable, c’est que les deux supports ne restituent pas la musique de la même manière.

Mais mon propos n’est pas là. Surfant sur cette mode, de nombreux labels et artistes proposent des éditions vinyles et de plus en plus de CDs se calent sur les 45 minutes réglementaires d’un 33 tours.

Mon propos est de parler de la qualité de ces galettes nouvellement pressées. La demande est en pleine explosion et l’offre bien inférieure. Presser un vinyle correctement nécessite un grand tirage pour atteindre une qualité de produit acceptable, certains disent même qu’il faut jeter les 1000 premiers exemplaires. Bien entendu, les artistes indépendants que je côtoie et qui rêvent d’avoir leur galette, ne vendent généralement pas la moitié de ce nombre de disques. D’où un problème, une grande partie des pressages actuels sont de piètre qualité, certains sont même exécrables. Du coup est-ce que cela vaut vraiment la peine d’en acheter ? L’objet est souvent beau, encore que les artistes font de plus en plus d’efforts aujourd’hui pour proposer des digipacks attractifs avec de beaux livrets. Mais le son est-il toujours à la hauteur d’un CD ? Pour ma part j’achète le vinyle pour l’objet mais je double la commande du CD quand celui-ci n’est pas inclus avec. Du coup la facture est douloureuse, mais quand on aime…

Le meilleur pressage que j’ai à la maison date de 1973, Dark Side Of The Moon de Pink Floyd. Un autre qui tient bien la route, même s’il ne peut se comparer au précédent. Il date de 2016, Transcendence de Devin Townsend. Le pire que j’ai en stock, date de la même année, Unprecedented de Marcela Bovio. Pourtant le CD est sublime, croyez-moi. J’ai même demandé à ce que l’on m’envoie un nouvel exemplaire tant le son du 33 tours était atroce . Peine perdue, le second était hélas comme le premier, épouvantable.

Alors faut-il encore acheter des vinyles à petit tirage ? A vous de voir.