Photo mattons – Lumières et emplacement – 2

Image

Au sommet de la cathédrale de Strasbourg

Une bonne photographie c’est également être au bon endroit au bon moment.

Lumières du soleil sur les immeubles

En fonction du moment de la journée, de la saison, les lumières diffèrent énormément. A midi, en été, vous aurez des lumières dures et peu d’ombre alors qu’à l’automne, au coucher du soleil (l’heure dorée), vous aurez un éclairage doux et des longues ombres.

Nuages au dessus d’un champ

Jouez avec le ciel. Un ciel nuageux est souvent préférable à un grand bleu. Utilisez les ombres, les contres-jours, les clairs obscurs. Vous pourrez toujours tricher un peu en post production, mais si, dès la prise d’image, vous obtenez le rendu désiré, c’est encore mieux.

Avant post traitement
Après post traitement

Lorsque que vous photographiez, avant de sortir le gros zoom, essayez de vous rapprocher du sujet, la qualité de votre photo n’en sera que meilleure. Déplacez-vous, changez d’angle. N’hésitez pas à prendre de la hauteur ou à vous allonger par terre pour changer de point de vue sur le sujet, soyez créatif, après oui, c’est un peu la honte de vous rouler par terre pour faire une photo, surtout quand le sol est boueux, mais ça fait pro…

Je vous l’accorde, se rapprocher de la Lune, c’est compliqué

Une photo peu se penser, se préparer. Repérez les lieux à l’avance, revenez même à plusieurs reprises si vous le pouvez pour varier les prises de vues avec des lumières différentes. Bien entendu, pour des photos de vacances, vous serez à un endroit donné, pas forcément à l’heure voulue et sans possibilité de revenir, à moins de casser les pieds de ceux qui vous accompagnent. Il vous faudra donc improviser et être rapide. Je vous conseille d’emmener un objectif passe partout  genre 18-140 mm même si la qualité des photographies s’en ressentira forcément.

La doublure

Image

Au jeu de celui qui possède la plus longue, je suis le plus fort. Cela cacherait-il un besoin de compensation docteur ? Après avoir cassé ma tirelire pour un Nikkor 200-500 mm à 5.6, je me suis lancé dans la photographie des oiseaux qui vivent au bord du Rhin. Tenue de camouflage, bottes, monopod, siège pliable (cadeau de Noël), me voila déguisé en parfait pêcheur, sauf qu’en guise de canne, je trimbale un gros objectif très lourd. Mais même déguisé ainsi, je ne suis pas un hobbit et les volatiles me voient arriver à des kilomètres. Salle bêtes… Quand je suis sur le point de shooter, elles s’envolent, taquines les bestioles. Alors je me suis dit, si je ne peux pas me rapprocher, je peux peut-être ajouter une loupe sur l’objectif. Cela s’appelle un doubleur de focale, ça coûte un bras et vous fait perdre deux diaphragmes. Pour tester la chose, j’ai choisi la version du pauvre, un Kenko Teleplus MC4. Evidemment à ce prix là, la compatibilité avec la gamme Nikkor est très partielle, par exemple vous perdez l’autofocus et la stabilisation sur la majorité des objectifs. Mais le 200-500 mm, devient un 400-1000 mm à f 11, c’est à dire en réalité un 1400 mm vu que mon Nikon n’est pas un plein format. Mettre le Kenko sur un Nikkor 200-500 mm, c’est un peu gâcher de la belle optique et revenir à la mise au point manuelle avec ma vue défaillante. C’est retrouver les galères du Samyang (1 photo correcte pour 10 ratées). Mais ça marche. Evidemment, la lumière vient à manquer (f 11 pensez-vous), il faut tenir l’ensemble avec souplesse car sans stabilisateur, une focale de 1400 mm ça donne le mal de fleuve. Le temps capricieux ne m’a pas beaucoup permis d’essayer le tandem pour l’instant mais je compte bien le tester également avec la lune et le boudoir de ma voisine.