Pain of Salvation – Be

Teeshirt : Lacrimas Profundere – Hope Is Here (2016)

Je pensais jusqu’à peu posséder toute la discographie de Pain of Salvation. En réalité, il me manquait leur chef d’œuvre absolu, le concept album Be. J’ai son excellente édition live mais pas l’album studio. 

En passant chez mon disquaire préféré, je suis tombé sur la réédition vinyle de l’album de 2004. Il trônait juste à côté du premier Transatlantic et du dernier live de Marillion. Autant vous dire que je suis reparti les bras chargés et la carte bleue allégée. Je ne vous parlerai que de Be, les deux autres disques ne possèdent à mon avis qu’un intérêt anecdotique en comparaison. 

Pochette à deux volets noirs avec Pain of Salvation écrit en blanc et un Be quasi invisible cerclé de noir, l’artwork se révèle des plus classiques avec les paroles sur une feuille volante et deux vinyles 180 grammes. La merveille se trouve dans la musique et la fabuleuse production de cet album.

Be est un concept album enregistré en compagnie d’un orchestre  qui ajoute violons, altos, violoncelles, flûte, clarinette, tuba et grandes orgues au quintet de Pain of Salvation.

Des dialogues, des messages à dieu, un orgasme (faux d’après Daniel), des bruitages et les instruments acoustiques rencontrent le metal progressif du groupe. Du metal progressif, en fait pas vraiment. Il y a  surtout du rock, du blues, du gospel, du folk faisant de Be un album à part dans la discographie de Pain of Salvation.

Vous entendrez donc du folk dans ‘Imago’, du classique cinématique instrumental dans ‘Pluvius Aestivus’, le génial ‘Nauticus’, des messages à dieu dans ‘Vocari Dei’, du metal progressif dans ‘Diffidentia’, une messe dans ‘Omni’ et un solo de batterie mémorable dans ‘Nauticus II’.

Bon, maintenant qu’est-ce qui justifie le fait que je considère Be comme un des meilleurs concepts albums de tous les temps ? Il y a la voix de Daniel bien évidemment, qui en studio comme en live est incroyable. Il y a également cette histoire qui défile entre vos oreilles, le choix des instruments où le piano tient une belle place. Il y a encore cette liberté stylistique, quitte à déplaire à certains, qui est une des marques de fabrique de Pain of Salvation. Enfin il y a ces deux concepts imbriqués, l’homme se prenant pour dieu et l’idée que tous les mythes de création du monde possèdent un schéma similaire.

Be est un magnifique album et sa réédition lui rend encore plus honneur. Indispensable si vous ne l’aviez pas encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.