Carnage photo

Image

D’ordinaire, le week-end je procrastine. Une vidéo, quelques développements photo, une série ou deux, des articles pour le blog, un peu de jardinage, bref je me repose de la semaine.

Mais samedi 18 juin j’avais au programme une exposition photo, la gay pride à Strasbourg (non non je n’ai pas fait mon coming out, je voulais, comme l’an passé couvrir l’événement), un concert avec Petter Carlsen chez Paulette, un concert avec Out5ide à Bendfeld et j’étais réquisitionné pour photographier un tournoi de tennis de table. 

Oui, tout ça dans une même journée. Il fallait faire des choix.

Bon en m’organisant un peu, je pouvais faire le tournoi jusqu’à 13h, passer à l’expo photo, suivre la gay pride jusque 16h, retourner au tournois jusqu’à 18h, partir pour Pagney-derrière-Barine et arriver à temps pour le concert de Petter. Tendu mais jouable.

Pour le 18, les prévisions de températures maximales se situaient entre 38 et 40 degrés Celsius, un temps idéal pour faire des kilomètres en voiture, s’enfermer dans une salle de concert ou rester pendant douze heures dans un gymnase à trimbaler quelques kilos de matériel photo.

Cerise sur le gâteau, je tombais malade deux jours avant la canicule. 

Lorsque nous sommes rentrés de vacances le samedi d’avant, notre grand resté à la maison à garder le chat, arroser les salades et manger des pizzas est tombé malade. Mal de gorge, nez bouché, toux et température. Vous savez les trucs qu’on choppe en hiver. Deux jours plus tard, et malgré moultes précautions, masque, désinfection, limitation des contacts au minimum, mon épouse était contaminée et logiquement, deux jours après c’est moi qui tombait malade.

Acte manqué ? Possible…

Toujours est-il que le planning compétition, expo, gay pride concert n’était plus envisageable dans mon état. Surtout avec la paranoïa autour du COVID-19 même avec des tests négatifs. Oui on a tendance à l’oublier mais la messe n’est pas dite pour cette saloperie. Vous savez, quand vous avez une quinte de toux dans les transports en commun et que tout le monde s’éloigne de vous.

Le jeudi, j’ai quitté le travail à midi, dormi jusque 15h, fait un auto-test, dormi encore deux grosses heures, oubliant de me nourrir, un gros coup de pompe après une semaine de sieste corse. Une grosse crève quoi.

Le vendredi, migraineux et pas plus gaillard que la veille après une nuit à compter toutes les heures entre deux rêves psychédéliques, j’annonçais mon risque de défection élevé à mes rendez-vous du samedi. Entre deux siestes, je nettoyais quand même capteurs et optiques du matériel photo au cas où. 

Le samedi, guère plus vaillant, je me suis rendu aux aurores au gymnase avec mon barda, prêt à en découdre avec les pongistes. J’avais briqué mes optiques, soigné mes réglages, chargé les batteries de secours, rempli ma bouteille d’eau glaciale et sélectionné avec amour le matériel.

Sur place, c’est la chargée de com de la ligue qui gérait les photographes, en l’occurrence moi, ex membre du club et une maman de joueur. « Vous prenez des photos des joueurs, vous les retouchez sur votre PC et ensuite vous me les donnez sur une clé USB pour que je puisse les mettre en ligne en temps quasi réel sur Flickr. »

Bonjour madame. Alors, 1, je n’ai pas de PC portable mais un Mac avec un écran 27 pouces qui ne sort pas de la maison pour des raisons évidentes, 2, je photographie toujours en mode natif, RAW vous connaissez, j’ai besoin de Lightroom pour développer mes clichés ce qui prend plusieurs minutes par image, 3, j’aime bien prendre mon temps avec les images.

« Oui mais il me faut les images tout de suite pour les poster sur les réseaux sociaux et les commenter en temps réel. »

Damned ! Me voilà condamné à laisser le Nikon faire du JPG tout seul, en qualité basique parce que mes images sont trop lentes à uploader sur Internet. Je change tous mes réglages à l’arrache, soupire et m’exécute. Cadrage approximatif, balance des blancs aléatoire, couleurs pâlottes, bruit mal traité, le microprocesseur du Nikon fait de son mieux mais il n’y a pas de miracle et pour moi chaque photo est un aveux d’échec. Je fais de la merde.

Bon d’accord, je sors d’une migraine, je suis malade et il fait trente-huit degrés à l’ombre. C’est l’enfer ! Les photos s’affichent sur Flickr en temps réel et c’est très très moche.

On nous demande de cibler quelques joueurs pour les sponsors, de cadrer les bannières des associations, de photographier les officiels au vin d’honneur, bref de faire la com visuelle sous censure. Le pied !

Lorsque je donne ma carte SD pour la vider de ces innommables JPG, on me fait remarquer que je ne suis guère productif. Et la dame, non contente, supprime des images potentiellement belles. Ben oui, désolé, je prends le temps de l’image, je jette ce qui ne me plaît pas et je recommence jusqu’à avoir obtenu ce que je cherchais à capturer.

Ma collègue qui photographie toujours de cette manière et retouche avec Photos de Windows est nettement plus réactive. Cadrage centré, re taillage quasiment carré, correction auto avec le curseur et le tour est joué. Elle a le coup de main et s’en sort avec les honneurs.

Moi prétentieux photographe amateur du dimanche, je refuse de jouer à ça, et puis je n’ai pas de PC alors… Alors mes images passent à la corbeille, trop d’ombre, cadrage atypique et que sais-je encore. Bon après je comprends l’objectif de l’opération, je n’ai aucune raison de lui en vouloir. Elle voulait des photos au fil de l’eau pour alimenter les réseaux sociaux, pas forcément des ‘belles‘ photos. Par contre on ne m’y reprendra pas. Il n’y a aucun plaisir à travailler comme ça, même pour rendre service.

A la place j’aurais pu écouter Petter Carlsen et qui sait réaliser de belles photos de concert au lieu de griller deux jours dans un gymnase à produire du JPG qualité Facebook.

Le fort

Image

Sur le chemin des Vosges, un panneau Fort de Mutzig m’a toujours interpellé sans que je ne me décide à suivre ses indications. Après près de trente années d’hésitations, je me suis enfin décidé un samedi ensoleillé pour cette destination inconnue.

L’Alsace regorge de fortifications, châteaux du XXII, restaurations de l’Empereur Frederic II, forteresses Vauban, forts de la guerre de 1870 et la ligne Maginot, un vaste patrimoine militaire que j’aime visiter même si je déteste toutes les manifestations guerrière. Mon épouse dit que j’aime le minéral.

Je suis donc parti pour 20 km de voiture, en direction de la vallée de Mutzig puis j’ai tourné à droite pour grimper le piémont vosgien, une grimpette bucolique qui mène au fort de Mutzig, le Feste Kaiser Wilhem II.

Je m’attendais à un petit fort comme celui situé au sud de Strasbourg, mais la dame, à la billetterie, m’a mis en garde. « Il y a deux kilomètres de marche monsieur, des centaines de marches, il fait 16 degrés à l’intérieur, prenez vos précautions avant de rentrer, il n’y a pas de toilettes à l’intérieur et ne marchez pas dans l’herbe haute, il y a des tiques. Un billet adulte ? ». Ben oui, pas troisième age… J’a l’air si vieux que ça ? 

Le fort a été bâti par les allemands sur une période allant de 1893 à 1916. Il a abrité jusque 7000 hommes sur des 254 hectares et il s’agit du plus vaste ensemble fortifié de la première guerre mondiale, enfin c’est du moins ce qui est marqué dans le prospectus que l’on vous donne à l’entrée.

Et en effet, après m’être enfoncé de quelques marches dans la fraîcheur de la pierre et du béton, je me suis retrouvé, presque seul, dans d’immenses galeries étroites et obscures.

Évidemment, je n’étais pas venu vraiment seul, le Nikon était de sortie comme souvent en promenade. Avec un temps de pause au 20eme de seconde sans pied, une ouverture à f 2.8, je montais quand même à 4000 ISO pour saisir les tunnels creusés 40 mètres sous terre. L’exercice photographique était extrême, chercher la lumière là où il n’y en a pas, ne pas bouger et essayer de dégager de la profondeur de champ à f 2.8. 

Par chance, les rares visiteurs passaient rapidement et je pouvais rester longtemps dans les galeries, allongé sur le métal froid, l’appareil posé au sol, l’objectif braqué vers une ampoule à incandescence, entre les moteurs du groupe électrogène à trouver le meilleur angle de vue, des minutes devant un engrenage géant ou en tenant le boîtier à bout de bras pour capturer l’intérieur d’un canon.

Les couloirs sont vraiment incroyables mais ce qui m’a le plus impressionné ce sont les quatre ou cinq énormes générateurs et son tableau de commande au look définitivement steampunk. J’ai passé une bonne demi-heure dans cette pièce à essayer de trouver la bonne image et capturer des détails de la machinerie d’un autre age.

Les dortoirs et l’hôpital militaire m’ont ramenés à des jeux de horror survival à la première personne, des décors dignes de Resident Evil. Je croyais à des visuels glauques imaginés par les concepteurs de jeux, j’ai découvert qu’ils s’étaient en réalité bien inspirés d’images d’archives.

Lorsque je suis ressorti à l’air libre, la lumière, les couleurs éclatantes de la végétation et le bleu du ciel m’ont ébloui. Que la nature est belle même si, de ci de là, une tourelle, un canon, des tranchées barraient le paysage. C’est là que j’ai rencontré un des bénévoles du site qui m’a raconté son histoire, un ancien militaire, qui 40 ans plus tôt, s’était lancé avec d’autres passionnés dans la réhabilitation de cet immense site.

Il faudra que je retourne au fort de Mutzig, avec cette fois un pied photo pour de plus longues pauses avec plus de profondeur de champ et peut-être un grand angle pour quelques pièces difficiles à saisir au 24 mm. Le lieu n’est pas très éloigné de Strasbourg, l’entrée ne coûte que douze euros, l’essentiel est de bien de penser à soulager sa vessie avant d’entreprendre l’exploration périlleuse des galeries car les latrines du bunker ne sont pas utilisables.

Trois jours, trois boitiers

Image

A quoi sert-il de posséder plusieurs boîtiers de photo, sinon se la jouer devant d’autres photographes ? A part dans de rares occasions où il est bien pratique de passer d’un objectif à l’autre sans avoir démonter l’optique du boîtier en très peu de temps comme lors des concerts, à rien ou presque.

Cependant le week-end dernier, j’ai réussi à utiliser trois boitiers en trois jours.

Le vendredi, je suis allé au centre ville de Strasbourg avec le Z6 II histoire de faire quelques photographies. Mes p as m’ont rapidement conduit au sommet de la cathédrale qui offre une vue incroyable sur les toits de la ville. 

Pourquoi avec le Z6 II ? Parce que dessus j’ai un objectif Z 24-70 ouvert à 2.8 très polyvalent. L’ensemble est assez lourd mais reste encore passe partout, permettant des images de paysages ou de la street photo avec un fabuleux piqué. C’est en redescendant que j’ai trouvé la photo. Une rosace s’ouvrait sur les toits de la ville. Les escaliers sont étroits et les ouvertures fermées par des grilles. Il a fallu glisser l’objectif entre les barreaux, laisser passer les visiteurs qui descendaient, cadrer au petit bonheur. Après quelques essais, j’ai obtenu le résultat souhaité.

Le lendemain, je suis allé découvrir le nouveau skate parc de ma commune. Les jeunes s’y retrouvent avec leurs trottinettes, rollers, vélos et skate pour s’essayer à des figures acrobatiques.

Pour ce genre d’image, l’objectif Tamron 70-200mm à 2.8 est parfaitement adapté. Le Z6 II avec la bague FTZ n’est pas assez réactif avec cette optique, surtout pour l’autofocus et pour les photos de sport je préfère un grand capteur. Alors j’ai ressorti ce bon vieux D810 qui a fait ses preuves en maintes occasions. L’idée était ici de privilégier la vitesse pour capturer les jeunes dans ls airs. Le plus difficile à été de trouver le bon spot et de repérer le plus dégourdi des jeunes. Mon sujet s’est prêté au jeu et après quelques réglages, j’ai obtenu des images tête en bas, pied en l’air, sans bougé, bien exposée et surtout au point, car une cible mobile qui fonce vers vous au 1/850 eme ça n’est pas de la tarte.

Le lendemain, jour du seigneur, je suis parti avec madame pour une promenade bucolique dans le Kochersberg. Le but ici n’était pas de faire de la photographie mais de se dégourdir les jambes, donc pas question d’emporter la grosse artillerie. Cette fois, j’accroche autour du cou un Panasonic Lumix GX9 avec un objectif 12-32 mm rikiki. Un combo qui tient presque dans la poche et réalise d’assez belles images malgré tout. Un bon compromis pour les balades au cas où il y aurait quelques chose à photographier. Et il y a toujours quelque chose qui pourrait faire une belle image, sinon ce ne serait pas une belle promenade. C’est l’Ukraine qui m’a inspiré, le grenier de l’Europe, un champ de colza en fleurs sous un ciel bleu avec quelques nuages. L’atmosphère était relativement humide et il a fallu pas mal de travail pour faire ressortir le ciel de donner du relief au chant. Cela se voit au petit liserée blanc à la limite terre/ciel.

Après, il est toujours possible de partir avec son smartphone trois objectifs. Ca coûte moins cher, ça tient dans la poche, le capteur n’est pas si mal et certains modèles permettent même de photographier en mode natif. N’empêche, j’aime bien trimballer mon gros sac à dos avec ses optiques super lourdes, ça me donne l’impression de faire de la photo.

The H Project

Image

Certains des lecteurs de ce blog doivent savoir que je fais beaucoup de photographie. Paysages, street photos, animaux, astronomie, je m’essaye à tout et à un rien avec plus ou moins de bonheur, photographiant ce qui m’inspire au gré de mes promenades.

Cela donne un catalogue d’images très hétéroclites qui n’ont quasiment qu’un seul point commun, le noir et blanc.

Pour la première fois, je m’impose un thème. Je me lance dans un projet, histoire de voir ce que je suis capable de réaliser. L’objet n’est pas de m’exposer dans une galerie (encore que cela pourrait drôle et désastreux pour mon égo) mais d’essayer d’explorer une thématique sur toute une série de clichés.

Je suis souvent sur la route pour le travail et à chaque fois j’emporte un GX9 dans mes bagages. Le boîtier est peu encombrant et réalise d’assez beaux clichés. Le soir, après une journée chargée, je déambule en ville en solitaire pour capturer des images des rues que je parcoure. J’ai ainsi photographié les vielles maisons de Troyes de nuit, Guingamp le soir, Paris au réveil, la place Stanislas de Nancy etc.

Mais cette fois, en plus des rues que je visite, je vais me pencher sur les hôtels dans lesquels je dors, ces lieux solidaires, souvent bruyants avec leurs sanitaires défectueux et leurs moquettes tachées où j’ai tant de mal à trouver le sommeil. 

Il s’agira probablement d’images en noir et blanc, un style que j’affectionne tout particulièrement et qui convient bien aux ambiances glauques. J’ignore comment je vais procéder, ce que je vais cadrer, un lit défait, une valise ouverte, une douche minuscule, un détail de l’affreuse déco, une enseigne lumineuse ? 

Sorti de Paris et des petites villes de province, les grandes chaînes d’hôtel dominent le marché avec leurs chambres standardisées, même pour la déco. Les vieux hôtels familiaux avec leur chambres rafistolées, leurs couloirs tordus et leurs escaliers improbables ont nettement plus de charme à mon goût. Mais voilà, je ne choisis pas les hôtels où je dors, c’est chaque fois la loterie.

J’ai commencé l’expérience à Langres dans une chaine remise au goût du jour. La seconde étape fut une auberge à Vinkel, et mes photos me conduiront certainement à Besançon, Dijon, Troyes, Reims, Nancy, Metz, Toulouse et sans doute aussi dans des hôtels pour les vacances. J’ignore si tout ça aura un quelconque intérêt photographique mais l’idée du projet me motive, c’est l’essentiel non ?

Studio Line

Image

Mine de rien, enregistrer une vidéo de trois minutes une fois par semaine, cela demande une certaine organisation. 

Tout d’abord il faut écouter de la musique, au moins un album par semaine. Pour être honnête ce n’est pas la partie la plus désagréable du travail maintenant que je ne dirige plus un webzine de rock. En effet, je ne cherche plus à me torturer avec des disques improbables mais plutôt à me faire plaisir. J’écoute brièvement des albums, je jette mon dévolu sur celui qui me fait envie, je l’achète (j’adore acheter un album, même en numérique), puis je l’écoute avec délectation des jours durant sur ma platine, sublimé par mon ampli et des enceintes colones.

Après il faut quand même commencer à travailler, prendre des notes, retranscrire mes impressions, me documenter parfois, mettre tout ça en ordre et préparer le script. Un travail que je fais toujours avec un bloc note et un crayon. Je viens d’ailleurs de terminer un bloc A4 80 feuilles commencé à l’époque de Neoprog avec la chronique d’Osyron et noirci depuis en recto-verso.

Ensuite je retranscris ma prose sur l’ordinateur à l’aide d’un outil de publication partagé, une habitude conservée de l’époque du webzine. Je recherche également des images pour illustrer la vidéo et parfois je vais jusqu’à enregistrer une musique débile sur le clavier MIDI pour amuser la galerie, enfin, ça n’amuse vraiment que moi mais passons…

Vient ensuite la préparation à l’enregistrement. Je transfère la chronique d’internet vers une application sur la tablette de mon épouse. Cette application est un logiciel de prompteur qui me permet de faire défiler le texte devant moi en contrôlant la vitesse avec une télécommande. C’est de cette façon que je teste le texte, le débit et que je corrige le tir avant l’enregistrement. 

L’opération Studio Line peut alors commencer: brossage des dents , rasage de près avec, épilation des oreilles, des narines et des sourcils, nettoyage des lunettes et le coup de brosse de la semaine sur mes quinze millimètres de cheveux. 

Le plus fastidieux débute enfin. Il faut installer l’armature de l’écran vert et bien tendre le tissu. Deux trépieds, deux montants, un bout de chiffon, trois pinces et une grande barre en aluminium pour tendre la toile au sol. Il faut monter puis mettre en place les deux projecteurs LED. Deux trépieds à déployer, deux soufflets à ouvrir à l’aide de huit piquets peu maniables qui se fixent sur les deux LED. Il faut ensuite orienter correctement les projecteurs, brancher l’alimentation, régler leur puissance et souvent revenir vers l’écran vert dont l’éclairage puissant souligne les défauts. 

Ensuite j’installe le tabouret où je vais poser mon séant, bien centré, ni trop loin, ni trop près de l’écran pour profiter du flou de l’ouverture à f 2.8, pour limiter également les ombres portées et surtout les déplacements d’air faisant bouger la toile. 

Vient le tour du premier pied photo qui va supporter l’appareil et le prompteur. A part le centrage et son réglage en hauteur, rien de compliqué. Là ou cela se corse, c’est avec un prompteur à miroir sur lequel se fixe le boitier photo et son objectif 24-70 mm à 2.8. Il faut visser le boitier au rail du prompteur et glisser l’objectif dans le soufflet puis aligner parfaitement tout le monde et régler enfin le zoom sur à peu près 50 mm. Il faut installer la tablette sur le rail du prompteur et réaligner si besoin tout le système. Maintenant il faut brancher le micro cravate au boitier et installer un second pied et son porte smartphone pour supporter le smartphone qui me servira de retour vidéo et de contrôleur à distance de la caméra. Car oui, je n’ai pas de caméraman avec moi.

Les dernières étapes consistent à jumeler en le smartphone avec le boitier photo et la télécommande avec la tablette, allumer le micro, tester la prise de son, d’image, le défilement du prompteur et lancer enfin l’enregistrement qui dure une dizaine de minutes le plus souvent.

Une fois fini, je retire la carte SD de l’appareil photo et descend travailler au montage sur l’ordinateur avec le logiciel de montage. Une étape fastidieuse d’une heure environ maintenant qui s’achève par un fichier .mov de trois à quatre minutes qu’il va falloir importer sur YouTube.

Deux « j’aime » et vingt vues plus tard, la vie de cette vidéo va s’achever dans l’oubli après sept jours de travail. De temps en temps un nouvel abonné rejoint la chaine – quatre depuis le début – et accidentellement, une vidéo dépasse les soixante-dix vues.

Beaucoup de temps passé, beaucoup d’équipements utilisés pour un piètre résultat au final. 

Ce billet aurait pu être sponsorisé par Rega, Bluetooth, Sensodyne, Akai, Nikon, Manfrotto, Menhen, Cullmann, Apple, Scan Disk, Neewer, Gilette, Marrantz, Starblitz, Google, Triangle, Grados, Neeweer, Boya, Ikea, Combar, Rhodia, Osyron,  Garnier, Cambrige, Cullmann et le Crédit Mutuel.

Mais avec vingt vues quotidiennes, ça n’intéresse personne. Ceci dit, pour une fois, la vidéo de Marillion – An Hour Before It’s Dark casse la baraque avec pas loin de 250 vues depuis sa sortie lundi. L’exception qui confirme la règle en fait.

The Green Lantern

Alors oui, j’ai encore changé le visuel des Chroniques en Images au début de l’année. Et oui, quelqu’un à râlé, il faut dire que ce n’est pas très joli (de râler bien sûr). Mais croyez-le où non, ce n’est pas de ma faute, mais bien à cause de toutes ces personnes non vaccinées contre la COVID-19.

Ben oui, avec les nouvelle mesures sanitaires, je dois télé travailler de temps en temps. Et comme je l’ai expliqué mercredi, le télétravail implique une certaine organisation. Du coup, le salon est devenu un bureau et le transformer en studio de youtubeur chaque semaine impliquerait beaucoup de modifications. Alors je me suis installé devant l’écran du vidéo-projecteur, du moins pour deux chroniques, le temps de trouver une autre solution.

La nouvelle solution s’appelle l’écran vert, une technique du cinéma pour filmer dans un décors virtuel. Rien de très compliqué en fait. Les acteurs jouent devant un mur bleu ou vert et au montage vidéo, la couleur est remplacée par une image, une modélisation 3D ou une autre vidéo.

Mais pour se faire j’avais besoin d’un écran vert ou bleu et d’un support pour faire tenir tout le bazar. Par chance, cela se trouve assez facilement sur Internet à petit prix. J’ai trouvé un cadre avec trois écrans (vert, noir et blanc) ainsi que des pinces de fixation pour une cinquantaine d’euros. Certes, encore un achat de plus après les projecteurs, le micro et le prompteur, mais cela reste raisonnable vu l’audience des Chroniques en Images… Heu non en fait.

Peu importe. Le hic, c’est que cela prend beaucoup de place et installer l’écran demande un certain temps. Déjà que la mise en place du prompteur et des projecteurs m’occupaient une bonne demi heure, avec l’écran vert, il me faut maintenant près d’une heure pour mettre en place l’enregistrement.

Du coup, je me suis installé dans la chambre de mon petit dernier qui est parti étudier à l’autre bout de la France et qui ne revient que deux fois par an.

iMovie, le logiciel qui me sert au montage vidéo, n’est pas franchement armé pour la gestion de l’écran vert même s’ils expliquent comment procéder. Une chronique de quatre minutes me prend maintenant une bonne heure de post traitement pour un résultat, disons hasardeux. Et c’est mon ami Cris Luna qui en aura fait les frais, le pauvre, j’espère qu’il ne m’en voudra pas trop, mais je voulais parler très vite de son album The Musical War que j’ai adoré.

Idéalement il ne faut pas de plis sur l’écran, mais je ne suis pas doué pour le repassage et une fois que la toile est bien tendue en haut, c’est une toute autre paire de manches pour qu’elle le soit en bas, surtout avec trois pinces. Alors il existe d’autre solutions que mon machin pas cher comme le Elgato Green Screen ou le un super écran chez Manfrotto mais ça coûte un peu cher quand même.

Maintenant, je mets en fond d’image la pochette de l’album, une photo de musicien, un paysage, bref ce que je veux et je me pose devant, racontant mes inepties pour une dizaine de curieux. C’est vachement fun à faire, je m’éclate ! J’ai l’impression que c’est un peu mieux que la version écran blanc, on va voir vos réactions.

Mais dès le premier jours j’avais déjà 31 vues avec la chronique de Cris Luna, ce qui est un record pour mes chroniques en images. Bon ceci dit j’ai comme l’impression que Chris a partagé la vidéo.

2021 en images

Image

Vous le savez sans doute, la photographie est une de mes grandes passions. Je me promène tout le temps avec un appareil numérique, reflex ou hybride, selon les besoins et les envies. Du coup, je capture beaucoup d’images dont une grande partie s’en va à la poubelle. J’en développe tout de même certaines avec Lightroom et j’en publie quelques unes sur Flickr.

Mais pour moi, la photographie se regarde avant tout sur le papier. Alors une fois par an, je fais imprimer un livre photo A4 de ce que je considère être mes meilleures images de l’année. Il ne s’agit pas forcément de celles qui ont été le plus regardées sur Flickr ou qui plaisent à mes proches, ce sont celles que j’aime le plus.

Depuis six ans je sacrifie à ce petit rituel narcissique qui me permet de m’auto congratuler et d’étudier l’évolution de ma technique et de mon style au fil des ans.

Voici celles que j’ai retenu cette année :

Nous commençons l’année avec un rempart du château du Haut-Koenisgbourg, un jour de janvier alors qu’il était fermé pour travaux. Le ciel semblait prometteur, la neige pas totalement fondue, et j’avais toujours rêver de photographier ce monument sous un manteau blanc. C’était l’occasion d’étrenner le nouveau Nikon Z7 II avec un superbe objectif Sigma 18-35 mm.

Sur la route du retour, je me suis arrêté près de Sélestat pour admirer ces antennes de radiodiffusion devenues inutiles. Des antennes m’intriguaient à chaque fois lorsque je passais en voiture sur l’autoroute.

Plus près de la maison, s’étend le village de Altorf, notre promenade bucolique dans les prés en compagnie des vaches et des chevaux. Ce jour là, un épais manteau blanc recouvrait la nature et mon épouse dessinait des lignes dans la neige. Encore une image avec le Sigma 18-35.

Près du Rhin se trouve la réserve naturelle du Rorhschollen où je joue au chasseur pour capturer des échassiers. La réserve se situe juste à côté d’un barrage, d’une centrale électrique et d’une usine d’incinération. Ce jour là j’allais rentrer bredouille quand la cheminée de l’incinérateur lointain s’est mise à cracher de la fumée noire. Par chance, pour chasser le Piaf, j’avais le 200-500 mm.

Mes pas me conduisent souvent à Strasbourg avec mon appareil. Ce jour là, alors qu’il tombait des cordes dehors, je suis allé du côté de la Petite France, aux Ponts Couverts pour saisir cette perspective. C’était une de mes première sorties avec le Nikkor 24-70 f 2.8.

Encore la campagne d’Altorf et ses prairies inondées que le gel et la neige ont transformé en paysage digne du roman La Fileuse d’Argent. Cet arbre me fascine à chaque fois, mais c’est ma seule belle image de lui pour l’instant.

Ciel de traine sur l’Alsace. Des cumulonimbus roulent dans le ciel avec en arrière plan la forêt noire. La photo n’est pas extraordinaire à mes yeux, mais c’est le genre de paysage que je cherche à réaliser depuis longtemps.

Strasbourg, place de l’Etoile. En attendant le tram qui me ramènera à la maison, je contemple le canal quand un rameur passa devant mon objectif. Cadrage à la volé, réglages au petit bonheur et au finale une image sympathique.

Inutile d’aller très loin pour réussir un cliché. Voici le cour de l’Iliade à Illkirch-Graffenstaden, chez moi, la place où se déroule le marché les mercredi et samedi matin. Ce jour là tout était désert et la perspective intéressante.

Au pied des Vosges, se dresse le village fortifié de Rosheim où se déroule tous les ans un magnifique carnaval. Cette image est prise de la tour nord et ne figurera finalement pas dans l’édition papier. Il faut faire des choix.

Retour à la réserve naturelle du Rohrschollen, là où se dresse la magnifique cheminée qui brûle nos déchets de surconsommation. Cette fois, gros plan sur les transformateurs.

Juste à côté, des oiseaux aquatiques vivent sous les lignes à haute tension, dans la fumée de nos déchets, comme ce cygne qui couve dans son nid.

Il y a la ville aussi, avec ses immeubles laids, ses balcons identiques. Il s’agit du quartier de l’Esplanade à Strasbourg, fait de tours et de barres, de grandes lignes droites.

Le 12 juin 2021, la marche pour les libertés se déroulait dans les rues de Strasbourg malgré la COVID-19. J’ai adoré cette cycliste fuyant la foule et mon objectif.

J’ai retrouvé le cortège sous un porche un peu plus loin, courant devant, passant derrière, me glissant au milieu.

L’été est arrivé, le long d’une voie romaine conduisant au Colorado Alsacien, pas loin de la ville de Bitche.

Souvenir d’une promenade matinale au soleil levant, avant que les hordes de promeneurs n’investissent ce site grandiose.

Non loin de Strasbourg, se trouve la cascade du Nideck à Oberhaslach, une courte grimpette dans les bois et on arrive devant la chute d’eau. Il faut se lever tôt en période de grosse chaleur pour éviter la foule et s’offrir une pause longue, les pieds dans l’eau.

Un de mes rêves, est de réaliser une belle photographie de foudre. Alors, lorsque l’orage menace, je prends la route avec mon matériel, dans l’espoir de trouver le saint graal. Pour l’instant à part m’être trempé et avoir photographié la plaine sous des averses, je n’ai toujours pas réussi mon image d’orage.

Combien de fois ai-je essayé de capturer la cathédrale de Strasbourg ? Je ne sais pas. Ce dernier essai est mon préféré, avec ces caricaturistes qui travaillent pour les touristes devant le monument gothique flamboyant.

Mon petit dernier étudie près de Lyon, alors deux fois par an, il faut effectuer l’aller retour pour le déménager. Cette image a été prise alors que j’errais dans les monts du lyonnais, avant d’aller me coucher à l’hôtel. Preuve que j’ai toujours un appareil avec moi, ici le GX9, parfait pour les voyages.

Le Rhin coule non loin de la maison et ce pont nous relie à l’Allemagne toute proche. Un pont dans le brouillard de l’automne. Une photographie que mon épouse aime beaucoup.

Toujours l’automne, toujours la brume et l’eau, mais cette fois en couleurs, au village de Rhodes, un matin avant d’arriver au parc animalier de Sainte Croix où je me rend en pèlerinage chaque année. J’ai vu ces deux pêcheurs dans une barque non loin de la route. J’ai sorti le Nikon D810 avec un Tamrom 70-200 et j’ai capturé cette scène magnifique.

Ensuite je suis allé voir mes amis les loups, la première étape d’une promenade photographique de six heures dans le parc où l’on trouve toujours des coins de solitude.

Je m’y rends à l’automne, car l’été, trop de visiteurs arpentent les chemins, la chaleur accable les animaux qui se cachent et parce que c’est la saison du brame.

Je me promène souvent dans les Vosges, au Mont Sainte-Odile, où se dressent les ruines de plusieurs vénérables châteaux. Celui-ci se nomme de Dreistein, trois ruines construites à différentes époques qui m’ont données pas mal de fil à retordre pour en capturer l’essence.

Je n’ai pas assisté à beaucoup de concerts en 2021, seulement trois en fait dont deux à Pagney-derrière-Barine. Celui-ci est celui de Monnaie de Singe et de Lazuli. C’est avec les concerts que je me suis remis sérieusement à la photographie, maintenant j’en couvre nettement moins, mais la photo est redevenue une passion que j’avais délaissée avec la fin de l’argentique.

Longtemps j’ai cherché le gros plan sur les artistes. Aujourd’hui je prend aussi du recul lorsque c’est possible, pour saisir le public et toute la scène, à condition que les éclairages vaillent le coup. Ici je trouve que c’est pas mal du tout. Nikon Z7 II avec 24-70mm f 2.8.

Après Monnaie de Singe, Lazuli mettait le feu à la petite salle et lorsque Romain Thorel joue du cors, je ne résiste jamais à immortaliser la scène.

Je suis allé à deux reprises visiter Troyes pour le travail en 2021 et je risque d’y retourner encore. Noël approchait, la ville portait sa parure de fêtes. J’en ai profité pour la visiter de nuit, malgré le froid mordant, une fois encore avec mon GX9 bien pratique.

Le retour se fit de nuit, depuis la gare TGV inhumaine de Champagne-Ardennes, l’occasion d’une photographie en attendant le train.

La neige revient avec l’hiver sur le Mont Sainte-Odile, une belle promenade glacée sur le sentier sud que je n’avais pas parcouru depuis longtemps et qui offre de magnifiques panoramas sur la plaine alsacienne.

Revoici le cour d’ l’Iliade, de nuit cette fois avec les illuminations de Noël. Comme quoi un lieu peu changer de physionomie entre le jour et la nuit.

J’ai terminé l’année avec ce cormoran au bord du Rhin. Déguisé en chasseur, armé d’un 200-500 mm, je me suis embusqué près de ce tronc d’arbre. Les oiseaux m’ont vu venir et se sont envolés. Alors je me suis camouflé et préparé à l’attente. Une vingtaine de minutes plus tard un des oiseaux revenait se sécher sur la branche. Ma patience était récompensée.

Une semaine pluvieuse

Image

Je sais maintenant pourquoi personne ne prend de congés en Novembre. Les journées sont brèves et il fait un temps de chiotte. A moins de partir pour une destination exotique dans l’hémisphère sud en explosant son bilan carbone déjà guère glorieux, passer une semaine de vacances par 48 degrés de latitude nord en Novembre est une véritable sinistrose.

Mais voilà, il me restait plein de jours de congés à prendre en 2021 et la belle saison avait été bien trop chargée en travail pour que je puisse quitter le navire en perdition. Et non, je n’en suis pourtant pas le capitaine, mais les femmes et les enfants d’abord, n’est-ce pas ?

Bref me voilà à la maison, seul avec le chat, fin Novembre, à regarder la pluie et la neige tomber par les fenêtres. Ne goûtant guère les sports de glisse, la randonnée dans la poudreuse, la course sur chaussée glissante, je suis resté au chaud, à me disputer les meilleures places avec le chat.

Bien sûr j’aurais pu faire des choses, le bricolage sans cesse reporté (j’ai quand même recollé deux bouts de papier peint), des achats pour les fêtes (deux pantalons car mon vieux jean s’est déchiré en deux), trier le bazar, nettoyer la maison de fond en combles, au lieu de quoi, je n’ai rien fait, enfin rien…

La nature a horreur du vide, surtout moi en fait, alors j’ai écouté de la musique, beaucoup et fort, de vieux disques trop longtemps oubliés, j’ai bouquiné, regardé des films et des séries, enregistrés quelques épisodes de Chroniques en Images. Bref je me suis occupé. 

En réalité j’attendais des LEGO, la Soyouz WO et les pièces pour le North American X 15. Du coup, chaque jour, je guettais le passage du facteur plein d’espoirs. Le X 15 arrivait en trois livraisons, deux germaniques et une thaïlandaise. La fusée Soyouz en un seul envoi, mais via Mondial Relay, ce qui peut prendre une bonne semaine parfois.

La Soyouz est arrivée mercredi midi, ce qui a fait le bonheur de mon après-midi.  Le soir, la fusée russe était parée pour son lancement. Une magnifique réalisation que l’on doit à LegoRocketCollection.

Le jeudi, il pleuvait encore comme vache qui pisse. J’ai sorti d’anciens albums de IQ et me suis lancé dans la construction d’un appareil photo. J’avais déjà réalisé le Nikon D810 à l’échelle 1:1 et le boîtier LEGO réservé aux VIP me faisait envie. Mais faute des deux mille points nécessaires, je ne pouvais le commander. Alors je me suis lancé dans le Panasonic Lumix GX9 que j’ai à la maison en recyclant les briques à ma disposition dans les jouets des enfants.

La chose a bien occupé mon temps libre, car plusieurs parties sont mobiles sur le boîtier, comme l’écran arrière, le flash et le viseur orientable. Pour les arrondis, j’avais perfectionné la technique avec le Nikon donc c’était plus simple, mais ce qui a été redoutable, c’est de le travailler qu’avec le stock de pièces disponibles, certes important, mais limité tout de même, surtout en slope et tiles. (Je parle comme un pro du pot là). Bref voilà le GX9, assez ressemblant mais perfectible à condition de passer commande de nouvelles briques.

Le samedi j’ai reçu le propulseur arrière du X 15. Le lundi une partie du fuselage. C’est le vendredi suivant que le reste de l’avion fusée, après avoir payé huit euros de frais de douane, est arrivé à bon port. En tout plus de six-cent briquettes noires à assembler avec le plan de montage assez foireux livré par le logiciel Studio. J’aurai pu enfin me lancer dans son montage mais j’ai attendu le soir. En effet, pour la première fois en sept jours, le temps était enfin sec et je suis allé marché dans la neige, en montagne, histoire de ne pas trop sentir le renfermé.

Assembler ailes, ailerons, nez et cockpit n’a pas posé de grosse difficulté. Les problèmes ont commencé avec la dérive qui devait être orientable sur la modélisation Studio et qui, confrontée aux théories de Newton, s’est révélée fragile.

Ensuite, la carlingue, que studio n’avait pas réussi à décrire correctement sur le plan d’assemblage, m’a donné du fil à retordre. Elle est constituée de deux demis cylindres de cinquante centimètres de long pas facile à assembler et quasiment impossible à relier l’un à l’autre, d’autant qu’il fallait en même temps fixer le propulseur à l’arrière. Ce qui, en théorie semblait réalisable avec le logiciel, s’est avéré très complexe à mettre en oeuvre sous 1 G.

Après quelques galères et erreurs, j’ai pu fixer les ailes, la verrière, le nez, les ailerons, les dérives et le réacteur au fuselage. Yes ! Restaient trois détails importants à terminer. Les marquages sur la carlingue, les skis arrières que je n’avais pas modélisé et l’équipement de l’habitacle que j’avais totalement zappé.

Pour les marquages, j’ai fait avec des autocollants de Discovery histoire de mettre quelque chose. On trouve des sites qui impriment ça sur Internet, dingue !

Pour les skis, j’ai bidouillé un truc sans savoir réellement comment ils étaient fixés sur l’avion fusée. Et pour l’habitacle, j’ai fais avec une photo et les moyens du bord. 

Samedi, n’ayant plus rien à brique olé !, j’ai rangé les caisses de LEGO, installé les projecteurs et le vrai Nikon D810 pour photographier mes bêtises.

Expl’Or

Pour qu’elle raison une photographie devient plus virale qu’une autre sur Flickr ? 

Je me pose cette question depuis un bout de temps. En fait depuis qu’un de mes clichés a dépassé les cent favoris. Car comme tous les artistes que je ne suis pas, je veux être aimé.

La première réponse, celle qui semble évidente, c’est que le cliché est meilleur que ceux précédemment publié. Il y a également le traitement noir et blanc que j’applique à la plupart de mes fichiers raw qui plaît à quelques personnes. Il y a aussi ces fidèles qui me suivent et qui ne manquent pas de saluer mes meilleures images. Généralement ces images sont mise une vingtaine de fois en favoris. C’est également le seuil que j’ai fixé pour garder une photo sur Flickr.

Mais cela n’explique pas les quelques rares photographies qui recueillent plus d’une centaine de favoris. Celles-la sont vues par des milliers de personnes en quelques heures. Elles deviennent virales.

Ces photos ont un point commun : elles ont été publiées dans le groupe In Explore de Flickr

Il est impossible de soumettre une image à ce groupe, ce sont les administrateurs qui vous invitent chez eux. Une fois que le cliché est visible dans Explore, il est regardé par des milliers de personnes, partagé dans des groupes et mis en favoris par les membres. Explore c’est la consécration garantie, enfin pour moi.

Maintenant, comment se retrouve-ton invité dans Explore ? Ça reste encore un process mystérieux, je l’avoue. Explore est un groupe non officiel mais c’est le compte Flickr pro qui m’annonce que je fais partie des heureux élus. À chaque fois, juste après il y a Michael qui m’envoie un message de félicitations de figurer dans Explore, à croire qu’il est le modérateur. 

J’avoue ne pas avoir vraiment creusé la question, je me réjouis simplement d’avoir été sélectionné même si ce n’est pas forcément cette image que j’aurais mis en avant. Mais bon, les goûts et les couleurs.

La photographie de couverture n’a pas eu la chance d’être élue dans Explore alors qu’elle est plutôt sexy. Malgré cela elle totalise une quarantaine de favoris, un excellent score dans ces conditions. Celle ci-dessous, également pas mal, a eu la chance d’être élue, avec 171 favoris et 8000 vues.

Halloween Party

Assis dans mon canapé, je découvre le nouvel album de MDS, The Story Of Rose Ola Seks. Il est 9h du matin et je suis rentré sous une pluie battante il y a six heures de Pagney Derrière Barine. 

C’est là que se déroulait le second concert organisé par ArpegiA depuis le début de la pandémie. Au menu cette fois, MDS et Lazuli. 

Pour rien au monde je n’aurais manqué ce rendez-vous. Déjà ce concert me permettait d’échapper aux sales gosses déguisés qui sonnent à votre porte en braillant un truc débile et qui me réclament ensuite des bonbons, mes bonbons. Pas question de partager avec des mioches. 

Ensuite, je n’ai jamais eu l’occasion de voir le groupe Monnaie de Singe en live et comment manquer un rendez-vous avec Lazuli, surtout pour découvrir leur concept sur scène.

Les yeux piquent un peu. Je n’ai eu que quatre heures trente de sommeil avant qu’un rigolo ne sonne à notre porte ce matin. Les cartes SD des appareils contiennent deux cent cinquante clichés mais comme ma Magic Mouse est déchargée, il va falloir patienter. Je suis totalement déshydraté mais la migraine ne s’est pas encore installé, à croire que mon traitement fonctionne. Un lendemain de concert en fait.

A Pagney j’ai retrouvé pas mal de connaissances comme à chaque fois, la grande famille du prog comme on l’appelle. Mais elle n’est pas si grande finalement, et la salle n’est pas bondée. Il y a un peu plus de monde pourtant que pour Esthesis et Galaad, nettement moins que pour Alex Henry Foster et The Pineapple Thief. On ne joue pas ici dans la même catégorie et Pagney Derrière Barine est quand même bien paumé et il n’y a pas de réseau.

Après un café, bien léger à mon goût, pris au comptoir de Chez Paulette, MDS se met en place et joue un set composé d’extraits de The Last Chance, The Story Of Rose Ola Seks et un titre d’Error 404 pour finir, leurs trois derniers albums.

Anne Gaelle, la chanteuse, n’a pas le coffre pour le live mais elle compense largement par son énergie débordante. Jean-Philippe résume les histoires de manière un peu trop débonnaire pour accrocher l’auditoire avant d’attaquer les morceaux à la guitare. On sent que c’est un peu joué à la bonne franquette, un groupe amateur éclairé qui se fait plaisir avec ce concert. Je ne suis pas certain qu’ils aient totalement convaincu l’auditoire de Chez Paulette mais eux semblent très contents d’être là ce soir.

Ayant participé au crowdfunding de leur nouvel album, je me pointe au stand pour voir s’ils distribuent les lots. Le CD et le teeshirt sont là en effet. Anne Gaelle parcourt la liste des participants mais ne me trouve pas. Elle semble sincèrement désolée et moi soudain je doute. Ai-je bien contribué à leur album ? Puis soudain, éclair de génie, je lui propose de chercher à Neoprog au lieu de mon nom. Et bingo, oui Neoprog a bien contribué pour un CD, vinyle et teeshirt. C’était encore du temps du webzine. Le vinyle devrait arriver en janvier mais en attendant, je repars avec un nouveau teeshirt et le CD que j’écoute en écrivant ces mots.

Lazuli prend la suite, le temps d’installer tout leur bazar. Ils achèvent ici leur première tournée depuis longtemps avec Arnaud, leur nouveau guitariste. Une tournée qui est l’occasion pour eux d’étrenner leur dernier album, Le Fantastique Envol de Dieter Bohn.

C’est d’ailleurs avec ce concept, joué intégralement, que Lazuli commence la soirée avant de rejouer des classiques de leur répertoire. En fond de scène, ils projettent des images, une nouveauté chez Lazuli, mais ce n’est pas la seule.

Arnaud, le petit nouveau se la pète un peu, ce qui ne ressemble guère à l’esprit de Lazuli, du moins pas l’idée que je m’en fait. S’il joue très bien, il aura du mal à détrôner le sage Ged dans mon coeur. 

Malgré l’évidente fatigue des musiciens, leurs sourires sont communicatifs et leur musique soigne toutes les blessures de l’âme. Comme à chaque fois la magie opère, je suis sous le charme.

Les trois petites boulottes latino et leur copain géant on failli gâcher ma soirée. Leur enthousiasme bruyant, leur forte consommation de bière et la propension qu’avait l’une d’entre elle à me coller en se trémoussant a mis en péril la qualité des clichés sans me procurer de plaisir. Je n’ai jamais eu autant de bougés sur la pellicule, je ne shoote pourtant pas au vingtième comme mon ami Laurent. Bon ceci dit je n’arborais pas de pass presse comme à l’époque de Neoprog, mais seulement un pass sanitaire, je ne suis pas certain que cela aurait changé grand chose.

A la fin du concert, pour fêter Halloween, ma copine Pierrette distribue des bonbons, chic des frites Haribo ! En voilà encore que les mômes ne mangeront pas. Je discute quelques minutes avec Music In Belgium, Laurent et quelques connaissances avant de reprendre la direction de l’Alsace sous des trombes d’eau. 

Ce fut une belle soirée, comme toujours Chez Paulette. Le prochain concert sera à la Maison Bleue à Strasbourg avec Soen, le sept décembre. D’ici là je vais essayer de me réhydrater et de dormir un peu.