Marjana Semkina – SIRIN

Image

Sirin est une créature slave maléfique, mi oiseau, mi femme. Telle une sirène, son chant envoûte les hommes jusqu’à leur faire perdre la mémoire. C’est également le second album solo de Marjana Semkina, la seconde moitié du duo iamthemoring.

L’artwork art nouveau dans le style pictural de Klimt représente Marjana en sirine rousse aux ailes repliées sur le corps.

L’album, lui, propose trois quart d’heure de musique vouée à la délicieuse voix de la chanteuse. Dix morceaux où apparaissent également Jim Gray de Caligula’s Horse et Mick Moss d’Antimatter. Y jouent  également de nombreux musiciens invités venus de Agent Fresco, iamthemorning ou Knifeworld par exemple ainsi qu’un quatuor à cordes présent sur tous les titres.

J’ai eu le bonheur d’assister à la listening party de Sirin sur Bandcamp et de dialoguer un peu avec Marjana pendant près d’une heure. Une avant-première qui m’a convaincu de m’offrir l’album et sans doute le vinyle lorsqu’il sortira plus tard dans l’année.

Si vous ne connaissez pas Marjana, foncez écouter iamthemorning. Le duo formé d’un grand pianiste et d’une voix d’ange est tout simplement magnifique.

Ensuite, vous pourrez attaquer la carrière solo de la chanteuse russe. Les albums de Marjana ne possèdent pas forcément la même puissance évocatrice que ceux de iamthemorning mais certains titres sont de purs joyaux. Et c’est la cas encore une fois pour Sirin.

L’album se déguste avec bonheur et quelques morceaux sont tout simplement sublimes. D’autres fonctionnent un peu moins bien hélas, comme le duo avec Mick Moss, un chanteur que j’adore pourtant, tout le contraire du titre ‘Anything but Sleep’ avec Jim Gray. En fait, je trouve que les timbres de Mick et Marjana ne se marient pas très bien. Toutefois ‘Death and the Maiden’ se rattrape vers la fin avec une très belle section instrumentale.

‘We are the Ocean’ ne me semble pas un choix judicieux pour ouvrir Sirin même si le titre est magnifique. Mais si vous écoutez le sombre ‘Pygmalion’ ou bien ‘Swan Song’ et ‘This Silence, This Dreaming’, vous comprendrez que le travail de Marjana touche parfois au génie.

Ce n’est pas forcément un album qui s’impose à vous dès la première écoute. Certains titres vous touchent tout de suite, d’autres devront faire leur chemin.

Evidemment la voix magique de Marjana et la présence du quatuor à cordes contribuent beaucoup à mon plaisir mais attention, ils ont tendance à m’entraîner dans de délicieux songes avant la fin de l’album. Je vous recommande donc d’écouter Sirin bien fort pour profiter de toute sa dynamique.

Si Sirin ne figurera probablement pas sur le podium 2024, il n’en reste pas moins un disque indispensable.

Portraits

Image

Lorsque vous passez toutes vos soirées à photographier des accordéonistes, vous faites inévitablement des rencontres. Je vous passe les amis, les connaissances, les potes tenant les stands et les rares photographes couvrant les soirées. Je vais vous parler des autres, ces rencontres auxquelles je ne m’attendais pas.

Présents tous les soirs, quelque soit le temps, l’heure, la musique et le lieu, ils m’ont suivi et collé à la peau. Des nués de moustiques ont sucé mon sang et failli provoquer à plusieurs reprises des catastrophes lorsque d’un geste brusque je les chassais d’une main alors que je tenais le téléobjectif de l’autre.

Plus mignon, ce fut cette petite fille de trois ou quatre ans qui intriguée par l’appareil photo m’a couru après pour regarder les clichés sur l’écran dès que je shootais. Ce qui était amusant lors du premier concert assez statique sous la tente est devenu très compliqué dans la grande salle où les photographes doivent bouger très vite et prendre des positions acrobatiques pour réussir des images rock. Imaginez. Vous vous retrouvez avec un petit bout de chou accroché à vos baskets. En plus de surveiller le groupe qui bouge très vite sur scène il faut veiller à ne pas bousculer l’adorable petite curieuse collée contre vous.

Il y a eu également cette toute jeune accordéoniste à la mine boudeuse noyée dans un orchestre de pianos à bretelles et que je n’ai pas osé photographier. Quand je pontais mon objectif dans sa direction elle me jetait un regard noir en s’agrippant à son accordéon presque aussi grand qu’elle. En règle générale j’évite les photos d’enfants, les parents ne possède aucun humour dans ces cas là, même s’ils inondent Facebook de photos moches de leur progéniture.

Et puis il y a eu ce petit bonhomme observant un des musiciens du groupe Mes Souliers sont Rouges installer son matériel. Un instant leurs regards se sont croisés (oui j’ai manqué la photo de pas grand chose) et une complicité est née entre le guitariste et l’artiste en devenir.

Je suis également tombé sur un italien volubile qui m’a quasiment embrassé en me baraguinant un truc incompréhensible tout en me montrant mon teeshirt. J’ai compris après quelques secondes qu’il s’agissait d’un fan du groupe Messa dont je portais les couleurs ce soir là. Peut-être s’agissait-il d’un des musiciens des groupes présents ce soir là ou d’un technicien, toujours est-il qu’il a disparu après cette accolade enthousiaste et que je ne l’ai plus revu.

Dans le même genre j’ai croisé un ingénieur son arborant les couleurs du groupe Cult of Luna. On s’est tout de suite compris en grimaçant devant certains ensembles. Assurément un excellent ingé son, parce que lorsque que l’on écoute de la bonne musique… enfin bref.

L’avant dernier soir, j’ai été également interpellé par une des charmantes organisatrices du festival, la première personne à vraiment s’inquiéter de voir un photographe couvrir les concerts et à m’informer des modalités des soirées. Cela faisait juste huit jours que j’assistais à chaque concert.

Une dame a aussi lancé dans mon dos un « Si vous êtes là c’est que la musique va être épouvantable ! ». Je me suis retourné, et j’ai découvert ma voisine qui est également ma dentiste.  Elle sait que j’écoute des groupes assez étranges (pour le français moyen) même si elle habite trop loin pour les entendre. Elle m’a tout fait avouer sous la torture avec sa fraise.

Il y avait aussi les habitués que l’on retrouvait chaque soir : un danseur allant nu pieds, une dame déguisée en petite fille, une aveugle qui participait à toutes les danses, un photographe avec chaque jour un nouveau tee shirt de metal, deux jumelles accordéonistes qui jouaient dans plusieurs ensembles, des gamins qui couraient partout, un danseur chauve n’osant jamais aller au centre de la piste, un alsaco étrange qui braillait tout ce qu’il pouvait dans la rue et puis des moustiques, plein des moustiques.

Berlin 1936

Image

Dimanche ma femme donnait un mini concert de musique de chambre à la maison, j’avais du jardinage en retard et deux concerts clôturant le festival Le Printemps des Bretelles le soir. Du coup j’ai oublié d’aller voter. 

Bon j’avoue, ce n’est pas comme si les européennes me passionnait, comme la politique en général d’ailleurs, mais faire barrage aux fachos et donner la parole aux écologistes m’a toujours semblé important.

C’est lundi matin en voyant mes collègues dans tous leurs états que j’ai compris. Car non je n’ai pas la télévision, je n’écoute la radio qu’en voiture et je n’ai pas été sur Google Actualités depuis plus d’une semaine.

Depuis le temps que le bruit des bottes résonnait derrière nos volets clos, on aurait du s’attendre à ce que cela arrive. L’extrême droite s’impose dans le débat politique en Europe. Pas de quoi être fier, non vraiment pas. Ça donne même la nausée rien que d’y penser.

Des euro députés en chemise noire, anti IVG, travail famille patrie, favorables à la fermeture des frontières, aux énergies fossiles, anti youpins, casseurs de PD et de bounioules, Tout un programme…

Après ce coup d’éclat il n’a plus vraiment de raison pour que nos députés remaniés en catastrophe par notre président ne soient remplacés par cette engeance qui rêve de purifier la France. Encore trois ans et ça pourrait être le tour de mon employeur. Ca tombe bien, les Jeux Olympiques approchent.

Aisles – Obras de los Jaivas

Image

Alors que je traversais une grave crise musicale, le dernier EP des chiliens du groupe Aisles m’a sauvé. J’avoue que depuis la sortie de leur précédent album Beyond Drama et Bahamut, l’EP électro cinématique qui a suivi, je ne sais plus vraiment où en était le groupe avec son chanteur.

Avec Obras de Los Jaivas, le quatuor propose vingt-cinq minutes en quatre morceaux interprétés par autant d’artistes. Et cette fois c’est en espagnol que cela se passe.

Leur travail n’est d’ailleurs pas sans rappeler celui de Esquirla, la fabuleuse rencontre improbable de Nino de Elche avec le groupe de post-rock Toundra.

Sur Obras de Los Jaivas on retrouve bien la musique de Aisles mais pour ce qui est du chant, on est plus proche du flamenco que du rock progressif. Et cela va certainement dérouter plus d’un fan du groupe.

C’est particulièrement vrai sur le magnifique morceau chanté par Kuervos del Sur, ‘La Poderosa Muerte’. Plus de onze minutes progressives d’une incroyable puissance qui allient instrumental et chant rugueux en espagnol.

Mais je m’emballe, parlons déjà du premier titre. ‘La Conquistada’ chanté par un fan chilien de Queen, à savoir Nico Borie qui fait plein de reprises sur sa chaîne Youtube. Sa manière de chanter fait beaucoup songer au groupe italien Nosound que j’adore, jusqu’à ce que la musique s’emballe et là je retrouve le Aisles que je connais bien.

‘La Mira Ninita’ est nettement plus consensuel que ‘La Poderosa Muerte’. Une jolie ballade à la manière de ‘Hijo de la Luna’ de Mecano où chante la délicieuse Dulce y Agraz.

Enfin ‘Sube a Nacer Conmigo’ qui termine l’EP reprend les sonorités électro prog de Aisles sur le chant traditionnel de Nano Stern. Le contraste entre les deux univers est saisissant mais il fonctionne. A condition d’avoir apprivoisé le morceau, ce qui n’est pas forcément évident.

Evidemment, cet EP est pour le moins étrange. Du rock progressif électro chanté pour une fois en espagnol avec de fortes consonances folk, ça ne court pas vraiment les rues. En plus, lorsque deux des chanteurs viennent de la musique traditionnelle chilienne, il y a de quoi en déstabiliser plus d’un.

Pour ma part je trouve ça audacieux de la part de Aisles de se remettre une nouvelle fois en question. Et j’aime ça chez les artistes.

La bonne nouvelle c’est que Obras de Los Jaivas m’a sorti de ma morosité musicale et rien que pour cela, je vous invite à écouter cet OVNI qui est disponible sur Bandcamp.

Mondes parallèles une histoire d’amour 

Image

J’ai découvert Keigo Higashino avec bonheur dans Le Nouveau. Alors lorsque Babelio m’a proposé de lire son dernier roman, je n’ai pas hésité une seconde même si j’avais deux autres livres en route.

Je n’ai pas reconnu tout de suite l’auteur japonais dans cet intrigant trio amoureux. Dès le second chapitre, le lecteur découvre l’étrangeté du récit. Au fil des pages, il se raccroche à quelques mots pour se souvenir où il se trouve et petit à petit, il perd prise avec la réalité. 

Tomohiko et Takashi, deux amis d’enfance, travaillent dans un laboratoire de réalité virtuelle. Tous deux rencontrent la délicieuse Mayuko et en tombent immédiatement amoureux. 

Les mondes parallèles s’embrouillent dans le roman. Un jour Takashi se réveille au côté de Mayuko, le lendemain il rêve de la voler à son ami. Etait-il dans ce parc d’attractions avec elle ? Vit-il seul, est-il en couple ? Tomohiko est-il parti travailler à Los Angeles sur un projet secret ? 

Ecrit à la fois comme un récit fantastique, une histoire d’amour et un policier, le roman de Keigo Higashino se dévore de la première page jusqu’à la dernière.

Magnifique !

Ceinture et bretelles

Image

Autrefois je couvrais des concerts de rock, des festivals de métal et j’interviewais des figures de proue de la scène progressive. Drug, sex and rock’n roll.

L’âge aidant, doublé d’un certain désengagement de la scène médiatique, j’ai du mendier mes accréditations jusqu’au jour où je n’en ai plus eu du tout. Alors j’ai commencé à couvrir des concerts classiques, des harmonies locales pour finir au Printemps des Bretelles.

Le Printemps des Bretelles est le festival d’accordéon de la ville d’Illkirch-Graffenstaden. Dix jours de concerts et bals autour du piano à bretelles dans différents lieux de ma commune. 

Cette année, je me suis porté volontaire pour couvrir l’événement malgré mon manque d’intérêt évident pour cet instrument et une météo calamiteuse. Volontaire mais sans contrainte. J’allais, en fonction de mon humeur, de mon emploi du temps et de ma fatigue, photographier ou non les artistes.

Avec des entrées libres mais aucune accréditation officielle de photographe, l’expérience était proche de l’improvisation totale et il fallait négocier en douceur avec la sécurité certains accès.

Tous les soirs sauf relâche, du vendredi 31 mai au dimanche 9 juin, je suis parti de la maison à pied ou à vélo vers 18h30 pour le concert amateur de 19h sous la tente devant l’Illiade. L’occasion de manger un burger frites avant d’attaquer le spectacle de 20h programmé en extérieurs lorsqu’il ne pleuvait pas, soit dans la grande salle de spectacle ou à la Vill’A un peu plus loin.

Au menu des soirées, Edith Piaf, Jacques Brel, Salsa, chanson française, danses créoles, musique celtique, folk des Balkan, le tout assaisonné d’accordéon, autant dire rien qui n’appartienne à mon répertoire de prédilection.

Ne nous mentons pas, les groupes n’ont pas mis le feu dans la foule. Le groupe Mes Souliers sont Rouges a été certainement le point d’orgue de ce festival avec la nuit brésilienne mais pas assez pour que je reste jusqu’au bout. En fait, le plus souvent j’ai photographié la première demi-heure avant de plier bagages par manque d’intérêt pour la musique. Musiciens statiques, musique moyenne, éclairages minimalistes, public maussade, pluie torrentielle, le festival n’avait pas grand chose de festif au bout du compte.

J’ai quand même ramené quelques clichés sympas de ces soirées. Ils sont temporairement disponibles sur Flickr avant que je ne les efface. Je n’ai pas mitraillé comme un fou non plus, ne voulant pas trier et traiter des centaines d’images chaque soir. L’objectif pour moi était d’illustrer l’accordéon en live, un instrument qui possède un certain cachet et que j’ai rarement photographié.

Neuf soirées, dix-huit concerts, soixante-onze photo publiées dont une oscarisée, finalement j’aurai presque couvert tout le festival, grignotant le soir une tranche de pain de mie et tomate avant partir à pied vers 18h30 photographier le premier groupe pour revenir trois heures plus tard trier les images avant de me coucher.

Je me pose la question du bien fondé de la gratuité du festival. D’après les anciens, lorsque le billet d’entrée était de vingt ou trente euros, les salles étaient combles et les artistes qui se produisaient avaient un certain renom. « C’était mieux avant… ».

J’avais rêvé de tango argentin au soleil, de folk irlandais sous les étoiles, de bal musette entre les arbres, pas de danse créole dépressive en salle ou de Piaf sous bâche plastique noire.

Marco Gluhmann – A Fragile Present

Image

Après One 2 Zero et Control, Marco Gluhmann sort son premier album solo A Fragile Present. Le chanteur de Sylvan à la voix inimitable se lance en solitaire ou presque.

Il est accompagné tout de même de Steve Rothery, Billy Sherwood, Kalle Wallner, Johny Beck, Yogi Lang, Markus Grützner et Tommy Eberhardt pour douze morceaux pop rock avec quelques touches progressives.

J’avoue que dès l’annonce de l’album, j’ai précommandé la galette, me doutant bien que le label Gentle Art Of Music me l’enverrait quand même. Parce que oui, je suis un peu fan de Marco et de sa voix.

Marco, habitué des concepts albums avec Sylvan, nous livre ici une heure de musique sans histoire, des titres très différents les uns des autres, servis par d’excellents musiciens. L’album a toutefois un thème souligné dans le titre : la fragilité de notre existence, ce cadeau qu’est la vie.

J’aime tout particulièrement ‘Hear Our Voice’ où deux voix que j’adore se rencontrent, celle de Marco et de Billy Sherwood même si ce dernier ne fait que les chœurs. ‘Look At Me’ figure également parmi mes morceaux préférés, déjà parce qu’il dépasse les cinq minutes et que son écriture en deux temps se rapproche beaucoup de cette forme progressive que j’affectionne tant. ‘Black The Shade Out’ fonctionne également assez bien. Un parfait single pour ce premier album solo du chanteur de Sylvan où la voix vocodée, les claviers et les guitares miaulantes donnent une belle hargne à la musique.

Hélas, il reste de nombreux titres qui passent sans même chatouiller mes oreilles. Des petites choses insipides, pas développées, qui ne laissent aucune saveur après leur écoute et qui cassent le rythme de l’album.

Vous voulez une liste exhaustive ? ‘Reach Out’, ‘Faceless’, ‘At Home’, ‘For A While’ ou ‘Running Out of Time’. Cinq sur douze. Oui ça fait beaucoup !

A Fragile Present ne m’a pas touché comme One 2 Zero de Sylvan ou bien Control de Violent Jasper. Déjà parce que Marco exploite nettement moins la particularité de son timbre assez unique, sauf peut-être sur ‘My Eyes Are Wide Open’ qui est au passage et pour des raisons évidentes, mon morceau préféré. Ensuite parce que la musique manque d’unité avec tous ces guitaristes et bassistes présents. Enfin parce que la sortie de ce disque après celui de Violent Jasper pourrait sonner le glas d’un groupe que je vénère depuis des années, à savoir Sylvan.

Donc voila, A Fragile Present m’a déçu, sans doute aussi parce que j’en espérai trop.

1001 pattes

Image

Je suis parti avec une bande de petits vieux un samedi après-midi ensoleillé à la pêche aux macros. Comme la mer est à plus de quatre cent kilomètres, nous nous sommes contenté des plans d’eau près du Rhin ou aucun macro ne survivrait. 

Équipés de chaussures de marche ou de bottes pour les plus braves, de couvres chef et de K Way en prévision des orages annoncés, nous nous sommes enfoncés dans les sous-bois en bordure du Rhin. 

En guise de cannes à pêche nous trimbalions des boîtiers Sony, Canon et Nikon ainsi que des objectifs allant du 85 au 600 mm.

Je ne fais pas de macro photographie, tout au plus, accidentellement de la proxy, tout simplement parce que les petites bébêtes ne me passionnent pas vraiment. 

Évidemment je n’ai aucun objectif dédié à la macro. Alors le matin, avant de partir, j’ai sélectionné un caillou avec zoom puissant et surtout la distance minimale de mise au point la plus courte possible. Un 24-200 m en monture Z que j’emmène souvent pendant mes vacances. J’ai pris également un flash Godox pour figer les insectes après avoir visionné le travail d’un photographe professionnel qui shoote au flash lors de ses sessions macro.

Douze vieillards braillards perclus d’arthrose avançaient dans la nature, armés de leurs appareils, se penchant sur les orties et les ronces, pointant leur gros objectif vers les feuilles. Crépitement du flash, mitraille de déclencheurs, bourdonnements d’insectes, gueulantes de petits vieux, blagues idiotes, les promeneurs solitaires en quête de quiétude ont certainement goûté à sa juste valeur notre petit groupe très bruyant.

Je n’ai pas le coup d’œil aiguisé pour trouver les insectes. Je suis plus habitué à voir les gros oiseaux et les galaxies. Du coup, lorsque des petits vieux se penchaient au bord du chemin pour faire autre chose que pisser, je m’approchais pour examiner ce qu’ils photographiaient. Bien souvent, il a fallu qu’ils me montrent l’endroit ou se tenait l’insecte convoité et une fois sur deux, en m’approchant, celui-ci s’est envolé.

N’empêche qu’avec le Z8, le 24-200 et le flash, j’ai réalisé plus de 150 clichés dont une grosse dizaine a survécu à mon tri sélectif. Le choix du flash était vraiment judicieux, d’ailleurs je l’ai prêté à plusieurs reprises pour que mes compagnons d’Ehpad voient la différence. J’ai aussi joué avec le 200-600 en monture Z du seul petit jeune du groupe. Un joli caillou bien équilibré et assez léger avec lequel j’ai fait une photo sympathique. Par contre je n’ai pas une seule fois utilisé mon pied photo. Heureusement que j’avais embarqué le plus léger des deux.

J’ai arpenté les chemins, me suis accroupi un nombre incalculable de fois, j’ai rampé dans les hautes herbes, descendu des talus, marché dans l’eau, failli tomber dans le Rhin, j’ai glissé dans la boue et sali mes vêtements du dimanche.

Ce fut l’occasion d’échanger des conseils techniques, des choix de réglages, des blagues débiles, des noms d’insectes que j’ai déjà oublié, de se balader dans la nature et de passer une après-midi qui a eu un avant goût de pré retraite.

A la suite de la sortie, nous devions livrer six photographies à notre guide pour qu’il réalise un diaporama de nos exploits.  Ce sont les images qui illustrent ce billet. Ne me demandez pas de quelle bébête il s’agit, je n’en sais rien, par contre grillées, c’est croustillant et plein de protéines.

Le trio de Schubert

Image

Mon épouse joue du violoncelle et du piano. Le violoncelle en orchestre (enfin l’an passé et peut-être l’année prochaine) et le piano sous toutes ses formes : en solo, à quatre mains, en duo, en trio et bientôt semble-t-il en quatuor. 

Cette année elle travaille le trio de Schubert Op 100, une pièce pour deux flûtes de Franz Doppler sans parler de Ma Mère L’Oie de Ravel à quatre mains et d’une suite pour violon et piano jazz de Claude Bolling. Oui, ça fait beaucoup !

Une partie des répétitions se déroulent à la maison autour du Schimmel qui n’avait jamais connu autant d’invités. Autant dire que ça défile les soirs de semaine et le week-end. Les vélos s’entassent dans les dépendances, les manteaux pendent aux chaises, les étuis de violoncelle, de violon et de flûte encombrent les canapés du salon, trois chevalets tournent autour du piano et des piles de partitions traînent un peu partout, de la cuisine jusque dans la chambre, et même sur le lit conjugal.

Pauvres voisins ! Ma chérie joue Schubert avec deux trios différents avec pour objectif de se produire à quatre occasions dont une à la maison. Le Doppler a été interprété au conservatoire de Strasbourg le 2 juin en prélude au concert de l’orchestre Delius. Mais Schubert a été également sélectionné pour remplacer un quatuor de Mozart si bien que ma chérie jouait sur scène presque aussi longtemps que l’orchestre lui même.

Sur notre calendrier je vois cochés le vendredi 17, le samedi 18, le lundi 21, le jeudi 23, le vendredi 24, le samedi 25 et le dimanche 26, réservés pour la musique alors que pour ma part j’ai noté le vendredi 17, le mardi 21, le vendredi 24, le samedi 25, tous pris par la photo et l’astronomie. Nous avons un dimanche et un mercredi de libres ensembles pour nous voir. Heureusement que nous travaillons dans la même boite.

J’ai perdu le compte des auditions programmées et des prénoms des musiciens : Clara, Olivia, Shara, Lila, Florent, Rémy, Adrien, Delphine, Audray … « Bonjour, c’est gentil de nous accueillir chez vous, on ne fait pas trop de bruit ? ». La maison est un véritable moulin à musiciens et quand ils ne sont pas là, le piano résonne dans la maison accompagné par un CD ou un vieux vinyle de Schubert enregistré en 1976 pour avoir un son plus organique.

Bien évidemment, en tant que conjoint, je suis également son premier fan. J’assiste à presque toutes les répétitions, de toute façon, même avec un casque à réduction bruit je reste aux premières loges et je vais aux auditions. Je ne suis pas obligé, mais si je n’y vais pas, que va-t-elle penser de moi ? Qui la soutiendra avant, qui lui dira si c’était bien après, qui fera les photos ? (Ok, pour ce dernier point c’est l’excuse). Bon des fois, elle ne veut pas que je vienne, comme pour le 2 juin par exemple, alors je n’y suis pas allé.

Peut-être qu’en lisant ces lignes, vous allez vous imaginer que ma vie est un enfer. Ma vie est effectivement un enfer, mon enfer personnel. Mais la musique c’est ma vie, que ce soit la musique classique ou le rock. Il y a presque toujours de la musique qui résonne dans la maison, jouée ou enregistrée. Et une des qualités qui m’a séduit chez mon épouse, outre son charme irrésistible, c’est qu’elle est musicienne et joue du piano. Alors si la maison est envahie d’instruments avec les personnes qui vont bien, je ne vais pas me plaindre. J’ai droit à plein de récitals privés dans le salon et je suis très fier de ma musicienne adorée.

Constellatia – Magisterial Romance

Image

C’est en surfant parmi les suggestions de Bandcamp que je suis tombé un peu par hasard sur le groupe Constellatia. Une formation d’Afrique du Sud qui donne dans le post black metal progressif. 

Le quatuor n’a sorti que deux albums depuis leur formation en 2018, The Language Of Limbs en 2020 et Magisterial Romance qui a été distribué en 2022 chez Season of Mist.

Magisterial Romance ce sont quatre titres d’environ dix minutes puissants et dévastateurs, submergés par les émotions malgré un chant quelque peu rugueux. La musique du groupe est dans la veine du post-metal sur un chant caverneux où les guitares empruntent souvent une forme progressive et parfois du cinématique comme sur ‘Adorn’. Et si la voix est plus proche des hurlements que du lyrique, elle véhicule cependant une incroyable émotion tout au long de l’album.

Pour les progueux comme mon ami Launis, je tiens à être bien clair, Magisterial Romance c’est trente neuf minutes de growl avec juste un peu de chant féminin sur ‘Adorn’, autant dire que ça gratte les tympans. Ma femme possède un avis bien tranché sur la question : “il est abominable cet album !”. Et oui, nous ne sommes pas toujours d’accord en ce qui concerne la musique dans notre ménage. Mais ce growl, aussi caverneux soit-il, véhicule des émotions vraiment puissantes,c’est d’ailleurs la première chose qui m’a séduite sur cet album.

Il faut bien l’avouer cependant, la batterie n’est pas forcément l’élément le plus élaboré dans les compositions et sorti de quelques moments de bravoure ça tape fort sur l’enclume sans grand discernement. A contrario, la guitare électrique sort souvent du mood post-metal pour se livrer à des soli que l’on a pas forcément l’habitude d’entendre dans ce genre de musique.

Pour situer le groupe dans le peu que je connais, il trouverait une place entre un Cult Of Luna et un Shores Of Null avec un côté vaguement floydien comme sur ‘Paean Emerging’ par exemple.

J’aime beaucoup la forme longue des morceaux qui permet de s’imprégner complètement de la musique, le growl dévastateur de Keenan Oakes qui me ferait presque pleurer et la guitare de Gideon Lamprecht qui sort des sentiers battus.

J’aime tellement cet album que je me suis plongé juste après dans l’écoute de Language Of Limbs, leur précédent disque qui est dans la même veine avec lui aussi un titre chanté par une femme.

Je sais que tout le monde n’est pas anglophone, surtout en France, cependant je vous invite vivement à lire le livret de Magisterial Romance. Les textes sont des poèmes étranges, poignants et forts comme le chant de Keenan Oakes.

Alors oui, le chant vomito va en rebuter plus d’un mais pour moi Magisterial Romance un est pur chef d’œuvre, un incontournable à découvrir d’urgence si vous ne le connaissez pas encore. Hélas, mille fois hélas, il semblerait que le groupe soit dissous depuis et il se pourrait bien que nous ne l’entendions plus. Bonne nouvelle, le groupe vient de m’avertir qu’ils travaillent sur nouvel album.