Jekyll

Image

J’ai toujours su qu’il y avait une autre voix dans ma tête. Cette autre personne, perverse, mesquine, méchante qui essaye chaque jour de prendre le pas sur ma vraie identité, le gars timide et serviable que je suis en réalité. Ces conflits sont certainement la cause des terribles migraines qui me terrassent chaque semaine, ces veilles de souffrance atroce où la bête se manifeste par une agitation, une tension, un énervement que mes proches sentent approcher.

J’ai bien essayé d’endormir le monstre avec de la passiflore, des anti épileptiques, des abus d’alcool et de la drogue, mais quand l’autre se réveille après une longue léthargie, il redouble de fureur et de violence, c’est alors pire que tout. La violence des crises est décuplée et il faut des jours avant de revenir à un status quo.

Qui est-il cet autre moi ? Un prétentieux, violent, obsédé, hyperactif, addict de sensations fortes. Il est plus fort, plus musclé, plus intelligent, dénué de scrupule, impitoyable, jeune et beau. 

Vu sous cet angle, vous me direz, je devrais le laisser surgir plus souvent, renoncer à ma vrai identité, libérer le monstre tapi en moi. Mais ce n’est pas si simple. L’autre, le faible, le vieux, le malade, celui qui pue de la gueule, réclame le droit de survivre, aussi misérable que soit sa pauvre existence.

La saison une arrive à sa fin. Seulement six épisodes et l’identification est quasi complète. Mais pas question de signer pour une saison deux, Jekyll réveille en moi la bête, cela devient trop dangereux.

Si vous n’êtes pas bipolaire, je vous recommande vivement cette série de la BBC, elle est vraiment sympa. “Nan elle est nulle !”, “Mais non elle est bien”, “Je te dis qu’elle est nulle abruti !”, “Non bien”, “Naze”, “Sympa”, “Chiante !”, “Cool”, “Débile”…

D’accord, le dernier épisode est totalement improbable, limite mauvais, délirant, à croire que le réalisateur a soudainement pété un câble ou ne sait plus que raconter, mais le reste est bien. “C’est nulle je te dis bouffon !”.

Trois années de dur labeur

Image

Fin mars 2016, je décidais de rénover l’unique salle de bain de la maison. Un petit coup de jouvence.

Etape une, arracher le papier peint moisi. Ma femme, heureuse de cette initiative improbable voulu aller plus loin, et tout repenser dans la pièce, nouvelle chaudière, WC suspendu, carrelage, meuble de lavabo, douche etc…

Nous en étions là dans de nos puissants projets lorsqu’un coup du destin stoppa net ce bel élan, une gamelle à vélo et plus de six mois avant d’envisager le moindre effort physique.

Janvier 2017, toujours très handicapé, je décidai de faire appel au services de professionnels. Verdict sans appel, des devis explosifs. Radins comme nous sommes, nous optâmes pour la version économique, à savoir changer juste la chaudière et donner un coup de jouvence à la pièce.

Le plafond fut un grand problème, et une fois les murs défoncés, l’électricité fut compliquée, mais rien d’impossible. Câblage, montants, placo, joints, peinture, ne restait qu’à poser un revêtement de sol, siliconer les joints, installer un meuble vasque Ikea et commander une double porte de dressing Leroy Merlin.

Le revêtement sol, théoriquement facile à poser fut un vrai enfer, le meuble s’installa sans encombre à part une fuite longue à gérer mais la dépose du précédent lavabo fut épique, et trouver les bonnes pièces pour la plomberie, une vraie partie de chasse à l’oeuf.

Nous étions déjà en 2019, et les travaux traînaient. Entre les concerts, les migraines, le webzine, j’avais peu de temps à consacrer à la salle de bain et encore moins l’envie de finir les travaux. Mais grâce à une grosse carotte, enfin plutôt une pomme, le chantier se relança illico, la double porte fut commandée, la plomberie terminée et en quelques jours, et malgré un emploi du temps chargé, la salle de bain fut achevée.

Enfin… presque. Il reste bien quelques broutilles ça et là, des machins pas franchement finis, des trucs à fignoler, mais mon épouse ne le sait pas alors j’ai pu aller chez Mac d’eau.

Maintenant, ma chérie envisage sérieusement de refaire la cuisine. Je pense commencer par des devis, afin de lui montrer tout ce que l’on pourrait économiser et ensuite négocier une petite récompense une fois le chantier terminé.

L’homme a besoin de motivation pour avancer dans la vie.

La panne

Image

Depuis quelque temps c’est la panne.

Mon épouse me dit que ce n’est pas grave, que c’est du au stress de mon nouveau travail, que ça va passer, à croire qu’elle s’en réjouit, car la lumière s’éteint plus tôt le soir, oui c’est une marmotte.

J’ai essayé Cinquante nuances de gray, mais hélas, c’est un navet qui ne me fait aucun effet. Druna peut-être ?

Pourtant je devrais être émoustillé, j’ai tout ce dont j’ai besoin : une bonne histoire, du dépaysement, un style irréprochable et de la matière à réflexion. Cependant, après une ou deux pages du Géant Enfoui, je somnole et ferme le livre.

Alors en désespoir de cause, après les tribulations de Lanfeust, je me suis lancé dans la relecture d’Orbital, cette fabuleuse série, qui raconte les aventures de deux diplomates intergalactiques à la Valerian. Un scénario fouillé, un très beau graphisme, des personnages attachants, la série est vraiment excellente. 

Mais, j’aimerais bien revenir vers un livre. J’en ai assez de cette panne de lecture. Le problème c’est que les auteurs de SF ne me font plus rêver comme avant, je n’ai pas retrouvé de Franck Herbert, Dan Simons ou Iain Banks depuis bien longtemps, Eschbach n’a pas écrit de merveille depuis des mois. Je n’ai plus la force de lire des trucs intelligents le soir et je n’ai pas découvert de nouveau Lackberg ou Larsen.

Il faut que je pose, loin d’internet, à la montagne, avec rien d’autre à faire que me promener, lire, m’ennuyer. C’est si bon de s’ennuyer. Là je retrouverai le plaisir de la lecture, au calme, loin des chroniques, des news, des interviews, des concerts, des sorties.

La tagada tactique du gendarme

Image

Quand je ne fais pas de photo galactique, argentique, antique, pathétique, aquatique ou acrobatique, je m’occupe des oiseaux.

À arpenter les bords du Rhin pour capturer des clichés de volatiles, le promeneur doit
inévitablement s’attendre à quelques bricoles. Marcher dans la boue, se frotter aux branches basses, s’accroupir dans les herbes hautes, c’est jouer avec le feu. Car chez nous, un délicieux parasite hante nos forêts giboyeuses : la tique.

Toc toc toc ! je suis je nouveau chez le médecin, un gros truc rouge dans le dos. Tic Tac Toc ? Allez savoir. Il y a deux jours, dans la douche, je gratte un truc, une tique ? Aucune idée, mais l’auréole rouge est suffisamment large pour que je m’inquiète. Ma femme me rassure le soir en disant cette douce phrase avant de m’endormir : “tant que tu n’as pas de fièvre, pas souci, mais si ta température grimpe alors il faudra vraiment s’inquiéter”. Comment voulez-vous dormir après ça ? Le lendemain matin j’étais chez le médecin, oui encore… Tic, tac, tic tac, les minutes passent, patientant dans la salle d’attente alors que je devrais être au travail. Vient mon tour, et comme chaque heure depuis Noël, une quinte de toux sèche me prend. Le médecin, s’en inquiète et je lui explique, que je ne viens pas pour ça et je lui montre la pustule rouge.

La montre égrène les secondes, le verdict peine à venir, tic, tic, tic ? Dans le doute on charge la bête pour quinze jours avec de l’Amoximachin, ce n’est pas comme je n’avais pas déjà eu ma dose en janvier.

Sans doute le prix à payer pour une photographie vue par 36000 personnes. Tic tac Kodak. Saloperie de cormorans, vous vouliez ma peau hein ? Ben pas cette fois encore.

Vous avez l’impression d’avoir perdu votre temps en lisant ceci, c’est normal. L’objectif de ce post était de faire passer le nombre de vues de cette photo, au delà des 40000 vues, de à me plaindre un peu, et à produire un nouveau billet avant de trouver quelque chose à raconter.

Le menu est en haut

Image

Ocultée par l’écran noir de mes pensées, la lumière ne pénètre plus dans le salon. De doux ronronnements brisent le silence, le chat n’est pourtant pas là.

La fenêtre n’occupe plus tout l’immense mur et pourtant je ne trouve pas le menu.

Des pommes ? Pourquoi pas, mais à cette saison, elle sont hors de prix.

La lumière dans la pièce ne brille pas, je ne connais pas mon répertoire classique, vas-y qu’ils disent, encore faudrait-il savoir où aller.

Vingt-sept pouces ça en fait du monde sur le bord de la route à essayer de monter dans une voiture. Migrer d’un pays vers un autre est bien plus compliqué qu’il n’y paraît et cela prend des heures lorsque vous avez beaucoup de bagages, à condition encore de pouvoir emporter les dits bagages.

Un apprentissage douloureux devant un monstre pour retrouver des automatismes, le menu est en haut, encore faut-il lever le nez.

Plein de tunes à transporter dans une petite valise, des heures de remplissage à pleine vitesse, des heures de transbordage avec l’espoir que les billets ont cours ici. 

Arrivé samedi midi, le monstre ne m’a laissé aucun répit depuis, recherches, essais, échecs, nouvelles tentatives, installations, incompréhension, et si j’avais fait le mauvais choix ?

La bête ronronne doucement alors que sa copine asthmatique peine à suivre le rythme infernal. L’une se dépouille, l’autre se gave, mélodies, paysages, concerts, portraits, messages… La grande migration a commencé, méga après méga, la chenille devient papillon mais j’aimerais bien aller dormir quelques heures, on vient de basculer à l’heure d’été, tout ça pour 0.07% d’économie d’énergie.

Dimanche matin, j’ai récupéré mes tunes, une sacrée aventure croyez-moi, restait encore la chambre noire, indispensable même à l’heure du numérique. Par chance Linux Torvals est une vieille connaissance sinon j’aurai eu quelques craintes avant le lancer le Script For a Jester’s Tear.

Larry Page aime bien les safaris, un problème de moins dans ma liste toute douce. Le soleil brille, encore une demie heure de transvasement si tout va bien.

Vous voyagez côté Pomme ou Fenêtre ? Gare à vous, si vous changez de fauteuil, cela pourrait être inconfortable plusieurs heures.

Si vous n’avez rien compris à ce post hallucinatoire, référez-vous à l’image. Je viens de divorcer de Microsoft pour épouser Apple, et croyez-moi, le passage de l’un à l’autre, ne se fait pas sans souffrance, même lorsque vous êtes un ancien informaticien.

Rock & Roll Bétaillère

Image

Plus jeune, je me jetais dans la fosse aux lions, dans ces stades bondés pour écouter Pink Floyd ou Genesis. Trois heures avant le concert, j’étais déjà sur la pelouse, brûlant au soleil, priant pour mes idoles. Des stades, des Zéniths, des Palais des congrès, d’immenses bétaillères aux remparts sonores épouvantables pour des show à grand spectacle. Peter Gabriel à Bercy, Marillion à la Penfeld, des usines à rock où les concerts s’enchaînaient.

Puis, par la force des choses, ayant quitté la Bretagne, puis Paris, je suis descendu en gamme, dans des boites de conserves, où tassés comme des sardines à 1000, collés les un contre les autres, respirant les aisselles du voisin, fumant le pétard de la fille devant moi et sentant l’érection naissante de l’homme dans mon dos, je goûtais au plaisir de la basse de Sting, de la voix de Fish, des claviers de Clive Nolan.

Puis vînt l’âge de la curiosité, où j’eu envie d’écouter autre chose, qu’un sempiternel Marillion, Transatlantic ou Pendragon, envie de sortir des têtes d’affiches, de découvrir d’autres horizons. La période où je commençais également à consommer local, en circuit court et bio, à arpenter les petites salles où des groupes talentueux faisaient, pour certains, leurs premières armes. Des pubs, des bars, de petites salles associatives où vous pouvez déguster une mousse de qualité en écoutant de jeunes talents donner toutes leurs tripes pour une trentaine de spectateurs. Pas de mur de son, pas de rampes d’éclairages, pas de fumigènes mais une proximité unique avec les artistes, une ambiance familiale et des conditions agréables pour découvrir de nouveaux talents.

J’imagine bien que ces artistes rêvent de cinquante-miles spectateurs, d’effets pyrotechniques, d’écrans géants, de champagne, de groupies en folie. Mais pour moi, le vieux fan amoureux de musique, photographe amateur avide de concerts, les petites salles sont devenu mon paradis. Ras le bol des salles bondées, à la rigueur un petit Zénith de temps en temps pour m’offrir une tête d’affiche, confortablement assis au-dessus de la fosse, mais ça, c’est parce que je suis vieux.

Une interview

Image

Chaque interview est une rencontre. Une rencontre avec un inconnu célèbre. Une trentaine de minutes de face à face, pendant lesquelles chacun doit trouver ses marques et écouter. Tout se fait très vite, après un rapide bonjour, deux banalités, la peur au ventre, face à des monstres sacrés du rock, il faut se lancer, avoir l’air professionnel, ne pas commettre d’impair, être à l’écoute et comprendre le chemin sur lequel veut vous conduire l’artiste.

Le chroniqueur n’arrive pas les mains dans les poches à une interview, il a préparé son travail, la biographie, la discographie, s’est plongé dans le dernier album du groupe, dans les textes. Hélas, il arrive que l’on sache quel personne on va interviewer à la dernière minute et là l’exercice devient délicat, il faut vite se renseigner, ré orienter les questions.

Souvent l’artiste pense que vous connaissez tout de lui et de la musique et vous parle de groupes ou de musiciens dont vous n’avez jamais entendu parler. Le tout c’est de ne pas paraître trop bête dans ces cas là et se renseigner après. Il arrive également que les questions posées dérangent, agacent. Ils faut alors bien lire les signes pour ne pas s’enfoncer d’avantage et ne pas transformer une interview sympathique en enfer.

Il arrive que les réponses soient non publiables, des réponses agacées, des skud lancés en direction d’autres artistes, des réponses à mourir de rire (oui mais s’il te plaît ne publie pas ça), des scoops énormes mais à garder au chaud pendant plusieurs mois car rien n’est vraiment signé.

Dans l’ensemble, nous nous en sommes pas trop mal sorti, même avec mon anglais pathétique.

Une interview c’est une semaine de stress, trente minutes de discussion et quinze à vingt heures de transcription, traduction, relecture et mise en page, tout ça pour moins d’une centaine de vues parfois. Pas rentable assurément. Alors nous avons décidé de n’en faire que pour le plaisir ou pour rendre service.

Mais comment résister à l’envie de rentrer dans l’intimité de la vie des artistes, s’installer dans leur loge, assister à la préparation de leur concert, les entendre parler de sujets improbables, rire, parler de leur passion, la musique, découvrir la personne qui se cache derrière l’icône rock, doubler la file de fans attendant l’ouverture des porte et rentrer dans le saint des saints, sous les regards dégoûtés des groupies frigorifiées par une pluie glaciale qui attendent là depuis des heures ?

Ma chérie a dit oui

Image

Après plus de vingt quatre années de vie commune, ma chérie a dit oui. Oui mais à une condition, que je finisse d’abord les travaux de la salle de bain.

Vous ne trouvez pas qu’elle abuse un peu ? C’est une forme de chantage tout de même ? Mettre dans la balance une demande aussi importante pour notre vie et du vulgaire bricolage, certes qui a un peu en retard, mais du bricolage, c’est presque honteux.

Par chance la salle de bain est presque terminée, une petite fuite de rien du tout à colmater, une double porte à poser qui devrait bientôt être livrée, un peu de silicone et deux plinthes à coller et ce sera terminé. L’affaire d’un ou deux ans de travail si tout va bien, si je ne tombe pas à nouveau de vélo entre temps.

Mais maintenant qu’elle s’est enfin décidée, j’hésite. C’est vrai, il s’agit d’un engagement à long terme et ce n’est pas une mince affaire tout de même. Et si nous faisions le mauvais choix ? Des années durant j’ai tergiversé, est-ce vraiment utile, à qui cela fait donc plaisir, que vont en penser les autres, y aura-t-il un juste retour sur investissement ?

Mon précédent mariage, a connu des hauts et des bas, sans doute comme tous les mariages, mais cette fois je voudrais que tout soit parfait, l’entente totale, la fusion des âmes. Si je dis oui, je signe au moins pour six ans, sinon ce serait franchement du gâchis. Mais qu’est-ce que mes enfants vont penser ? Que je fais ma crise de la cinquantaine ? Que je ne sais pas quoi faire de mon argent ?

Tout aurait été plus simple si elle avait dit non. D’abord je n’aurai pas la pression pour finir cette fichue salle de bain, ensuite je ne serai pas en train de me torturer le neurones pour rechercher la meilleure configuration pour cette union, enfin je ferai de substantielles économies.

J’hésite encore, mais comme je l’aime beaucoup alors bon… Je pense que je vais me jeter à l’eau, je vais acheter un iMac et laisser tomber Windows.

Neil

Image

Depuis tout petit, je m’efforce de mettre fin à la plus grande manipulation de masse qu’a connu l’humanité. J’avais trois ans. Sur l’écran noir et blanc du salon, une image neigeuse montrait une botte blanche, laissant son emprunte sur un sol poussiéreux. Nous étions le 24 juillet 1969, la NASA annonçait que l’homme avait posé le pied sur notre satellite.

J’ai tout de suite compris que c’était un mensonge, même si à l’époque je n’avais pas assez de mots pour l’exprimer. Alors depuis, je n’ai de cesse d’accumuler des preuves pour mettre fin au complot.

Photos d’archives, documentaires, livres, sites internet, films, j’ai tout lu, tout vu pour étayer ma thèse. J’ai cherché les failles, les contradictions, que ce soit dans les documents officiels mais également dans les fictions historiques relatant l’avènement de l’ère spatiale. L’Étoffe des héros, Apollo 13, De la Terre à la Lune, Apollo 18, Les figures de l’ombre, je les ai tous vus et revus.

Aujourd’hui c’est Le premier homme que je scrute à la loupe pour y trouver de nouvelles preuves du mensonge.

Le premier homme, parle de Neil Armstrong, le premier américain à poser le pied sur la lune. Je précise américain, car si comme moi, vous avez-vu Apollo 18, vous comprendrez que l’on peut se demander si les russes ne sont pas arrivés avant eux, enfin bon. Oui même dans le mensonge, il y a des mensonges cachés.

Le film construit son histoire autour de l’homme plus que de l’exploit, l’homme qui vient de perdre sa fille et qui puise dans cette douleur, la force de se battre et de décrocher la lune pour elle. Trois moments astronautiques forts illustrent l’aventure spatiale, la mission Gemini 8 avec l’amarrage avec le module Agena, les dramatiques essais aux sols de Apollo 1 et bien entendu la mission ultime, l’alunissage de l’aigle et le premier pas sur la surface lunaire. Le meilleur passage est assurément cette mission Gemini 8 qui part littéralement en vrille et qui laisse un goût de trop peu lorsque arrive le bouquet final d’Apollo 11.

Ils auraient pu reprendre les magnifiques décors datant de 1969 de Kubrick pour faire ce film, après tout la poussière ici n’est pas franchement un problème. Mais non, ils ont préféré faire du neuf et les images de la surface lunaire sont troublantes. Le film m’a laissé sur ma faim, mais je ne l’ai visionné qu’une seule fois pour l’instant. Il n’apporte guère plus d’éléments à mon enquête acharnée, et je pense qu’il va falloir tout reprendre à zéro pour y voir plus clair. Mais ce qui est certain, c’est que l’homme, pas plus qu’aucune machine, n’est allé un jour dans l’espace, sinon, avec ses soit-disant satellites météorologiques, Météo-France feraient depuis longtemps de bonnes prévisions au lieu de raconter n’importe quoi.