Bio écolo circuit court éco responsable

Image

Geek moi ? Ce n’est pas parce que j’aime le rock progressif, la photographie, Star Wars, l’astronomie, que je programme dans dizaine de langages informatiques, que je joue au jeu de rôle, que j’adore les jeux de plateaux à figurines comme X Wing, que je regarde des mangas et que je lis de la science fiction, que je suis un geek. Désolé.

Je suis marié, j’ai deux enfants, je bricole, dans ma salle de bain et surtout, j’ai un potager. Un homme normal.

Soleil et pluie alternent gaiement ces derniers jours et les semis prospèrent allègrement dans le jardin. Les petits pois sont en fleurs, les haricots pointent leur tiges, les poires, les figues, les cerises, les brugnons grossissent à vue d’œil, la vigne prospère (la cuvée 2018 sera fameuse), les betteraves rouges et jaunes sortent de terre, les plans de tomates grandissent et les potimarrons vont bientôt grimper sur le châssis spécialement construit pour eux.

Les poireaux furent un échec l’an passé, à peine de quoi faire quelques bouchées à la vinaigrette. A la place je teste des haricots cocos venus de Bretagne. Mais je grand succès de ce printemps, sera la rhubarbe abondante et les fraises généreuses. Chaque jour, j’en récolte un peu plus, à croire que l’on va finir par en être écoeuré.

Après les tartes la rhubarbe, les fraises à la chantilly, viendront les radis au pain beurre, les orgies de cerises, les assiettes de haricots, les petits pois crus, les gâteaux aux groseilles meringués, les salades de tomates avec la laitue et le persil du jardin, les ratatouilles, les brugnons juteux, les poires sucrées, les soupes de potimarron, les confitures de figues et le raisin à déguster avec du comté.

Une quinzaine de mètres carrés de terre au fond d’un jardin, pas de bêchage, pas de pesticides, d’insecticide, pas d’engrais, l’eau du ciel pour arrosage et des repas assurés pour tout l’été. Le bio écolo circuit court éco responsable et surtout bon à quarante mètres de la maison.

La pochette la plus moche (dans mon iPhone n°21)

Gallery

This gallery contains 20 photos.

Des fois, les groupes manquent de goût. Pour preuve ces cinq premières pochettes alors que les cinq suivantes sont magnifiques. Celle de Frayle a déchaîné (si je puis dire) les passions à la rédaction, Laurent et François se sont lâchés. … Continue reading

De belles personnes

Image

Des années durant, j’ai passé mes journées face aux ordinateurs, seul, avec un téléphone désespérément silencieux à côté de moi.

Je recevais des emails de demande production de commerciaux situés à quatre cent kilomètres de mon bureau, je ne savais rien du client, ni de ses attentes, et bien souvent je me rendais compte de l’absurdité de ce que je fabriquais.

Mais consigne était donnée, “interdiction de contacter le client”, il fallait passer par le commercial, et le commercial s’en moquait, il avait vendu un produit, son travail était terminé. J’étais très seul. Je lançais la production, envoyais la commande, notifiais le commercial de la tâche terminée et passais à la demande suivante. Le temps modernes.

Aujourd’hui je suis sur le terrain, je vais à la rencontre des gens, de ces êtres humains qui sur nos machines ne sont que des numéros. Je prends le volant le matin, parcours l’Alsace sur des routes peu fréquentées, arrive au milieu de nulle part et sonne à la porte d’inconnus avec qui je vais faire connaissance.

Il y a des rendez-vous très impersonnels, des gens pressés et puis il y a ceux qui vous accueillent, curieux de vous connaître, désireux de parler, de partager leurs passions avec vous.

J’ai rencontré un astronome amateur qui pourrait être mon père. Le garde champêtre d’un village au fond d’une vallée, qui n’a pas son certificat d’étude et qui pourtant a fabriqué seul, plusieurs télescopes et qui scrute le ciel profond lors des nuits étoilées. Un passionné, qui, avec des matériaux de récupération, à assemblé une monture anglaise portant cinq instruments, du 150 au 400 mm, pour un poids total de deux tonnes.

J’ai été chez un bricoleur fou, qui a bâti sa propre maison de ses mains, qui collectionne les légos dans une vaste salle de jeu et répare, dans son atelier, toutes les machines qu’on lui apporte.

J’ai discuté avec un chasseur d’orages, un passionné de météorologie, avec sa station de mesure au fond de son jardin, aussi bien entretenue que les nôtres, voire mieux, qui dès que le temps devient menaçant, grimpe dans sa voiture, et part à la poursuite de cumulonimbus, dans l’espoir de voir une tornade ou de photographier des éclairs.

J’ai vu un radio amateur, avec ses antennes qui hérissent le toit de sa maison, paraboles, multibandes, HF, équipé de trois stations de mesures météorologiques et qui, dans une galerie de son jardin, mesure les oscillations de la croûte terrestre pour le compte du CNRS. Et lorsque les ondes sont muettes, que la terre ne bouge pas, il sort un petit télescope pour parler aux étoiles.

J’ai admiré le potager fabuleux d’un retraité, ses salades croquantes, ses oignons nouveaux, ses plants de tomates prometteurs, ses allées binées sans l’ombre d’une mauvaise herbe.

J’ai discuté avec de vieilles personnes d’une rare gentillesse, qui vivent simplement, coupées du monde, loin de l’Internet et de la téléphonie 3G, qui prennent encore le temps de parler des choses simples de la vie.

Le bureau et son ordinateur ne me manquent pas même si les journées sont plus fatigantes. Chaque semaine, je prends la route, rencontre des personnes en chair et en os, auprès desquelles je m’enrichis et redécouvre mon humanité perdue.

Occupé

Image

Je suis occupé, voire même débordé, mais j’aime ça.

Les trois personnes en couverture, elles aussi sont occupées, de manière sensiblement différente. Elles sont occupées par les russes.

Tel est le thème de la série Occupied. La Norvège décide de cesser toute production pétrolière pour endiguer le réchauffement climatique, tablant sur une nouvelle énergie propre. Hélas, l’Europe ne voit pas d’un bon oeil cette initiative écologique, et aidée par la mère Russie, oblige le premier ministre norvégien à revenir aux énergies fossiles.

La Norvège est occupée par les russes.

Nous sommes presque dans l’esprit de V, les aliens étant nos camarades popov. Le thème de la série tourne autour de la résistance, du terrorisme, de la collaboration, des profiteurs.

Le héro, garde du corps, à un look et une démarche à la Jean-Claude Van Damme jeune, avec je l’espère, un QI plus élevé, la chef de la sécurité intérieure ressemble à mon ancienne chef du la cellule développement, c’est assez troublant et le premier ministre est le portrait craché de notre chef commercial qui part à la retraite bientôt.

Avec Occupied, j’avais l’impression d’aller pointer à l’usine. Malgré ce petit défaut, la série ne prenait pas la tête et je pense continuer avec la saison deux dès que je pourrais l’emprunter à la médiathèque.

En attendant, je poursuis avec la série Guerre et Paix.

Dans mon iPhone n°20

Gallery

This gallery contains 12 photos.

Un peu de ménage et de nombreuses chroniques plus tard, mon iPhone se retrouve légèrement moins encombré que d’ordinaire. Les deux semaines à ponts m’ont laissées de temps pour écouter de nombreux albums et même de m’offrir le luxe de … Continue reading

Neoprog

Image

Pour qu’il n’y ait aucun malentendu, il faut que je vous raconte une histoire.

Aux temps lointains du freeware et du shareware, avant l’open source, le Creative Commons,  vivait un informaticien, programmeur, qui pendant son temps libre, fabriquait des logiciels qu’il vendait sur Internet.

Sa maison d’édition se nommait JCLB Soft (il était jeune) et son pseudonyme était Zébulon. Sur son site web zéro,, chez Multimania, il proposait ces sharewares, parlait musique et présentait ses œuvres argentiques très médiocres. Comme quoi, peu de choses changent malgré le temps qui passe.

Ce site avait un nom, Neoprog, comme néo programmeur. Il est vrai que j’écoutais déjà Marillion, mais à l’époque, j’ignorais qu’il s’agissait de rock néo-progressif. Quand la musique prit le pas sur l’argentique (appareil détruit par de l’huile d’amande douce à la naissance de mon second garçon) et que l’ère du shareware fut tuée par Linus Torvalds, il ne me resta plus que la musique, Marillion, Sting, Kate, Gary Moore, Queensryche…, je conservais ce nom Neoprog et m’offrais même un domaine en .net. Neoprog.net était né. La musique devint mon unique obsession et j’élargis mes horizons avec IQ, Arena, Pendragon, toujours sans savoir qu’il s’agissait de néo-prog.

Quand je le compris, il était trop tard, Neoprog était devenu un webzine connu et le malentendu persista. Nous fument inondé de propositions de rock néo-progressif alors que mon cœur battait de plus en plus pour le metal prog. Nous fumes même conspués par une macédoine niçoise pour avoir osé parler de black metal dans nos colonnes. Que répondre poliment à ça ? Et ta sœur ?

J’ai pensé à changer de nom, de domaine, mais je ne suis ni metal prog, ni neo-prog, ni prog fusion, ni prog, j’aime juste la musique en dehors de toute cases, des étiquettes, des castes. Alors Neoprog, comprenez-le bien, est un webzine qui parle de musiques, celles qui nous font vibrer, un point c’est tout.

Pris en grippe

Image

Je n’ai pas eu la grippe cette année, juste quatre angines fulgurantes et plein d’antibiotiques. Je comprends que les gens me prennent en grippe, je me trouve plutôt antipathique. Je ne pense pas que me vacciner contre ce virus changera notablement mon attitude et donc la perception qu’ont les autres de ma belle personne. Dans les situations de crises, avec ces personnes qui ne me comprennent pas, lorsque tout semble bloqué, rien ne vaut une petite goutte d’huile pour dégripper la situation. Mais ce qui compte par dessus tout, c’est de garder la situation bien en main. D’où l’idée du grip.

Cet accessoire photo, rajoute, au bas de l’appareil, une poignée avec déclencheur et autres contrôles pour une tenue verticale de boitier. L’objet ergonomique propose également un emplacement pour une batterie supplémentaire.

A quoi sert un grip ? Je l’ai écrit plus haut, il s’agit une poignée confortable pour photographier en mode portrait sans tourner son poignet à 90°. C’est aussi un moyen de doubler l’autonomie de son APN, très utile pendant un festival ou loin d’une prise électrique. C’est également un accessoire qui offre une meilleure prise en main du reflex et limite les bougés.

Mais la qualité première d’un grip, c’est d’en avoir un plus gros que les autres, car le grip rend votre boitier, déjà imposant, tout simplement monstrueux. Ça en jette, ça fait pro. Sauf que le grip, avec sa batterie, rajoute un poids non négligeable au bardas que vous trimbalez déjà.

Alors frime ou pas ? Moi je vote pour la frime quitte à en baver sur le terrain. Nikon vend des grip pour tout ces modèles, et comme il se doit, ces accessoires sont hors de prix pour un simple bout de plastique. En plus ils ne sont pas compatibles d’un modèle de boitier à l’autre. J’avais un grip pour mon D7200, j’ai du m’équiper d’un grip pour mon D810. Déjà que le D810 était encombrant, maintenant, équipé du grip, il peine à rentrer dans le sac photo. Énorme !

Si vous cherchez des grips, vous n’êtes pas obligé de l’acheter chez le constructeur d’origine. Il existe des copies sans marque, vendues quatre fois moins cher et qui remplissent parfaitement leur mission.

Sauf que, des fois, il y a un petit grain de sable qui vient tout gripper. Mon grip pour le D810, un Travor pour ne pas le citer, fraîchement acheté chez Digixo pour ne pas leur faire de pub, se comporte bien dans l’ensemble, mais lorsque j’augmente l’ouverture – molette de devant tournée vers la gauche – il ferme puis ouvre le diaphragme au petit bonheur, selon l’humeur du moment. Alors bien entendu j’ai râlé, et Digixo m’a répondu,

Bonjour M. Le brun, Nous sommes désolés d’apprendre que vous rencontriez des problèmes avec votre produit.

Nous vous invitons à effectuer une demande de retour, et à nous renvoyer le grip. A sa réception, nous vous rembourserons votre commande.

Bien cordialement,
Service Client Digixo

Sauf qu’ils oublient de préciser que les frais de réexpédition sont à ma charge, en Colissimo, et que les frais d’expédition ne seront pas remboursés. Grip à 84 €, 5 € de frais d’expédition, 10 € de frais de retour, j’hésite vraiment à renvoyer l’objet, d’autant que le suivant pourrait être de même qualité. Du coup j’ai pris en grippe Digixo, d’autant que je suis encore enrhumé avec une belle conjonctivite.

La reprise (Dans mon iPhone n°19)

Gallery

This gallery contains 15 photos.

Oui c’est la reprise après une semaine de ‘vacances’. Des vacances au travail mais une pause dans les publications du webzine et du blog histoire de souffler un peu. Des ‘vacances’ pendant lesquelles j’ai écouté de très nombreux albums, les … Continue reading

Clic clac

Image

DX or FX, this is the question.

Lorsque vous discutez avec des photographes, que vous parcourrez les forums, un débat fait rage, utiliser un boitier reflex full frame ou pas. Le format 24×36 (dit full frame) possède un plus grand capteur que l’APS-C (16×24) que l’on trouve par exemple sur les boitiers hybrides et la gamme Nikon DX. Du coup, les boîtiers FX ou full frame  sont nettement plus chers – deux ou fois trois – alors que l’on perd un facteur grossissement de 1.5.

Quel intérêt franchement ? Le DX et le FX, c’est un peu comme la BX et la CX. Vous rouleriez avec quoi vous ? Une CX bien sûr. Pourquoi ? Parce que c’est plus classe.

Le truc bête avec le full frame, c’est qu’il faut posséder l’optique qui va bien avec sinon, ça ne sert pas à grand chose, et l’optique pour grand format, ça fait mal au porte-monnaie croyez moi. Bien entendu, vous pouvez basculer en mode DX, mais ce serait un peu comme maquiller une CX en BX.

Malgré tout ces arguments de bon sens, cela devait fatalement arriver un jour. A force de côtoyer des frimeurs qui se la pètent en BMW alors que je roule en Logan, des photographes qui se baladent avec leur full frame hors de prix, la jalousie maladive qui m’habite a gagné la bataille contre la raison.

Après deux APS-C en trois ans, j’ai commencé à lorgner du côté des Full Frame. Non que j’ai fait le tour des APS-C, loin de là, mais que je voulais goûter à la différence.

J’ai lu tout et son contraire sur les boîtiers FX et je suis conscient qu’un tel matériel entre mes mains, c’est donner de la confiture aux cochons. Mais voila, je suis un salle gosse pourri gâté, incapable de résister bien longtemps à un nouveau jouet. Et puis j’ai commencé la collection des objectifs plein format avec d’abord de 85 mm puis le 200-500 mm, mes deux optiques préférées aujourd’hui avec le 18-35 de chez Sigma, celles que j’emmène en concert, même si le 500 est un tantinet encombrant.

Etant chez fidèle à Nikon depuis trois ans, j’avais le choix entre un D610 un peu vieillissant, un D750 entrée de gamme, un D800 difficile à prendre en main, un D810 assez cher ou un D850 hors de prix.

Le D750 avec un capteur 24 Mo pixels me faisait envie, un plein format assez proche du D7200, facile d’utilisation. Mais dans les forums, je constatais que de nombreux photographes vendaient leur D750 pour acheter un D810. Était-ce un signe ? Le D810 neuf est clairement trop cher pour mon budget, il vaut quand même plus de 3000 €.  D’où l’idée d’en acheter un d’occasion, dans une boutique pro, avec pas trop de clics et garantie, histoire de ne pas avoir de mauvaise surprise au déballage.

La gamme 800, c’est presque une gamme pro, avec une prise en main assez différente de la gamme 7000, surtout côté gauche.

Avec le D810, on passe à un capteur de 36 Mo pixels, cela fait beaucoup de points tout ça, peut-être trop pour mon disque dur… La bête est lourde, plus haute, le clic clac ne sonne pas de la même manière, plus étouffé, l’œilleton est large et tout rond, l’écran est protégé d’un cache plastique amovible, les modes M, A, P, S se gèrent en main droite, quand les iso, le focus se contrôlent de la gauche. Il n’existe qu’un seul slot pour la carte SD, l’autre est réservé à un carte propriétaire Nikon. La zone d’autofocus est assez étroite en FX, parfaite en DX, bref ce sont de nouvelles sensations, des habitudes à prendre. Il ne faudra pas que je m’emmêle les pinceaux entre le D7200 et le D810 en concert, comme mettre le Sigma 18-35 ou le Tamron 70-300 par erreur sur le D810 alors que l’inverse ne pose pas de problème. La bonne surprise, c’est de pouvoir enfin descendre en dessous des 100 iso, 80, 64, et trois modes low iso, idéals pour des poses longues en plein jour. Le problème, c’est que je n’ai plus que deux objectifs adaptés à ce boitier, que faire ? Voyons…

Hopla

Image

L’Alsace est une région magnifique, et croyez-moi quand je le dis, car je viens d’un pays encore lus enchanteur, la Bretagne.

Voici trente-trois années que l’Alsace est mon pays d’adoption. Quand je dis adoption, comprenons-nous bien, le temps qu’il faut pour arriver à l’age de la crucifixion, les locaux ne vous adoptent pas, c’est trop tôt, tout au plus, ils vous tolèrent.

Chaque fois que je marche dans Strasbourg, j’ai m’impression d’être un touriste au milieu de ces japonais, chinois, italiens, anglais, allemands, belges, français de l’intérieur. Sa cathédrale, sa Petite France vénérienne et ses winstubs.

Une région particulière avec deux départements qui jusqu’au nouveau dessin des régions françaises ne voulaient surtout pas être ensembles et qui depuis l’invention du Grand-Est, ne rêvent que d’une chose, se regrouper et faire cessation.

Ils sont attendrissants ces alsaciens. Conservateurs, un peu fachos, ils aiment l’ordre mais pas au point de ressembler à leurs voisins allemands. Alors, ils foutent un peu de bordel dans leur rangement. Grandes gueules, xénophobes, ils aiment bien la marine fluviale, parce que la mer est loin. Ils aiment la bière, le vin blanc, la saucisse, le cochon et le choux. Une région de rêve où le tour de poitrine est record, dommage qu’il n’y pas que de la poitrine de porc.

Ils vivent dans des maisons colorées en bois, sans fondations alors que leurs portes et fenêtres sont encadrées de grès des Vosges, parlent un étrange dialecte qui n’es compris que trente kilomètres à la ronde (et à condition de ne pas être trop près des frontières suisses, allemandes, luxembourgeoises ou françaises). Seul point commun à leur patois qu’il nomment langue, c’est la pair de knacks, non pas de claques encore que… Allez dans une charcuterie commander dix knacks, vous repartirez avec vingt saucisses… C’est comme les couilles, ça va par deux.

Il n’existe que trois saisons en Alsace, l’hiver avec ces -20°C et son vent de nord-est, l’été avec ses +35°C et 100% d’humidité et l’automne, la belle saison, parce que pour vendanger il faut un temps agréable et sec. Le printemps ? Oui, vous voulez dire la transition du -20°C au plus 35°C, c’est l’affaire d’une journée.

Depuis six mois, j’arpente l’Alsace profonde, des crêtes vosgiennes à la plaine, allant à la rencontre de vignerons, le paysans, d’instituteurs à la retraite, des gens méfiants vis  à vis de l’étranger que je suis, qui parlent entre eux un dialecte incompréhensible avant de me saluer en français. Des grandes gueules un peu hostiles, qui une fois qu’elles vous ont adopté, ne vous lâche plus.

J’adore cette région, ses paysages, ses habitants, même si je suis resté enfermé dans ma Clio à manger ma salade Sodebo au bord d’un lac sous des trombes d’eau, alors que depuis deux jours nous mourrions de chaud en plein mois d’avril.