Les derniers jours de Ptolemy Grey

Image

Cette série Apple ne parle pas de la vie du savant grec Ptolémé mais d’un vieux noir atteint par la maladie d’Alzheimer. 

Samuel Lee Jackson incarne ce Ptolemy gâteux au cours de six épisodes d’une heure. 

Alors que Ptolemy croupit dans la crasse, se nourrissant de conserves de haricots froids dans le chaos de son appartement infesté de cafards, un médecin propose au vieil homme un traitement expérimental qui lui redonnera peut-être la mémoire pour quelques semaines.

Avec l’aide de Robyn, une jeune fille proche de sa famille, Ptolemy va reprendre en main sa vie à la dérive, enquêter sur la mort de son petit neveu, la seule personne qui venait encore le voir, et retrouver le fil de ses souvenirs effacés par la maladie. 

Ptolemy a une mission, mais il a oublié laquelle. Il possède un trésor mais ne sait plus lequel et l’endroit où il l’a caché. Des souvenirs d’enfance ressurgissent, le présent et le passé se bousculent dans sa tête, des paroles qu’ils avait oublié, l’amour de sa vie perdu à jamais, les économies qu’il cachait dans une valise en croco, les doublons d’or sous le parquet.

Samuel Lee Jackson joue l’homme sénile, le vieillard en sursis et le Ptolemy plus jeune avec brio. Une incroyable transformation physique et des changements de registres qui donnent toute la crédibilité à cette histoire.

Même si le regard posé sur la communauté noire et la famille de Ptolemy ne sont pas tendres, les personnages de la série finissent par devenir attachants à leur manière. A découvrir.

Moon Knight

Image

Oui d’accord, il s’agit encore d’un Marvel… Et croyez-moi, les mecs habillé de latex moulant ça n’est vraiment pas ma came. Pourtant je suis en train de regarder Moon Knight et j’en suis carrément accroc.

C’est une série en six épisodes qui passe actuellement sur Disney+ avec Oscar Isaac (vous savez le pilote de Star Wars). Encore une histoire de super héros schizophrène qui est parfois Steven le gentil, Marc le bourrin ou Moon Knight le vengeur masqué qui lui même possède deux formes. Ca veut dire quatre personnages dans un même corps ? En gros oui.

Marc Spector alias Moon Knight est apparu dans les comics en 1975. Il meurt lors d’un combat alors qu’il travaillait comme mercenaire en Egypte et revient à la vie grace au dieu égyptien de la lune, également dieu de la vengance. De retour aux U.S.A., il devient l’homme d’affaire Steven Grant le jour et le justicier Moon Knight la nuit.

Là où la série Moon Knight sort des clichés des super héros moule burnes à cape rouge et bleue, c’est que les aventures de Marc et Steven ressemblent plus à du Indiana Jones qu’à du superman. Ici on ne sauve pas les gens, on sauve l’humanité du grand méchant Arthur Arrow joué par Ethan Hawke. Heu ? C’est quoi le changement alors ? Ben ça ressemble plus à du Indiana Jones, c’est pas compliqué à comprendre si ? Il est question de dieux égyptiens, d’ancien temples, de justice et de mort. En fait il y a même un peu l’idée du film The Minority Report, avec cette justice rendue avant que le couple potentiel ne commette l’irréparable.

Steven est une tafiole, Marc un tueur impitoyable et leur cohabitation dans le même corps, surtout avec proximité de l’ex femme de Marc jouée par May Calamawy, n’est pas sans poser quelques problèmes. Il y a de l’humour, des effets spéciaux, de la baston, des frissons, bref ça fonctionne plutôt bien et surtout ce n’est pas trop pro U.S.A. pour une fois.

Sérénité

Image

Vous saviez que j’ai été assez bon en anglais ? Enfin… jusqu’en troisième et principalement à l’écrit.

Il y a très longtemps, j’ai découvert la série Firefly. Quel rapport me direz-vous ? J’y reviendrai plus tard. 

La série Firefly donc, pour être précis son unique et première saison car elle n’eu pas de suite faute de succès. Je l’avais regardée chez un copain et elle m’avait tellement plu que j’ai commandé le coffret de DVDs aussitôt rentré à la maison.

Firefly raconte les aventures d’un vaisseau classe Firefly, le Serenity et de son équipage pour le moins hétéroclite, qui survit en pillant des épaves et en transportant des marchandises plus où moins légales au nez et à la barbe des autorités. Des contrebandiers de l’espace voguant entre des lunes colonisées dans un décor de far west.

Les personnages et leurs interactions tumultueuses sont tout le sel de ces quatorze épisodes. Il y a Mal le capitaine (Buffy contre les vampires), un ancien sergent indépendantiste qui a perdu la guerre, Jayne la grosse brute que seul l’odeur de l’argent réussit à émouvoir, Inara, la prostitué de luxe qui loue une des deux navettes du Serenity pour son commerce, l’intriguant pasteur Book, Simon le chirurgien et River sa sœur surdouée en cavale et très recherchés, Kaylee la mécano qui parle au vaisseau, Hoban le pilote qui joue avec des dinosaures en plastique et son épouse Zoe, le bras droit de Mal pendant la guerre.

Malcom est le papa, Zoe la maman, Book le grand père et tous les autres des enfants, habitant sous le même toi, celui du personnage principal Serenity, présenté dans l’épisode ‘La Panne’.

Je connais les épisodes par coeur. Je ne sais combien de fois j’ai regardé cette série, on va dire beaucoup de fois en vingt ans, j’ai même quelques BDs racontant des épisodes inédits dans ma bibliothèque. 

Et pourtant je n’avais pas encore tout compris à l’histoire jusqu’à il y a peu. Non pas que l’intrigue soit complexe, loin de là, mais tout simplement parce la série n’existe qu’en version originale. Sur les DVDs il y a bien des sous-titres, mais en anglais pour mal-entendants… Du coup, certaines subtilités des dialogues étaient passés à la trappe, je l’avoue.

Mais dernièrement, en parcourant le catalogue de Disney +, je suis tombé sur la série Firefly, et miracle, il y avait les sous-titres en français. Alors je me refais l’intégrale avec gourmandise, je rie encore plus et comprends certaines tractations restées obscures dans mes souvenirs. Merci Disney ! Vous donnez une seconde vie à cette série culte pour les quelques rares geek encore vivants.

Pour ceux qui voudraient creuser, il existe également un film, Serenity, qui fait suite aux quatorze épisodes. Je l’ai vu aussi à de nombreuses reprises dont la première au cinéma et depuis en DVD.

Je compte bien finir par le film, cela va sans dire, même s’il est nettement moins bien que la série.

Le livre de Boba Fett

Image

Après une première série assez réussie dans l’ensemble, Disney continue l’exploitation de la licence Star Wars avec plus ou moins de bonheur. Nous avons eu une trilogie de plus en plus catastrophique, un excellent Solo, plein de courts métrage dérivés et maintenant Le livre de Boba Fett.

La série en sept épisodes raconte évidement les aventures de Boba Fett, ressuscité d’entre les morts, s’extirpant du ventre du vers des sables, le Sarlacc de la planète Tatooine. Nous sommes clairement en terrain connu.

Les trois premiers épisodes, composés de flash back de de réveils dans le présent dans un cuve à bacta m’ont enthousiasmé. Une narration lente, un retour bienvenu sur le monde de Tatooine où tout commença avec Georges Lucas, j’étais aux anges.

Et puis il y a eu les scooters et les jeun’s améliorés, une poursuite ridicule dans les rues de Mos Eisley pour que la série ne vire à la catastrophe. A partir de là tout part en vrille. Les personnages de la saga se croisent, Luke, Mando, Grogu, les combats se multiplient et la science-fiction vire au western. Bon d’accord, Star Wars est un grand western spatial, mais pas avec des duel à Il était une fois dans l’ouest dans le désert de Tatooine.

L’histoire ? Ben c’est Boba Fett qui a pris la place de Jabba le Hutt dans son palais et décide de reigner sur tout ce petit monde. En d’autre mots le tueur le range. Faut dire qu’il n’est plus tout jeune.

L’épisode final est sans doute le pire de tous avec une grande baston sans aucun intérêt qui achèvent de mettre à mort cette nouvelle courte série Disney. Les fans de Star Wars feront comme moi, ils regarderont la série jusqu’à la fin en râlant comme des vieux cons et attendront les aventure d’Obi-Wan Kenobi prévues pour cette année. Les autres, passez votre chemin, il s’agit ici vraiment de sous série.

Acapulco

Acapulco fut longtemps le Saint Tropez américain, des plages de rêve, des hôtels de luxe, le paradis des vacances pour célébrités. 

Apple TV en a rêvé et diffuse depuis peu cette destination VIP aux abonnés de la chaîne sous forme d’une série en dix épisodes.

C’est une histoire qu’un homme qui a réussi dans la vie, raconte à son neveux en guise de cadeau d’anniversaire, l’histoire de sa vie. La vie d’un jeune mexicain des bas quartiers de la ville, qui rêvait de travailler dans l’hôtel de luxe rose où toutes les stars américaines venaient se reposer loin des médias. 

Et son rêve se réalise, il est embauché comme garçon de piscine à Las Colinas, l’hôtel sulfureux d’Acapulco. Et dès le premier jour, il tombe amoureux de la petite amie du fils de la propriétaire. 

La série, pleine de bons sentiments et d’humour, raconte les premiers pas du garçon et de son ami dans cet hôtel, la découverte d’un autre monde, l’histoire de certains personnages et les dessous d’un lieu réputé sulfureux. Une série très colorée de part ses personnages et ses décors, racontée à deux périodes, aujourd’hui et en 1984 avec les tubes de l’époque réinterprétés en espagnol.

Les personnages sont attachants comme leurs histoires, l’univers est dépaysant avec un délicieux parfum de nostalgie eithies. Et le contraste entre les clients, ces riches américains et le personnel, les pauvres mexicains, est intelligemment amené. Bref une série divertissante qui se regarde avec plaisir.

Le nom de la rose

Image

Tous les vieux comme moi ont vu le film de Jean-Jacques Annaud, Le Nom de la Rose, avec Sean Connery. 

Certains se sont sans doute alors aventurés à lire le pavé d’Umberto Eco dont est tiré le film. Pour ma part, j’ai abandonné à la page dix, comme avec tous ses bouquins que j’ai tenté de lire. Deux en fait.

Pour ceux qui ne le sauraient pas, il existe également une mini série italienne en huit épisodes, sortie en 2019 qui raconte cette histoire.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas le film ou le livre, le Nom de la Rose prend place en pleine inquisition et guerre des papes au 14 siècle, dans un monastère reculé dans la montagne, où les religieux copient des livres et parchemins. 

C’est en ce lieu que doit avoir une importante rencontre entre les moines franciscains et l’envoyé du pape pour statuer sur le devenir de leur ordre accusé d’hérésie.

Peu avant l’arrivée du franciscain Guillaume de Baskerville et de son novice Adso venus pour la dispute avec le pape, un moine est mort d’étrange manière, et Guillaume, ancien inquisiteur lui-même, connu du père abbé pour son érudition, est invité à mener l’enquête dans le monastère.

D’autres moines meurent dans d’inquiétantes circonstances les jours qui suivent. Et très vite on accuse le démon. Mais Guillaume, lui s’intéresse plus à l’immense tour fortifiée et son labyrinthe, à laquelle chaque victime semble liée, et qui abrite des ouvrages interdits.

La série raconte une enquête policière dans une enceinte monacale où l’hérésie côtoie la luxure et les superstitions alors que le grand inquisiteur du pape, Bernardo Gui, arrive par surprise pour s’inviter au débat avec les franciscains.

Si les personnages ne possèdent pas le charisme de ceux du film de Annaud, si Sean Connery n’est pas là avec son charme irrésistible, la série est à la hauteur de l’histoire avec de très bons acteurs (si on oublie Greta Scarano dans le rôle d’Anna), de magnifiques décors et d’une lenteur qui sied parfaitement à l’intrigue.

Si vous avez aimé le film, vous devriez passer un bon moment avec la série. Si vous avez aimé le livre, vous… je n’en sais rien en fait, je n’ai pas dépassé la page dix mais je crois l’avoir déjà écrit.

The Show Must Go On

Nous retrouvons Jennifer Aniston pour une seconde saison de The Morning Show. Surprise, elle joue toujours aussi mal, sur mimant ses réactions et émettant des borborytmes pour rendre crédibles ses émotions.

Mitch Kessler s’est fait virer, Alex revient à l’antenne, Bradley fait son coming out, Yanko est accusé de racisme. La saison deux s’intéresse plus aux personnages qu’aux rouages d’une matinale de grande écoute américaine. Et pour tout dire, c’est nettement moins bien, voir carrément barbant.

Le COVID-19 pointe son nez masqué quand Bradley découvre qu’elle aime une femme et que Mitch se morfond en exil dans une magnifique villa italienne au bord d’un grand lac, la même villa dans laquelle Vador culbuta la Princesse Amidala ? Possible.

Les primaires américaines battent leur plein et l’identité sexuelle comme les minorités sont au coeur du débat, surtout avec ce gros con de Trump en lice. Au milieu de tout ça, un bouquin va sortir sur l’affaire Mitch Kessler (voir la saison une) et certains s’interrogent sur ce qui a été écrit dedans, surtout Alex qui revient sur le devant de la scène et qui redoute de voir son nom associé à celui de Mitch.

On a été jusqu’au bout en mémoire de l’excellente première saison mais franchement ne commettez pas cette erreur. Cette saison 2 fut d’un ennui profond, particulièrement le dernier épisode où Alex, à peine revenue d’Italie, développe tous les symptômes du COVID-19. Pathétique !

Bien vu l’aveugle !

Image

Au tout début de notre abonnement Apple TV+, nous avions commencé la série See avec Jason Momoa, vous savez la grosse brute de Stargate Atlantis. 

Si les visuels de cette série sont vraiment époustouflants, elle parle cependant d’un peuple aveugle… Un monde post apocalyptique où l’humanité a perdu la vue. C’est beau mais c’est chiant et nous avons arrêté rapidement.

Mais comme mon épouse fricote trois fois par semaine avec des musiciens, à moins que ce ne soit avec un alien en chaleur, je me retrouve tout seul devant l’écran une bonne partie de la semaine. Et pour éviter de lui voler des séries sympas, je regarde celles que nous avons abandonné en route. C’est beau l’amour.

J’ai donc repris See au sixième épisode après avoir fini la seconde saison de The Orville. L’histoire parle d’un clan d’aveugles où naissent deux faux jumeaux voyants, des enfants sorciers pourchassés par la méchante reine. Non ce n’est pas Blanche Neige.

Les épisodes oscillent entre post apocalyptique, heroic fantasy, dystopie et baston, oui faut bien donner quelque chose à faire à Jason. Un univers non voyant pas forcément très crédible, surtout les combats en aveugle, bâti sur les ruines de notre monde. 

Les personnages les plus fouillés sont la reine complètement dingue et son général pourchasseur d’hérétiques. Baba Voss, le père adoptif des jumeaux, incarné par Mamoa ne brille pas par son interprétation, son épouse Magra (attention spoiler, la soeur de la reine), est assez peu convaincante, Haniwa la jumelle est pas mal (interprétez ça comme vous voulez) et son frère Kofun est insipide.

Les épisodes se partagent entre marche, baston saignante et un peu de blabla. Comme dit précédemment, le plaisir de la série tourne autour des magnifiques paysages de la Colombie Britannique même si je l’avoue, l’ajout quasi systématique de flares (reflets du soleil) numériques sur la pellicule est particulièrement agaçant.

J’en suis maintenant à la saison deux qui n’a guère plus d’intérêt que la première même si un début d’intrigue politique voit le jour. Bref c’est joli et chiant mais c’est ça ou visionner à nouveau The Orville ou X Files.

Foundation

Image

Il y a bien longtemps, j’ai voulu lire l’œuvre majeure d’Isaac Asimov récompensée par le prestigieux prix Hugo, Foundation. J’avais dévoré ses nouvelles sur les robots et adoré le concept des trois lois de la robotique comme la manière dont ces machines intelligentes se trouvaient piégées par leur logique imposée.

Mais voilà, Foundation, son univers, sa politique, n’avait pas eu de prise sur mon imaginaire et j’avais abandonné le livre en cours de route.

Apple TV+ a lancé il y a peu la série inspirée du même roman et après avoir regardé quelques épisodes éblouissants, j’ai voulu me plonger à nouveau dans les mots de l’écrivain.

Une fois encore, j’ai failli abandonner. Rien à faire, mes paupières se fermaient à la lecture de la psychohistoire et des factions politiques en jeu. Je me perdais dans les personnages et les rares évocations planétaires m’indifféraient. L’ouverture du sanctuaire sur Terminus a relancé mon intérêt et j’ai réussi à terminer le livre, mais ce fut limite. 

Le livre se compose de nouvelles rythmées par les crises Seldon. Une écriture déstabilisante qui transporte le lecteur dans le temps et lui impose de nouveaux décors et personnages régulièrement. Si vous aimez les intrigues, le pouvoir, les magouilles et la politique, Foundation pourrait vous séduire. Si vous chercher de la hard science ou du space opéra, changez de livre.

La série TV Foundation ne joue pas franchement la carte de l’action avec de lents épisodes d’une heure où il se passe finalement assez peu de choses. Mais ses personnages possèdent beaucoup d’humanité et les visuels sont à couper le souffle. L’histoire, même si elle suit la trame de la psycho histoire qui prédit la chute de l’Empire, s’attarde plus sur les destinées des personnages dans la tourmente qu’à l’idéologie politique qui entoure les événements. La série s’inspire du roman, reprenant quelques uns des ses éléments principaux et en les traitant parfois très différemment. Elle enrichit l’univers avec des éléments comme les empereurs clonés, la grande prêtresse et s’embourbe nettement moins dans la promotion du nucléaire et les tractations politiques.

C’est assurément la meilleure série de science-fiction que j’ai regardé sur la plateforme Apple a ce jour et il y a pourtant eu For All Mankind, c’est tout dire.

Lettre ouverte à l’Helvétie

Image

Je lis régulièrement un vieux blogueur suisse gaucho roliste, pro LGBT, enfin vous voyez le genre.

Il parle de metal, de prog et autres musiques de dégénérés quand il ne refait pas le monde ou vente des séries qu’il regarde vautré dans son fauteuil en buvant des bières à la raclette.

 Et il n’est même pas célibataire même si lui au moins a eu le bon goût de ne pas se reproduire.

J’avoue que je lui ressemble un peu en plus chevelu quand même et moins éclectique dans mes choix.

Alors quand il a parlé d’une série genre Star Truk à l’humour potache, j’ai voulu la voir. 

Il aura fallu deux années pour qu’elle soit enfin diffusée en streaming sur Disney et je commence à comprendre pourquoi.

Tapez « parodie Star Trek » dans votre moteur de  recherche préféré et vous tomberez avec un peu de malchance sur The Orville.

Je cite la presse au sujet de cette série : « Dans l’espace, personne ne vous entendra bâiller ».

Ma femme a décroché au premier épisode, mon fils s’est foutu de ma poire lorsqu’il a réalisé le genre de truc que je visionnais et moi j’ai continué à regarder. 

Hem ! Serait-ce à cause de l’ex épouse du commandant qui est également son second ? 

Les cinématiques spatiales sont dignes d’une synthèse d’image générée par un ZX 81 hors d’age, les acteurs semblent dirigés par Ed Wood et le scénariste hésite entre épisodes à morale et grosse farce pipi caca.

Parodie de Star Trek ? Ben oui un peu, du moins au début. Le vaisseau, les aliens, les personnages, les aventures, les costumes, l’équipage, la navette, la propulsion, les transmetteurs, on retrouve tout cela en vrac dans The Orville. 

Star Trek s’auto-parodie tout seul d’une certaine manière, du coup The Orville est obligé de grossir le trait jusqu’à devenir une caricature de la caricature pour parvenir à ses fins tout en essayant de proposer du contenu à ses épisodes. The Orville est une série de science-fiction à la fois potache et moralisatrice, un délicat équilibre que son réalisateur et acteur principal peine à trouver.

Maintenant la question que vous devez vous poser est la suivante : mais que diable allait-il faire dans cette galère ? Heu… j’ai honte… cette série est assez crétine et je continue à la regarder, à raison de trois épisodes les soirs où mon épouse retrouve son amant extraterrestre bleu qui suinte du visage. Je n’ai aucune excuse en fait à part le fait d’être trop accaparé par mon travail. Alors dès que je peux, je pose mon cerveau au vestiaire pour jouer au Lego, écouter un peu de prog facile et visionner une série débile.