Concorde

Image

Le Concorde s’est écrasé le 25 juillet 2000 à Gonesse, juste après son décollage de l’aéroport Roissy Charles de Gaule. Tout le monde sait cela.

Ce que vous ignorez sans doute, c’est qu’il a terminé sa course sur l’hôtel où ma femme et moi-même avons dormi quelques nuits avant de trouver un logement en région parisienne. C’était huit ans plus tôt. Nous sortions de l’école et nous alliions débuter notre carrière sur l’aéroport en question.

Notre traitement de fonctionnaire ne nous permettait pas de profiter d’un vol Paris New York en quatre heures. Nous n’avons jamais volé dans l’oiseau blanc. Par contre, nous avons eu l’occasion de le visiter alors qu’il était encore en service.

Nous avons quitté Roissy pour Strasbourg en 1995. Nous avons donc échappé à l’enquête aéronautique qui a suivi le drame. Et tant mieux pour nous, car le seul crash que nous ayons ey à gérer à Roissy pendant notre service, un petit bimoteur de la Lufthansa, avait bien compliqué notre quotidien de météorologue pendant plusieurs semaines.

Outre le fait qu’il s’agisse presque du seul avion supersonique civil ayant jamais volé, le Concorde avec sa ligne si particulière, ses ailes delta et son nez inclinable restera toujours un peu spécial pour moi.

Du coup quand Lego a annoncé la sortie d’un modèle à l’échelle 1/60, mon coeur n’a fait qu’un bon. Pourtant le visuel m’a finalement rebuté, particulièrement le nez et j’ai renoncé à la précommande. Je suis ensuite allé régulièrement dans la boutique Lego vérifier s’ils avaient le modèle en stock mais non, rien. Alors j’ai patienté, car je voulais avoir une meilleure idée de la chose avant de me décider.

Chez Lego il y a des modèles rendu très sexy par leurs photographes qui déçoivent une fois monté comme le phare motorisé et d’autres qui à l’inverse possèdent un rendu photo décevant alors que lorsqu’ils sont assemblés, sont tout simplement magnifiques, comme le NASA Apollo 11 lunar lander.

Quelques jours avant mon anniversaire, je suis passé, comme par hasard, à la boutique Lego. Il y avait la nouvelle cabine téléphonique britannique, l’ornitopthère de Dune, un astronaute en combinaison et surtout le concorde. J’ai vu la grosse boite, j’ai vu le prix, j’ai regardé l’image du Concorde et je me suis emparé du carton pour aller droit vers la caisse. C’est la crise mais on a qu’une vie.

Mon épouse a accueilli la dépense avec son éternelle bienveillance, déclarant qu’elle préférait le Concorde aux fusées. Ce qu’elle ne savait pas encore, pas plus que moi au demeurant, c’est que l’objet assemblé mesure plus d’un mètre de long. Ouille !

A peine rentré, je me suis mis à l’ouvrage. Deux mille et quelques pièces dans une vingtaine de sachets et une notice avec pas mal de pages m’attendaient au tournant. 

C’est un modèle assez simple à assembler et la marque LEGO a eu le bon goût de livrer des pièces spécialement étudiée pour simplifier le montage des briques. En fait presque tout est symétrique et le plus gros travail est l’aile delta et le mécanisme de déploiement du train d’atterrissage qui est escamotable.

Six à huit heures confortablement installé dans le salon à assembler des petites briques tout en écoutant de vieux albums de rock progressif. Il y a plus désagréable pour occuper un week-end.

Par contre, je n’avais vraiment pas anticipé la taille du monstre. Je n’ai aucune étagère assez grande pour l’exposer à la maison. Du coup il est arrivé au bureau pour tenir compagnie au rover Persévérance et à deux boîtiers photo.

Notre bilan carbone 2023

Image

A l’heure de la COP 28 présidée par un magnat du pétrole, il est l’heure de vous révéler notre bilan carbone 2023.

Malgré une flambée des prix du gaz cette année et grace à un redoutable ascétisme, nous avons réussi à baisser notre facture de chauffage, donc à consommer beaucoup moins que prévu. L’hiver a été pourtant relativement froid avec quelques jours à moins 10, mais en fixant le thermostat à 17 lorsque nous sommes dans la maison (15 la nuit et le reste du temps), en portant de gros pulls et des chaussettes épaisses, nous avons survécu.

Le rez de chaussée est maintenant équipé de nouveaux doubles vitrages antibruit et thermiquement plus efficaces qui devraient encore faire baisser la facture. Seul hic, ils sont en PVC (nous n’avions vraiment pas le budget pour du bois) donc bof.

Les appareils électriques non vitaux ont été débranchés comme la box pendant la nuit, la console, la télévision et je fais depuis longtemps la guerre aux pièces vides éclairées. 

La conséquence de toutes ces adaptations au réchauffement climatique, c’est que nous vivons dans une maison froide et sombre en hiver, étouffante en été.

Nous n’avons fait que 10 000 kilomètres en voiture (ce qui est encore beaucoup trop) sachant que nous avons dû réaliser quelques aller-retours à Lyon pour installer notre petit dernier ainsi qu’un grand week-end road movie dans la même région pour voir des oiseaux. Le reste, 7000 kilomètres représentent des promenades dans la région et les courses. Cela représente presque 20 kilomètres par jour tout de même.

Pour les trajets au travail c’est toujours le vélo sauf le jour des courses et quelques accidents climatiques dévastateurs. Sinon j’utilise beaucoup mes pieds. 

Nous avons tout de même pris deux fois l’avion pour partir en vacances, et ce dans la même année, des courts courriers pour l’Italie à chaque fois. Mais si je ne cède pas au moins une fois par an, ma femme me quittera c’est sûr !

Question déchets, en plus du composteur au fond du jardin, nous trions tous nos emballages aujourd’hui. Sans être au zéro déchet loin de là, nous jetons environ 30 litres à l’incinérateur tous les deux semaines au lieu de six fois plus auparavant. Après, ce qui est fait du recyclable reste un autre problème.

Question alimentation, sous la pression de notre petit dernier, nous avons renoncé à la viande bovine comme au porc. Nous ne mangeons plus qu’un peu de poulet et de canard, une viande moins gourmande en eau et au bilan carbone bien meilleur. 

Nous mangeons bio, local, du jardin idéalement, bien que cette année je n’ai pas récolté grand chose à cause de la sécheresse. 

En parlant de sécheresse, je n’ai arrosé qu’avec l’eau pluviale, j’ai installé des gouttes à gouttes pour les cultures, j’ai laissé l’herbe pousser et je n’ai taillé les haies que début août pour préserver la nidification.

Là où cela ne va pas du tout, ce sont les dépenses compulsives réalisées en 2023. J’avoue, cette année j’ai fait fort avec un télescope, une tablette, un nouveau boîtier photo et une seconde monture équatoriale. Que des objets hi tech superflus manufacturés en Asie consommateurs de terres rares, transportés en porte-containers et fabriqués par des petits n’enfants. Oui je grossis un peu le trait volontairement mais pas tant que ça en fait.

Mais mon empreinte carbone est également liée à mon travail. J’ai beaucoup roulé en 2023. 6500 kilomètres, 1500 en train, 5000 en voiture mais dont 4000 en électrique. Bref ‘seulement’ 1000 kilomètres en véhicule thermique.

A coté de cela j’ai baissé le chauffage des dix centres sous notre responsabilité à 19 degrés, installé une borne de recharge électrique, respecté les consignes de vitesses (110 km/h sur autoroute et 100 sur quatre voies), changé les éclairages anciens pour des LED avec détecteurs dans trois nouveaux sites, remplacé trois chaudières à gaz par du chauffage urbain et une chaudière à pellets, limité le nombre de ballons d’eau chaude en fonctionnement, éteint les éclairages extérieurs, installé des poubelles de recyclage, bridé les climatisation à 26 degrés, favorisé l’usage du vélo (atelier réparation, abris) et passé des marchés avec des clauses éco responsables. Bref, j’ai suivi les instructions de notre ministère.

Notre bilan carbone est de 7,3 tonnes de CO2 par an. Peut mieux faire. Idéalement il faudrait arriver à 2 tonnes par personne ce qui va être complexe avec notre vieille maison. On peut déjà baisser côté transports.

Pour l’année prochaine, l’objectif est d’arrêter d’acheter des trucs inutiles, de voyager plus près et de rouler encore moins. Cela devrait être possible grace à notre perte de pouvoir d’achat car notre petit dernier reprend ses études et que cela va nous coûter une blinde. 

Je crois une fois de plus que l’éco responsabilité passe par la décroissance soutenue moralement par la baisse du pouvoir d’achat. Et pour Noël, nous avons opté pour un seul modeste cadeau par personne, genre livre ou disque. Finie l’orgie.

Vivons pauvres, nous sauverons la planète, enfin peu-être…

Un marché public

Image

Les ouvriers s’installent pour deux semaines de travaux avec leur Senseo dans la cuisine.

Après un premier café le camion arrive. 750 kilos sur une palette oscillent dangereusement de droite à gauche, le livreur nous donne quelques sueurs froides mais tout arrive à bon port.

La grue ne tarde pas à faire son entrée dans la danse, un énorme camion grue qui agrippe la chaudière par deux petits crochets situés à son sommet. Les câbles soulèvent la machine mais les crochets lâchent et l’ensemble tombe brutalement par terre. Une chaudière neuve à vingt mille euros.

Avec des sangles cette fois, le lourd cylindre est approché de la porte de la chaufferie, la manœuvre est délicate et dangereuse, trois techniciens s’activent, mais rien à faire, il ne rentre pas, le cylindre est deux centimètres trop large.

La chaudière est déposée et désossée pour une troisième tentative, cette fois-ci réussie. Reste à faire rentrer le ballon de mille litres maintenant.

Mais qu’est-ce donc que ces deux traits circulaires parallèles espacés de cinquante centimètres sur le cylindre du ballon ? Un employé s’approche avec une meule et commence à le découper en suivant les traits. Le ballon est trop haut pour la pièce. On lui ampute deux cent cinquante litres au passage pour le souder à l’arrache sur le macadam du chantier.

En relisant les préconisations du bureau d’études, on trouve bien un ballon tampon de mille litres mais le chauffagiste assure que tout ira bien. Et la garantie sur le ballon ?

Pour un premier jour de chantier, nous avons eu droit à la totale, d’autant qu’aucun plan de prévention n’avait été signé par l’entreprise. La chaudière est tombée pendant son grutage, le ballon a été amputé d’un bon quart de sa capacité.

Quinze jours plus tard, je suis revenu pour la mise en service de la machine.

La société vérifiant l’installation de la chaudière a tout d’abord constaté quelques problèmes : il manquait une sonde sur le ballon tampon, un capteur était branché sur le mauvais contacteur et quatre vis sans fin manquaient dans le corps de chauffe.

A l’allumage, le disjoncteur de la chaufferie à sauté un nombre incalculable de fois. Il y avait quelque part un court circuit. L’expert a tout décâblé et testé les circuits un par un. C’est là qu’il a découvert que la pompe principale du circuit ne fonctionnait pas. Les plombs de celle-ci étaient grillés. A la fin, la chaudière s’est remise en route et on ne sait toujours pas ce qui s’est vraiment passé.

Une fois la chaudière en chauffe, une pompe aurait dû s’actionner pour remplir le abllon tampon de mille, non pardon, sept cent cinquante litres, mais après bien des recherches, il est apparut qu’une valve anti retour avait été monté à l’envers. L’opération de mise en service aura duré près de cinq heures et le lendemain, un des radiateurs du centre ne fonctionnait toujours pas, tout cela parce que le circuit n’avait pas été correctement purgé.

On appelle cela un marché public à soixante dix mille euros. C’est ce que nous payons avec vos impôts.

Les loisirs

Image

Cette année, je me suis inscrit dans deux associations : un club photo, celui où j’étais l’année dernière, et un club d’astronomie. Car en dehors de la musique qui occupe beaucoup de mes loisirs, de la marche, de la lecture et des séries TV, ces deux activités sont devenues très importantes dans ma vie.

Pourquoi rejoindre des clubs alors que je pratique déjà ces activités en solitaire ? Justement pour ne pas rester seul dans mon coin. 

Je l’ai vu avec la photographie, partir en affut à plusieurs dans la campagne à la recherche du Martin Pêcheur, c’est bien plus drôle que de rester seul dans son observatoire pendant plusieurs heures. En plus, c’est un moyen de découvrir de nouveaux spots où je n’avais pas l’habitude d’aller.

Pour l’astronomie, mes nombreuses rencontres sur le toit du monde, m’ont permis d’échanger avec d’autres passionnés, de découvrir de nouveaux équipements, de comprendre certaines techniques et de suivre de judicieux conseils.

Mais outre la technique, le matériel et se sentir moins seul, c’est aussi l’occasion de belles rencontres avec des personnes qui partagent la même passion. Je n’accroche pas forcément avec tout le monde, loin s’en faut mais quelques contacts peuvent se transformer en amitiés durables, et ça c’est très sympa.

Le souci, c’est que tout cela prend du temps, et mon temps libre est précieux. Les week-ends ne comptent que deux jours et sont déjà bien remplis pour développer les photographies, alimenter le blog avec ma prose, enregistrer les chroniques en images, écouter de la musique, jardiner, bricoler, voir les amis etc etc.

En fait, il faudrait que je sois déjà à la retraite pour dégager assez de temps pour tous mes loisirs. L’échéance se rapproche petit à petit sauf si une nouvelle loi vient retarder mon départ et je commence à comprendre que je devrais m’équiper avant la cessation d’activité. Car tous calculs faits, il semblerait que je vive avec assez peu de revenus à partir de soixante-quatre ans.

Une promenade à Besançon

Image

Strasbourg Besançon c’est moins de deux heures en TGV. Cela tombe bien puisque je m’y rends souvent pour le travail depuis que le chef de centre a démissionné de ses fonctions.

Sauf que lorsque le train avait quinze minutes de retard et que les travaux du tram m’obligeaient à prendre un bus pour rejoindre la gare en plus d’une heure. Un trajet au final plus de trois heures. J’aurais mieux fait de prendre la voiture.

Malgré la pluie et une journée laborieuse, je suis allé me promener au centre ville en soirée, équipé de mon G9 qui me suit lors de mes déplacements. Une promenade le long des quais du Doubs et dans les rues de la vieille ville.

Besançon est une petite ville de province en comparaison de Strasbourg et le soir, certaines rues charmantes au demeurant, craignent un petit peu, voir beaucoup. N’empêche, j’avais envie de faire quelque photos histoire de ne pas revenir bredouille.

Quais déserts, places vides, rares terrasses éclairées, trams ramenant les banlieusards moroses chez eux, quelques altercations au bord de l’eau, l’atmosphère de la ville, presque déjà endormie à 21h me semblait surréaliste.

J’ai marché sur les pavés le long du Doubs, au pied de la ville à laquelle on accède par un passage souterrain, j’ai admiré le Minotaure en béton qui se dresse sur une petite île, j’ai arpenté une place minérale déserte pavée de pierres jaunes, glissé mon appareil photo entre les barreaux du portail d’un hospice silencieux, espionné une terrasse de café follement animée en comparaison du reste de la ville, photographié un pont tagué franchissant la rivière et comme les averses revenaient, j’ai retrouvé l’hôtel 3 étoiles bruyant dans un quartier moche en bordure de la rocade.

Le lendemain, après une matinée encore bien chargée,  j’ai repris le TGV dans l’autre sens, cette fois-ci il avait une heure de retard. Un retour qui a pris plus de quatre heures pendant lesquelles j’ai traité des soucis budgétaires sur le réseau wifi poussif de la SNCF. J’y retourne bientôt, pour de nouvelles photos peut-être, mais surtout pour travailler.