Comment je suis passé de Apple à Android

Image

A la maison on est Apple. iPhone, iPad, Apple TV, iMac. Pourquoi ? Parce c’est cher… 

  • L’iPhone parce qu’il est simple d’usage, qu’il possède une belle robustesse, qu’il est sûr et assez sexy. 
  • L’iPad parce qu’une fois que l’on a gouté à l’ergonomie de iOS on ne veut plus utiliser Androïd. 
  • L’Apple TV parce que ma box internet ne permet pas la VOD. 
  • L’iMac parce que j’en avais assez de changer de PC asthmatique tous les trois ans pour bosser avec Lightroom.

Pourtant, malgré ce culte voué à Steve Jobs, j’ai commandé, à mon grand désespoir, une tablette Android. 

Quelle crasse l’entreprise Apple m’a t’elle donc fait ? Aucune, Apple n’est pas en cause. C’est ZWO le fautif.

ZWO c’est l’entreprise chinoise qui commercialise l’Asiair, ce mini PC qui pilote la monture équatoriale du télescope. Et dernièrement ils ont déployé la version 2.12 du firmware sur leur application, celle qui tourne sur mon iPad. Et cette nouvelle version ne gère plus correctement mon boîtier photo. 

Je serai bien revenu à la version précédente du logiciel mais voilà, sur iOS on ne peut pas faire marche arrière. C’est un système fermé, sécurisé qui n’autorise pas ce genre de bidouille. Donc je suis condamné à attendre que ZWO corrige le bug.

Par contre, sur Android, la manip est réalisable. J’ai d’abord tenté d’installer un émulateur Android sur l’iMac pendant une après-midi. En fait j’en ai installé trois différents. Le premier tournant sur la machine virtuelle Parallels était tellement lent que j’ai dû renoncer à l’utiliser. Le second était un émulateur pour jeux sous Androïd et le troisième n’a jamais démarré malgré plein de mac bidouilles.

J’ai récupéré la tablette Android d’un copain pour faire quelques essais mais malheureusement celle-ci ne possédait pas suffisamment de RAM pour faire tourner le programme. Alors je me suis décidé à acheter une petite tablette Androïd pas cher. J’ai fait trois magasins : Boulanger, Auchan et Darty. Le prix plancher était de 150 € et le choix très limité. 

Alors j’ai commandé depuis le navigateur Safari de l’iMac une tablette Android sur Amazon. Une forme de double trahison qui me fait un peu honte. Ben oui, Amazon c’est mal mais après une heure et demie de vaines recherches à vélo pour trouver une tablette j’en avais marre. Et puis commander de l’Android sur une machine Apple, c’est clairement un constat d’échec dans la vie.

L’Android low cost est arrivé à la maison un soir et je me suis lancé dans les bidouilles. J’ai abaissé le niveau de sécurité applicative, téléchargé APKPure qui permet d’installer d’anciennes version logicielles et j’ai téléchargé les fichiers XAPK de versions précédentes de l’application Asiair.

La 2.1 a présenté hélas les mêmes symptômes alors je suis descendu à la 2.0. qui elle aussi posait les mêmes problèmes. Il faut bien comprendre que télécharger un XAPK c’est long comme de l’installer. Mais une fois l’application Asiair sur la tablette, il faut revenir au firmware usine du petit ordinateur pour ensuite tester la chose. Et l’application Android Asiair répond évidemment très mal, on n’est pas sous iOS, surtout avec un modèle low cost chinois, bref cela prend du temps.

Je suis descendu jusqu’à la version 1.9 que je n’avais jamais utilisée auparavant et le problème persistait. Du coup, ça ne pouvait venir que du Nikon Z6 II. Mais d’où ? 

J’ai donc vérifié tous les menus en vain. Il faut savoir que en astrophoto j’utilise le mode U3 du boîtier qui est personnalisé pour cette activité. Ça a de l’importance pour la suite. Un mode en RAW large sans compression, en manual focus sans gestion du bruit, de vignettage , de distorsion, ISO 1000 en Bulb.

En preview sur Asiair, les photographies fonctionnent. C’est lors du plate solving, la reconnaissance du ciel pour naviguer dedans, que l’ordinateur me signale un problème de format RAW. Et si je reviens en preview ensuite, le message persiste.

C’est là que j’ai eu un doute. Et si le mode plate solving basculait tout seul sur un autre réglage du boîtier ? Ça paraissait peu probable mais possible puisque l’Asiair pilote directement l’appareil. J’ai alors scruté le mode M sur le Nikon et surprise, celui-ci enregistrait les clichés en jpeg ! J’ai basculé la config en RAW et tout a soudainement merveilleusement bien fonctionné.

Du coup j’ai installé à nouveau la toute dernière version 2.12 de l’Asiair sur l’iPad, mis à jour le firmware et constaté avec amertume mêlée de bonheur que tout fonctionnait parfaitement.

Je me retrouvais toutefois avec une tablette Android neuve totalement inutile à la maison utilisée seulement pendant trois heures. Par chance, chez Amazon, il est possible de retourner ses achats et se faire rembourser intégralement. Je sais, c’est mal.

Donc voilà, je suis passé de Apple à Android pendant environ trois heures dans ma vie. Ça été dur, très dur, mais j’ai retrouvé mon iOS chéri et tout va beaucoup mieux.

Pons-Brooks 12P

Image

Certains se souviennent peut-être que je me suis remis à l’astronomie l’an passé à cause du passage d’une comète. Cette année, Pons-Brooks 12P, la comète du diable, revenait après 71 ans d’absence nous rendre visite au mois d’avril.

Depuis qu’elle est est visible l’horizon, il n’y a eu que deux nuits où le ciel était clair en Alsace et plus les jours avançait, plus la comète se retrouvait basse sur l’horizon, de plus en plus près du soleil couchant.

Jeudi dernier, le ciel est devenu limpide comme rarement en Alsace, même en plaine. A 17h30, équipé de la monture ZWO AM5, de ma nouvelle lunette Sky Watcher 72ED et du Nikon Z6 II, je suis parti pour le Champ du Feu en voiture.

Pas de chance, la route habituelle était coupée et j’ai dû faire un détour par Grendelbruch pour monter au sommet. Si j’avais su que ce ne serait que le premier des déboires de la soirée, je serai sans doute allé me coucher.

Là haut un astronome amateur installait déjà son télescope pour une longue nuit d’observation. J’ai fait de même un peu plus loin après avoir discuté quelques minutes avec lui. Mise en station de la monture, fixation de la lunette, du correcteur de focales, des bagues et de la batterie. C’est au moment d’installer l’appareil photo que je me suis apperçu que la bague T2 permettant de relier l’appareil photo à la lunette n’était pas dans le sac. Damned !

Mon voisin avait bien une bague T2 mais pour Canon, par pour Nikon Z. Du coup j’ai tout remballé et suis redescendu vers la maison.

Mon épouse surprise m’a vu rentrer comme une trombe à 20h, lui faire un bisou, courir à l’étage chercher la bague T2 et repartir avant qu’il ne fasse nuit. La comète était visible jusque 21h30, pas question de trainer. Pas question non plus de retourner au Champ du Feu, je n’avais plus le temps, alors je me suis installé en plaine, sur une butte près du village de Innenheim.

Le soleil se couchait à peine lorsque je fus prêt. La lune, Jupiter et la comète Pons-Brooks formaient un triangle parfait à l’horizon. Le ciel était limpide, sans turbulences, même à l’horizon, même si je n’étais pas en altitude, j’avais des chances de réussir quelques belles images.

J’ai allumé la batterie, l’iPad, la monture et l’Asiair, ce petit ordinateur qui me permet de piloter la monture, de la pointer vers les objets, de la guider pendant les photographies et de récupérer les images réalisées par l’appareil photo.

C’est là que le logiciel à lancé une nouvelle mise à jour manifestement pas suffisamment testée. Si le logiciel semblait fonctionner correctement, il ne dialoguait de manière optimale plus avec mon Nikon Z6 II. Impossible de faire du plate solving, c’est à dire de la reconnaissance d’étoiles pour bien se positionner, impossible de photographier sans déclencher un message d’erreur bloquant, bref la cata. Et vu que je suis sur iOS, impossible de revenir sur la version précédente du logiciel.

Seule solution, travailler à l’ancienne. J’ai débranché l’appareil photo de l’Asiair, et j’ai pointé la cible au jugé par tâtonnements. J’ai tout de même fini par tomber sur la comète et u lancer quelques photographies, mais de 30 secondes de pause maximum.

J’ai tout de même réussi à faire quelques photographies de la lune et la comète (Jupiter ne tenait pas dans le champ de la lunette avec ses deux voisines) avant que Pons-Brooks ne se cache derrière les Vosges.

C’était la première sortie de la lunette Sky Watcher, celle que je vais emmener dans le sud de la France pour les vacances. Malgré quelques problèmes, j’ai quand même pu la photographier cette fois. Reste le problème de l’Asiair qui n’est pas résolu. Je travaille actuellement sur des solutions de contournement comme utiliser la lunette guide comme caméra pour le plate solving et j’envisage sérieusement l’achat d’une tablette Androïd pour m’affranchir du problème des versions logicielles.

Projection oculaire

Image

Il y a quelques temps j’ai acheté un kit de protection oculaire. Un quoi ? Ok j’explique : 

Pour photographier à l’aide d’un télescope et d’un appareil photographique, une des solutions consiste à fixer le boîtier sans objectif au foyer de son télescope, là où on place d’ordinaire un oculaire pour regarder les étoiles. Pour se faire il est nécessaire d’avoir une bague adaptatrice T2 compatible avec votre monture ainsi qu’un adaptateur que l’on visse au télescope. Cette méthode ne permet pas de changer l’agrandissement. Celui-ci dépend uniquement de la focale du télescope et celle de votre boîtier, enfin presque.

Projection oculaire

Pour photographier la lune en entier ou bien des galaxies et nébuleuses, cette solution est parfaitement adaptée. Par contre si vous voulez faire de la photographie planétaire ou bien les cratères de la lune, l’image obtenue est trop petite.

Une seconde solution consiste à intercaler un oculaire ou bien une lentille Barlow entre le télescope et l’appareil photo. Cela se fait grace à un adaptateur spécifique assez long que j’avais acheté l’an passé. 

Sauf que, celui dont je dispose, se fixe sur le porte oculaire, vaguement maintenu par deux petites vis sensées tenir un oculaire, pas un APN d’un kilo au bout d’un bras de levier de quinze centimètres. Résultat, ça ne tient que par la vertu du saint esprit et quand vous avez un boîtier photo qui risque de tomber de deux mètres en permanence, vous devenez nerveux. Très nerveux. D’ailleurs il est tombé une fois.

Planète Jupiter
Planète Jupiter

Ce weekend, je ne sais pas quelle mouche m’a piqué, mais en dévissant tous les adaptateurs du télescope, j’ai découvert que l’adaptateur photo Celestron pouvait se visser sur le projecteur oculaire qui lui même se vissait à la bague T2 pour monture Z. Du coup j’avais une solution robuste pour coupler mon Nikon à un oculaire de 15 ou 9 mm sur le Celestron. 

Après quelques essais concluants sur l’antenne des voisins en journée (en priant pour qu’ils n’imaginent pas que je pointe la fenêtre de la salle de bain), j’ai sorti le setup de nuit pour tenter des gros plans lunaires et des photos de Jupiter. Le challenge était de réussir une bonne mise au point. Et avec les turbulences, ce n’est jamais évident.

Cratère Platon
Cratère Platon

Pour compenser les turbulences justement, j’ai programmé l’intervalomètre de l’appareil photo afin de lancer une série de déclenchements, une vingtaine espacés de quelques dixièmes de secondes, histoire d’obtenir une série de photographies. L’une d’entre elle, avec un peu de chance, serait plus propre que les autres.

Ce que je n’avais pas anticipé, c’est que la photo par projection magnifie les poussières collées à l’oculaire et comme je ne nettoie pas souvent mes optiques, je me suis retrouvé avec une incroyable quantité de petits artefacts sur les photographies.

Au final j’ai obtenu une image passable de Jupiter et quelques gros plans lunaires relativement flous. La seule photographie que j’ai réalisé sans la projection oculaire a eu beaucoup plus de succès. Mais qu’importe. J’ai une nouvelle technique photo astronomique exploitable maintenant à condition que l’atmosphère soit de très bonne qualité. On verra ça au Champ du Feu dès que le ciel sera d’humeur.

Cratère Copernic
Cratère Copernic

Batmobile

Image

L’an passé, au Champ du Feu, lors d’une soirée d’astronomie organisée par la SAFGA, une grosse camionnette blanche s’était garée sur le parking. Un 25 m3 transportant deux instruments, un télescope de 400 mm et un autre de 600 mm. 

Après avoir ouvert le container, mis en place deux rampes métalliques, détaché l’instrument de ses multiples sangles, accroché le chariot à un treuil électrique, l’équipe avait descendu précautionneusement un miroir de plus de cent kilos sur le bitume.

Plus tard dans la nuit, j’ai glissé un oeil indiscret dans l’oculaire du monstre pour observer le ciel profond. Une merveille ! Je n’avais jamais regardé les étoiles dans un télescope aussi puissant et lumineux.

Les responsables de Obsmobile, c’est ainsi que l’on nomme le véhicule, passant la main, je me suis porté volontaire, comme deux autres membres du club, pour reprendre le matériel en main, c’est à dire conduire le véhicule sur site et installer le télescope. 

Il serait dommage qu’un si bel instrument ne soit pas exploité plus souvent, quitte à partir en haute montagne pour profiter de cieux plus cléments.

Après une journée de formation, sanglage, utilisation du treuil, gestion des accumulateurs, conduite, j’avais mon diplôme de transporteur de télescope. 

Mais une seconde formation, de même durée, allait m’amener, un mois plus tard à mettre le tube de deux mètres de haut en fonctionnement pour les nuits d’observation. Car ce n’est pas le tout de transporter le télescope, il faut savoir le monter et l’utiliser.

Le 25 m3 se déplaçait cette fois jusqu’au travail où nous disposons d’un préau suffisamment haut pour installer l’instrument au sec. 

Après la sortie du miroir, le retrait du chariot (une centaine de kilos à soulever), il fallait installer les montants, le miroir secondaire, effectuer les branchements et colimater l’instrument.

L’air de rien, entre le moment où la camionnette se gare et celui où le télescope devient opérationnel, deux bonnes heures se sont écoulées. Et ceci , à condition d’être au moins à quatre pour l’opération. Autant dire que l’on ne sort pas un 600 mm pour une heure d’observation sur un coup de tête.

Maintenant l’association dispose d’une nouvelle équipe formée et motivée pour faire vivre ce magnifique instrument. Il ne reste plus qu’à attendre des soirées étoilées.

Encore un câble broyé

Image

Je n’ai décidément pas de chance avec ma monture de télescope AM5 de chez ZWO.

Alors qu’il faisait -4°C dans le jardin, j’ai courageusement sorti le matériel pour essayer le trio monture, Celestron et boîtier photo. L’alignement polaire a duré moins de cinq minutes, la calibration du guidage une dizaine et ensuite j’ai pointé le setup sur la galaxie M 33 avec succès. En moins d’un quart d’heure mon télescope était opérationnel et réalisait sa première photo de deux minutes de pose. 

Juste génial ! 

Sauf que ce soir là j’étais installé dans le jardin et M 33 était assez proche de la Lune, des conditions assez mauvaises pour réaliser une longue série de photographies. Alors j’ai changé de cible, pointant l’horizon Est au lieu du zénith où se levait la constellation d’Orion. L’idée était d’essayer de photographier la nébuleuse obscure de la tête de cheval en ville. Ambitieux…

Je programme l’objet, la monture se contorsionne, le télescope s’oriente et crac, le câble de déclenchement de l’appareil photo se brise. Malgré sa conception étirable, la tension a été plus forte que la prise.

Si, avec le setup boîtier photo et objectif 500 mm, je maîtrisais bien les risques, avec le tube de 200 mm et l’adaptateur T2 pour l’appareil photo, je ne m’étais pas aperçu qu’il me faudrait peut-être des câbles plus longs. La manoeuvre vers la constellation d’Orion éloignait trop l’appareil photo fixé au télescope à l’Asiair, accroché lui à la monture.

Résultat, le câble est fichu et je b’en ai qu’un seul évidemment.

Dépité, je remballe tout le matériel et le range dans la salle de jeu.

Toutefois, afin de vérifier qu’il n’y a pas eu plus de casse, je fais un essai au chaud, et surprise, malgré l’absence de câble de déclencheur, l’Asiair Plus pilote mon APN via l’USB C !

Le câble du déclencheur ne sert en fait à rien ! Un petit câble propriétaire presque impossible à trouver dans sa version longue de plus de 20 cm qui m’a fait perdre un temps précieux sur les boutiques Internet spécialisées et qui manifestement est totalement inutile pour l’astrophoto.

Je suis maudit et débile. Pour une fois que le ciel voulait bien dévoiler se secrets.

Il faut vraiment que je pense à garder un oeil sur les câbles pendant la manoeuvre de la monture avec un doigt au-dessus de l’arrêt d’urgence de la tablette en cas de catastrophe.

La grande lunette

Image

Au Jardin Botanique de Strasbourg se dresse la coupole d’un observatoire construit en 1840 par nos voisins d’outre Rhin.

Le lieu abrite une lunette de 49 cm de diamètre, un tube métallique de 7 mètres de long porté par une énorme monture.

Avec de gros interrupteurs, des leviers et des molettes, l’opérateur oriente la coupole, déplace le siège où s’assoit l’observateur et guide la lunette. Une vieille machinerie très bruyante qui fait vibrer le plancher de la coupole pendant les manœuvres.

Lorsque le ciel est limpide, quelques privilégiés gravissent les marches conduisant sous le dôme métallique et mettent en route le monstre antique qui ne saurait rivaliser pourtant avec mon petit Celestron Edge HD long de 30 cm.

Pourtant, dès que j’en ai l’occasion, je monte avec d’autres membres de la SAFGA, l’association astronomique strasbourgeoise, observer la Lune, Jupiter ou Saturne avec le vénérable instrument. C’est souvent ainsi que nous terminons nos réunions ou conférences.

S’assoir sur le siège en bois polis par le vénérable postérieur d’astronomes pendant des décennies est un rare privilège. Manoeuvrer le tube et pointer un astre, s’aidant d’une antique lunette guide mal alignée est une sensation grisante et quand l’objet apparaît enfin dans l’énorme oculaire, c’est comme remonter un siècle en arrière.

L’image souffre de défauts chromatiques terribles, la Lune est cerclée de jaune poussin, Jupiter s’invente de nouvelles couleurs, mais malgré cela, on se presse devant les marches menant au siège pour profiter de quelques minutes d’observation. 

Au côté de cela, un télescope Seestar de 50 mm, qui tient dans une petite mallette, photographie la nébuleuse de la tête de cheval en quelques minutes en plein centre ville et renvoie l’image directement sur un smartphone. Pas besoin de coupole, de machinerie, d’opérateur ou de connaître son ciel. L’astronomie à la portée de n’importe qui pour moins de 700 €, probablement un gadget qui finira au grenier après quelques semaines d’utilisation, parce que les belles images sont déjà sur Internet.

Je préfère manoeuvrer l’antique lunette dans le froid de la coupole, entendre les moteurs ronronner, poser l’oeil sur l’oculaire et observer une image assez médiocre de la Lune. La faute à mon côté romantique passéiste même si j’adore les nouvelles technologies.

Les trucs à ne pas oublier

Image

La veille :

  • Recharger le téléphone
  • Recharger la tablette
  • Recharger les deux powerbanks
  • Recharger les accus Nikon
  • Recharger la lampe frontale

Préparer le sac photo 

  • Y ranger le boîtier 
  • Y ranger le 500 mm
  • Y ranger l’adaptateur FTZ
  • Y ranger les accus
  • Y ranger la queue d’aronde Vixen 

Le soir :

  • Remplir le thermos de café 
  • Remplir la bouteille d’eau
  • Préparer des sandwiches 
  • Mettre des sous-vêtements chaud
  • Mettre des grosses chaussettes
  • Mettre des boots fourrés
  • Mettre des sous gant
  • Mettre des gants 
  • Mettre un bonnet 
  • Mettre une doudoune 
  • Emporter le repas
  • Emporter la couverture 
  • Emporter le siège pliant
  • Emporter la tablette
  • Emporter les contrepoids
  • Emporter le pare buée
  • Emporter les powerbanks
  • Descendre les montures
  • Descendre la valise avec les oculaires 
  • Descendre le sac à contrepoids 
  • Descendre le sac de connecteurs
  • Descendre le sac du télescope 
  • Descendre le sac photo
  • Ne pas oublier mon portefeuille 
  • Ne pas oublier les papier de la voiture 
  • Ne pas oublier les clés de la maison 
  • Ouvrir le coffre de la voiture 
  • Tout charger dedans 
  • Et prendre la route

Ceci est la todo liste d’une sortie astro des plus banales qui ne comprend pas, bien évidemment, la mise en place du matériel sur le toit du monde.

L’enfer du décor

Image

Les loisirs ont un prix. Je ne parle pas ici d’achats dispendieux mais d’espace. 

Mon épouse, à elle seule, occupe deux pièces pour ses instruments de musique sans parler du bureau où elle travaille. De mon côté, avec la musique, la photographie et l’astronomie, j’ai également besoin d’espace mais je suis plus raisonnable. Je n’occupe que la chambre de notre aîné qui vit aujourd’hui dans un appartement (bon aussi un peu le salon pour écouter de la musique et travailler sur l’ordinateur).

Cette chambre sert à de multiples usages. C’est là que j’expose les Lego, que je range les bandes dessinées, que j’entrepose le matériel photo et tout le matériel dédié à l’astronomie. C’est aussi là que j’enregistre les vidéos de Chroniques en Images chaque semaine.

Lorsque j’ai arrêté de filmer avec un fond vert, j’ai dû trouver un décors. Au début, je mettais des tirages photos au mur et des engins spatiaux en Lego sur les étagères. Ça n’était pas trop raccord avec le thème des vidéos mais au moins, cela me ressemblait. 

J’ai remplacé les photos par des affiches et posters de rock puis j’ai ajouté quelques pass presse au mur. Ensuite j’ai déplacé les fusées et installé l’ampli et la guitare en Lego. C’était plus raccord. 

Puis j’ai enlevé les fusées comme la Saturne V, la Falcon Heavy et le V2 ainsi que quelques sondes spatiales pour installer des coffrets de musique comme les Beatles, Marillion ou Ayreon. C’était plus dans le thème. 

Tant qu’à changer, j’ai également revu l’éclairage car je trouvais l’arrière plan très froid, surtout avec ce papier peint aquarium que je déteste (au passage il faudrait vraiment que je refasse cette pièce un jour). Pour l’éclairage, j’ai opté pour des LED à température variable que j’ai depuis assez longtemps. J’ai choisi une température chaude orangée pour le fond et une key light à 5600 K. Et j’ai décidé d’assumer la présence du micro dans le champ de la caméra, c’était trop pénible de le placer hors champ, il y avait toujours un petit bout le la bonnette qui dépassait.

Du coup, j’enregistre au milieu de legos, de Gaston Lagaffe, d’objectifs, de trépieds, de posters d’adolescents, de projecteurs, de montures équatoriales et d’un télescope. Une vraie salle de jeu qui me ressemble assez bien.

ZWO AM5

Image

Voila un titre peu racoleur sauf pour une petite minorité de nerds fondus d’astronomie. 

On parle ici d’une monture de télescope, une monture équatoriale, c’est à dire qui compense le mouvement de rotation de la terre. 

Les montures sont des équipements en fonte assez lourds et encombrants doublés d’un trépied en aluminium et de contrepoids. Ma monture actuelle, la AVX pèse trente cinq kilogrammes sans l’instrument et avec un contrepoids de cinq kilos à peine suffisant pour faire de la photographie.

J’essaye d’utiliser depuis peu un téléobjectif pour réaliser des photos de galaxies et nébuleuses sur une monture, un setup plus simple et lumineux à champ large pour capturer des objets comme la galaxie d’Andromède.

Pendant que l’appareil empile des photographies, j’aimerais bien faire de l’observation visuelle avec le télescope histoire de profiter à fond des rares nuits étoilées alsaciennes. Du coup, l’acquisition d’une seconde monture s’est imposée à moi. J’avais repéré une monture Sky Watcher HEQ5 finement calibrée sur Leboncoin à un prix raisonnable. Elle aurait parfaitement fait l’affaire.

Mais voilà, déjà que descendre le télescope du premier étage avec la monture prend près d’un quart d’heure et me ruine le dos, mais répéter l’opération deux fois risque de me clouer rapidement dans un fauteuil roulant. On parle ici d’une centaine de kilos à transporter à chaque fois tout de même.

Alors j’ai commencé à zieuter du côté de la monture ZWO AM5 dont j’avais entendu parler sur Astronomie Pratique. ZWO c’est la société qui fabrique l’Asiair et ma caméra de guidage. Leur monture, l’AM5 pèse cinq kilos et est capable de porter 13 kilos de charge sans utiliser de contrepoids. Le trépied associé, le ZWTC40 est en fibre de carbone et pèse quant à lui moins de trois kilos. Oui, on parle de huit contre trente-cinq kilos. C’est énorme !

Mais la qualité principale de la monture ZWO AM5 tient surtout à sa précision, une erreur période inférieure à 20 secondes d’arc. Évidemment, il y a un hic. Le prix. La monture HEQ5 coûte dans les 1300 euros neuve. La AM5, le double et sans le trépied. Ça devient tout de suite un autre budget.

Par chance j’avais encore quelques économies de côté et le gouvernement vient de nous verser une prime miraculeuse dernièrement. Pour boucler le budget, sans taper dans les ressources vitales, il me manquait 500 euros. Et ça tombait bien puisque je voulais me séparer de mon boîtier photo Lumix GX9 que je n’utilise plus beaucoup. Alors j’ai passé une annonce sur Leboncoin et en 24h j’avais vendu le matériel. Le budget était bouclé.

Restait à commander la monture. Sur les boutiques en ligne, où j’ai l’habitude de commander, la monture était en rupture de stock. J’ai contacté directement le constructeur pour connaître les disponibilités et les taxes douanières auxquelles s’attendre mais je n’ai pas reçu de réponse. Enfin si mais trop tard. Par chance, miraculeusement, chez Astroshop.de, le produit est devenu disponible et même s’il était légèrement plus cher, je n’ai pas hésité une seconde.  

Sur la monture AM5 tout est prévu pour recevoir l’écosystème ZWO. Une queue d’aronde pour fixer l’Asiair, deux vis pour attacher la lunette guide, une sortie 12 V, un joystick de pilotage et une valise pour transporter la monture. Ce dernier point peu sembler futile, n’empêche c’est super agréable d’avoir cet accessoire en prime.

Je peux transporter la monture et le trépied d’une main, même avec le téléobjectif fixé dessus et installer le tout au fond du jardin sans effort.

Maintenant je vais devoir presque tout réapprendre. C’est une monture sans viseur polaire ni Goto pour la mise en station. Elle se pilote en Wifi via une application et avec l’Asiair que je commence à peine à maîtriser. Mes prochaines sorties astronomiques risquent d’être intéressantes.

D’ailleurs, mardi dernier, le ciel était magnifique pour la première fois depuis très longtemps. J’ai chargé la voiture le midi avec les deux montures et suis parti au champ du feu tester le matériel à 16h. A 17h j’étais au sommet du monde, le soleil venait de se coucher et j’ai commencé par régler mon alignement polaire à l’aide du logiciel intégré dans l’Asiair. Le ciel était magnifique, limpide, il faisait cinq degrés de plus qu’en plaine, une nuit idéale pour les étoiles. Et même si je travaillais le lendemain, j’avais bien l’intention de rester là jusqu’au petit jour.

Mais après quelques secondes de manipulation, la monture ne répondait déjà plus du tout. Le câble USB entre l’Asiair et la monture venait d’être broyé par le mécanisme surpuissant. J’avais mal passé ma connectique autour du pied. Faute d’un second câble USB A USB B dans ma mallette, j’ai tout remballé et suis redescendu sur Strasbourg. Deux heures de route pour rien et une nuit d’observation gâchée.

Arrivé à la maison, j’ai vérifié qu’il n’y avait pas d’autres dégâts, genre une prise USB endommagée ou pire. Par chance, seul le câble était fichu, alors une fois remplacé, je suis allé dans le jardin sauver le peu que je pouvais encore de ce beau ciel étoilé.

M 42 d’Orion

La nébuleuse d’Orion se levait à l’Est, une cible idéale pour des premiers essais. J’ai laissé la monture et mon 500 mm travailler de concert pendant une cinquantaine de minutes, vingt-cinq photos de deux minutes chacune empilées ensuite avec le logiciel Siril et développées enfin sous Lightroom. Pour une première photo, c’est déjà pas mal.

Live stacking

Image

Après des débuts difficiles, un long apprentissage pour rattraper des années sans pratique, je vais enfin pouvoir me lancer dans l’astro photographie. Je n’avais pas déjà écrit que j’en faisais un peu ? Ben en fait, juste un peu.

L’étape une fut d’acheter un instrument, certes pas le plus adapté à la photographie de la voute céleste, mais un instrument.

Ensuite, il fallut comprendre comment fonctionnait la monture motorisée, moi qui n’avait connu qu’une monture Pierre Bourges avec un télescope Newton de 200 mm.

L’alignement polaire, par exemple, m’a demandé quelques efforts pour que l’instrument pointe correctement les objets et continue à les suivre au cours de la nuit.

Puis j’ai fixé un appareil photo au foyer du Celestron et tenté mes premières images. 

J’espérais réaliser des poses de plus de trente secondes mais dès la moitié de ce temps de pose j’obtenais un filé d’étoiles sur mes images, ce qui n’était pas le but poursuivi. C’est là que j’ai compris les limites d’une monture comme la mienne avec une optique ouverte à f/10.

J’ai alors équipé mon installation d’un ordinateur et d’une caméra pour réaliser un auto guidage fin de la monture. Simple sur le papier, la solution s’est révélée très complexe au final.

Il fallait déjà fixer l’Asiair à la monture ou au télescope et ni l’une ni l’autre n’avait ce qu’il fallait pour ça. Ce fut le début du bricolage. D’abord un écrou fixé dans un pas de vis pas vraiment adapté, ensuite un premier support instable en PLA, un second déséquilibrant l’installation, puis un troisième nettement plus fonctionnel. Heureusement que mon fils possède plusieurs imprimantes 3D.

Pour simplifier et complexifier le problème, j’ai laissé tomber le Celestron 8 ouvert à f/10 pour utiliser une focale nettement plus raisonnable. En astro photographie, beaucoup recommandent les lunettes de 400 mm apochromatiques ouvertes à f/4 ou f/5. Sauf que cela coûte cher, très cher.

Alors j’ai sorti mon objectif 500 mm ouvert à f/5.6 pour voir si je pouvais l’utiliser comme instrument principal. J’avais la queue d’aronde adaptée pour la monture, restait à fabriquer un support pour fixer l’Asiair, la lunette guide et la caméra. Après plusieurs itérations avec mon fils aîné, nous avons accouché d’un nouveau support acceptable qui ne déséquilibre pas la monture.

Il fallait ensuite comprendre le fonctionnement de l’Asiair, le paramètrage de l’auto guidage, les réglages du boîtier photo pour réussir un premier suivi d’objet et les clichés. 

Malgré plein d’essais, mon appareil résistait aux commandes de l’ordinateur, ne réalisant qu’une photo sur deux et s’interrompant en pleine série sans raison avec un message incompréhensible.

Étant donné qu’à chaque tentative je devais sortir le matériel dans le jardin et disposer d’un ciel clair, toutes ces expérimentations m’avaient déjà pris deux mois de patience.

J’ai alors décidé de résoudre le problème à la maison. J’ai simulé un ciel étoilé avec un cache percé de trous très fins et j’ai couplé l’Asiair au boîtier photo. Après quelques heures de tests par élimination, j’ai enfin trouvé la fonction qui posait problème et l’appareil a lancé un premier empilement sans interruption.

Du coup, dès qu’il a fait presque beau, disons entre deux grosses averses, j’ai sorti le setup au fond du jardin et j’ai pointé la monture vers la galaxie d’Andromède. Après une longue mise en station et une heure de patience, j’avais obtenu quarante neuf clichés de soixante secondes chacun.

Reste à maîtriser le logiciel Siril pour empiler les images, réduire le bruit et améliorer le rendu pour obtenir un visuel un temps soit peu artistique. Parce que, tant qu’à photographier le ciel, j’aimerais que le résultat soit un minimum esthétique.