La réforme

Image

Imaginez que vous ayez du bazar dans votre grenier. Imaginez que tout ce fatras soit référencé avec des étiquettes dans une belle application Microsoft. Imaginez encore qu’il vous suffise de quelques opérations pour obtenir une belle liste de ce dont que vous voulez vous débarrasser. Il ne vous reste plus qu’à monter au grenier récupérer les objets listés et de les emmener à la déchèterie. Cool non ?

Dans l’administration, nous n’avons pas de grenier mais des caves et des garages, bourrés à craquer de vieux trucs bons pour la casse. Nous avons aussi un logiciel et des codes barres pour référencer tout ce que nous avons acheté. 

Donc en théorie, il suffit de scanner les codes barres pour établir une liste de choses à envoyer à la déchèterie. Sauf qu’avant de jeter, il faut demander la permission à la direction, avertir l’agent comptable puis trier ce qui va être recyclé, cédé, vendu et jeté. Normal, c’est l’argent du contribuable tout de même.

Vous me direz, « facile avec ta liste ». Oui mais non. On n’a pas le droit de faire comme ça. Si on scanne les codes barres dans le beau logiciel, on décide de jeter avant d’avoir eu le droit de jeter. Et ça c’est très mal, même si au final, la direction signe ce qu’on lui donne à signer sans sourciller, ça s’appelle la confiance.

Donc pour jeter, il faut d’abord lister. Avec l’ordinateur portable et Calc de LibreOffice, nous allons dans les garages et caves, inventorier les objets cassés, retrouver leur code barre à huit chiffre et le recopier dans le tableur.

Une fois cette première étape achevée, nous allons dans notre belle application rechercher le code barre à huit digits et recopier les informations relatives à l’objet dans le tableur : date d’achat, code immobilisation, code comptable, désignation, valeur résiduelle.

Certains de ces biens sont introuvables dans l’application, le plus souvent parce que l’entité qui les a acheté n’est pas la nôtre, en gros c’est un cadeau d’un autre centre. Dans ce cas là, il faut rechercher les informations sur un autre outil puis demander l’autorisation à l’acheteur de détruire le machin cassé. Pour ces objets, je n’ai pas encore compris qui devait produire le document de demande de destruction et qui devait le signer. Pour l’instant j’ai reçu plusieurs réponses contradictoires. Mais passons.

Une fois le tableur complété, il faut l’imprimer en PDF avec un numéro unique, ajouter un blabla qui n’apporte rien au débat, et le faire signer par plein de personnes qui s’en moquent comme de leur première chaussette.

Voilà. Nous avons alors ce que l’on appelle un procès verbal de réforme. Je ne c’est pas où se trouve le verbal là dedans sorti de mes jurons en l’établissant.

Une fois qu’il est signé, nous avons le droit d’aller dans l’application pour signaler que ces trucs cassés sont cassés et que nous allons les jeter à la poubelle. On reprend le PV de réforme, on copie le code de huit chiffres dans l’application, on saisit la date du jour, le responsable, l’état de l’objet (cassé) et on le sort de l’inventaire. Valider, voulez-vous le sortir ?, Oui, voulez-vous imprimer le bien sorti ?, non, sortie effectuée, Ok.

Après deux-cent opérations de ce genre, vous devenez maboule. Une lampe de bureau Ikea, une perceuse, un siège en rotin, un écran cathodique, une caisse à outils vide, un PC Pentium, un crayon bic mordillé, une lunette de WC, une 4L essence sans moteur…

C’est maintenant que vous avez le droit de vider les garages et les caves. Oui mais pas de passage à la déchèterie. Le matériel électronique doit être recyclé ou cédé. Enfin… Vous ne pouvez céder que les écrans et les ordinateurs. Le reste, les hubs, les vidéo projecteurs, les imprimantes, c’est défendu. Et vous ne pouvez le céder qu’à des associations qui en on fait la demande. Pour le recyclage, il faut passer par des sociétés spécialisées qui vont établir un listing de ce qu’elles recyclent. Et elles aussi ne prennent pas tout. Au final, cela se termine souvent dans une benne de 30m3 en vrac.

Mais ce n’est pas fini. Une fois les biens sortis de notre application, il faut en envoyer la liste à l’agent comptable afin qu’il réalise la sortie comptable. Car il y a les sorties physiques et les sorties comptable. 

Et c’est là que cela se corse (225 km/h). Car vous imaginez bien, qu’entre le moment où vous allez dans la cave lister les biens et que vous y retournez des semaines plus tard pour tout jeter, quelques erreurs de saisie ont pu se produire dans une liste de deux-cent objets et cinq copier coller par ligne de tableur.

La chasse aux œufs commence alors pour retrouver le four micro-onde, le clavier noir et la chaussette rouge pointure 42. Du coup, des fois on triche un peu, allez savoir pourquoi.

Après avoir épuré notre application de biens inutiles et vidé les garages, il ne reste plus au bon fonctionnaire qu’à coller des codes barres sur les nouvelles gommes, chaises, lampes et unités centrales, les saisir dans l’application adhoc avec toutes les informations qui vont bien puis descendre à la cave empiler les vieux trucs qu’il faudra prochainement jeter à la poubelle.

J’interromps ce billet pour une annonce urgente de l’agent comptable : nous recherchons activement un walkman Sony avec ses écouteurs en mousse, code barre 00000001. Si vous le retrouvez dans votre tiroir merci d’avertir d’urgence l’agence comptable. L’affaire est grave !

Karim le géomètre

Image

Un jour d’ennui sans doute, je me suis penché sur mon avis d’imposition foncier. D’ordinaire je paye sans sourciller, mais ce jour là, j’ai voulu vérifier la paperasse.

Voici ce que j’ai trouvé : une maison de 140 m2 sur deux étages sur un terrain de 4,25 ares et un bâtiment commun de 109 m2. 

J’ai bien une maison faisant à priori ces dimensions à la louche, un jardin de moins de 5 ares tout en longueur, mais le bâtiment commun de 109 m2, pour le coup, je le cherche toujours dans le jardin. 

J’ai une sorte de séchoir à houblon d’une vingtaine de mètres carrés sans électricité ni eau courante dans lequel je range les outils et les vélos, mais pas ce mystérieux bâtiment plus grand que mon rez-de-chaussée.

Alors j’ai demandé des explications aux impôts en leur fournissant un extrait cadastral de notre parcelle. 

Le lendemain, j’ai reçu une première réponse : « Le service accuse réception de votre demande et vous remercie. Vous serez avisé ultérieurement de la suite donnée. ». J’étais bien avancé.

Après quinze jours d’attente, j’ai reçu une seconde réponse de l’administration, représenté par un certain Karim, clôturant en même temps ma demande : « Suite à notre échange précédent, je vous prie de bien vouloir me faire parvenir les plans détaillés de vos biens afin que je puisse régulariser votre situation. Je reste disponible pour tout complément d’information.« .

Je vis dans une maison qui en 1770 était déjà habitée et qui tenait debout sous le règne de Louis XIV. Une vieille dame à colombages un peu penchée et plus ou moins bien entretenue au fil des siècles. Tout ça pour vous dire que je ne dispose pas des plans d’architecte évidemment. Du coup j’étais un peu sec pour répondre aux impôts.

J’ai donc ouvert une nouvelle réclamation en joignant une nouvelle fois le plan du cadastre. 

Neuf jours plus tard, la réponse est tombée : « Afin que le service puisse traiter votre demande, je vous prie de bien vouloir nous faire parvenir tout document ou justificatif attestant la réalité de la surface de votre dépendance ( 25 m² et non 109 m² ), sans quoi nous ne pourrons y donner suite favorable.« .

Autant vous dire que cette réponse laconique m’a tapé sur les nerfs. Car j’en ai vraiment mare de ces ronds de cuir bureaucrates. J’ai déjà assez à faire avec mon agent comptable au travail qui me réclame sans cesse des documents invraisemblables toute la journée pour payer des factures de cinquante euros, alors un agent des impôts qui ne veut pas entendre raison, ça me tue !

Cette fois je lui ai envoyé l’acte de vente de la maison, le relevé de parcelle, le plan cadastral au 1/500 accompagnés d’un message expliquant tous les détails et j’avais décidé de contacter ce fonctionnaire paresseux pour avoir une bonne explication le lendemain.

Finalement, c’est lui qui m’a appelé. Tout ça pour m’informer qu’il avait constaté que j’avais raison, que le bâtiment faisait environ 25m2 et que les impôts s’étaient trompés. Quel bel mea culpa ! 

Je lui avais pourtant fourni cette fois un ancien plan cadastral alors que le premier était nettement plus récent. La seule différence entre l’ancien et le nouveau était la présence d’un tampon officiel sur le dernier. Mais dans la fonction publique, tamponné est symbole de vérité. 

Bref, je vais récupérer 30 euros de trop payé sur deux ans, prélevés à tord par les impôts. Ça ne compense même pas le temps et l’énergie dépensés, mais au moins, mon avis d’imposition foncier reflètera ce que nous possédons réellement.

Enfin, c’est que m’a annoncé Karim au téléphone, car deux semaines plus tard, sur le site des impôts, ma réclamation n’est toujours pas traitée.

Le nouvel alphabet

Image

AE, BC, BL, CA, EJ, HT, OS, CA, OS, RAE, moi y en avoir parler comptable. 

Je découvre depuis peu un nouveau monde à la pointe du progrès, où l’initiative est encouragée et la simplification une règle d’or.

Je découvre également l’omnipotence de l’agent comptable public qui fait la pluie et le beau temps sur les administrations. 

L’achat public n’est déjà pas une mince affaire avec ses contraintes sans fin, ses règlements sur les marchés, mais sous le joug de l’agent comptable, c’est simplement l’enfer.

C’est l’agent comptable qui donne son feu vert pour payer chaque facture et comme il est tee tenu personnellement et financièrement responsable de toute erreur ou malversation, il pinaille pour un rien. 

Le RIB n’est pas rattaché au contrat ? Il réclame un  Certificat Administratif. L’agence comptable change ? Il exige un Ordre de Service. La seule pièce du marché est un devis signé ? Il lui faut la preuve que le devis signé vaut pour contrat. Le renouvellement du marché est implicite ? Il demande un document faisant foi dudit renouvellement. Les factures arrivent mensuellement au lieu de trimestriellement ? Il exige un avenant au contrat.

Nos prestataires sont théoriquement payés sous trente jours à condition d’avoir déposé leurs factures sur le portail Chorus Pro à temps. Mais c’est sans compter avec l’humeur de l’agent comptable, la bonne volonté du centre service partagé et la rigueur du prescripteur.

J’hérite d’années de contrats signés par un prescripteur qui était également l’agent comptable. Toutes  ses commandes passaient puisqu’il les validaient et payaient lui-même. C’était magique.

Aujourd’hui mon comptable est à Paris et met le nez dans tout nos contrats, des centaines de conventions passées avec autant d’entreprises. Et rien n’est dans les clous. Chaque facture est rejetée pour cause de RIB, d’échéances, de numéro de contrat, d’adresse, de document non signé, de facturation,  d’argent insuffisant sur un compte, d’engagement juridique inconnu. Des factures qui, il y a peu, passaient sans problème.

Je suis un scientifique, parachuté aux finances. Mes compétences comptables se limitent à crédit débit, surtout le second avec la carte bleue. Et depuis juillet je dois apprendre un nouvel alphabet à deux lettres composé d’Ordre de Service, d’Engagement Juridique, de Certificat Administratif, de Crédit de Paiement, de Bon de Commande et autres noms barbares qui cachent simplement des documents souvent inutiles qui servent à rassurer mon Agent Comptable.

Je passe mes journées à rédiger ces documents, à les faire signer et à les envoyer alors que je devrais planifier et suivre les entretiens des dix sites du Grand Est, gérer le parc automobile que notre direction veut électrifier, les achats pour cent-cinquante agents et préparer le budget 2022.

Quinze pouces

bon là y en a douze je sais

J’ai deux mains et quinze pouces. Je les transporte sur moi pour aller et revenir du travail. Car mon bureau, un jour sur deux, se trouve à la maison. Mes deux mains avec leurs dix doigts me permettent de tapoter les quinze pouces et de travailler à distance. Mais au travail j’ai deux fois vingt-et-un pouces, et chacun de ces pouces m’est indispensable. Alors, lorsque je suis à la maison, tout devient plus compliqué. 

Dans notre administration bien ordonnée, pour commander un crayon papier, j’ai besoin simultanément de six outils informatiques différents. 

Il me faut d’abord aller sur le site du fournisseur afin de trouver les références du crayon à papier et son prix au marché, car nous passons des marchés même pour les crayons à papier. C’est le premier outil. Une page web sur laquelle je dois m’identifier avec un compte impossible à mémoriser.

Le second outil me sert à désigner le fournisseur. Page web, lanceur java, cocher une case et valider, cocher une seconde case et valider, login, password (pas de caractères spéciaux ici), menu, sous-menu, sous-sous-menu, recherche avec des %, tout cela pour récupérer le numéro du fournisseur. 

Le troisième sert à connaître le compte sur lequel imputer la dépense. Web, nouveau login, autre mot de passe, menu, sous-menu, sous-sous-menu, sélection de l’année en cours, Clic sur Ok et la chose m’ouvre un document Libre Office contenant tous les comptes d’imputations de la maison. Il ne reste plus qu’à chercher avec les yeux et copier le numéro.

Un quatrième va m’indiquer le code du produit que je vais acheter. Web, téléchargement d’un PDF puis recherche dans une dizaine de pages bien denses les mots « fournitures de bureau ». 

Ensuite il faut ouvrir un nouveau classeur Libre Office, le cinquième outil, dans lequel je détaille la commande : numéro de fournisseur, compte d’imputation, code produit, numéro de commande, montant hors-taxe et TTC, TVA, destinataire de la commande, marché, commande en ligne, envoi de la commande au fournisseur…

Le sixième outil permet de soumettre la commande au service comptable. Web, autre login, autre mot de passe avec des règles encore différentes, menu, sous-menu, sous-sous-menu, clic, j’y dépose le devis, le classeur Libre Office et clic, ma demande part pour traitement.

Six outils sur un écran quinze pouces. Cela ne laisse pas beaucoup de place pour les caractères. Je crois que c’est une technique pour inciter les agents à revenir travailler au bureau. Ca ne peut-être que ça.

Quatre onglets dans le navigateur web, une application à l’écran, deux documents Libre Office ouverts ainsi qu’un PDF, tout cela sur quinze pouces. L’opération aura duré quinze minutes, le temps d’aller au supermarché acheter le crayon papier avec une carte bleue.

Vous pensiez, comme tout le monde, que les fonctionnaires se tournaient les pouces en télétravail ? Maintenant vous savez, ils commandent des crayons papiers pour les autres fonctionnaires en télétravail avant de les réceptionner puis de les réexpédier aux destinataires…

La grande transhumance

Image

Aujourd’hui je change les panneaux signalétiques devant les portes des bureaux de notre bâtiment. Je ne change pas les noms des personnes y travaillant, je change les services auxquels ils appartiennent. Au lieu de Strasbourg/Climatologie, j’inscris Toulouse/Production Finalisée, Paris/Finance, Toulouse/Observation, Paris/Ressources Humaines…

Le bâtiment qui abritait le service régional devient progressivement un regroupement de bureaux pour des agents travaillant pour d’autres entités géographiques. Nous venons même d’accueillir le premier locataire qui ne travaille pas pour notre administration.

Après la grande migration, la désertification, voici la transhumance qui commence. Mes anciens collègues de bureau travaillent aujourd’hui à distance voir en télétravail, un mot de plus en plus en vogue chez nous. Leurs collègues et supérieurs hiérarchiques habitent et travaillent à cinq-cent, mille kilomètres de là. Ils communiquent entre eux via des terminaux de vidéo conférence, par mail, au téléphone et ne se rencontrent qu’une à deux fois par an.

Plus des deux tiers de notre effectif va de se disperser entre Toulouse et Paris tout en restant sur place. Une poignée de personnes deviennent des agents de proximité, chargés de faire fonctionner les locaux et de pourvoir aux besoins de ceux qui travaillent à distance. Une belle réorganisation où personne ne trouve son compte, agents démotivés propulsés là où ils ne voulaient pas travailler, agents changeant de travail pour ne pas bouger, agents partant pour éviter le pire.

Travail à distance ? Mais pour combien de temps encore ? Lorsque les frais de déplacements auront explosés tous les budgets, lorsque la bande passante allouée ne sera plus suffisante pour gérer des web conférences multiples, lorsque les chefs toulousains et parisiens en auront assez de gérer des agents distants, lorsque la première tempête se sera calmée, ne vont-ils pas demander aux fonctionnaires travaillant déjà à distance de remplir leurs cartons et de régulariser leur situation géographique en venant travailler dans les locaux de la capitale de cathare ?

Que deviendront alors les agents chargés de gérer les centres provinciaux désertés ? Combien d’années nous reste-il avant que nos énarques, ministres et présidents décident que les implantations régionales n’ont plus raison d’être, que finalement, nous ne servons à rien ?

I Will Survive

Image

J’ai percé des trous dans du placo, fixé une buttée de porte, changé une serrure, jeté du sel sur la neige, fabriqué des rondelles sur mesure, réparé des distributeurs de serviettes, installé un tableau blanc, posé des plaques au plafond, relevé le kilométrage des voitures, sali mon pantalon, lavé mes mains de nombreuses fois, enfilé une blouse bleue de travail, monté et descendu les marches de notre navire, parcouru ses coursives, donné des ampoules, du papier, des crayons… bref j’ai travaillé.

Étrange pourtant le regard que me porte certains collègues tout de même. Cela les gène de me voir en bleu de travail, chaussures de sécurité aux pieds, avec ma caisse à outils rouge, en train de démonter une poignée. Certains ricanent, d’autres m’évitent. 

Je suis le catégorie B+ qui a pris un travail de catégorie C pour sauver sa peau. (Traduction: j’ai troqué un poste BAC +2 pour emploi de CAP parce qu’on fermait mon poste). Quelques uns disent que j’ai fait un choix intelligent, d’autres se moquent. Ceux qui me voyaient comme un intello geek sont déroutés. Pourtant, ne suis-je pas le même ? L’habit ne fait pas le moine que je sache. Ce n’est pas parce que j’ai dû renoncer à un poste technique pour un travail non qualifié que je suis devenu une bûche si ? 

Je peux toujours donner des leçons de HTML, PHP, SQL, Java, algorithmie, analyse UML si on me le demande gentiment. Certes en bleu de travail, tournevis à la main, je semble moins prestigieux que devant quatre écrans 23 pouces, en train d’administrer un serveur WEB. Mais bon avais-je vraiment le choix ?

Il est vrai que nous vivons une drôle d’époque. Plus d’un tiers de l’équipage du navire devra changer d’affectation d’ici deux ans voire même quitter le navire. Les tensions son palpables et chacun essaye de trouver une place dans les canots de sauvetage, sauve qui peut, les femmes et les enfants d’abord, ben non justement…

Moi je suis devenu l’homme à tout faire de cette croisière transatlantique de luxe, un plombier électricien bricolo payé 2600 € net d’impôts. A ce prix là, je veux bien déboucher les toilettes, d’ailleurs je le fais.

Mais quand l’état demande aux fonctionnaires de peser moins dans les dépenses publiques, employer un chef technicien climatologue et informaticien à déboucher des chiottes, est-ce bien raisonnable, surtout avec l’argent du contribuable qui bloque les ronds points en gilet jaune ? Traverse la rue qu’il disait. Ben c’est fait.

Logiciels

Image

Je m’énerve souvent contre les systèmes d’exploitations, les mises à jour et les logiciels, car j’ai un lourd passé d’administrateur et de programmeur.

Dans l’administration, pour de nombreuses raisons, nous sous-traitons le développement du software à des sociétés externes et à chaque fois que je découvre une de ces merveilles, je m’étonne que l’on puisse encore travailler avec les outils que l’on nous a livré.

Pour la petite histoire, hier mon nouveau chef, me fait une rapide formation, sur son ordinateur, du logiciel que je vais utiliser quotidiennement pour mon travail. Pour ce faire, il utilise le compte d’un collègue pour se connecter dessus, car lui-même n’en a pas. Nous faisons quelques manipulations, jusqu’à ce que j’intègre les principales fonctionnalités de la chose.

Le même jour, je reçois par mail, un mot de passe provisoire pour accéder à l’outil. Ni une ni deux, je lance l’application sur mon PC, qui, comme il se doit, refuse de démarrer. Rien de grave, ce n’était qu’une affaire de cloisonnement réseau, et une fois le port TCP débloqué, la merveille s’affiche. Encore fallait-il le savoir. Premier ticket d’assistance informatique.

Je me logue, change mon mot de passe en une version plus sécurisée, me déconnecte et relance l’application. Nom d’utilisateur, mot de passe, un échec, deux échecs, trois échec, mon compte est bloqué. Génial. Je vais boire une tasse de café, demander la génération d’un nouveau mot de passe provisoire et recommencer. Second ticket d’assistance informatique.

Je me logue, tente changer mon mot de passe en une version plus sécurisée, en faisant cette fois pas d’erreur de saisie, mais là, l’outil m’annonce que ce mot de passe a déjà été utilisé ultérieurement et qu’il faut que j’en change. Déjà utilisé ultérieurement ? J’aurai donc commis cinq fois la même erreur de saisie ? Improbable. Mais bon… Troisième ticket d’assistance informatique.

Je me logue, change mon mot de passe en une nouvelle version plus sécurisée, me déconnecte et relance l’application. Nom d’utilisateur, nouveau mot de passe, un échec, deux échecs, trois échec, mon compte est bloqué. Voila qui commence à me taper sur le système. Je vais boire une nouvelle tasse de café, demander la génération d’un nouveau mot de passe provisoire avec quelques explications et recommencer. Quatrième ticket d’assistance informatique.

Le gars au téléphone ne comprend pas, moi par contre je commence à cerner le problème. Dans l’interface de modification de mot de passe, certains caractères spéciaux ne s’affichent pas lorsqu’on les tape, bien vu l’aveugle, j’ai compris, le # est interdit. Par contre, dans la fenêtre de connexion le # est autorisé. Logique. Je tente donc un mot de passe sans le #, mais non. Le & est également interdit, en fait tous les caractères spéciaux, ceux qui servent à générer des mots de passe forts sont prohibés.

Une fois tout cela intégré, je crée un mot de passe très faible qui me permet enfin de me connecter au logiciel indispensable. Miracle ça marche cette fois ! Je commence donc à travailler avec l’outil, et après quelques minutes de manipulations, je me retrouve bloqué devant un bouton Valider grisé.

J’ai du merder quelque part. Je reprend la procédure comme on me l’a montré un peu plus tôt avec l’autre compte, sur une autre machine et réessaye. Non. Le bouton Valider ne veut pas valider. J’appelle mon mentor, refais la procédure devant ces yeux ébahis pour être certain, mais rien à faire, l’outil m’autorise bien à saisir des champs, sélectionner des choix, mais jamais à valider. Incompréhensible ! Cinquième ticket d’assistance informatique.

De longues recherches fastidieuses plus tard, nous découvrons que mon compte n’est pas habilité pour ce genre d’opérations et ne le sera jamais, j’ai un logiciel, un compte, mais je ne peux rien faire avec, je n’ai et n’aurai pas les droits pour l’utiliser.

Du coup, en fin de journée, je me fais copier sur un papier le mot de passe du collègue habilité et qui n’utilise pas l’outil, me connecte, et commence enfin à travailler. Là, pour gagner du temps sur une fonctionnalité, j’active un filtre présent dans le logiciel, je tape deux premières lettres dans le filtre de sélection et boum, l’application s’effondre, il faut tout recommencer. Sixième ticket d’assistance informatique.

Pour ma première journée de travail avec le logiciel, j’ai levé deux bugs dans un outil que notre administration utilise quotidiennement depuis des années… Comment font-ils ? Par chance, l’application de ticket d’assistance informatique, elle fonctionne relativement bien.

Vous vous dites que je suis aigri et que j’exagère un peu et vous aurez partiellement raison, du moins pour le premier point. Mais force est de constater que les applications que nous sous-traitons sont mal conçues, bourrées de bugs, qu’elles ont coûté très cher (payées avec vos impôts) et été livrées avec des années de retard (oui des années, pas des mois). A qui la faute ? Aux appels d’offre (nous choisissons forcément les sociétés les moins cher), aux spécifications bancales (achetez Word et demandez donc de le transformer en Excel), au manque de recette des produits, au fait que l’administration est une vache à lait pour bien des fournisseurs de services ?

Tamponné

Image

L’administration s’auto-alimente d’activités ésotériques et complexes que seul un agent de catégorie A peut maîtriser complètement. Une mission ne sera réussie que si le formulaire ad-hoc a été préalablement rempli, validé et trois fois tamponné, tamponné de la date du jour, tamponné du nom du service et surtout tamponné rouge TAMPONNE. Sans le bordereau de retrait adapté, signé en trois exemplaires, impossible d’accéder au matériel indispensable au travail, à savoir, le crayon gris. Si le téléphone sonne ne décrochez pas, dans le cas contraire vous deviendriez responsable de la suite des opérations, donc surtout ne décrochez pas. Tamponné, validé, approuvé.

C’est Laurent qui m’a fait découvrir « Au Service de la France », une série télé dans l’esprit d’OSS 117, petit bijou pince sans rire et pastiche du fonctionnement de l’administration.

Un petit jeune rentre comme stagiaire dans les services du contre espionnage français, une petite administration avec son colonel moustachu au look très gaulliste, Moïse, son second, quatre agents de catégorie A dont une femme, la seule, qui dans l’équipe, semble travailler et donner beaucoup de son corps. Cigarettes, poses apéros, débat sur la prime Paris-Vichy, réorganisation de la cafétéria, formulaires, tampons, salle d’interrogatoire, salle de crise avec les trois lumières rouges, code taupe et séjours à Alger, nous sommes en pleine guerre d’Algérie et au début des velléités d’indépendance de nombreux pays africains.

N’attendez pas une série d’espionnage mais plutôt une satire des rouages du système administratif français. Des épisodes de trente minutes qui bien souvent prolongent avec humour ma journée de travail. Le pire, c’est que je trouve certains passages à peine grossis. L’humour est fin, loin des farces de l’OSS 117 joué par Jean Dujardin, les éclats de rires peuvent survenir quelques épisodes après l’amorce du gag, comme par exemple avec un plan fixe de quelques secondes sur le carton du projet très controversé de nouvelle cafétéria self service remisé aux archives ou les différentes vies du costume du jeune stagiaire.

Histoires d’amours, aventures exotiques, paternités multiples sous forme d’accident du travail, initiations pour devenir catégorie A, meurtres, gestion de copropriété, cadeau de promotion, négociation d’indépendance, passé de collaborateur, agent double, détecteur de mensonge israélite, chaque épisode dévoile un peu plus les secrets des services secrets. Une série Arte à ne manquer sous aucun prétexte, surtout si vous êtes fonctionnaire.

Hérésie cathare

Image

En septembre dernier, je changeais de fonction dans mon administration. Nouvelles compétences, formations, mise en pratique, je suis depuis quelques mois opérationnel et autonome.

Mais voila, c’était sans compter sur la réforme de notre organisation.

Je vais disparaître.

Bien entendu je ne suis pas le seul, en fait presque tout le monde va disparaître chez nous, services, agents, mais pas les métiers. Alors qui va faire le travail soit disant indispensable et très chronophage ?

Ma hiérarchie me demande de transférer mes compétences à des collègues qui travaillent dans toute autre activité. Voila neuf mois que je suis arrivé, tout juste formé et opérationnel et ma direction me demande de transmettre des connaissances fraîchement acquises à d’autres agents. Pas un seul instant il n’a été question de ce que j’allais devenir. Si je ne fais plus le travail pour lequel je viens d’être formé, que vais-je faire à la place, où vais-je travailler, que vais-je devenir ?

Notre DRH nous envoie des liens de sites de recrutement de la fonction publique et territoriale, des annonces de concours, des postes soit disant éligibles au travail à distance mais qui ne le sont pas en réalité.

C’est bête, mais j’aime mon nouveau métier. Cela faisait huit ans que j’espérais ce poste, que j’attendais qu’une place se libère.

Les services se défont, sont centralisés, les agents travailleront bientôt presque tous à distance avant qu’on ne les force à migrer vers le sud pour écraser l’hérésie cathare. Le ministre est pressé, il faut que cette réorganisation aille vite, d’ailleurs il a débloqué près de trois millions d’euros pour accélérer l’opération.

Initialement implantés dans chaque département dans les années quatre-vingt-dix, nous nous sommes réfugiés dans les bastions régionaux, abandonnant les terrains de la proximité pour toujours. Puis nous avons renoncé à ces fortifications avancées où ne veillent plus que de vieux croisés fatigués. De plus de cent-vingt places fortes, nous sommes passés à neuf, bientôt il n’en restera qu’une, au bord de la Garonne. Pour combien de temps encore ?

Vous me direz, ça pourrait être bien pire, notre belle assemblée pourrait mettre un terme au statut autrefois si convoité de fonctionnaire…

Bagage en cabine

Image

Cette semaine, je suis à Toulouse, pour me former à la classification de sites, activité que je pratique depuis bientôt six mois.

Cours théoriques, atelier pratique, me voila parti pour trois journées intenses au pays cathare. Au programme retrouvailles avec un ami d’adolescence perdu de vu (celui qui m’a fait passer d’AC/DC à Genesis), visite de ma nièce adorée qui étudie là bas, nuits solitaires dans une citée étudiante et repas à l’infâme restaurant administratif de la météo-pole.

Savez-vous ce qu’est une classification de poste ? J’imagine bien que non, c’est un travail très particulier. Celui-ci consiste à mesurer tous les obstacles qui se situent autour d’un site, afin de calculer les ombres portées sur les capteurs, les perturbations dans l’écoulement du vent, la rugosité etc… L’opération dure environ une heure si tout se passe bien. Pour se faire, nous utilisons un matériel de pointe : des jumelles laser militaires, un pied à niveau très stable de 1.50m de haut non déployé, un PC semi durci résistant aux chocs et aux intempéries et un appareil photo pour effectuer un panoramique ainsi que des images des quatre coins cardinaux. Un package coûtant deux fois le prix de ma Logan et qui rentre à peine dans son coffre.

Début janvier je reçois mon billet électronique Hop pour me rendre à Toulouse, décollage lundi à 6h30, retour jeudi à 8h35 avec un bagage à main. Trois jours à Toulouse, une brosse à dents, une console, deux livres, deux slips, deux tee shirts, ça devrait tenir dans la valise de cabine, tant pis pour le PC, je mettrai le webzine et le blog en veille.

Mais voila, lundi dernier, je reçois un message inquiétant de notre formateur : « N’oubliez pas d’emporter les jumelles, le trépied et l’ordinateur pour le stage. ». WTF ! Ni une ni deux j’appelle le gars qui me confirme qu’ils n’ont qu’un équipement à Toulouse (vu le prix cela peut se comprendre), que nous sommes douze, et que si nous travaillons chacun notre tour sur ce matériel, la journée de travaux pratiques risque d’être très très longue.

Résumons, j’ai droit à un bagage cabine et je dois mettre dedans une brosse à dents, une console, deux livres, deux slips, deux tee shirts, des jumelles laser, un PC semi durci, un trépied de 1.50 m et la connectique qui va bien. Cherchez l’erreur… Je peux rogner sur un slip, un tee shirt, la console et un livre, mais même comme ça, impossible de faire rentrer le matériel dans une valise de 52 x 30 x 21 cm. Que faire ?

J’en informe l’administratif débordé qui gère l’accueil, le courrier, les missions, les finances, fait office de secrétaire de direction et qui travaille toujours avec le sourire, un saint ! Il me dit « Oui oui pas de problème je m’en occupe. ».

  • Lundi soir, pas de nouvelles, « Oui, oui je ne t’ai pas oublié mais je n’ai pas eu le temps. » (tu m’étonnes).
  • Mardi soir : « Oui alors il me faudrait les dimensions et le poids de ton matériel. ».
  • Mercredi midi : « Oui, il faut que je vois ça avec l’agence Havas. ».
  • Mercredi soir : « Oui oui, je ne t’ai pas oublié mais Havas ne répond pas. ».
  • Jeudi matin à 9h00 caché derrière deux mètres de courrier : « Oh oui désolé, j’ai pas le temps, mais je te passe devant, sur la pile
  • Jeudi midi : « Il te fallait quoi déjà, une valise supplémentaire ? »
  • Jeudi soir, entouré de quatre personnes le sollicitant : « Tu finis vendredi à midi ? La vache faut que je me dépêche, je m’en occupe, promis. »
  • Vendredi matin : « Je finis le courrier et je traite ta demande. »
  • Vendredi 11h : « Je viens de leur envoyer un mail, généralement ils répondent vite. »
  • Vendredi 11h45 : je reçois cinq mails, un de Havas avec mon billet, quatre de Air-France avec les suppléments bagage. Le trépied coûtera 30€, la valise en soute 90€ , soit le prix de mon billet aller retour Strasbourg Toulouse… Hop là !

Hier à Toulouse, dans le froid glacial, sous des flocons, j’ai utilisé mes jumelles, mon trépied et mon ordinateur semi durci environ trente minutes avant de rentrer me réchauffer dans la salle de cours. J’ai encore les mains engourdies ce matin. Avec tout ça, j’avais oublié de prendre des gants pour travailler…