Messa – Close

Image

J’ai écouté l’album Close de Messa sur un malentendu : un collègue s’était endormi au volant de sa voiture en écoutant un groupe seventies allemand psychédélique. Et dans ma tête, ce groupe semblait porter un nom aux consonances proches de Messa ou quelque chose d’approchant.

En allant sur Bandcamp, je suis tombé sur une formation drone, stoner italienne datant de 2014. En fait, rien à voir avec le somnifère psyché de mon collègue. Un album que j’avais pourtant déjà survolé à sa sortie sans m’y attarder outre mesure.

En le réécoutant par curiosité, j’ai finalement succombé à son charme. En partie pour la voix envoûtante de Sara mais également pour la musique du groupe qui sait s’affranchir des codes en vigueur dans le monde du rock.

Close est le troisième album de Messa. Plus d’une heure d’écoute et dix morceaux dont cinq dépassent les sept minutes. Close propose des influences orientales, jazzy, world-music, doom et psychédéliques avec même un zeste de growl ainsi que deux courts instrumentaux ‘Hollow’ et ‘Leffotrak’.

La pochette sépia donne dans le psyché chamanique avec ses trois danseurs en pleine transe. Je vous l’avoue, ce n’est pas l’artwork qui m’a incité à acheter l’album, d’ailleurs, il ne semble pas que ce soit le point fort des italiens au regard des autres disques. Peut mieux faire de ce côté là.

La signature doom de Messa à la basse et chant lancinant est régulièrement mise à mal par des accélérations metal comme dans ‘Dark Horse’ et la world-music n’est jamais très loin comme au début de ‘Orphalese’ ou de l’oriental ‘Hollow’ sans parler du final jazzy de ‘Suspended’ ou le growl dans ‘Leffotrak’.

La voix de Sara à la fois chaude et brillante s’envole dans les aiguës quand elle ne donne pas dans le gospel, pas du tout ce que l’on attendrait d’une italienne brune aux cheveux bouclés. Le genre de timbre qui vous ensorcelle avant de tomber définitivement amoureux.

Close possède un je ne sais quoi de monotone, à la mani!re d’une marche funèbre (écoutez l’ouverture de ‘Suspended’). Mais ce qui aurait pu se transformer en un long album un peu barbant, se métamorphose en une délicieuse transe musicale, un trip chaminique envoûtant ponctué de temps forts.

Si vous avez l’impression que je vous vends très mal ce Close, surtout zappez la chronique pour écouter l’album. Je suis certain que vous ne le regrettez pas. En plus, vous n’avez aucune excuse, Messa dispose d’une page Bandcamp.

La dernière tempête

Image

Je ne relis jamais un livre tout simplement parce qu’il y a trop de romans à découvrir et que je lis assez lentement.

Pourtant j’ai relu La dernière Tempête de Ragnar Jonasson. Ne l’ayant pas référencé dans Babelio, je l’ai acheté une seconde fois et dévoré en quelques jours.

Dès les premières pages, j’ai réalisé que je l’avais déjà lu, ce qui ne m’a pas empêché de continuer sa lecture.

Si vous n’aimez pas les fêtes de Noël, la neige et l’isolement, réfléchissez sérieusement à deux fois avant de commencer ce roman.

La dernière Tempête se déroule en Islande, principalement autour de Noël. Trois drames familiaux, celui d’un vieux couple isolé dans leur ferme, celui d’une inspectrice de police pour le réveillon et cette jeune fille partie vagabonder en Islande pendant une année de césure.  Trois récits qui se rencontrent autour d’une seule enquête pour meurtres au milieu d’une tempête de neige.

L’auteur traduit à la perfection la sensation d’isolement des islandais coupés du monde pendant l’interminable hiver où il fait nuit presque toute la journée. Il décrit également la pesanteur familiale, ces drames qui se nouent en secret et qui s’achèvent par des catastrophes.

Lorsque vous commencez le roman, vous n’arrivez plus à vous arrêter, quitte à ne pas dormir. Chaque fin de chapitre appelle la suite et après quelques heures, vous arrivez à la dernière page, abasourdi.

La dernière tempête est un fabuleux roman qui se dévore, vous plongeant dans un monde à part, angoissant, en noir et blanc, assurément pas le meilleur guide touristique pour visiter l’Islande même si vous y découvrirez quelques traditions de Noël.

Les enfants de la TV

Image

Lorsque j’étais enfant, le tube cathodique et ses trois chaînes en noir et blanc représentaient la seule source d’information et de distraction avec la radio en ondes moyennes.

Depuis il y a eu la FM, Internet, la réception satellite, le cable et le streaming, c’est à dire une offre nettement plus étendue mais pas forcément de meilleur qualité.

Il y a presqu’un an maintenant que j’ai débranché mon décodeur TV. Je ne regardais plus depuis longtemps les informations toxiques et le film de 20h30 s’étant progressivement décalé à l’heure où je me mets au lit, il ne restait rien pour moi.

A la place, je regarde Apple TV+ et Disney+ sans parler de quelques DVD empruntés à la médiathèque. Je regarde ce que je veux et à l’heure qui m’arrange dans la limite du catalogue disponible.

Pour la culture, je vais sur YouTube. Je ne suis abonné qu’à quelques chaînes qui publient à un rythme plus ou moins régulier des vidéos sur divers sujets. 

Il y a la musique avec Radio Erdorin qui une fois par mois partage ses trouvailles metal, prog, post, zarbi. Je ne manque aucun épisode, d’abord parce que c’est souvent drôle et que j’y trouve parfois, souvent, très souvent, plein d’albums à écouter.

Je suis la NASA avec ses lives, décollages de fusées, sorties extra-véhiculaires, flyby lunaire, j’essaye quelque soit l’heure du jour ou de la nuit, de vivre en direct ces événements. Dans mon enfance, il fallait avoir beaucoup de chance pour assister à un alunissage ou au décollage d’une navette spatiale. C’était un événement.

Je regarde la chaîne Nikon France où des photographes parlent de leur art, du matériel, confrontent leurs expériences, expliquent des clichés et détaillent les réglages qu’ils utilisent. J’en apprends à chaque fois beaucoup en leur présence.

Toujours dans l’image, je suis les vidéastes Charles Schiele et Benjamin Tanto de Derrière la Caméra. Ils testent du matériel, donnent des trucs et astuces, décortiquent leurs tournages et parlent à l’occasion de photographie. C’est avec Benjamin que j’ai suivi une formation sur Lightroom.

Pour l’espace, il y a Hugo et Maxime Lisoir, deux passionnés qui trois fois par semaine parlent d’astronomie, d’astronautique et d’astrophysique. Des vidéos d’une quinzaine de minutes relativement accessibles qui permettent de se tenir informé des progrès de la science. En plus ils répondent à vos questions dans un épisode spécial en fin de semaine.

Pour la littérature, il y a Mémo’art d’Adrien, un blogueur très présent sur Twitter. Je ne regarde pas tout car je lis assez peu au final, en moyenne un livre par mois. J’y vais lorsqu’il parle d’un auteur que j’apprécie tout particulièrement ou que je recherche un nouveau bouquin à lire. 

Je suis également abonné à Chroniques en Images, ma chaîne YouTube qui approche maintenant des cent abonnés. Bon là il s’agit de modérer les commentaires et de vérifier que la dernière chronique musicale est bien en ligne.

Enfin je suis abonné à de très très nombreux groupes de metal, de prog, de rock, de post-rock, de folk, à des labels, des chanteurs et des musiciens. Je ne regarde pas tout, loin de là, surtout que je déteste écouter de la musique sur YouTube. Mais ces abonnements me permettent, en plus des réseaux sociaux, d’être informés des prochaines sorties et des dates de concert. En plus, de temps en temps, je tombe sur un live en streaming qui le permet de les écouter sans bouger de mon canapé.

Au final, je ne passe qu’une à deux heures sur YouTube par semaine, nettement plus sur Disney et Apple et encore plus devant mon Mac à préparer les chroniques, les articles de blog et à développer les photographies.

La TV elle reste presque toujours éteinte, sauf lorsque je joue avec la Switch, ce qui arrive de moins en moins souvent.

Collpase – Anagke

Image

J’ai beaucoup tardé à vous parler du dernier Collapse pour plusieurs raisons. Je venais de chroniquer Ticket To The Moon lorsque leur CD est arrivé et parler de deux albums de post-rock coup sur coup est au delà de mes forces. Ensuite le fourbe Alias m’a coupé l’herbe sous le pied alors j’ai boudé. Enfin et surtout, j’attendais l’arrivée du vinyle pour vraiment plonger dedans.

Le quatuor instrumental vient de la région grenobloise, véritable pépinière à talents pour la mouvance progressive. Anagke est leur quatrième album depuis 2011. Neuf titres pour cinquante-trois minutes sans parler de la face B de la seconde galette qui propose trois pièces enregistrées en live en 2018.

Le groupe hésite entre metal, post-rock, alternatif et progressif selon leurs envies. Cette fois Anagke tend vers un post-rock cinématique progressif parfois inspiré de Porcupine Tree.

La première chose à signaler sur ce vinyle, c’est le pressage de grande qualité doublé d’un mixage très soigné. Rien à voir avec le 45 tours A Song Of Death, A Song Of Pain, de Marcela Bovio complètement écrêté dans les aigües. J’ai eu plus de plaisir à écouter les deux galettes qu’à passer le CD sur la chaîne, sauf peut-être pour la face enregistrée en live qui pâtit d’une prise de son de moindre qualité. Mais étant donné que c’est un bonus, je n’allais pas faire la fine bouche.

La pochette m’évoque un ruban de Mobius doré, un ver de sables et le conduit de la climatisation de l’appartement de Sam dans le film Brazil de Terry Gilliam. Après, à vous de voir. Mais je ne pense pas que Julie,l’illustratrice de l’album, aie vraiment songé à ça en réalisant l’artwork.

Deux ingrédients, sonores cette fois, m’ont beaucoup séduit : l’usage d’orgues dans ‘Anima Anceps’ et les voix enchevêtrées de ‘2 = 8’. 

Avec le titre album, Collapse semble rendre un hommage à Porcupine Tree qui renaissait de ses cendres en 2022. Le groupe joue beaucoup de sa section rythmique ce qui le rapproche souvent de la bande à Wilson. Une basse qui dialogue avec la batterie et sur lesquelles guitares et claviers brodent sans cesse de superbes canvas. Mais la tendance générale est plutôt cinématique comme avec le dernier morceau intitulé ‘My Hoa’.

Les morceaux se construisent autour d’un thème principal qui sert de colonne vertébrale à la musique. Parfois, comme par exemple dans ‘Yokai’ ou ‘Belle de Nuit’, la musique tourne cependant un peu en rond. Cela fait le charme mais également la faiblesse de ce style musical, raison pour laquelle j’en écoute à dose homéopathique, même si certains disent que ça ne soigne rien. C’est également une manière d’installer des ambiances sonores confortables dans le salon avec de temps en temps des montées en puissance qui relancent la machine. Le genre d’album que je vous recommande de ne pas écouter en sourdine.

Anagke n’est pas un disque qui tourne en boucle sur ma platine. Il convient parfaitement à certains moments privilégiés, lorsque j’ai besoin de me retrouver avec moi-même. Je vous recommande chaudement le vinyle même si vous pouvez l’écouter sur Bandcamp.

Le Mage du Kremlin

Image

Qu’attendais-je au juste de ce roman ? Est-ce que j’espérais lever le voile sur Poutine, mieux comprendre la guerre en Ukraine ? Je ne sais pas exactement, mais je n’ai rien trouvé de tout cela dans le livre de Giulliano Da Empoli.

C’est sur France-Inter que j’ai entendu parler du roman et son titre a déclenché de nombreux fantasmes jusqu’au moment où je l’ai tenu entre les mains.

Le Mage Du Kremlin est son premier roman mais pas son premier livre. Et cela se sent. Il ressemble plus à un essai transformé en roman : le récit de Vadim Baranov, conseiller imaginaire de Vladimir Poutine, de son ascension du KGB au poste de premier ministre jusque la guerre en Ukraine.

L’auteur esquisse un Poutine avec quelques anecdotes historiques mais ne rentre pas dans l’intimité, même imaginaire du président russe. Il s’attarde un peu sur les russes blancs, sur la grande URSS bafouée et évoque quelques personnages qui ont tenté d’infléchir la politique de l’homme du Kremlin.

Il raconte surtout l’histoire de ce conseiller désireux de toujours gagner, qui parfois avait l’oreille de Poutine avant que l’homme ne devienne autocrate.

Le récit s’achève sur une étonnante diatribe sur les machines et le pouvoir avant que Vadim, redevenu humain, ne clot le chapitre sur sa fille.

Le roman Le Mage Du Kremlin survole quelques épisodes de l’histoire de la Russie sous Poutine, évoque les jeux de pouvoir du Kremlin mais n’éclaire pas le lecteur et ne réussit pas à écrire un bon roman, pas même un essai.

Avalonia, l’étrange voyage

Image

Faute d’envie et de courage, je ne suis pas allé regarder le dernier James Cameron à cinéma. Mais comme le disait un chroniqueur de France-Inter, trois-heure vingt sans pause pipi à regarder de l’eau, c’est clairement de la torture.

Alors j’ai regardé la dernière animation Disney, Avalonia, à la maison, sous un plaid, avec la télécommande pour les pauses techniques. 

Avalonia coche toutes les cases de la bonne pensée actuelle. Équipe afro sino indo euro,  union inter-racial, LGBT, conflit de génération, tolérance, chien à trois pattes, harmonie avec sa planète, tout y passe. Le genre de truc qui me tape sur le système d’ordinaire.

L’histoire raconte les aventures de Clade l’agriculteur, fils de Clade l’Explorateur, qui a ramené de ses voyages, une plante qui produit de l’électricité. Vingt-cinq ans plus tard, sa découverte a révolutionné la vie de son monde, apportant confort et technologie à tous ses habitants. 

Mais la plante se meurt et Clade fils, doit repartir sur les traces de son père pour sauver le monde.

Oui dit comme ça, ça ne fait pas trop envie. Mais c’est sans compter sur l’incroyable univers visuel d’Avalonia. Un monde fluorescent remplit de créatures improbables et de bon sentiments. Le seul gars désagréable de l’histoire, le pilote, meurt après une réplique. Bien fait.

Oui c’est gentillet, plein de clichés et convenu. Oui j’avais de la fièvre. N’empêche, j’ai trouvé ça sympa.

Obsidious – Iconic

Image

Meilleurs voeux musicaux pour cette nouvelle année qui démarre. Prions pour que 2023 soit au moins aussi riche que 2022 en découvertes musicales et que l’enfer énergético-politico-sanitaire-mondial dans lequel nous baignons s’apaise un peu.

Pour démarrer en beauté, revenons sur un superbe album de l’année 2022 :

Lorsque Katha et KmanRiffs recommandent de concert le même album, tout métalleux qui se respecte se doit d’y jeter une oreille curieuse. Iconic du groupe Obsidious est de ceux-là. 

Une heure de metal progressif à growl et chant clair qui ravira les esthètes.

Le quatuor allemand sort ici son premier album dix titres dans la plus pure tradition du symphonico poutrage technique grandiloquent. Leur travail se rapproche d’un Persefone, d’un Wilderun ou d’un Dream Theater. Trois groupes de référence dont deux figurent dans mon top 2022. C’est vous dire qu’il s’agit d’une très belle découverte.

Oui, il y a du growl. Beaucoup de growl. Mais qui épicé de chœurs, de symphonique, de chant clair et de guitares éblouissantes, se digère parfaitement bien. Guitares et claviers rappellent beaucoup de groupe de James Labrie mais le chant et les arrangements symphoniques très présents sur cet album font la différence. La batterie n’est pas en reste même si elle ne saurait rivaliser avec celle de Mike Portnoy mais Sebastian Lanser ne se contente pas de bourriner à la double pédale et Linus Klauseniter à la basse s’aventure parfois sur des notes assez hautes.

Alors oui, le début de l’album pourrait rebuter un progueux timoré. D’emblé ‘Under Black Skies’ part dans le growl caverneux, la double pédale, les choeurs et le symphonique. Du metal prog pas très subtile d’autant que le chant clair est assez rare sur ce premier titre. 

Mais tenez bon jusqu’au solo de guitare de Rafael Trujillo à la quatrième minute. Après ça, vous pourriez avoir envie d’aller plus loin.

Pour le chant clair au timbre latino de Javi Perera, dôle de nom pour un teuton, il faudra attendre le titre album aux claviers dignes d’un Jordan Rudess en pleine forme. Et même ici, le growl s’invite encore pas mal.

Mon titre préféré sur cet album, même si je les adore vraiment tous, est le très Dream Theater ‘Nowhere’. Une des pièces les plus courtes, à peine plus de quatre minutes, pleine de pathos et d’emphase, qui sans le growl, aurait pu être confondue avec un morceau de ses pères.

Question originalité, Obsidious ne va pas faire des étincelles. Mais pour la technique, la puissance et la production aux petits oignons, l’album Iconic est une tuerie.

Allez le découvrir, vous pouvez l’écouter sur Bandcamp

Le bilan 2022

Image

Chroniques en Images existe maintenant depuis mai 2020. Au menu chaque lundi, une vidéo accompagnée d’un article dans le blog. 

Sept jours d’écoute, une heure de rédaction, quinze minutes de tournage (les bons jours) et une autre heure de montage puis la publication pour de dix à sept cent vues en fonction du sujet. Voilà pour les chiffres.

Bon, en moyenne c’est plutôt une vingtaine de vues par vidéo, autant dire rien du tout, sorti du dernier Marillion, de Arena, Pendragon et quelques autres chroniques. La tendance est tout de même légèrement à la hausse depuis la chronique d’Arena, mais pour combien de temps ?

Je reçois encore quelques solicitations médias que je refuse poliment, car depuis le début, à quelques rares exceptions près, je ne parle plus que des albums que j’ai acheté. Évidemment je loupe beaucoup de sorties mais je me fais avant tout plaisir, sans pression et sans stress. Pour le stress j’ai le travail.

Je n’envisage pas de changer de formule ni de rythme en 2023. Ma routine me convient. Je travaille toujours un peu sur l’amélioration des éclairages et du son, je regarde un nouveau logiciel de montage sans avoir encore franchi le pas. Reste à prendre des leçons de communication. 

Croyez-le ou non, je suis très à l’aise devant un public, même en vidéo conférence, mais coincé devant l’objectif de la caméra avec mon script, je passe en mode robot avec un balais enfoncé dans le fondement. Aïe…

J’achète un peu moins de vinyles, toujours autant de CD et j’ai nettement augmenté ma collection d’albums numériques, principalement sur Bandcamp. En fait je pense que depuis que j’ai arrêté Neoprog, j’achète plus de musique, même si j’en écoute beaucoup moins.

J’ai conscience que le public de Chroniques En Images est très progueux mais je vais continuer d’écouter du métal et à en parler parce que j’aime la musique qui poutre, le folk, le classique et le prog. Même que des fois j’écoute de la pop.

Pour finir ce bilan je tiens à remercier Stéphane Gallay que je plagie honteusement depuis des mois ainsi que les quelques personnes qui regardent ces vidéos et les rares fanatiques qui commentent et mettent des j’aime. 

Passez de bonnes fêtes de fin d’année !

Le régime miracle

Image

Tous les magazines ne parlent que de ça chaque année sans apporter de solution : comment perdre quelques kilos avant les fêtes pour ne pas finir obèse au premier janvier ?

Moi j’ai la solution infaillible. Écoutez bien.

Je tombe souvent malade pendant les vacances. Tout particulièrement pendant les fêtes, à Noël ou au premier de l’an. 

Pourtant je vous assure, je ne suis pas de ceux qui détestent la période de la fin d’année, tout simplement parce que j’adore les pâtes de fruits, les marrons glacés et les cadeaux.

Avec une migraine en moyenne tous les cinq jours, les chocolats, la nourriture grasse et l’alcool, la probabilité de crise monte en flèche inévitablement pendant cette période, même si je fais très attention.

Il y a également l’effet dépressurisation. Car à force de repousser les congés pour une réunion, un déplacement ou pour assurer l’intérim d’un collègue, je finis par trop tirer sur la corde.

Le 23 décembre tout allait bien avant de commencer à tousser juste avant de me coucher. Le 24 j’avais de la fièvre, le nez qui coule et une toux de chien crevé. 

Nous, Noël on le fête le 24. Pas de chance… J’ai mangé deux pâtes de fruits, une noix de Saint-Jacques, un marron glacé, j’ai déballé mes cadeau, perdu toutes mes courses à Mario-Kart et regardé des épisodes de Camelot saison 3. A 21h30 j’étais au lit, laissant mon fils et mon épouse devant la bûche au chocolat.

Le 25 je suis resté au lit avec un ramequin de compote et une bouteille d’eau, alternant triptans et Doliprane, glissé sous la couette avec une capuche, hésitant entre frissons, bouffées de chaleur et nausées.

Le 26 j’avais contaminé toute la famille. Par chance, moi j’allais un peu mieux. Pendant la nuit j’étais quand même tombé en sortant du lit, renversant au passage un des projecteurs du studio où j’avais ironiquement élu domicile pour éviter d’infecter tout le monde. Plus de peur que de mal, seules deux baleines de la soft box sont pliées. 

Le 27 je me réveillai dans la purée de poix avec un appétit de moineau après une nuit fiévreuse. Et pour faire bonne mesure, une nouvelle migraine pointait son nez. Il faut dire que la veille j’étais resté debout au moins une heure pour préparer un repas que personne n’a mangé. 

Nous sommes aujourd’hui le 28 décembre je crois. Je ne suis pas bien certain… Le jugement de la balance est sans appel : j’ai perdu trois kilos à Noël. Probablement trois kilos de masse cérébrale vu que je n’ai pas de gras et que je me traîne comme un légume dans la maison.

Threshold – Dividing Lines

Image

Dans les grands noms du métal progressif, on oublie parfois de citer les britanniques de Threshold. Peut-être encore un des multiples effets indésirables du Brexit. 

En près de trente-quatre années de carrière, le groupe a connu de nombreux changements de line up. Le plus notable fut sans doute le remplacement de Damian Wilson par Glynn en 2017.

Leur nouvel album Dividing Lines sorti cette année, propose dix morceaux pour une heure cinq de musique dont deux pièces épiques de plus de dix minutes, ‘The Domino Effect’ et ‘Defence Condition’.

La pochette reflète bien la noirceur du propos du dernier Threshold. Un paysage en ruines dans le ciel duquel flotte une demi sphère de roche sur laquelle repose un massif montagneux idyllique. Un bout de planète préservée arraché à la terre. Au milieu des gravats, un homme à genoux, tend le bras vers ce paradis perdu désormais inaccessible.

On pourrait dire que ce nouvel opus est sans surprise. Il s’agit d’un Threshold classique, de belle facture, confortable, efficace, assez éloigné de leur précédent double album Legends Of The Shires qui voyait le retour de Glynn. Du metal progressif easy listening que l’on adopte dès la première écoute.

L’album prend parfois des airs d’Arena ou de Saga comme dans ‘Lost Along The Way’. Le solo de guitare de ‘The Domino Effect’ fait penser à du Pendragon et les claviers virtuoses s’apparentent parfois, comme dans ‘Silenced’, à du Dream Theater.

Tout cela pour vous dire qu’avec Dividing Lines, le progueux restera clairement dans sa zone de confort de ‘Haunted’ jusqu’ à ‘Defence Condition’.

Si j’adore la voix de Damian Wilson, j’avoue que Glynn Morgan est particulièrement convaincant ici. On ne perd pas au change, même si ça me fait mal de le reconnaître.

Mon morceau préféré s’appelle ‘Silenced’. Un titre qui débute sur du chant vocodé, et qui poursuit avec des claviers brillantissimes et un refrain dans la veine de ‘The Show Must Go On’ de Queen.

J’ai adopté l’album dès la première écoute. Cela signifie qu’il est possible que je l’oublie également assez vite, même s’il est très bien. Il ressemble en effet à de nombreux autres classiques du genre ce qui le rend à la fois très confortable mais également peu original.

Mais ne boudez pas votre plaisir, vous pouvez l’écouter sur Bandcamp.