Une Route

Image

Chez mon libraire il y a un étal où s’alignent des romans ne partageant rien en commun : un polar, un essai, un voyage, une histoire, des nouvelles. C’est là que j’ai pioché au hasard le très beau livre Les nuits de la peste et comme je suis un peu superstitieux, je suis retourné y chercher un nouveau roman.

J’y ai trouvé Une route de Richard Paul Evans qui, l’histoire de la rédemption d’un homme, Charles James né Gonzalez, auteur et conférencier à succès, qui après l’annonce de sa mort, décide de traverser les États-Unis d’Est en Ouest sur la Route 66.

Enfant pauvre et battu, Charles s’enfuit de la maison avec pour simple bagage quelques dollars en poche et ses vêtements. Il rencontre l’amour de sa vie dans le bus qui le conduit en Californie et après quelques mois employé comme jardinier pour les riches, il devient un marchand de  rêve. Un business juteux et immoral qui ne tarde pas à faire de lui un homme riche et célèbre.

La première partie du roman est parfaitement maîtrisée et addictive, l’ascension fulgurante d’un homme, de son enfance misérable jusque les sommets de la gloire. Je l’ai dévorée. La transformation de cet enfant pauvre et battu en requin des conférences est stupéfiante et palpitante.

La seconde partie, le road movie à pied, sur la Route 66, est le ventre mou du roman, un guide touristique assez creux sur près de deux-mille kilomètres, de motels en dinners, avant le début de la rédemption de l’homme brisé.

La troisième partie et la fin de la traversée des États-Unis, ponctuée de rencontres parfois artificielles, amorcent la renaissance de Charles James qui finit par devenir un bon samaritain.

Si j’étais méchant, je dirais que Richard Paul Evans ne maîtrise pas l’art du road movie pas plus que celui du roman initiatique. J’ai pourtant été jusqu’au bout de ces 584 pages et j’ai aimé la chute, même si elle était prévisible.

Alors, à vous de voir si vous voulez lire ce livre. 

Pour ma part, je crois que je vais quand même continuer à fouiller dans cet étal, la prochaine fois que j’irai chez mon libraire, on y fait des rencontres improbables et intéressantes.

L’Affaire Alaska Sanders

Image

Après L’Enigme de la Chambre 622, j’ai hésité à rouvrir un livre écrit par Joël Dicker. J’ai fini toutefois par céder à la tentation, principalement parce que L’Affaire Alaska Sanders marchait sur les traces de son meilleur roman, La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert.

J’ai retrouvé avec bonheur l’écrivain Marcus Goldman et ses démons comme son ami Perry Gahalowood. Des retrouvailles de 210 pages jusqu’au Début d’Enquête, le chapitre 10.

Alaska Sanders, une jeune mannequin destinée à une carrière d’actrice, meurt assassinée au bord d’un lac, dans la petite ville de Mount Pleasant. Tout accuse Walter et Eric, deux jeunes proches d’Alaska.

Onze ans plus tard, Perry et Marcus rouvrent l’enquête suite au témoignage d’un des policiers de l’époque qui travaillait alors avec Gahalowood. 

L’Affaire Alaska Sanders, de la page 211 à la dernière page, la 574, est un polar touffu, complexe, parsemé de fausses pistes semées par le tueur. Un crime parfait, jusqu’à ce que l’écrivain et le sergent ne s’en mêlent.

J’ai vraiment adoré la première partie, jusqu’à l’enquête, retrouvant l’esprit de La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert.

La seconde partie, faite de flash-backs, de témoignages et de l’enquête elle-même, est plus difficile à aborder et laisse moins de place aux personnages pour se concentrer sur l’affaire. Elle n’en reste pas moins passionnante avec ses révélations, ses impasses, ses mensonges et ses rebondissements. Quelques passages reviennent à l’écrivain, son passé, son ami et mentor Harry, ses amours ainsi qu’à Perry, le ‘Sergent’ qui vient de vivre un drame familial. 

Je me suis attaché rapidement aux habitants de cette bourgade paisible des États-Unis, à tel point de vouloir m’y installer maintenant que je connaissais le pompiste, l’alimentation générale, le garagiste, le bar, la boutique d’électronique, le lac, son coin à truites et le bureau du shérif.

Un bon roman qui renoue avec le grand Joël Dicker que j’aime.

Mingher

Image

J’aurais bien visité l’île de Mingher mais je ne l’ai pas trouvé sur la carte de la Méditerranée. Pourtant l’écrivain turc Orhan Pamuk lui consacre 682 pages dans Les Nuits de la Peste.

Située au sud de Rhodes, cet ancien territoire Ottoman était un paradis avant 1901. Un paradis de roses, de marbre, un  paradis pour les grecs, les turcs, les chypriotes. Mais au mois d’avril de cette année fatidique, la peste a tout changé.

Les Nuits de la Peste, écrit par une amie imaginaire de l’auteur turc Orhan Pamuk, l’arrière petite fille du docteur Nuri et la Reine Pakizê, raconte la chute de l’empire ottoman vu sous l’angle historique imaginaire d’une île tout aussi imaginaire.

J’avoue, je n’avais jamais lu un livre si lentement. Non pas qu’il ne m’ait pas plu, bien au contraire, mais j’ai dégusté quelques pages chaque jour, enivré par les parfums des rues d’Arkaz, par les personnages hauts en couleurs, effrayé par l’épidémie grandissante, les coups d’états passionné par la révolution minghérienne.

A la fois roman policier et récit historique, l’auteur réussit le tour de force qui consiste à faire vivre une île imaginaire, à lui donner une identité, une histoire et à la raccrocher à notre réalité à la fin.

Outre la chute de l’empire ottoman, l’enquête sur le meurtre d’un grand épidémiologiste, Pamuk y raconte les conflits entre communautés de confessions différentes, la place de la femme dans la société turque et une île ravagée par une épidémie de peste.

Le roman, dans lequel il se passe peu de choses au final, est magnifiquement écrit et traduit. Il me fait un peu penser à Cent Ans de Solitude de Gabriel Marques, un autre livre que j’ai dégusté lentement.

La cage dorée

Image

J’ai eu ma période Camilla Lackberg, de La Princesse des glaces jusqu’à La sorcière en fait.

J’ai vraiment adoré ses débuts avec Erica Falk mais peu à peu la saga familiale a pris le pas sur les enquêtes dans la petite ville de Fjalbacka et vers la fin, je m’ennuyais.

Alors quand on m’a recommandé La cage dorée, je suis resté dubitatif, même si la libraire m’assurait que le livre était très différent des autres.

C’est pourtant bien vrai, ce roman ne ressemble guère aux enquêtes d’Erica. Ici, Camilla raconte avec brio la vengeance d’une femme. Un livre féministe écrit par une femme pour les hommes. Puissent-ils comprendre le message. Il contient les tous ingrédients essentiels pour nous émoustiller : pouvoir, sexe, violence, réussite et vengeance ainsi qu’une leçon de morale.

Faye, une belle femme au passé trouble, épouse Jack, un jeune entrepreneur aux dents longues. Après quelques années de parfaite idylle, la femme au foyer qu’est devenue Faye se fait jeter comme une malpropre par son mari devenu un puissant homme d’affaires grace à son aide.

L’épouse soumise se retrouve alors à la rue et conçoit alors une vengeance machiavélique.

Si le cheminement du récit est prévisible comme les coups de théâtre, il est largement compensé par le style de l’auteure toujours aussi efficace. On plonge dans la vie de Faye, son couple, ses relations, ses amies, de la première jusqu’à la dernière page du livre.

Un excellent thriller féministe que je vous recommande chaudement.

Guerre

Image

Je n’avais jamais lu Céline, juste entendu parler de cet écrivain autant en bien autant qu’en mal. Alors commencer son œuvre par un roman jamais publié, encore au stade de brouillon, était-ce vraiment une bonne idée ? Peut-être pas finalement. J’aurais probablement dû commencer comme tout le monde par Voyage jusqu’au bout de la nuit.

Guerre a été publié soixante-dix années après la mort de l’écrivain, un court roman, partiellement autobiographique semble-t-il où Louis-Ferdinand parle d’un soldat blessé à la guerre 14-18 puis hospitalisé à Peurdu-sur-la-Lys.

Il n’est pas aisé de rentrer dans le style argotique de Céline. Certains mots vous échappent et certaines phrases sont tout simplement incompréhensibles. Un des personnages change plusieurs fois de nom au cours du récit et quelques corrections ont été nécessaires pour rendre plus intelligibles des passages du roman. Heureusement, les notes sont là pour vous guider dans la lecture.

L’histoire de Ferdinand, unique rescapé de son bataillon, ne manque pas de force, de violence, de souffrance. Il y a la douleur des blessures de guerre, la mort qui rôde, les personnages bouffis de perversion, le sexe omniprésent, la guerre qui gronde au loin, se rapprochant parfois, l’alcool, la prostitution, la crainte du peloton disciplinaire et le monde irréel dans lequel semble survivre Ferdinand. 

Si vous vouliez connaître la guerre, je pense que ce livre vous en écœurera définitivement tant il puise sa force dans la noirceur de l’âme humaine. Il est possible que je lise d’autre romans de Céline, car sa plume possède une puissance évocatrice incroyable. Mais pas tout de suite. Je vais revenir à des choses plus légères.

Quality Land

Image

Lire le roman Quality Land en pleine campagne présidentielle alors que j’avais décidé d’ouvrir un nouveau compte Facebook et Instagram sur mon iPhone, ça ne manque pas de sel.

Quality Land décrit une société parfaite où la technologie et les GAFAM procurent tout le bien être nécessaire à une vie harmonieuse. World Wide Whatever, Quality Partner, The Shop, Quality Corp, Everybody, Quality Pad, le moindre de vos désirs est exaucé avant même que vous ne l’ayez imaginé. Votre tablette vous trouve le partenaire idéal, connaît vos restaurants préférés, commande pour vous et régit votre bonheur à votre place. 

Chaque habitant porte comme nom de famille, le métier ses parents et possède un profil avec une note allant de 1 à 100, note qui détermine le statut social, la profession, les partenaires, les amis, les restaurants. C’est là que nous rencontrons Peter Chômeur, le héros de notre histoire, alors qu’il en possède dix, à un point des Inutiles, la classe sociale majoritaire à Quality Land.

C’est Le meilleur des mondes. Oui, comme dans le roman de Huxley ou dans 1984 de Orwell mais en beaucoup plus drôle.

La perfection n’est pas de ce monde et l’auteur le raconte avec beaucoup d’humour à l’aide de quelques personnages, Peter, un moins que rien qui veut retourner le vibromasseur dauphin qu’il n’a jamais commandé, John Of Us, l’androïde candidat au poste de président de Quality Land, Martyn le politicien looser.

Une société tellement centrée sur la consommation et les loisirs, que lorsqu’ils ont construit l’astroport, après avoir installé les restaurants, bars et commerces, ils se sont aperçu qu’ils n’avaient plus de place pour les pistes d’atterrissage.

J’ai passé d’excellents moments avec ce roman, de grand fous rires (le coup du baiser) et le livre m’a même fait gamberger sur notre mode de vie actuel qui n’est pas si éloigné que ça finalement de Quality Land. En deux mots, un livre intelligent et drôle. C’est fait cinq mots non ?

Le grand monde

Lorsque je mets plus d’un mois à lire un roman, même aussi épais que le dernier Pierre Lemaitre, c’est que manifestement, je n’ai pas été franchement emballé.

Lemaitre poursuit sa saga historique à Beyrouth avec la famille Pelletier. Louis gère une savonnerie prospère et les quatre enfants, devenus grands, quittent un à un le nid pour voler de leurs propres ailes. Jean travaille comme représentant de commerce à Paris, François est censé suivre des études, Etienne part pour Saigon retrouver son amant et la petite dernière va bientôt quitter le lycée.

Lemaitre sait romancer l’Histoire et la première partie du roman, qui se passe en Indochine, sans être palpitante, se lit très bien. Le problème, c’est que sorti de Etienne, les personnages du roman ne m’ont pas touché. Difficile de s’identifier à Louis le patriarche, à Jean, le raté de la famille, à François le journaliste en herbe ou à Hélène la fille rebelle. Joseph est bien sympathique mais ce n’est qu’un chat. 

Une fois que l’histoire a quitté les rues de Saigon pour revenir à Paris, je n’ai plus lu qu’une dizaine de pages par jour, pour m’endormir. Faute de vrai rebondissements dont Pierre Lemaitre a pourtant le secret, je me suis ennuyé dans cette saga familiale et historique. Rien à voir avec l’excellent Serpent Majuscule que j’ai bien envie de relire.

Je trouve que Pierre Lemaitre est un bien meilleur auteur de roman noir que de grandes sagas. Son humour et sa plume incisive se prètent mieux à cet exercice mais manifestement, depuis le succès mérité de Au Revoir Là Haut, éditeurs et lecteurs le réclame dans un autre genre.

Respire

Image

Après plusieurs livres de science-fiction assez décevants, je décidais d’ouvrir Respire de Niko Tackian, histoire de changer d’air.

Qui n’a jamais rêvé de tout quitter pour une autre vie ? Et si, pour dix-mille euros quelqu’un vous proposait de franchir le pas, le feriez-vous ? 

Ainsi commence l’histoire de Yohan, un écrivain au bout du rouleau qui n’a écrit qu’un seul bon roman. Pour dix-mille euros, il disparaît du monde pour recommencer une nouvelle existence sur une île paradisiaque.

J’avoue que j’ai tout d’abord envié Yohan dans sa maison entourée de pins, non loin de la plage : la solitude, la nature, l’océan, une seconde chance. Mais très vite l’exotisme laisse place au doute et à l’angoisse. Les quelques autres exilés de son paradis se révèlent d’étranges personnages et la nuit, il est recommandé de rester chez soi.

Après les premières rencontres, les explorations des chemins à bicyclette, quelques frayeurs nocturnes, quelques découvertes déroutantes et de nombreuses interrogations, Yohan découvre qu’il est prisonnier de sa nouvelle existence. Dès lors il ne songe plus qu’à s’enfuir de cette île.

Respire se dévore en quelques heures. Un roman totalement addictif au suspense parfaitement dosé. Dans la peau de Yohan, vous découvrirez les autres habitants de l’île, admirez ses paysages paradisiaques, respirez ses odeurs, plongerez dans l’océan, parcourez ses chemins et découvrirez ses mystères toujours avec cette sensation d’urgence et de peur qui habite le récit.

Il y a du H.G. Wells, du Mellville et du Dennis Lehane dans les trois cent pages de Respire, un roman sur la liberté écrit pendant le confinement. Magnifique, même si, avec le recul, j’ai le sentiment que la fin du roman aurait pu être plus aboutie. J’ai l’impression que Niko Tackian ne savait plus comment terminer son livre si bien commencé.

Vers Mars

Image

Après Vers Les Étoiles, Mary Robinette Kowall se devait de poursuivre les aventures d’Elma la calculatrice, tant le premier livre était réussi.

Pour une fois je n’ai pas lu les chroniques d’Alias et de Yvan avant d’attaquer le livre car je ne voulais pas de spoiler. J’aurai peut-être dû en fait, car manifestement, je ne suis pas le seul à avoir préféré le premier livre.

Le cycle est une uchronie spatiale comme The Right Stuff est un roman historique. Après la chute d’une météorite sur Terre, l’homme partait pour les étoiles et colonisait la Lune. Film catastrophe, course à l’espace, égalité homme femme, ségrégation et sexisme pimentaient le premier volume.

Avec Vers Mars, l’autrice reprend les mêmes ingrédients avec deux équipages mixtes pour un huis-clos de plusieurs mois à destination de la planète rouge. C’est un peu l’histoire de Quelques Grains de Poussière au bout du compte en mieux écrit tout de même.

Si Vers les Étoiles m’avait emballé, Vers Mars m’a un peu barbé. On connaît déjà la psychologie de nombreux personnages, encore que l’infâme Parker se dévoile nettement plus pendant ce voyage. Celle d’Elma et ses nausées a eu tout le temps de s’exprimer dans le premier opus et les problèmes terriens ramenés à un espace confiné se retrouvent quasiment les mêmes. Le voyage, pimenté de quelques pépins et morts violentes dure une grande moitié du livre. Je n’ai vraiment rêvé qu’à l’instant où les bottes ont mordu la poussière rouge.

Par chance le livre ne se réduit pas au voyage vers Mars et jusqu’à la page 187 il est question de politique, d’image du programme spatial, de financements et de préparatifs. Le mouvement Earth First est un des piliers de cette première partie, une idée qui aurait pu être mieux exploitée, car comment justifier une aventure dispendieuse vers Mars quand ceux qui restent sur Terre survivent péniblement ?

Je n’ai pas du tout visualisé les coursives et modules des vaisseaux dans lesquels se déroule presque tout le récit et sorti de Parker, Debeer et Elma, le reste de l’équipage est resté quasi anonyme.

Dommage pour ce second tome, je lirai peut-être les nouvelles de Lady Astronaute pour me consoler.

Sidérations

Image

Le roman de Richard Powers est une histoire d’amour et de fin du monde.

Theo, un exo biologiste qui a perdu sa femme Aly, élève tant bien que mal son fils Robin depuis quelques années. 

Robin n’est pas un enfant comme les autres, il explose en colères terribles et peine à s’adapter à la vie. Alors pour l’apaiser, Theo l’emmène dans ses étoiles, découvrir des planètes inconnues et leurs habitants. 

Pendant ce temps, la terre se réchauffe, les espèces animales disparaissent, l’Amérique devient xénophobe et les politiciens dictateurs. 

Un jour un chercheur propose à l’enfant une thérapie révolutionnaire, à base d’IRM, d’intelligence artificielle et des enregistrements cérébraux des émotions d’autres personnes. Une thérapie expérimentale qui peu à peu éveille Robin au monde qui l’entoure et à son inexorable déclin.

Sidérations est un roman d’amour entre un père et un fils auréolé par le souvenir d’une épouse, mère, biologiste et activiste écologiste exceptionnelle. Un roman d’amour pour cette Terre qui se meurt et que l’homme oublie de regarder. Un récit qui mêle habilement science-fiction et actualité climatique brûlante. Un roman qui est le cri de révolte d’un enfant confronté à la folie des hommes, notre folie. Un livre sans doute inspiré par Trump et Greta qui vous fera certainement pleurer, si vous avez encore une âme.