Replicator

Il y a des films que je regardé un nombre incalculable de fois : L’étoffe des héros, les Star Wars, Excalibur, Lady Hawk, Un jour sans fin etc… Mais s’il y en a bien un que j’ai vu plus que les autres, dans toutes ses versions, c’est le chef d’oeuvre de Ridley Scott, Blade Runner.

Le jour où j’ai entendu parler d’une suite, j’ai frémi de bonheur et d’angoisse, allaient-ils massacrer le mythe, allaient-ils poursuivre dans les traces du maître ?

Je n’ai rien lu des commentaires sur la toile avant d’avoir vu le film au cinéma, maintenant je vais pouvoir en découdre avec les geeks.

Blade Runner 2049 avec une BO que Vangelis aurait pu écrire mais signée Hans Zimmer et Benjamin Wallfisch et des images dignes de Ridley Scott mais réalisées par Denis Villeneuve ne trahi pas l’esprit. Pour le scénario, là, ça coince un peu. Contrairement au premier film dont le message fait encore débat (« Sommes-nous tous des réplicants ? »), le second ne porte guère de message en lui et à la manière hollywoodienne – la recette d’une suite se trouve dans les enfants – on croirait regarder Star Wars 7.

Pourtant j’ai beaucoup aimé ce film. D’abord parce qu’il est lent, très lent, avec peu de scènes d’action, peu de dialogues, de long passages visuels et sonores magnifiques et qu’esthétiquement, il se rapproche de l’oeuvre de Ridley Scott. Le scénario n’est pas terrible, la copine virtuelle de K est sans doute inutile à part pour donner un peu d’humanité au personnage et la conspiration des réplicants sauvant l’enfant bippppp de X et Y ne sert à rien, sinon à préparer une suite pour dans deux ans et qui sera par contre, probablement navrante. Ryan Gosling (l’officier K) n’est pas le plus grand acteur que je connaisse mais Harisson Ford n’arrive pas dans l’histoire comme un cheveux dans la soupe, c’est déjà ça, et cette fois, le vénérable vieillard a du comprendre le scénario, contrairement à la fois précédente.

Je le prendrai en Blu Ray quand il sortira, histoire de le revoir, sans doute pas autant de fois que le premier, mais au moins une fois, tranquille, au chaud dans mon salon. Voir Blade Runner 2049 m’a donné furieusement envie de me replonger dans la version Drirector’s Cut de 2006, m’a préférée. Alors je vous laisse, Rachel m’attend.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.