Guerre

Je n’avais jamais lu Céline, juste entendu parler de cet écrivain autant en bien autant qu’en mal. Alors commencer son œuvre par un roman jamais publié, encore au stade de brouillon, était-ce vraiment une bonne idée ? Peut-être pas finalement. J’aurais probablement dû commencer comme tout le monde par Voyage jusqu’au bout de la nuit.

Guerre a été publié soixante-dix années après la mort de l’écrivain, un court roman, partiellement autobiographique semble-t-il où Louis-Ferdinand parle d’un soldat blessé à la guerre 14-18 puis hospitalisé à Peurdu-sur-la-Lys.

Il n’est pas aisé de rentrer dans le style argotique de Céline. Certains mots vous échappent et certaines phrases sont tout simplement incompréhensibles. Un des personnages change plusieurs fois de nom au cours du récit et quelques corrections ont été nécessaires pour rendre plus intelligibles des passages du roman. Heureusement, les notes sont là pour vous guider dans la lecture.

L’histoire de Ferdinand, unique rescapé de son bataillon, ne manque pas de force, de violence, de souffrance. Il y a la douleur des blessures de guerre, la mort qui rôde, les personnages bouffis de perversion, le sexe omniprésent, la guerre qui gronde au loin, se rapprochant parfois, l’alcool, la prostitution, la crainte du peloton disciplinaire et le monde irréel dans lequel semble survivre Ferdinand. 

Si vous vouliez connaître la guerre, je pense que ce livre vous en écœurera définitivement tant il puise sa force dans la noirceur de l’âme humaine. Il est possible que je lise d’autre romans de Céline, car sa plume possède une puissance évocatrice incroyable. Mais pas tout de suite. Je vais revenir à des choses plus légères.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.