Sans gène

Je suis un impatient de nature. Mon pire cauchemar est une traversée de la France en train d’ouest en est, à attendre, assis pendant des heures, que l’on arrive à destination. 

Et vous, vous aimez les salles d’attente bondées chez le médecin où il faut mémoriser l’ordre d’arrivée des patients pour être certain de ne pas se faire piquer son tour, tout ça en pleine crise de migraine avec une épouvantable nausée et la lumière des néons qui vous vrille les yeux ?

Vous aimez attendre sur le trottoir, grognon, pas encore vraiment éveillé, sous la pluie battante, que ce soit à vous de rentrer dans la boulangerie pour acheter les croissants ? 

Vous aimez, lorsque vous êtes au premier rang d’un concert de rock, vous faire bousculer par un retardataire, qui s’incruste avec sa bière et parle très fort avec son pote ?

Vous aimez les embouteillages vous ? Lorsque deux files se transforment en une voie unique et que des gros connards en SUV font le forcing sur la gauche pour doubler en espérant gagner trente secondes sur leur trois heures de trajet, provoquant un ralentissement supplémentaire ?

Vous aimez passer à la caisse du supermarché, faire la queue avec votre caddie, vous faire pousser par le chariot de derrière, voire une petite vieille se glisser devant vous en geignant qu’elle est pressée et que son cabas est lourd, assister, impuissant au refus de paiement du client à la caisse, à la pomme non pesée, commencer à déposer vos courses sur le tapis en même temps que la personne qui vous suit et ne plus avoir de place pour le contenu de votre caddie ?

Vous aimez les péages autoroutiers les jours de grands départs avec ces allemands bloqués devant les automates à carte bleue, leurs billets de 500 € dans la main ? Vous aimez la voiture de sport qui vous coupe la route pour passer plus vite à la barrière ?

Vous aimez les parcs d’attraction où, pour tester le nouveau grand huit, il faut faire sagement la queue pendant quarante-cinq minutes et que des enfoirés passent sous les barrières et vous bousculent pour gratter quelques places ?

Non ?

Vendredi, au philharmonique, après un magnifique concerto pour piano numéro 2 de Camille Saint-Saëns, nous avons voulu, comme beaucoup d’autres, faire dédicacer un CD par le pianiste prodige Alexandre Kantorow qui venait de jouer. Évidemment, nous n’étions pas les seuls, il faut dire, sa performance suivie de deux bis, avait été tout simplement éblouissante. Alors comme tout le monde, nous avons fait bien sagement la queue, attendant notre tour pour une petite signature dans le livret et surtout échanger quelques mots avec ce jeune pianiste talentueux. Lorsque ce fut notre tour, j’ai vu approcher un homme avec son CD, costume cravate des grands soirs de gala, flûte de champ à la main, qui sans vergogne, comme on ignore les gens du peuple, s’est imposé devant nous pour avoir son graffiti. Mais quel connard ! D’ailleurs je ne me suis pas privé de le dire. Mais ce genre de personne est bien au-dessus de ces bassesses, bien au-dessus de la piétaille, il ne nous entend pas, normal, il compte parmi ceux qui nous gouvernent. Le connard est parti avec son CD retrouver sa place VIP dans la salle. Mon épouse a pu alors jouer à la groupie devant le magnifique pianiste. Moi j’étais très énervé pour deux raisons : le connard et mon épouse aux anges. 

Après avoir rencontré dieu à contre cœur, emportant notre précieux CD gribouillé.  Nous avons quitté le concert, renonçant à Rachmaninov pour rester sur le souvenir impérissable d’un fabuleux concerto de piano de Saint-Saëns.

Tout ça pour dire que je déteste ces sans-gène, comme le gars que s’est garé l’autre soir devant le portail de l’immeuble d’à côté pour aller chercher sa pizza mal bouffe, provoquant un concert de klaxonnes enragés. Ce n’est pas si compliqué de se mettre dans la file et d’attendre, comme tout le monde, si ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.